Navegación – Mapa del sitio

Alberto Amo et Alberto Mínguez, Podemos, la politique en mouvement

Laura Chazel
Podemos, la politique en mouvement
Alberto Amo, Alberto Minguez, Podemos, la politique en mouvement, Paris, La Dispute, 2016, 223 p., traduit de l'espagnol par Julie Beligot, ISBN : 978-2-84303-279-0.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Manifeste de Podemos : Mover ficha, convertir la indignación en cambio político, janvier 2014.

1En Espagne, le parti Podemos est créé en janvier 2014 sous l’impulsion d’une dizaine de chercheurs en science politique issus de l’Université Complutense de Madrid qui entendent « convertir l’indignation en changement politique »1, indignation exprimée par le mouvement des Indignés, né le 15 mai 2011 (le « 15-M »). Constatant l’inefficacité électorale des gauches critiques traditionnelles, Podemos a essayé de bouleverser les règles du jeu politique en refusant l’axe « droite-gauche » au profit d’une nouvelle opposition : « ceux du haut » (la caste) contre « ceux du bas » (le peuple). En à peine trois ans d’existence, Podemos a réussi à faire éclater le bipartisme espagnol, structuré par le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) à gauche et le Parti populaire (PP) à droite. Un an et demi après sa création, il obtient 20,7% des voix aux élections générales de décembre 2015, soit seulement 300 000 voix de moins que le PSOE. Après des mois de négociations, les partis représentés aux Cortès s’avèrent incapables de s’entendre pour former un gouvernement. Face à cette situation inédite, de nouvelles élections sont donc organisées cinq mois plus tard, desquelles le PP sort renforcé. Au contraire, la coalition Unidos Podemos, formée par Podemos et la coalition de gauche radicale Izquierda Unida (« Gauche unie »), n’obtient que 21,1% des voix. Au terme d’une longue période d’incertitude, le PP finit par constituer un gouvernement minoritaire en novembre 2016, grâce à l’abstention du PSOE.

  • 2 Podemos retient la définition du populisme donnée par Ernesto Laclau : une logique politique qui ne (...)
  • 3 À ce sujet, voir : « Nous sommes las de ce monde ancien : Quelles stratégies pour le changement pol (...)

2Dans quel contexte politique, économique et social Podemos est-il né ? Comment a-t-il réussi à bouleverser l’échiquier politique ? Cet ouvrage se propose de répondre à ces questions. Il a été écrit par deux Espagnols expatriés en France, Alberto Amo et Alberto Mínguez, respectivement chercheur en physique et maître de conférences en mathématiques, tous deux membres actifs du Cercle Podemos de Paris. À travers ce livre, les auteurs cherchent à enthousiasmer leurs lecteurs sur le « récit porteur d’espoir » de Podemos et concluent que « sa tâche est désormais d’inspirer et de faire germer une nouvelle gauche européenne » (p. 214). La neutralité axiologique des auteurs n’est donc guère évidente, a priori, mais le livre présente néanmoins une analyse raisonnée permettant de comprendre la genèse de ce parti, ses mutations, les tensions idéologiques internes qui le structurent et les nouveaux défis auxquels il est aujourd’hui confronté. En choisissant pour titre Podemos, la politique en mouvement, Alberto Amo et Alberto Mínguez soulignent l’importance des transformations qui ont eu lieu dans la vie politique espagnole depuis quelques années. Podemos a essayé de réinventer la gauche à partir d’une hypothèse populiste2. Depuis sa création, cette hypothèse a été confrontée à la réalité et sans cesse réadaptée au gré de ces différentes évolutions3. Podemos apparaît en effet dans l’ouvrage comme un parti en constante mutation. Les auteurs réussissent à rendre compte, tout au long de leur livre, de ces transformations, tant au niveau national, qu’au niveau du parti. En tout juste un peu plus de 200 pages, ils dressent un panorama presque complet de l’histoire du parti : de ses origines aux dernières élections générales qui ont eu lieu en juin 2016. L’ouvrage, découpé en six chapitres, présente trois intérêts majeurs.

  • 4 La loi Sinde est l’équivalent de la loi Hadopi.

3Premier intérêt, les auteurs adoptent une démarche socio-historique permettant de comprendre les origines de Podemos. La majorité des recherches menées sur ce parti expliquent sa naissance à partir de l’analyse de la crise économique et financière de 2008, qui a débouché sur une crise sociale, politique et institutionnelle, qui a suscité le mouvement du 15-M. Ces multiples crises auraient permis la création d’un nouveau parti « anti-système ». L’ouvrage a le mérite d’insister sur l’importance des mouvements sociaux spontanés et auto-organisés propres à l’Espagne des années 2000, qui auraient été eux-mêmes les précurseurs du 15-M. Parmi les exemples choisis par les auteurs, on peut citer les manifestations de 2003 contre la guerre en Irak qui ont mobilisé plus de 2 millions de personnes à travers le pays, la naissance du mouvement « V de Vivienda » en 2006 pour le droit à un logement digne, ou encore la naissance du mouvement « Ne vote pas pour eux » en réponse à la loi Sinde4. Ces mobilisations auraient été, selon les auteurs, une « école d’organisation citoyenne » qui aurait permis la naissance du 15-M, mouvement auquel un million d’Espagnols déclarent avoir participé. Les auteurs écrivent ainsi : « le mouvement du 15-Mai n’est pas apparu simplement comme la réponse automatique d’une population indignée à un moment isolé de la crise économique, comme les médias espagnols essaient alors de le faire croire : son surgissement s’appuie sur une série de mobilisations citoyennes préalables » (p. 32).

  • 5 Selon Antonio Gramsci, l’hégémonie correspond à la relation de domination qu’exerce une entité diri (...)

4Le second intérêt de l’ouvrage tient au fait que les auteurs puisent dans la théorie politique critique sur laquelle s’est bâtie la stratégie du parti. Ils insistent sur la notion de « culture de la Transition », qui serait construite sur le « mythe fondateur » de la transition démocratique (1975-1982). Ils s’appuient sur l’idée d’Antonio Gramsci selon laquelle l’idéologie dominante, imposée par des moyens culturels puissants (les médias par exemple, sur lesquels l’ouvrage insiste particulièrement) créé un sens commun (ce qui va de soi) et génère ainsi un ordre envisagé comme « naturel ». En Espagne, la « culture de la Transition » s’appuierait sur le mythe de la transition démocratique et le bipartisme serait l’un des garants de cet ordre. Les mouvements des années 2000, les cas grandissants de corruption, les conséquences dramatiques de la crise de 2008 sont autant de facteurs qui ont commencé à fissurer cet ordre. Podemos s’est nourri de ce contexte, avec l’ambition de construire une contre-hégémonie5. Les fondateurs du parti voient naître de ces fissures une fenêtre d’opportunité, et reconnaissent le « caractère exceptionnel » de la situation espagnole qui rend, à leurs yeux, possible la victoire électorale d’un parti comme Podemos.

  • 6 À ce sujet, voir Pablo Iglesias lors de la réunion contre la pauvreté énergétique de « Vamos ! », P (...)

5Enfin, l’ouvrage met en lumière les tensions internes au parti. À sa création, Podemos part avec l’ambition de remporter les élections générales de décembre 2015. Pour cela, ses leaders décident de créer une véritable « machine de guerre électorale ». En parallèle, Podemos se présente comme un « mouvement-parti », qui s’inspire de l’organisation horizontale et assembléiste du 15-M. Finalement, l’organisation choisie par les militants lors du congrès de Vistalegre, en octobre 2014, est très hiérarchisée et donne largement l’avantage aux organes de direction. Il n’en reste pas moins que des débordements citoyens « par le bas » sont possibles, non seulement à travers la mise en place de « Cercles » citoyens, mais également à travers l’utilisation très importante d’outils numériques, sur lesquels les auteurs reviennent longuement dans l’ouvrage. En détaillant ces questions organisationnelles, l’ouvrage éclaire ses lecteurs sur les défis que rencontre aujourd’hui Podemos et qui sont au coeur de l’actualité du parti. En effet, face aux critiques d’un Podemos qui aurait perdu son « esprit initial » et pour garder l’appui des électeurs et militants qui y voyaient l’une des expressions du 15-M, le parti adopte aujourd’hui une nouvelle stratégie de « retour aux rues »6.

6Écrit par deux militants, l’ouvrage s’inscrit dans l’espace intellectuel ouvert depuis quelques années par les fondateurs de Podemos. Les leaders du parti défendent la nécessité de construire un populisme de gauche. Ils sont largement influencés par des analyses post-marxistes et post-essentialistes et s’appuient sur une myriade d’auteurs parmi lesquels Antonio Gramsci, Ernesto Laclau, Chantal Mouffe, sur lesquels l’ouvrage revient. Les fondateurs de Podemos commencent à diffuser leurs idées dès 2010 avec la création d’une émission de télévision politique, la Tuerka, présentée par Pablo Iglesias (émission à laquelle le chapitre 2 du livre est consacré). Les succès électoraux de Podemos ont permis de consolider l’influence de ces approches qui semblent aujourd’hui dominer l’espace intellectuel de la gauche espagnole. Lorsque dans leur livre, Alberto Amo et Alberto Mínguez se réfèrent à la « culture de la Transition », au sens commun, à l’hégémonie ou au populisme, sans toujours distinguer ce qui relève de leur propre analyse ou de celle des fondateurs du parti, ils s’inscrivent directement dans cette lignée et ils sont donc les témoins directs de cette tendance. Le livre présente ainsi l’intérêt d’éclairer le public français sur les grandes orientations qui structurent aujourd’hui l’espace intellectuel de la gauche espagnole. De plus, si de nombreux ouvrages ont été publiés en Espagne pour analyser et comprendre Podemos, il n’en est pas de même en France. Ce livre, pour militant qu’il soit, d’évidence, devrait contribuer à rendre plus intelligible un parti politique parfois mal compris.

Inicio de página

Notas

1 Manifeste de Podemos : Mover ficha, convertir la indignación en cambio político, janvier 2014.

2 Podemos retient la définition du populisme donnée par Ernesto Laclau : une logique politique qui ne considère pas le peuple comme une classe sociale mais comme un acteur qu’il s’agit de construire à travers le discours. Le populisme apparaît dans des contextes de crise organique, et peut se transformer en une force progressiste et émancipatrice capable de contester l’hégémonie néolibérale.

3 À ce sujet, voir : « Nous sommes las de ce monde ancien : Quelles stratégies pour le changement politique ?», débat entre Frédéric Lordon et Joan Garcés organisé par le Cercle Podemos de Paris, Paris, 3 juin 2016, disponible en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=RNjPSiQnDG0.

4 La loi Sinde est l’équivalent de la loi Hadopi.

5 Selon Antonio Gramsci, l’hégémonie correspond à la relation de domination qu’exerce une entité dirigeante, détenant le pouvoir politique, sur la société civile.

6 À ce sujet, voir Pablo Iglesias lors de la réunion contre la pauvreté énergétique de « Vamos ! », Plaza dos de mayo, Madrid, 17 octobre 2016, disponible en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=7u9FyhjfEDg.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Laura Chazel, « Alberto Amo et Alberto Mínguez, Podemos, la politique en mouvement », Lectures [En línea], Reseñas, 2016, Publicado el 16 noviembre 2016, consultado el 14 diciembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21719

Inicio de página

Redactor

Laura Chazel

Doctorante en science politique (PACTE, Sciences Po Grenoble).

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página