Navigation – Plan du site

Nadège Vezinat, Sociologie des groupes professionnels

Joseph Cacciari
Sociologie des groupes professionnels
Nadège Vezinat, Sociologie des groupes professionnels, Paris, Armand Colin, coll. « 128 », 2016, 128 p., ISBN : 978-2-200-61191-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nadège Vezinat, « Une nouvelle étape dans la sociologie des professions en France. Bilan critique a (...)
  • 2 Outre l’ouvrage tiré de sa thèse, Les métamorphoses de la Poste, Professionnalisation des conseille (...)

1L’ouvrage de Nadège Vezinat vient s’inscrire dans un contexte éditorial déjà riche en manuels et ouvrages de synthèse portant sur la sociologie des groupes professionnels, dont certains font référence depuis leur parution. Dans ce registre, on peut d’emblée saluer la teneur juste et mesurée du propos de Nadège Vezinat, qui n’outrepasse jamais ce qu’on est en droit d’attendre d’une publication de ce format. Son objectif est clairement la transmission synthétique de connaissances et la restitution d’un état de l’art, non une prise de position. Déjà auteure il y a six ans d’un article discutant différentes approches de la sociologie des groupes professionnels1, œuvrant elle-même dans ce champ d’études2, Vezinat s’appuie peut-être sur son expérience accumulée en la matière afin de proposer à travers cet ouvrage une présentation actualisée, accessible et particulièrement bien informée de la sociologie des groupes professionnels d’aujourd’hui.

2D’un point de vue formel, le volume est organisé en cinq chapitres. Le premier pose les bases du raisonnement de la sociologie des professions en remontant aux précurseurs du domaine que sont Émile Durkheim et Max Weber. L’auteure présente ici la tension « classique » entre l’intégration sociale de l’individu par l’appartenance à une profession ou à une corporation, et le pouvoir d’exclusion dont disposent les professions pour contrôler un champ de pratique et certaines des protections qui lui sont associées. La première dynamique renvoie à la profession en tant que lieu de socialisation et de médiation entre l’individu et la société. La seconde décrit les groupes professionnels comme des « communautés d’intérêts » organisées. La question de la régulation (interne et externe) des groupes professionnels et celle de leur place dans la production de la société sont centrales au sein de cette deuxième dynamique. La dualité entre intégration et exclusion détermine en fin de compte la centralité des professions dans l’organisation sociale. Cependant, elle ne permet pas d’identifier ce qu’est une profession, par comparaison avec un « simple » métier. C’est pourquoi, à la suite des travaux des précurseurs, l’identification des critères qui participent à définir une profession s’est affirmée comme une question de premier ordre, notamment dans la sociologie américaine pour laquelle existe une distinction plus forte qu’en Europe continentale entre « occupation » (métier) et « profession » (profession établie). Ce point cristallise d’ailleurs la démarcation entre deux traditions de recherche dans ce domaine aux États-Unis.

3Le second chapitre est en partie consacré à examiner cette démarcation. Celle-ci oppose principalement les approches fonctionnalistes des professions, qui ont dominé le monde anglo-saxon de la recherche sur le thème jusqu’aux environs des années 1960, et les approches interactionnistes, qui ont depuis majoritairement pris le relais. Le premier courant s’intéresse presque exclusivement aux professions instituées, s’interrogeant sur les critères de définition de ces professions. Dans cette approche, il existe une distinction entre profession et métier, notamment sous l’affirmation que les professions assureraient une fonction sociale nécessaire. Les approches interactionnistes se démarquent des premières en critiquant les postulats fonctionnalistes. Il s’agit principalement pour ce second courant de montrer que la fonction d’une profession (la nature du travail accompli) et l’acquisition du statut de profession sont découplées. La hiérarchie des activités est le produit d’une lutte sociale et de l’organisation institutionnelle du travail.

  • 3 Didier Demazière, Charles Gadéa, Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux (...)

4À travers les approches interactionnistes, la recherche ne s’intéresse ainsi plus seulement aux professions établies, bénéficiant d’une forte reconnaissance publique, ni uniquement à la fonction sociale que certaines de ces professions sont supposées assurer. La focale s’élargit à toute sorte de métiers, des plus « humbles » au plus « prestigieux » – bien que cette distinction ne soit pas essentiellement pertinente dans ce cadre d’analyse. L’expression de « groupe professionnel » peut être considérée comme l’héritage de ce courant. Elle désigne un «ensemble de travailleurs exerçant une activité ayant le même nom »3. Dans cette acception et « [en] l’absence de réglementation et de codifications formelles », les groupes professionnels sont à considérer comme « des ensembles flous, soumis à des changements continus, caractérisés à la fois par des contours évolutifs et une hétérogénéité interne » (p. 7). La distinction entre métier et profession est alors dépassée et la question des critères définissant une profession perd de sa pertinence, voire ne se présente plus du tout comme pertinente. En effet, c’est le processus d’acquisition de la qualité de « profession » qui importe ici. Au cours de ce second chapitre, Nadège Vezinat présente également une série de notions ayant permis au courant interactionniste de proposer cette rupture : mandat, licence, carrière, sale boulot, division morale du travail, par exemple. L’auteure situe et informe toutes ces notions en commentant une série de travaux. Cette série d’outils intellectuels réinscrit le fait professionnel dans des processus sociaux articulant devenir individuel et collectif au sein d’un groupe professionnel et le rapport des groupes professionnels entre eux et avec le reste de la société.

  • 4 Abbot Andrew, The System of Professions, Chicago, Chicago University Press, 1988.

5Le troisième et le quatrième chapitre examinent principalement la dynamique de structuration interne et externe des groupes professionnels. D’autres notions importantes du domaine de recherche sont alors présentées et mobilisées, comme celles particulièrement centrales d’« auditoire » et de « territoire professionnel » que l’on doit à Andrew Abbot4. Les modes de justification professionnels font aussi l’objet d’une lecture attentive de la part de Vezinat. Au cours de ces deux chapitres, l’auteure s’intéresse également aux différenciation intra- et inter- groupes professionnels en s’appuyant sur des variables majeures de la sociologie générale : origine sociale des membres, division sexuelle du travail et rapport de genre, prestige symbolique, notamment. Cette lecture met en exergue la complexité des groupes professionnels. Ils apparaissent comme des ensembles hétérogènes et mouvants, parfois divisés en interne. On ne peut ainsi les réduire au seul exercice d’une fonction. S’ils sont bien des univers de pratiques, ils constituent aussi des mondes sociaux où se réalisent les tensions qui traversent la société tout entière.

6Le dernier chapitre est dédié aux formes de gouvernance des groupes professionnels. L’argument principal est qu’« [il] n’y a pas de professions établies définitivement, mais des moments de structuration et de déstructuration » (p. 95). Différentes approches de la régulation des groupes professionnels sont commentées par l’auteure : régulation interne, régulation par l’État, influence de la « globalisation » (p. 111), relation entre profession et organisation. Derrière cette régulation, se joue le processus qui va de la professionnalisation à la déprofessionnalisation des groupes professionnels. C’est à partir de l’examen d’un tel processus qu’il devient possible d’historiciser et de préciser les conditions de leur existence, des mouvements de leur vie interne, mais aussi de leur disparition.

  • 5 Florent Champy, Nouvelle théorie sociologique des groupes professionnels, Paris, PUF, coll. « Le li (...)

7Cette présentation ne doit pas laisser penser que le raisonnement de Nadège Vezinat en reste à une lecture chronologique et évolutionniste de ce champ de recherche. Ce n’est pas le cas. L’auteure montre au contraire les variations et les mouvements aller-retour des perspectives d’analyses qu’a connus et que connaît encore la sociologie des groupes professionnels. Il y a eu par exemple au cours des dernières années un regain d’intérêt pour les professions établies ou « prestigieuses »5.

8L’apport principal de cette publication réside finalement dans l’exposé qu’il propose des liens que l’histoire de la sociologie des professions a presque indéfectiblement tissés entre sociologie du travail, sociologie des organisations et sociologie des groupes professionnels. Par surcroît, ce manuel ouvre aux lecteurs plus ou moins profanes l’intelligibilité d’un champ de recherche dynamique et toujours foisonnant. L’auteure propose une vision actualisée du champ et en présente clairement les débats, des plus anciens au plus récents, s’appuyant pour cela sur des recherches « classiques » et contemporaines. Le caractère actuel de l’ouvrage est ainsi un plus par rapport à d’autres manuels plus anciens. On peut également noter que l’auteure a ponctué son argumentaire d’une série d’encadrés qui détaillent des points importants du raisonnement : sur la notion de division du travail (p. 18), sur les modes de construction identitaire de profession (p. 41), sur la nomenclature des professions (p. 88), par exemple. Ces précisions permettent aux non-spécialistes un accès rapide à la compréhension des recherches présentées par Vezinat. Enfin, si aucune bibliographie n’est proposée en fin d’ouvrage, peut-être par contrainte éditoriale, aucune référence pertinente ne semble manquer en note infrapaginale, et le lecteur qui voudrait aller plus loin y trouvera les principaux ouvrages de référence du domaine.

9La qualité de l’ouvrage ainsi que sa concision relativement aux autres manuels sur le thème en font une référence parfaitement adaptée aux étudiants de premier cycle universitaire, aux curieux de sociologie, aux personnes s’interrogeant sur le monde du travail et des professions ou encore aux chargés de cours soucieux de préparer leurs enseignements avec des supports bien pensés.

Haut de page

Notes

1 Nadège Vezinat, « Une nouvelle étape dans la sociologie des professions en France. Bilan critique autour des ouvrages de Didier Demazière, Charles Gadéa (2009) et Florent Champy (2009) », Sociologie, vol. 1, n° 3, 2010, p. 413-420.

2 Outre l’ouvrage tiré de sa thèse, Les métamorphoses de la Poste, Professionnalisation des conseillers financiers (1953-2010), Paris, PUF, coll. « Le Lien social », 2010 ; la bibliographie de l’auteur est très largement orientée par des questions relatives à la sociologie des groupes professionnels.

3 Didier Demazière, Charles Gadéa, Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, Paris, La Découverte, coll. « Recherche », 2009, p. 20.

4 Abbot Andrew, The System of Professions, Chicago, Chicago University Press, 1988.

5 Florent Champy, Nouvelle théorie sociologique des groupes professionnels, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Cacciari, « Nadège Vezinat, Sociologie des groupes professionnels », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 16 novembre 2016, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21723

Haut de page

Rédacteur

Joseph Cacciari

Doctorant en sociologie, Aix-Marseille Université, Laboratoire méditerranéen de sociologie, CNRS, UMR 73 05.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page