Navigation – Plan du site

Nicolas Sallée, Éduquer sous contrainte. Une sociologie de la justice des mineurs

Yannis Gansel
Éduquer sous contrainte
Nicolas Sallée, Éduquer sous contrainte. Une sociologie de la justice des mineurs, Paris, EHESS, coll. « Cas de figure », 2016, 227 p., ISBN : 978-2-7132-2537-6.
Haut de page

Texte intégral

1Le « virage punitif » pris par la justice des mineurs depuis le tournant du XXIe siècle a fait l’objet de fortes controverses intellectuelles et professionnelles. C’est dans le milieu très polarisé et tourmenté de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ), où la critique issue des sciences sociales sert historiquement d’argument, que Nicolas Sallée a enquêté. Son travail repose sur un pas de côté nécessaire dans de telles circonstances : distinguer la politique comme rhétorique univoque du « durcissement » et sa mise en œuvre pratique qui, elle, convoque des aménagements locaux avec des acteurs et des dispositifs déjà en place. Ce sont ces nuances que l’auteur explore avec finesse, en prenant le parti de se placer en première ligne, aux côtés des éducateurs. D’une écriture fluide et claire, rythmé par des encadrés bien pesés, l’ouvrage suit un plan traditionnel en deux parties.

  • 1 Cette expression que propose l’auteur réunit centres éducatifs fermés et centres éducatifs renforcé (...)

2La première partie, socio-historique, explore les conditions (sociales, politiques, savantes) permettant la construction d’un modèle que Sallée appelle l’« éducation sous contrainte ». Reposant sur un état de l’art problématisé et augmenté de sources primaires (documents et entretiens), l’histoire qu’écrit Sallée est, pour la période la plus récente, une histoire syndicale. Ce choix se justifie par deux points. D’une part, il permet à l’auteur de déployer une analyse de la professionnalisation de ce groupe social. Inspiré par la sociologie de l’école de Chicago, il étudie les enjeux classiques de juridiction, de reconnaissance et d’identité professionnelle. La force de professionnalisation des éducateurs PJJ les a démarqués des éducateurs spécialisés, dont la reconnaissance statutaire fut bien plus lente et laborieuse. Cependant, ils l’ont obtenue moyennant une tension de fond qu’illustre l’ouvrage : leur lutte pour une légitimité entre en conflit permanent avec leur revendication d’autonomie (vis-à-vis de leur administration, de l’activité carcérale et des magistrats). D’autre part, d’un point de vue doctrinal, la conflictualité syndicale permet de suivre les inflexions du paradigme qui donne le sens et la légitimité de l’action éducative. Du milieu des années 1950 aux années 1990, la notion de « milieu ouvert », incarnant la valeur centrale de la protection du mineur, fait office de « modèle de référence » pour le travail éducatif. Au cours des années 2000, la tendance vers une « reprise en main » administrative du travail éducatif s’accélère alors que, parallèlement, le nombre des « placements sous contrainte renforcée »1, extra-carcéraux, augmente considérablement. Par-delà ces changements quantitatifs, une inflexion du sens donné à la contrainte se produit et tend à fissurer le système de valeur organisant le travail des éducateurs à la PJJ. C’est également là un point original de la démarche de Sallée : il montre combien la mise en œuvre d’une politique pénale de répression accrue ne passe pas uniquement par l’imposition par le haut, bureaucratique et normative, d’une conduite éducative, mais repose aussi de dedans sur un changement de cadrage moral. L’éducation judiciaire se déplace peu à peu d’une justice protective postulant une responsabilité collective de la société vers une justice non seulement punitive, mais responsabilisante, soulignant la détermination individuelle de l’acte délinquant. Ce changement de paradigme s’amorce au cours des années 1980 puis s’accentue dans les années 2000. Deux critiques se rejoignent alors pour éroder le modèle protectionnel : le mouvement de revendication des droits de l’enfant qui dénonce ses excès paternalistes et accentue l’idée de l’autonomie de l’enfant, puis les préoccupations sécuritaires des années 1990 qui insistent sur la responsabilisation individuelle des délinquants. Au tournant du XXIe siècle, sous la conjonction de ces deux critiques, le modèle protectionnel, matérialisé par le travail en milieu ouvert, se fissure enfin. L’opposition entre répression et prévention apparait de plus en plus stérile et la contrainte devient constitutive d’un nouveau type d’éducation. Dépassant les seuls lieux d’enfermement, elle se voit dès lors « disséminée » « tout au long de la chaîne éducative » (p. 93).

3La seconde partie ethnographie trois modes d’intervention des éducateurs de la PJJ, traçant de manière étagée cette dissémination, du milieu ouvert à la détention en passant par le centre éducatif fermé (CEF).Le service de milieu ouvert illustre le « recentrage pénal » de la PJJ depuis les années 1990. Les mesures d’assistance éducative sont en baisse constante et, incidemment, la population est plus masculine et plus proche de la majorité. Il en résulte des changements dans le type d’activité avec une augmentation des mesures « probatoires », incluant un contrôle judiciaire (et la menace d’une détention pour le mineur). Dans ces mesures se loge la controverse sur l’usage de la contrainte comme outil légitime du travail éducatif. Sallée identifie deux postures : l’une qui sépare les activités de contrôle de celles du travail éducatif pour maintenir la « pureté » de celui-ci ; l’autre, dominante, qui intègre la contrainte dans le travail éducatif dans une dynamique de responsabilisation et de préparation à la majorité.Si la contrainte intervient incidemment dans le travail en milieu ouvert, elle est centrale dans la création des CEF et dans leur activité. Les dispositifs physiques sont divers, matérialisant plus ou moins fortement l’enfermement. Mais, dans tous les cas, la contrainte pénale dans le montage juridique du placement en probation place la prison en position de repoussoir (se construire contre), mais également de soutien (se construire sur) pour les éducateurs du CEF. Lorsque les équipes éducatives refusent d’exercer la contrainte corporelle en « contenant » le jeune, ils délèguent celle-ci à la prison.

4En détention, enfin, les éducateurs sont particulièrement exposés dans leur identité professionnelle et, in fine, la prison représente le retour incessant des pratiques disciplinaires dont la PJJ n’a jamais pu s’émanciper totalement. Ils revendiquent un travail « par-delà les murs » en inscrivant leur prise en charge des mineurs détenus dans un réseau socio-judiciaire qui dépasse le temps et le lieu de l’incarcération. Mais « entre les murs », la délégation des tâches disciplinaires aux personnels pénitentiaires est à double tranchant. Les éducateurs sont délestés de ce travail jugé éloigné du cœur de métier selon une logique protectionnelle. Cependant l’activité des éducateurs se voit alors concurrencée par les surveillants pénitentiaires et limitée par les normes sécuritaires. Au contraire, une logique éducative de responsabilisation permet la valorisation de la sanction carcérale et la justification de la cohabitation des éducateurs PJJ avec l’ordre carcéral.

  • 2 Martuccelli, D. (2014). « Néolibéralisme », in P. Zawieja & F. Guarenir, Dictionnaire des risques p (...)
  • 3 Sur ce point, voir : Sicot, F., « Déviances et déficiences juvéniles : pour une sociologie des orie (...)
  • 4 Ravon, B. & Vidal-Naquet, P., « Épreuve de professionnalité », in P. Zawieja & F. Guarenir, Diction (...)

5L’enquête documentée et précise de Nicolas Sallée sur le secteur judiciaire constitue une étude de cas informant des évolutions plus vastes. D’une part, la France ne déroge pas à une tendance occidentale vers un « retour du droit » et vers la responsabilisation dans le traitement de la délinquance juvénile. Cette tendance remet en cause les modes d’interventions éducatives reposant sur l’idée d’une éducabilité du justiciable. La France possède ici ses particularités, telles que l’apparition d’une psychanalyse spécialisée, inspirée par la tradition de la criminologie clinique, et qui donne une plus-value non seulement éducative, mais thérapeutique à l’exercice de la contrainte. Dans un tout autre champ, celui de l’autisme, c’est à la même période une vague des désaveux successifs que connaissent les psychanalystes, pourfendus par les associations de parents et disqualifiés par les référentiels de bonnes pratiques biomédicaux. L’usage de la contrainte corporelle (telle la technique du « packing ») y est vivement dénoncé. Pour autant, un point unit ces deux évolutions en apparence antagonistes : l’enfermement des jeunes délinquants comme l’éducation des enfants autistes par des parents coauteurs du traitement reposent tous deux sur le développement des capacités individuelles et sur la promotion de l’autonomie. À ce titre, la tendance vers la responsabilisation et l’appréhension de l’acte délinquant comme résultant d’une cause (si ce n’est d’un choix fautif) individuelle ne sont qu’une facette des mutations profondes de l’action publique sur les déviances juvéniles. Au-delà du seul secteur judiciaire, ces évolutions participent d’une conception de l’individu « entrepreneur de lui-même »2. En outre, elles compromettent l’articulation de la dangerosité et de la vulnérabilité des jeunes, et ne laisse pas facilement dialoguer les nécessités du contrôle et celle du care. Enfin, elles ouvrent à effacer les frontières classiques séparant depuis 1945 justice, psychiatrie, pédagogie et protection sociale3. Ces évolutions, et c’est peut-être là où le livre de Sallée nous laisse sur notre faim, invitent à penser à nouveaux frais la sociologie des professions pour rendre compte des incertitudes qui traversent les pratiques contemporaines. Comme le montrent Didier Vrancken, Florent Champy, ou encore Bertrand Ravon et Pierre Vidal-Naquet4 la responsabilisation, et son pendant, l’autonomie des jeunes usagers, sont autant de maux pour les organisations professionnelles et autres « métiers inspirés » plus ou moins fortement rattachés à l’État social : ne plus pouvoir « faire profession » que l’on sait mieux que son client, et que tout autre, ce qui cloche chez lui…

Haut de page

Notes

1 Cette expression que propose l’auteur réunit centres éducatifs fermés et centres éducatifs renforcés.

2 Martuccelli, D. (2014). « Néolibéralisme », in P. Zawieja & F. Guarenir, Dictionnaire des risques psycho-sociaux, Paris, Seuil, 2014, p. 501-503.

3 Sur ce point, voir : Sicot, F., « Déviances et déficiences juvéniles : pour une sociologie des orientations », ALTER - European Journal of Disability Research / Revue Européenne de Recherche sur le Handicap, 1(1), 2007, p. 43‑60. https://doi.org/10.1016/j.alter.2007.09.001

4 Ravon, B. & Vidal-Naquet, P., « Épreuve de professionnalité », in P. Zawieja & F. Guarenir, Dictionnaire des risques psycho-sociaux, vol. 1–1, Paris, Seuil, 2014, p. 268‑272 ; Vrancken, D., « Le travail social serait-il devenu une profession ? Quand la “prudence” s’invite au cœur d’un vieux débat », Pensée plurielle, 30‑31(2), 2012, p. 27‑36 ; Champy F., Nouvelle théorie sociologique des professions, Paris, Presses universitaires de France, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannis Gansel, « Nicolas Sallée, Éduquer sous contrainte. Une sociologie de la justice des mineurs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 18 novembre 2016, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21745

Haut de page

Rédacteur

Yannis Gansel

Psychiatre, praticien hospitalier aux Hospices Civils de Lyon et docteur en sciences sociales, membre de l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux Sociaux, sciences sociales, politiques et santé (IRIS, UMR8156 - U997).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page