Navigation – Plan du site

Helkarava, La banlieue du 20 heures

Michael Perret
La banlieue du 20h
Helkarava, La banlieue du 20h, Paris, Casterman, coll. « Sociorama », 2016, 164 p., [adapté de l'ouvrage de Jérôme Berthaut, "La banlieue du 20 heures", Editions Agone, 2013], ISBN : 978-2-203-12006-8.
Haut de page

Texte intégral

1La collection « Sociorama » des éditions Casterman compte un nouveau titre avec la parution récente de La banlieue du 20 heures, bande dessinée d’Helkarava adaptée de l’enquête ethnographique du sociologue des médias Jérôme Berthaut1. Le principe de cette collection est de transcrire en bande dessinée des enquêtes sociologiques2. En tant que traduction d’un travail académique important, La banlieue du 20 heures est le résultat de plusieurs choix de vulgarisation et de mise en image opérés par son auteur, Helkarava3.

  • 4 Berthaut Jérôme, La banlieue du « 20 heures » : ethnographie de la production d’un lieu commun jour (...)
  • 5 Dans la bande dessinée d’Helkarava, la rédaction du JT a recours à un fixeur spécialisé dans la ban (...)

2Le premier des choix effectué par Helkarava dans son adaptation de l’enquête de terrain de Jérôme Berthaut est de suivre un schéma narratif classique : celle-ci raconte l’arrivée de Jimmy Tendini, un jeune journaliste rédacteur tout juste sorti de l’École supérieure de journalisme de Lille (ESJ), au service informations générales du journal télévisé (JT) d’une grande chaîne nationale. Ce personnage fictif, engagé en CDD pour une durée minimale de 3 mois, permet à l’auteur de poser le décor et de plonger le lecteur dans le rythme frénétique de la production du JT. Jimmy a à peine le temps de découvrir les coulisses du 20 heures – avec sa salle de rédaction, les locaux des différents services, etc. – qu’il est envoyé faire un sujet en banlieue. L’immersion d’un jeune employé dans le milieu journalistique télévisuel permet à Helkarava de montrer les contraintes des modèles de l’audiovisuel commercial : si Jimmy Tendini espère pouvoir rester dans l’équipe du JT, il devra très vite satisfaire la commande de reportages caricaturaux prédéfinis par sa hiérarchie. En singularisant l’expérience vécue par de nombreux jeunes journalistes, Helkarava reste pourtant fidèle au texte de Jérôme Berthaut. Il restitue ainsi les « manières de penser et de faire le journalisme » qui relèvent « de l’intériorisation d’impératifs formulés dans un langage faisant appel aux normes professionnelles »4 avec passablement d’ironie : la ligne éditoriale du JT et les commandes de la hiérarchie se focalisent sur les « déviances » commises en banlieue ; les délais de production ultra-courts limitent le temps passé sur le terrain ; le format du reportage du JT et les montages effectués imposent de simplifier les sujets ; les journalistes recourent à des sources policières ou à des fixeurs5 jugés fiables et stratégiques ; tout ceci contribue à perpétuer les lieux communs sur les quartiers populaires.

  • 6 Le caniveau renvoie au terme anglais utilisé par MacCloud, à savoir gutter, et signifie l’espace en (...)

3Le deuxième choix majeur de l’adaptation d’Helkarava se situe dans la transposition des explications sociologiques de l’enquête ethnographique de Jérôme Berthaut en bande dessinée. Un principe constitutif de la bande dessinée est de laisser le lecteur produire du sens lors de la lecture des cases, mais également entre les cases. Cette interprétation faite entre les cases est ce que Scott MacCloud a appelé les « limbes du caniveau »6, soit l’art d’interpréter ce qui est invisible. Les opérations d’explicitation de phénomènes sociaux, attendus dans des textes ethnographiques ou sociologiques, sont ici laissées précisément dans le caniveau, soit entre les cases. Par exemple, chaque protagoniste de l’histoire, à commencer par Jimmy Tendini, est présenté selon le format sociologique classique de la classe socio-professionnelle. Chaque fois que quelqu’un entre en scène, Helkarava fige le récit et lui dresse le portrait. On apprend ainsi dans quel service évolue le personnage présenté, son type de contrat (CDD ou CDI), son âge, la profession de ses parents et l’école de journalisme suivie. Le lecteur attentif voit apparaître, sans qu’elles soient explicitées, des ressemblances – certains sociologues parleraient de reproduction. Ressemblances dans les trajectoires professionnelles d’une part : les journalistes proviennent de quelques grandes écoles et peuvent s’y être côtoyés (ESJ de Lille, CUEJ de Strasbourg, etc.). Ressemblances dans le milieu d’où viennent les protagonistes d’autre part : les parents ont souvent des formations supérieures et sont issus de la classe moyenne supérieure.

4La banlieue du 20 heures révèle aussi que le processus de production de reportages sur les quartiers populaires se base principalement sur l’emploi de stéréotypes. Entre des commanditaires qui fantasment sur une banlieue « hors-sol » (pour reprendre l’expression de Jérôme Berthaut) et des journalistes-rédacteurs qui expérimentent des réalités sociales très hétérogènes sur le terrain, les attentes hiérarchiques finissent souvent par l’emporter et imposent ainsi la perpétuation de stéréotypes. Les collègues de Jimmy Tendini lui dressent ainsi très rapidement un tableau apocalyptique de la banlieue : « Tu verras quand ton journaliste reporter d’images [JRI] se fera agresser pour sa cam. Ta voiture caillassée ! Quand on te menacera si tu veux filmer ! C’est ici la Syrie ! » lui lance Olga, 45 ans, JRI depuis quinze ans (p. 25). Mais, pour rendre compte de ces opérations de simplification de la réalité, Helkarava lui-même doit user de stéréotypes puisés dans un monde commun : Jimmy Tendini est un jeune journaliste-rédacteur stressé qui tente de prendre de la distance avec les exigences de la hiérarchie avant de s’y soumettre ; les supérieurs sont souvent des carriéristes éhontés ; etc.

5En définitive, Helkarava montre comment est produit sur le terrain, en salle de rédaction puis en salle de montage un « journalisme de raccourci » (Jérôme Berthaut). Paradoxalement, son adaptation ressemble, en proposant des interprétations sociologiques « dans le caniveau » et en reproduisant des stéréotypes du monde journalistique, à une « sociologie de raccourci ».

Haut de page

Notes

1 Voir Berthaut Jérôme, La banlieue du « 20 heures » : ethnographie de la production d’un lieu commun journalistique, Marseille, Agone, coll. « L’ordre des choses », 2013.

2 Le lecteur intéressé pourra se référer aux comptes rendus de ce site des autres ouvrages de la collection que sont Chantier interdit au public, La fabrique pornographique, Séducteurs de rue, Turbulences et Encaisser (compte rendu à paraître).

3 Le sociologue Denis Colombi a proposé un billet de blog intéressant sur ces questions de mise en image et de vulgarisation des deux premiers opus de la collection « Sociorama ».

4 Berthaut Jérôme, La banlieue du « 20 heures » : ethnographie de la production d’un lieu commun journalistique, op. cit., p. 392.

5 Dans la bande dessinée d’Helkarava, la rédaction du JT a recours à un fixeur spécialisé dans la banlieue, un dénommé Othmane. Celui-ci se charge de trouver pour les journalistes des « figures sociales qui composent la dramaturgie médiatique de la banlieue » (Berthaut Jérôme, La banlieue du « 20 heures » : ethnographie de la production d’un lieu commun journalistique, op. cit., p. 394), comme les « jeunes désœuvrés en bas des tours », la « bande de filles », etc. Les scènes avec Othmane le fixeur sont souvent savoureuses : les journalistes se retrouvent par exemple à interviewer une « racaille » de l’Essonne trouvée par Othmane pour traiter d’un braquage survenu à Melun (Seine-et-Marne).

6 Le caniveau renvoie au terme anglais utilisé par MacCloud, à savoir gutter, et signifie l’espace entre les cases. Voir MacCloud Scott, L’Art invisible, Paris, Delcourt, coll. « Contrebande », 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Perret, « Helkarava, La banlieue du 20 heures », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 18 novembre 2016, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21748

Haut de page

Rédacteur

Michael Perret

Professeur chargé d’enseignement en communication à la Haute Ecole Spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO) et doctorant en sciences sociales à l’Université de Lausanne.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page