Navigation – Plan du site

Manuel Schotté (dir.), « Excellences corporelles », Genèses, n° 103, juin 2016

Hugo Juskowiak
Excellences corporelles
Manuel Schotté (dir.), « Excellences corporelles », Genèses, n° 103, juin 2016, 176 p., Paris, Belin, ISBN : 9782701198668.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mauss Marcel, « Les techniques du corps », Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1934 [1978], pp (...)
  • 2 Defrance Jacques, L'excellence corporelle. La formation des activités physiques et sportives modern (...)

1Qu’y a-t-il de commun entre « un pianiste virtuose, un footballeur de Ligue 1 et un artisan potier » (p. 3) ? C’est par cette question que Manuel Schotté introduit le numéro 103 de la revue Genèses de juin 2016 coordonné par Nicolas Mariot et consacré aux « excellences corporelles ». Mais loin d’analyser, par exemple, les registres de la formation ou de l’activité au quotidien qui supposent, pour tous ces acteurs, un engagement physique intense inscrit dans le temps long s’accompagnant le plus souvent d’une incertitude permanente et d’une intense concurrence, ce dossier permet de questionner la manière dont, en fonction des activités observées, des modalités d’appréciation des « techniques du corps » (Mauss, 1934)1 valorisant des types particuliers de compétences physiques se sont progressivement structurées et diffusées. Pour le dire autrement, en s’inscrivant dans les travaux initiés par Jacques Defrance2, il s’agit ici de comprendre comment « des pratiques objectivement proches (au niveau de ce qu’elles engagent sur les plans mécanique et physiologique) deviennent radicalement différentes [...] du fait du marquage symbolique dont elles font l’objet » (p. 4) et fabriquent alors des échelles de classement très différentes en fonction des domaines étudiés (art, sport, spectacle, artisanat).

2Le dossier s’ouvre ainsi sur l’article de Delphine Moraldo : « Mountaineering is something more than a sport. Les origines de l’éthique de l’alpinisme dans l’Angleterre victorienne » (pp. 7-28) qui met en évidence comment les conditions socio-historiques de structuration de l’alpinisme en Angleterre à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle ont configuré une vision originale de l’excellence corporelle. À partir des notices nécrologiques des membres de l’Alpine Club (AC), des articles de l’Alpine Journal (AJ, la revue de l’AC) et des autobiographies, l’auteure montre comment les propriétés sociales et les trajectoires scolaires et sportives des membres de l’élite de l’alpinisme (homme, urbain, bourgeois, issus des publics schools) ont initialement instauré et codifié une vision particulière de la pratique. « Le courage, l’abnégation, l’esprit de corps, la discipline, l’honnêteté » (p. 13) mais également la recherche du fair-play ou le refus d’une compétition exacerbée structurent les manières de grimper (absence de guide ou d’aide « artificielle » comme les pitons, les échelles ou les grappins) en faisant référence à un ethos amateur qui exclut alors les « gymnastes », « acrobates » (p. 17) ou autres porteurs d’une conception sportive et/ou professionnelle de la l’alpinisme généralement recrutés dans les milieux plus populaires.

3La contribution de Stéphane Lembré, « L’invention du concours des "meilleurs ouvriers de France" (années 1920-1930) » (pp. 29-48) se centre également sur ce qu’une forme d’excellence corporelle doit à ses promoteurs originels. « [La] progression de la mécanisation et [les] prémisses de l’organisation scientifique du travail en France » (p. 35) dans le premier tiers du XXe siècle instaurent un contexte anxiogène dans le monde de l’artisanat et de l’industrie pendant que, dans le même temps, ils conduisent également la puissance publique à faire évoluer ses conceptions et ses pratiques en matière de formation de la main d’œuvre. Dès lors, on comprend mieux la mise en place d’un concours valorisant l’émulation, reposant sur la logique de l’exposition et mobilisant des catégories de jugement scolaires et artistiques pour faire face à cette crainte d’une éventuelle dévalorisation des métiers ouvriers. En effet, la recherche d’une pièce parfaitement exécutée par la mise en concurrence des concurrents, la valorisation des productions par leur affichage public ou encore la production d’une élite à partir d’une méritocratie basée sur le sérieux et l’effort sont autant d’outils communs à l’État et au monde patronal souhaitant conjointement réaffirmer la place du travail manuel dans la société française du début du XXe siècle.

  • 3 Pociello Christian, « Sur la dramaturgie des jeux de combat », Communications, n°67, 1998, pp. 149- (...)
  • 4 Rauch André, Boxe, violence du XXe siècle, Paris, Aubier, 1992
  • 5 Merton Robert-K., « The Matthew effect in science, II : Cumulative advantage ans the symbolism of i (...)

4Ce travail collectif de consécration d’une forme d’excellence corporelle singulière mis en évidence dans l’élection des MOF fait écho à la contribution de Sylvain Ville, « Georges Carpentier, naissance d’une célébrité sportive (1894-1926) » (pp. 49-71) qui permet de mesurer le poids que peut avoir « un ensemble d’investissements journalistiques, économiques et mondains » (p. 5) dans la mutation d’un « boxeur de niveau régional » en star« internationale » (p. 49). En mobilisant des sources variées (archives privées, littérature journalistique, écrits personnels, entretiens), l’auteur retrace la trajectoire biographique de Georges Carpentier en la situant dans divers espaces sociaux. Il s’émancipe ainsi des travaux de Christian Pociello3 ou d’André Rauch4 qui expliquent la réussite et la reconnaissance du boxeur, pour le premier, à partir de son style privilégiant la vitesse à la force et, pour le second, à travers les valeurs « de courage, d’élégance et de finesse » (p. 50) qu’il évoque dans les représentations des spectateurs. La trajectoire de Carpentier s’apparente alors à un cercle vertueux pouvant se rapprocher du modèle des avantages cumulatifs développés par Merton5 : la maîtrise de compétences pugilistiques dans une boxe professionnelle du début du XXe siècle encore balbutiante conduit Carpentier à investir le domaine des exhibitions. Porté par un manager et trois organisateurs de combats qui inscrivent d’emblée sa carrière dans une « double dimension sportive et spectaculaire » (p. 52), il devient alors « une idole » (p. 55) pour une presse sportive en quête de profits économiques qui lui permet alors une accession au monde du cinéma et au milieu mondain parisien illustré par son mariage en 1920 réunissant les élites artistiques, politiques et économiques du pays.

  • 6 Wacquant Loïc, « The prizefighter's three bodies », Ethnos : Journal of Anthropology, n°3, 1998, pp (...)

5Si, dans le domaine de la boxe, Carpentier dispose des « conditions initiales nécessaires pour devenir une célébrité » (p. 67), Adrien Thibault dans son article « Les trois corps de l’acteur. Ethnographie des auditions d’une école de théâtre britannique d’élite » (pp. 72-95) montre que celles-ci sont également fondamentales pour réussir les auditions dans une école d’art dramatique. L’auteur, qui appuie sa démonstration sur les travaux de Loïc Wacquant, reprend à son compte les « trois corps du pugiliste »6 (p. 72), pour mieux montrer le primat du « corps-esprit » sur le « corps-objet » et le « corps-instrument » (p. 74). Se différenciant à la fois de la technique pure (corps-instrument) et des aspects esthétiques (corps-objet), cette moralité en actes (corps-esprit), émanation de l’intériorité du candidat, représente en réalité le reflet d’un capital familial incorporé dont la recherche révèle une forme d’excellence corporelle profondément ancrée chez les candidats. Le déroulement d’auditions qui laissent « le champ libre, pour les candidats, à l’expression de leur héritage familial et, pour les jurés, à l’expression de leur éthique conjointement personnelle et professionnelle, donc de leurs catégories d’entendement les plus morales et les moins objectives » (p. 92), s’explique par l’absence de prérequis à l’inscription et de critères d’évaluation clairement identifiés dans une école élitiste, d’élite et de l’élite qui s’est construite sous une forme contre-scolaire.

  • 7 Une histoire sociale de la vérité. Science et mondanité dans l’Angleterre du XVIIe siècle, Paris, L (...)

6Hors dossier, les articles de Jay Rowell, « L’emploi des handicapés en Europe. Le rôle de la quantification dans l’échec d’un nouveau problème public » (pp. 96-116), Quentin Lade, « Une belle image pour une bonne revue. Une ethnographie des représentations visuelles en sciences expérimentales » (pp. 117-138) et Éric Le Bourhis, « Villes, menace atomique et secret d’État. Union soviétique, 1956 » (pp. 139-158), conduisent à une réflexion sur la définition et la qualification des « bonnes » pratiques - à défaut d’être excellentes - dans les domaines de la gestion du handicap, de l’illustration des articles scientifiques et de la politique de la ville. Le numéro 103 se referme sur le compte-rendu de lecture de l’ouvrage de Steven Shapin7proposé par Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin sous le titre « Généalogie de la vérité : un détour par l’Angleterre du XVIIe siècle » (pp. 160-167).

7Au final, en observant ce qui se passe dans différents espaces sociaux, ce numéro de la revue Genèses nous rappelle l’improbable généralisation des principes de classements et l’impossibilité de proposer une définition unique de l’excellence corporelle. « L’étude de la codification initiale d’une pratique » (p. 4) et de ses évolutions constituent alors un levier pour comprendre l’organisation des pratiques, le statut des pratiquant(e)s et les manières qu’ils ont de se représenter.

Haut de page

Notes

1 Mauss Marcel, « Les techniques du corps », Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1934 [1978], pp. 363-386.

2 Defrance Jacques, L'excellence corporelle. La formation des activités physiques et sportives modernes, 1770-1914, Rennes, AFRAPS, 1987.

3 Pociello Christian, « Sur la dramaturgie des jeux de combat », Communications, n°67, 1998, pp. 149-164.

4 Rauch André, Boxe, violence du XXe siècle, Paris, Aubier, 1992

5 Merton Robert-K., « The Matthew effect in science, II : Cumulative advantage ans the symbolism of intellectual property », ISIS, n°79, 1988, pp. 606-623.

6 Wacquant Loïc, « The prizefighter's three bodies », Ethnos : Journal of Anthropology, n°3, 1998, pp. 325-352.

7 Une histoire sociale de la vérité. Science et mondanité dans l’Angleterre du XVIIe siècle, Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences sociales » de 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugo Juskowiak, « Manuel Schotté (dir.), « Excellences corporelles », Genèses, n° 103, juin 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 19 novembre 2016, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21750

Haut de page

Rédacteur

Hugo Juskowiak

Maître de conférences en STAPS à la Faculté des Sports et de l’Éducation Physique de Liévin

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page