Navigation – Plan du site

« Marseille II. Bonnes femmes, mauvais genre », Revue Z, n° 10, 2016

Anne-Charlotte Millepied
Marseille II
« Marseille II. Bonnes femmes mauvais genre », Revue Z, n°10, 2016, 220 p., Marseille, Agone, Les Ami-e-s de Clark Kent, ISBN : 978-2-7489-0296-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir leur site internet : http://www.zite.fr/.
  • 2 Voir le compte rendu de Simon Ridley pour Lectures : Simon Ridley, « « Technopoles radieuses », Rev (...)

1C’est aux thématiques du genre et du féminisme que l’équipe de la Revue Z consacre son dernier numéro. Comme pour les numéros précédents1, la Revue itinérante d’enquête et de critique sociale prend ses quartiers dans une ville pour y faire son enquête. Après Thessalonique, Vénissieux et Toulouse2, entre autres, c’est Marseille qui est choisie pour la deuxième fois.

2Avec un ton clairement engagé, Z réussit son pari critique, en proposant des analyses approfondies, souvent nourries de quelques références académiques choisies, mais aussi des entretiens, des témoignages directs et des reportages à la frontière entre le journalisme et l’ethnographie. Le sérieux des sujets traités n’empêche pas l’humour, présent tout au long numéro, et une dimension plus ludique à travers l’utilisation de la bande dessinée et du jeu. Le contenu est donc particulièrement riche et très bien illustré par quelques photographies et beaucoup de dessins qui rendent la lecture vivante.

  • 3 L’intersectionnalité est un concept élaboré au sein des études féministes, elles-mêmes à l’intersec (...)

3L’objectif du numéro est la volonté d’analyser le sexisme à l’aune de la race et de la classe, ce qui implique l’adoption d’un point de vue intersectionnel, c’est-à-dire attentif à l’imbrication des différents rapports de pouvoir3. Les sujets abordés sont nombreux mais le tout s’articule bien ensemble. N’ayant pas la possibilité de tous les présenter, je distinguerai deux axes transversaux qui se dégagent à mes yeux – et qui d’ailleurs se rejoignent –, une approche matérialiste et une attention particulière portée au corps.

  • 4 Silvia Federici est une universitaire et militante féministe qui a notamment travaillé sur les lien (...)

4L’approche matérialiste réside dans la démarche constante qui consiste à mettre au jour les fondements et les implications concrètes de la domination et à mettre l’accent sur les rapports de classe qui structurent la vie quotidienne. Dans la première partie du numéro, « Tabliers blancs et colères noires », l’article sur les grèves des femmes de chambre dans l’hôtellerie du luxe, écrit par Nina Almberg et illustré par Caroline Sury, et celui de Célia Izoard sur le secteur de la petite enfance à Marseille illustrent bien l’imbrication des rapports de domination dans le monde du travail, ainsi que la façon dont le contexte économique global néolibéral, caractérisé par une logique de rationalisation et de rentabilité, joue concrètement dans le quotidien des travailleuses. Dans la troisième partie du numéro, « À corps défendant », cette approche matérialiste se repère dans l’article de Silvia Federici4 sur la gestation pour autrui (GPA). Elle y dénonce « la marchandisation croissante de la vie quotidienne et du travail reproductif » qui joue ici à l’échelle globale. Ce sont des femmes des pays du Sud, les mêmes qui étaient incitées à la stérilisation dans les années 1980 car désignées comme à l’origine de la surpopulation, qui sont aujourd’hui utilisées pour produire des enfants pour les femmes des pays du Nord. Ce sont là aussi des contraintes matérielles qui pèsent sur le choix des femmes à être des mères de substitution, parfois une alternative à la prostitution. À Bangalore, en Inde, les mères porteuses sont recrutées dans le milieu du textile, où les conditions de travail sont mauvaises et les salaires très bas.

5Dans la continuité du point de vue matérialiste, la thématique du corps est particulièrement mise en avant, comme on peut le voir dans les deux premiers articles qui ouvrent le numéro. Dans « La livre de chair », Célia Izoard offre un panorama du sexisme et du mépris quotidien que connaissent les femmes : sexualisation et violences sexuelles, discriminations dans le monde du travail, culpabilisations diverses… Autour du récit d’une marche de nuit non-mixte en mars 2015, l’article de Mathilde Blézat, « Riposte ! », fait le point sur la réalité des violences envers les femmes (leur ampleur – 75 000 viols commis à l’encontre de femmes chaque année – et leurs caractéristiques – par exemple le fait que dans la majorité des cas, la victime connait son agresseur). Cet article est particulièrement le bienvenu, parce que les violences envers les femmes sont un des piliers de l’oppression des hommes envers les femmes, un des premiers à être attaqué par les mouvements féministes des années 1970. L’article ouvre aussi sur les potentialités de la pratique de l’autodéfense féministe, qui donne des techniques à la fois physiques, verbales, mentales et émotionnelles pour faire face aux violences spécifiques auxquelles les femmes peuvent être confrontées dans leur vie quotidienne. Cela montre dans quelle mesure le corps des femmes, historiquement approprié par les hommes et constitué comme le lieu par excellence de leur oppression, est aussi un lieu de résistance et d’émancipation. C’est ce que l’on voit aussi dans les articles sur la pratique professionnelle des sages-femmes et la médicalisation de l’accouchement, sur l’accès difficile à la contraception définitive ou encore un groupe santé-femme à Marseille, qui montrent différentes facettes de la lutte des femmes pour la réappropriation de leur santé et de leur corps. Dans un contexte différent, le reportage-analyse de Mora Martin et Alex Lottasur les combattantes kurdes, dans la deuxième partie du numéro intitulée « Zones de confiance », illustre l’enjeu du corps dans l’expérience des femmes dans la guérilla. D’abord soumises à un processus d’« uniformisation des corps » – à travers l’adoption de la tenue de peshmerga et des autres codes de la masculinité (cheveux courts, arrêt du maquillage ou de l’épilation), le corps masculin étant le seul valable – elles ont engagé à partir des années 1980 un mouvement de reconnaissance de leur situation spécifique, en obtenant la prise en charge par le parti de l’approvisionnement en protections périodiques, en se réappropriant progressivement les codes de la féminité, et en se dégageant des espaces d’entre-soi qui leur permettent de renverser le rapport de force.

6De nombreux autres sujets sont abordés dans le numéro : l’inceste, l’afroféminisme, les ouvrières du textile au Laos, la lutte contre l’islamophobie, la non-mixité dans la musique, la radio ou la pratique de la voile, les politiques reproductives dans les DOM, l’histoire du clitoris (dans une bande dessinée drôle, didactique et très bien construite), mais également les manifestations contre la loi travail dans lesquelles une partie des membres de la revue s’est investie. On se réjouit de l’originalité de la revue, qui emprunte tant aux travaux académiques, notamment sociologiques et historiques, qu’au registre militant. Z adopte une perspective critique, ici clairement féministe, et respectueuse, dans la mesure où les multiples entretiens et récits qui jalonnent le numéro témoignent de la volonté de ne pas se substituer à la parole des personnes rencontrées.

Haut de page

Notes

1 Voir leur site internet : http://www.zite.fr/.

2 Voir le compte rendu de Simon Ridley pour Lectures : Simon Ridley, « « Technopoles radieuses », Revue Z, n° 9, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015. http://lectures.revues.org/19322.

3 L’intersectionnalité est un concept élaboré au sein des études féministes, elles-mêmes à l’intersection entre le monde militant et le monde académique. On peut citer les travaux d’Angela Davis : Women, Race and Class, New York, Random House, 1981 ; bell hooks : Ain’t I a Woman. Black Women and Feminism, Boston, South End Press, 1982 ; et de Kimberlé Crenshaw : « Mapping the Margins: Intersectionality, Identity Politics, and Violence against Women of Color », Stanford Law Review, 1991, vol. 43, n° 6.

4 Silvia Federici est une universitaire et militante féministe qui a notamment travaillé sur les liens entre capitalisme et oppression des femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Charlotte Millepied, « « Marseille II. Bonnes femmes, mauvais genre », Revue Z, n° 10, 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 20 novembre 2016, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21753

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page