Navigation – Plan du site

Aaron Shkuda, The Lofts of SoHo. Gentrification, Art, and Industry in New York, 1950-1980

Héloïse Thomas
The Lofts of SoHo
Aaron Shkuda, The Lofts of SoHo. Gentrification, Art, and Industry in New York, 1950-1980, Chicago, University of Chicago Press, 2016, 320 p., ISBN : 9780226334189.
Haut de page

Texte intégral

1Les forces économiques, politiques, sociales et culturelles ne cessent de redessiner les espaces urbains aux États-Unis, et la configuration de New York illustre parfaitement ce phénomène, tant sa géographie continue de refléter les transformations sociétales. Le concept de gentrification, c’est-à-dire l’embourgeoisement d’un quartier populaire, revient très souvent pour expliquer ces évolutions. La simple notion de classe sociale ne suffit pourtant pas à rendre compte de la complexité du phénomène de gentrification, puisque ce dernier fait également intervenir, entre autres, des perspectives raciales et ethniques. Aaron Shkuda prend d’abord le quartier de Bushwick, dans l’arrondissement (borough) de Brooklyn, comme une illustration contemporaine des vagues de transformations urbaines, qui ont fait de zones industrielles mal famées, des colonies artistiques, puis des quartiers résidentiels huppés, Il se tourne ensuite vers SoHo, considéré comme le premier quartier à avoir connu de telles transformations. L’auteur retrace alors l’histoire de SoHo, qui reste encore associé à un milieu bohème et artistique, bien que cette représentation soit de moins en moins pertinente à l’heure actuelle, puisque le processus de gentrification a fait de SoHo l’un des quartiers les plus opulents de la ville. Ce processus n’est d’ailleurs pas récent, comme en témoigne l’évolution des populations habitant SoHo dans la période suivant la Seconde Guerre mondiale.

2Suivant une progression chronologique, Shkuda déroule les différentes étapes des changements qu’a subis le quartier de Soho et souligne l’impact des catégories sociales qui s’y sont succédé. Il identifie la décennie des années 1950 comme un tournant dans l’urbanisme étatsunien : d’anciennes zones industrielles en friche, notamment dans la portion sud de Manhattan, sont investies peu à peu par des groupes d’artistes puis des promoteurs, pour qui ces ruines sont une aubaine. Pour les artistes, notamment, les loyers peu onéreux, les régulations lâches et les grands espaces ouverts des anciennes usines offrent des conditions matérielles idéales pour former des studios et des communautés artistiques. Jusqu’aux années 1980, le quartier industriel de SoHo devient ainsi une zone tournée vers la création culturelle, foisonnant de colonies d’artistes, constituant un pôle d’attractivité pour une classe sociale aisée à la recherche de nouveaux quartiers résidentiels, et donc favorisant le phénomène de gentrification. Dès les années 1970, les promoteurs commencent à s’intéresser à ce quartier en pleine mutation : la population qui y emménage est composée de moins en moins d’artistes et d’étudiants, et de plus en plus de cadres supérieurs dotés de bons salaires. Les loyers reflètent ce changement démographique et contribuent à l’expulsion progressive des dernières industries et petites entreprises, ainsi que de la population précaire. Les pressions financières impactent également les petits commerçants et les galeries et coopératives artistiques, qui disparaissent au profit de boutiques de luxe. Avec la dérégulation financière et les profits records enregistrés par Wall Street dans les années 1980, SoHo devient un quartier phare pour beaucoup de New Yorkais car il promet de fantastiques investissements immobiliers et reste proche géographiquement des lieux de travail des résidents. Le mode de vie bohême de SoHo laisse alors place à un nouveau mode de vie urbain, adapté à une nouvelle population (ad men, publicitaires, architectes, employés de Wall Street) qui est davantage attirée par les quartiers créés par les artistes que par les artistes eux-mêmes.

3À travers l’exploration des tensions entre les anciens résidents et les nouveaux propriétaires, Shkuda peut ainsi souligner l’étendue du pouvoir des artistes. Les transformations de SoHo ont fait apparaître d’une part l’existence d’une nouvelle classe sociale, la classe artistique (creative class), et d’autre part l’idée que l’art peut favoriser la prospérité municipale. La rénovation du quartier a d’abord été menée par les artistes, qui se sont imposés comme acteurs cruciaux et incontournables dans les espaces urbains, et comme les précurseurs du renouveau urbain, même s’ils ont finalement perdu le contrôle du développement. Dans cet échec de maintien de l’identité artistique de SoHo, Shkuda identifie notamment l’une des stratégies contemporaines de développement urbain les plus efficaces : le loft, espace autrefois illégal car proche du squat, est désormais reconverti en un espace attractif. L’intérêt et l’engouement qu’ont pu susciter les lofts chez les artistes et les propriétaires plus aisés permet alors d’explorer la relation entre le développement immobilier du quartier et les campagnes de préservation du patrimoine historique. Les lofts sont perçus comme appartenant au patrimoine culturel et artistique de la ville (des lois sont d’ailleurs en place pour attribuer des certifications aux artistes et leur permettre ainsi d’accéder à certains logements), quand bien même les résidents actuels de SoHo ne sont plus en grande majorité artistes. Shkuda souligne finalement le flou juridique qui persiste au sujet des plans d’urbanisme à SoHo, que ce soit pour des projets de grande envergure (des immeubles résidentiels bâtis sur des zones encore affectées normalement à l’industrie) ou autour de la légalité des lofts.

4Le modèle de SoHo se reproduit ailleurs. Au fur et à mesure que le coût de la vie explose à SoHo, les artistes et autres populations précaires se sont installés à Long Island City, Williamsburg ou Bushwick : leur arrivée a initié le même processus qu’à SoHo. Shkuda étend son analyse à d’autres mégalopoles : les quartiers du Vieux Montréal ou des Docklands à Londres subissent des mutations analogues. Des noms de certains quartiers, à Miami (SoFi), Buenos Aires (Palermo SoHo) ou Stockholm (SoFo) font même référence à SoHo, attestant de l’importance du quartier new yorkais comme modèle de développement urbain, même si l’évolution de ce dernier reste liée à des causes intrinsèquement new-yorkaises – en premier lieu, ce que Shkuda qualifie de « résilience » économique dans les années 1970 et 1980. Les transformations de SoHo ont montré la viabilité d’une solution à la crise urbaine, qui n’a pas le coût financier et social des plans de renouveau urbain axés sur la démolition de taudis et logements précaires, et qui devient un modèle alternatif, imprévu et peut-être plus organique, à celui du renouveau urbain contrôlé par les politiques. Mais pour Shkuda, la plus grande leçon de SoHo est, au final, l’importance cruciale et sous-estimée de la culture, qui se retrouve toujours au centre des évolutions du quartier et fut le moteur des premiers changements, avec la venue des artistes. C’est avant tout la volonté de garder sa place de capitale culturelle qui a poussé la ville de New York à investir dans la culture, à cimenter le lien entre les arts et le planning urbain, et donc à favoriser le développement actuel de quartiers comme SoHo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Héloïse Thomas, « Aaron Shkuda, The Lofts of SoHo. Gentrification, Art, and Industry in New York, 1950-1980 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 21 novembre 2016, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21754

Haut de page

Rédacteur

Héloïse Thomas

Ancienne normalienne et agrégée d’anglais, Héloïse Thomas-Cambonie est doctorante contractuelle à l’Université Bordeaux Montaigne. Ses recherches portent sur la formation du sujet politique dans la littérature contemporaine américaine ; elle poursuit en parallèle des projets de traduction.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page