Navigation – Plan du site

Adjimaël Ibrahim Halidi, Délinquance et immigration : un lien avéré ? Étude sur les mineurs délinquants détenus dans les Bouches-du-Rhône

Eva Delpech
Délinquance et immigration : un lien avéré ?
Adjimaël Ibrahim Halidi, Délinquance et immigration : un lien avéré ? Etude sur les mineurs délinquants détenus dans les Bouches-du-Rhône, Paris, L'Harmattan, 2016, 114 p., ISBN : 978-2-343-09766-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mucchielli Laurent, « Délinquance et immigration : un regard sociologique », Criminologie, vol. 36, (...)

1Depuis plusieurs décennies, l’idée de l’existence d’un lien entre immigration et délinquance a fait son chemin au sein des débats publics sur l’insécurité1. Porté à la fois dans la sphère politique et dans la sphère médiatique, ce postulat est à l’origine du développement d’un certain nombre de travaux en sciences humaines et sociales. Par cette étude réalisée au cours de sa deuxième année de master, Adjimaël Ibrahim Halidi souhaite analyser, dans un contexte de modernité tardive, les « conditions anomiques » (p. 22) expliquant le basculement de certains mineurs dans la délinquance. Pour ce faire, l’auteur a procédé au dépouillement quantitatif des « dossiers administratifs » de 96 mineurs détenus dans le département des Bouches-du-Rhône. Ces dossiers sont constitués par les centres de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ). Individuels, ils contiennent des informations sur les caractéristiques sociales du mineur (sexe, âge, niveau scolaire), sur sa personnalité, son foyer (situation matrimoniale des parents, niveau et provenance des revenus, par exemple), ainsi que sur les procédures pénales passées et présentes impliquant le mineur en question, tout comme la « prise en charge éducative » par les services de la PJJ dont il est l’objet.

  • 2 « En France, comme dans la plupart des pays occidentaux, la figure de l’immigré est fortement assoc (...)

2L’ouvrage est divisé en trois parties. La première revient sur la stigmatisation des populations d’origine étrangère dans les discours médiatiques et politiques (de tous bords). Il ne s’agit pas d’un fait social nouveau : ce phénomène est observable lors des périodes durant lesquelles le climat social et économique se durcit (comme, par exemple, lors de la crise économique de 2008). Les jeunes étrangers ou d’origine étrangère sont alors étiquetés comme délinquants2, d’autant plus s’ils habitent des quartiers dits sensibles, quand bien même la délinquance juvénile reste un phénomène en soi marginal, touchant peu de familles. Ainsi, bien que les chiffres mobilisés par les différents acteurs prenant part au débat public puissent faire croire à une augmentation de ce type de délinquance, l’auteur affirme qu’ils reflètent plutôt une augmentation de la prise en charge pénale des délinquants juvéniles.

3Dans la deuxième partie de son ouvrage, Adjimaël Ibrahim Halidi s’attarde sur un certain nombre de caractéristiques socio-familiales et territoriales qu’il a identifiées en tant que facteurs favorables au basculement dans la délinquance des individus étudiés. Pour la majorité d’entre eux, la cellule familiale est éclatée : soit les parents sont séparés – et c’est le plus souvent la mère qui prend en charge les enfants –, soit le père est tout simplement absent. Et quand bien même la mère occupe le rôle de chef de famille, l’autorité parentale qui permettrait de cadrer les comportements de ces adolescents fait défaut, voire est totalement absente pour quelques mineurs qui sont isolés. Outre cette instabilité familiale, d’autres caractéristiques de l’environnement amènent l’auteur à le qualifier de criminogène : la précarité économique, le fait d’habiter un quartier stigmatisé et relégué ou encore de faire partie d’une famille nombreuse (et, plus particulièrement, faire partie d’une fratrie dont un ou plusieurs membres ont déjà été en prison). Pour un peu plus d’un tiers de ces jeunes, la prise en charge par la protection judiciaire de la jeunesse s’inscrit dans une trajectoire institutionnelle qui a déjà débuté plus tôt, dans le cadre de l’aide sociale à l’enfance.

Enfin, dans la troisième partie, Adjimaël Ibrahim Halidi revient sur le rapport conflictuel qu’une part importante des mineurs étudiés entretient avec l’institution scolaire : violences, mais aussi absentéisme, voire décrochage scolaire. Cette situation n’est pas seulement due aux difficultés scolaires de ces jeunes. En effet, l’école se constitue en système normatif vis-à-vis des élèves qu’elle accueille. Mais dans le cas de ces mineurs, la relation entretenue avec l’institution scolaire ne se fait pas sans heurts : pour preuve, la violence (physique et/ou verbale) qu’ils manifestent à l’encontre d’autres élèves ou de l’équipe pédagogique. Pratique proscrite par l’école (et entraînant généralement des sanctions), la violence « fait [pourtant] partie intégrante de la sociabilité de ces mineurs » (p. 85). Elle est également problématique dans le cadre de leur détention. Par cet exemple, entre autres, l’auteur met en exergue certains éléments transformant la détention un « un supplice » plutôt qu’en « une occasion de [...] construire un projet de sortie de délinquance » (p. 98).

  • 3 Mucchielli Laurent, « Immigration et délinquance : réalités, amalgames et xénophobie », in Poinsot (...)
  • 4 Faget Jacques, Sociologie de la délinquance et de la justice pénale, Toulouse, Éditions Érès, 2013 (...)
  • 5 Mauger Gérard, La sociologie de la délinquance juvénile, Paris, La Découverte, Coll. « Repères », 2 (...)

Les résultats de cette recherche s’inscrivent dans la continuité de ceux mis en avant par d’autres chercheurs : par exemple, les travaux de Laurent Mucchielli3 (qui explore les conditions d’émergence de la délinquance, et son supposé lien avec l’immigration) comme ceux de Jacques Faget4, ou encore ceux de Gérard Mauger5 (centrés sur la délinquance juvénile) sont mobilisés par l’auteur afin d’appuyer son argumentation.

4Les points de discussion soulevés par la lecture de ce travail concernent la méthodologie mise en place. Comme le signale l’auteur dans l’introduction, la qualité de l’information et la précision des données figurant dans les dossiers individuels dont il s’est servi pour réaliser son enquête se sont avérées inégales. Ainsi il n’est pas rare, dans les statistiques réalisées à partir de ces dossiers, que la catégorie « non renseigné » concerne une part non négligeable de l’échantillon (par exemple, dans plus de 20% des dossiers, le pays de naissance des parents du mineur n’est pas renseigné ; et ce taux grimpe à 50% en ce qui concerne les informations relatives aux sources familiales de revenus). Il aurait pu être intéressant d’étudier les différences d’information entre les dossiers : quelles sont les données les moins renseignées, sont-elles jugées importantes par les différents acteurs de la PJJ, et quels motifs peuvent pousser ces acteurs à ne pas les mentionner ?

5Les variations dans la consistance des dossiers administratifs des mineurs amènent d’ailleurs l’auteur à s’interroger sur la neutralité des données étudiées. Ces dossiers sont remplis par des acteurs externes, ceux de la protection judiciaires de la jeunesse. Par conséquent, les commentaires et les notes sont des données produites au travers d’un prisme, puisqu’elles sont finalement le point de vue d’un acteur institutionnel sur le mineur en question, ou sa famille.

6Par ce travail de recherche, Adjiaël Ibrahim Halidi interroge les facteurs corrélés au basculement de certains mineurs dans la délinquance. Réfutant la corrélation essentialiste voulant que l’origine étrangère de ces mineurs explique leur comportement déviant, l’auteur démontre que la situation de précarité, le lieu d’habitation, ou encore la structure familiale spécifique dans lesquels ces mineurs évoluent s’avèrent être des éléments déterminants dans l’appréhension et la compréhension de leurs trajectoires.

Haut de page

Notes

1 Mucchielli Laurent, « Délinquance et immigration : un regard sociologique », Criminologie, vol. 36, n° 2, 2003, p. 27-55.

2 « En France, comme dans la plupart des pays occidentaux, la figure de l’immigré est fortement associée à celle du délinquant, dans les représentations collectives et dans les discours médiatico-politiques sur l’insécurité » (Laurent Mucchielli, op. cit.).

3 Mucchielli Laurent, « Immigration et délinquance : réalités, amalgames et xénophobie », in Poinsot Marie, Weber Serge (dir.), Migrations et mutations de la société française, Paris, La Découverte, 2014, p. 307-315 ; Mucchielli Laurent, « L’évolution de la délinquance des mineurs et de son traitement pénal », Les cahiers dynamiques, n° 58, 2013, p. 6-17.

4 Faget Jacques, Sociologie de la délinquance et de la justice pénale, Toulouse, Éditions Érès, 2013 [2002].

5 Mauger Gérard, La sociologie de la délinquance juvénile, Paris, La Découverte, Coll. « Repères », 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eva Delpech, « Adjimaël Ibrahim Halidi, Délinquance et immigration : un lien avéré ? Étude sur les mineurs délinquants détenus dans les Bouches-du-Rhône », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 21 novembre 2016, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21755

Haut de page

Rédacteur

Eva Delpech

Étudiante en master étude et recherche en sociologie à l’université Paris Nanterre.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page