Navigation – Plan du site

Agnès Giard, Un désir d’humain. Les « love doll » au Japon

Ninon Chavoz
Un désir d'humain
Agnès Giard, Un désir d'humain. Les « love doll » au Japon, Paris, Belles Lettres, coll. « Japon », 2016, 376 p., ISBN : 978-2-251-72229-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Agnès Giard, L’Imaginaire érotique au Japon, Paris, Albin Michel, 2006.

1L’ouvrage proposé par Agnès Giard procède, comme ses précédentes réflexions1, à l’interrogation du désir et de ses manifestations dans le Japon contemporain. De fait, si la production des love doll ou « poupées réalistes pour adultes » n’est nullement cantonnée au Japon, l’étude entend se faire l’écho d’une affirmation récurrente qui ferait de la poupée japonaise le lieu d’une spécificité culturelle inaccessible à des consommateurs occidentaux. La réticence des fabricants à exporter des love doll japonaises se fonderait ainsi sur le caractère réducteur du regard occidental, jugé incapable de percevoir les poupées autrement que comme des instruments de jouissance sexuelle. Cette perspective de « mauvais client » est opposée à l’animisme japonais qui favoriserait au contraire l’investissement de l’artefact par une âme ou un esprit.

2C’est précisément cette affirmation japonaise de la conscience propre à la love doll qui justifie l’intérêt porté à un produit dont le coût (2 000 euros en moyenne) prévient largement la massification. La production, souvent artisanale, ne vise qu’un marché intérieur réduit dont la saturation se révèle rapide : en dépit de l’importation des techniques qui ont fait le succès de l’industrie automobile au Japon, telles que la gestion des stocks à flux tendus ou la customisation, le secteur des love doll reste une niche où la domination de l’entreprise pionnière, Orient Industry, créée en 1977, est difficile à contester. Comment dès lors comprendre le statut hybride de la love doll, symbole marginal d’une identité sexuelle et spirituelle conçue à rebours du consumérisme occidental ?

3L’étude se présente comme une investigation de terrain, en quête des modes d’animation d’un objet de désir. L’ouvrage invite ainsi le lecteur à accepter un décentrement du regard pour lequel la poupée aux yeux flous pourrait tenir lieu de modèle : à travers l’exemple en apparence anecdotique de la love doll, présentée par ses producteurs comme produit japonais, il s’agit bien de faire la preuve de la porosité contemporaine des frontières entre l’humain et le transhumain.

4L’enquête donne la parole aussi bien aux principaux créateurs de poupées qu’à leurs utilisateurs – adeptes ponctuels, collectionneurs avertis ou clients curieux des « agences de prostitution de poupées » qui permettent de disposer de love doll sur place ou à domicile pour une période déterminée. La réflexion prend par conséquent appui sur de nombreux supports textuels et graphiques, convoquant des témoignages mais aussi des images publicitaires, des faits divers, des blogs personnels ou des photographies soumises par les possesseurs de love doll pour un concours. L’auteur suit ainsi l’itinéraire de la poupée de sa conception à sa consommation finale, voire à sa destruction programmée, marquée le plus fréquemment par une cérémonie religieuse organisée par l’entreprise productrice.

5Au-delà de cette continuité chronologique, le propos du livre est scindé en trois temps qui semblent faire signe vers un approfondissement de la perception de la poupée, conçue comme l’objet d’un effeuillage progressif. La première partie, consacrée au « marketing de la love doll », présente un historique de la création des premières poupées et un panorama de l’offre disponible, dispersée entre treize entreprises aux gammes plus ou moins spécialisées – par exemple dans les poupées aux corps d’enfant. Le retour sur la success story d’Orient Industry, fondée par le propriétaire d’un sex-shop dans un contexte de libération sexuelle clandestine, permet ainsi de rendre compte des améliorations techniques dont bénéficie un modèle de poupée initialement présenté comme objet thérapeutique, destiné à des clients en situation de handicap physique ou affectif. Le discours de salubrité publique qui accompagne les premiers pas de la love doll, conçue comme dispositif de soin ou de purge sexuelle, est progressivement battu en brèche à la faveur de l’émulation entre entreprises soucieuses d’éviter la stigmatisation de leur clientèle. Le vocabulaire retenu est désormais celui du « mariage » des « filles » de la maison, agrémenté, dans le cas des plus grosses commandes, de la livraison gracieuse d’un set d’anneaux à échanger.

  • 2 Voir Alfred Gell, L’Art et ses agents. Une théorie anthropologique, Bruxelles, Les Presses du réel, (...)

6Le  régime discursif  de la poupée connaît ainsi une inflexion favorable entretenue par la médiatisation croissante dont la love doll fait l’objet : en dehors même de sa présence sur les plateaux télévisés, sa valorisation se traduit par son rattachement parfois forcé à une culture littéraire ancienne et aristocratique, où la poupée fait figure de personnage récurrent des récits fantastiques. De façon plus frappante encore, la love doll se voit associée à la dimension héroïque d’une conquête territoriale : la confirmation de la rumeur qui veut qu’une poupée ait été présente lors de l’expédition en Antarctique menée par le Japon en 1955 contribue ainsi à faire admettre la love doll comme incarnation potentielle d’une héroïne nationale. Le statut de la poupée pour adultes, exaltée par un marketing qui fait remonter ses origines mythiques à l’époque d’Edo, est donc ambigu : à la fois cachée et évoquée comme support possible d’une divinité (kami) omniprésente, malmenée dans les bordels et vénérée dans l’intimité, la love doll fascine dans la mesure où elle échappe aux cadres, fussent-ils linguistiques, de la taxinomie et occupe dès lors un entre-deux labyrinthique2.

7La seconde partie de l’ouvrage, placée sous le signe de « l’esthétique de la love doll », apparaît à ce titre comme une tentative de compréhension du rapport que les utilisateurs entretiennent avec leur poupée : de l’orchestration d’un mythe appuyé par le marketing, on passe ainsi à l’investigation des ressorts de l’interaction, examinée successivement comme contact visuel, physique et mental.

  • 3 L’auteur propose un parallèle avec la « beauté neutre »  de certains masques de femme dans le théât (...)
  • 4 Kawaii est un adjectif japonais désignant plus que le beau, le mignon, le charmant ou l’adorable.

8La question de l’esthétique permet un retour salutaire sur le fantasme d’anthropomorphisation qui tendrait à faire de la poupée la copie la plus exacte possible d’un modèle humain. À ce rêve de duplication et de mécanisation, les concepteurs de love doll opposent l’idée que la valeur ajoutée de la poupée réside précisément dans un écart par rapport au réalisme. L’appréciation de la love doll va ainsi de pair avec la valorisation de la passivité d’un objet placé en position de perpétuelle disponibilité et d’attente. Si cette caractéristique tient à l’expression d’un certain idéal féminin, elle traduit également la volonté de faire de la poupée le support neutre3 d’une rêverie aléatoire. Tirer la love doll vers le robot constitue dès lors une erreur d’appréciation esthétique ; la mécanisation d’une poupée dotée de mouvement apparaissant comme une entrave à la pulsion amoureuse, laquelle se fait fort au Japon de reposer avant tout sur la projection imaginaire. La conception des traits des love doll, influencée par l’esthétique kawaii4, ne se fixe d’ailleurs pas pour objectif la reproduction mimétique du modèle, mais aspire au contraire à une stylisation, traduite notamment par un jeu sur la dilatation des pupilles, que l’on prétend empruntées aux taxidermistes. Il s’agit donc avant tout pour les producteurs de poupées de « créer des idéaux », qui pourront faire l’objet d’une appropriation ultérieure par leurs « adoptants ».

9L’auteur souligne à cet égard le rôle essentiel joué par l’habillage et la photographie dans l’interaction avec la love doll : au-delà de la jouissance physique de l’usager, dont la durée serait estimée à trois mois, le plaisir procuré par la poupée réside dans l’exhibition d’un soin permanent, qui se traduit par la publication massive de mises en scène de love doll sur Internet et par l’instauration d’une rivalité agonistique entre dollers. L’enjeu cependant ne se limite pas à la mise en compétition des passionnés (otaku) : les séances de pose imposées à la love doll signifient également, dans la continuité de la tradition animiste, un don de conscience à la poupée, progressivement animée par l’attention qui lui est accordée. De façon plus dramatique, le soin de la poupée est perçu comme une lutte contre la mort que viendrait sceller la « décharge » du désir et la négligence du propriétaire. L’existence des « vierges synthétiques » est dès lors comparable à celle des Tamagotchi, petites créatures électroniques apparues sur le marché en 1996 et qu’il s’agissait de « faire durer » tout en sachant que leur perte était irrémédiable. Anticipant sur l’usure du sentiment, la prise de possession de la poupée déclenche de même une « minuterie » inflexible, dont l’écoulement marquera le sacrifice de son éphémère beauté plastique.

10La troisième partie, consacrée à la « métaphysique de la love doll », appelle par conséquent à prendre au sérieux l’hypothèse d’une réflexion existentielle inhérente à la poupée. L’auteur souligne d’emblée la spécificité morphologique des love doll japonaises, formées du « bricolage » de trois composantes autonomes – la tête, le corps et un vagin extractible et jetable. Cette dernière particularité, qui fait de la possession sexuelle une simple option, est expliquée par des raisons d’hygiène et des motifs juridiques, liés à la censure de l’obscénité par l’article 175 du Code pénal. L’auteur émet cependant une hypothèse alternative qui lie étroitement le « vide » autour duquel se construit le corps de la poupée à la recherche d’un être « en creux », placé en perpétuelle situation de manque et toujours prêt à accueillir les projections imaginaires de son propriétaire. La love doll devient dès lors un véhicule, support d’identités transitoires et d’une quête initiatique du Moi que symboliserait selon l’auteur la succession des vagins jetables. Figure mémorielle d’une disparue, silhouette enfantine et nostalgique, idole révérée d’un avatar, miroir d’un Moi hésitant, la love doll japonaise favorise bien circulation des significations dans un espace fictif d’illusion consentie. Bien plus que comme une réplique de la femme, cet objet liminal, fruit d’un double travail de conjonction des pièces détachées et de disjonction des identités, se donne lire comme une construction collective du désir, gravitant toute entière autour de l’évidence de son inachèvement.

  • 5 Voir à ce sujet Dominique Schnapper, L’Esprit démocratique des lois, Paris, Gallimard, 2014.

11L’ouvrage d’Agnès Giard présente l’immense intérêt d’explorer ce domaine largement méconnu ou fantasmé, et d’écarter au passage plusieurs des idées reçues qui s’attachent à la poupée. Celle-ci est présentée dans toute son ambiguïté – entre rêve et réalité, industrialisation et animation, usage et préservation – et apparaît à ce titre comme le support d’un estompement des frontières catégorielles5. Pourtant, il n’est pas certain que l’analyse, profondément ancrée dans un contexte culturel donné, parvienne à battre en brèche le constat initial de la spécificité japonaise de la réception des love doll : en d’autres termes, l’exportation bute toujours sur une frontière, dont l’enquête aura à tout le moins permis de préciser le tracé.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Agnès Giard, L’Imaginaire érotique au Japon, Paris, Albin Michel, 2006.

2 Voir Alfred Gell, L’Art et ses agents. Une théorie anthropologique, Bruxelles, Les Presses du réel, 2009 (1998).

3 L’auteur propose un parallèle avec la « beauté neutre »  de certains masques de femme dans le théâtre nô (chûkan hyôjô).

4 Kawaii est un adjectif japonais désignant plus que le beau, le mignon, le charmant ou l’adorable.

5 Voir à ce sujet Dominique Schnapper, L’Esprit démocratique des lois, Paris, Gallimard, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ninon Chavoz, « Agnès Giard, Un désir d’humain. Les « love doll » au Japon », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 22 novembre 2016, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21794

Haut de page

Rédacteur

Ninon Chavoz

Ancienne élève de l’ENS, agrégée de lettres modernes, doctorante (Paris 3, « La tentation encyclopédique dans les espaces francophones africains : des documentations coloniales aux glossaires contemporains»).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page