Navigation – Plan du site

Dominique Maingueneau, Trouver sa place dans le champ littéraire. Paratopie et création

Bauvarie Mounga Ndounkeu
Trouver sa place dans le champ littéraire
Dominique Maingueneau, Trouver sa place dans le champ littéraire. Paratopie et création, Louvain-la-Neuve, Academia/L'Harmattan, coll. « Au coeur des textes », 2016, 187 p., ISBN : 978-2-8061-0265-2.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage met en lumière l’un des concepts promus par Dominique Maingueneau pour rendre compte du discours littéraire et de ses modalités de fonctionnement particulières, la paratopie. La paratopie désigne le rapport d’appartenance d’un auteur à un milieu, qui rend possibles des énonciations qui excédent l’espace qu’elles ont pour fonction de fonder. L’auteur s’appuie sur ce concept pour essayer de comprendre les conditions d’une réussite ou d’un échec de la création littéraire. Le linguiste procède ainsi à une étude de cas dans une perspective comparatiste, menée sur deux poètes français de la fin du XIXe siècle : l’un est célèbre, José-Maria de Hérédia (1842-1905), l’autre est inconnu et perdu dans la masse, Émile du Tiers (1848-1897). Tout au long des quatre parties qui constituent l’ouvrage, l’auteur s’interroge sur les raisons qui expliquent les places respectives qu’occupent ces deux poètes, en s’appuyant sur la notion de paratopie.

2La première partie rappelle les principales caractéristiques de la démarche d’analyse du discours littéraire de Maingueneau et présente aussi le concept de paratopie. L’auteur insiste sur le fait que l’analyse du discours littéraire appréhende le texte comme le produit d’une activité s’exerçant dans le cadre d’institutions de parole qui légitiment un certain genre d’énonciation mais doivent aussi être continuellement relégitimées par l’énonciation qu’elles encadrent. La paratopie, qui se trouve au centre de cette étude, renvoie au rapport simultané et paradoxal d’appartenance ou de non-appartenance qu’entretient l’auteur avec la société d’accueil et le champ littéraire au sein duquel il écrit. Condition de l’énonciation, la paratopie de l’écrivain en est aussi le produit. C’est à travers elle que l’œuvre peut advenir, mais c’est aussi elle que cette œuvre doit construire à travers l’énonciation.

3L’analyse proprement dite de Maingueneau commence à la deuxième partie, constituée de trois chapitres et entièrement réservée au poète José-Maria de Hérédia. Il est question, au premier chapitre, de se familiariser avec la poétique de Hérédia. Le linguiste aborde l’œuvre de Hérédia à travers un poème intitulé « L’Oubli » qui occupe une place stratégique puisqu’il qui ouvre Les Trophées (1893), l’unique recueil de poésie qu’ait publié le poète parnassien. Le linguiste met l’accent sur le mouvement par lequel le poème vient légitimer les conditions de sa propre énonciation, sur la manière dont, à travers le texte, se construisent d’un même mouvement les contenus et l’espace de l’énonciation. Le poème repose sur un paradoxe effectuant le constat d’un « oubli » que son énonciation même a pour mission de conjurer : certes, « L’Homme » est aujourd’hui « indifférent aux aïeux », mais tel n’est pas le cas de l’énonciateur de ce poème, qui relève et dénonce cette indifférence. Selon Maingueneau, « “L’Oubli” présente ainsi Les Trophées comme la mise en scène d’un héroïque effort pour résister à la dissolution, pour redresser ce qui est tombé » (p. 42). Dans « L’Oubli », le monde représenté est en même temps l’espace de validation de la paratopie propre à son auteur et de l’activité énonciative qu’elle rend possible et qui la rend possible. Maingueneau, s’intéresse, au deuxième chapitre, aux éléments constitutifs de la paratopie qui porte l’entreprise poétique de Hérédia. Le linguiste explique, de ce fait, que c’est en exploitant sérieusement son « potentiel paratopique » personnel que Hérédia, comme tout écrivain qui a « réussi », est parvenu à faire émerger une image d’auteur consistante, bien identifiable dans le champ littéraire. À cet effet, il a exploité deux aspects essentiels de ce potentiel : son hispanité et sa noblesse, dont l’association, sous l’égide du Parnasse, lui a permis d’élaborer une paratopie efficace. L’hispanité se manifeste dans l’écriture de Hérédia dans la mesure où ses poèmes sont enracinés dans la culture paternelle hispanique. Maingueneau déclare, dans cette optique, que « cette hispanité ostentatoire ne se réduit pas, en effet, à une simple appartenance nationale ou culturelle contemporaine : elle est profilée pour la construction de sa paratopie personnelle » (p. 62). En outre, pour ce qui est de la paratopie nobiliaire, il ne suffit pas que l’écrivain soit issu de l’aristocratie, il faut qu’il fasse œuvre en s’appuyant sur cette appartenance. À cet égard, Maingueneau note que « l’auteur des Trophées s’appuie sur la topique alors dominante, qui oppose l’artiste au service de la Beauté à un monde bourgeois asservi à l’argent » (p. 69). Le travail poétique doit donc se faire aristocratique. Dans le troisième chapitre, Maingueneau étudie la paratopie de Hérédia en analysant certains de ses poèmes emblématiques. Ainsi par exemple, dans « Soleil couchant », le déploiement même du poème coïncide avec l’agonie du soleil ; au début, le soleil couchant « allume », à la fin il disparaît. Pour ce faire, « Hérédia exploite la valeur imperfective des participes présents (“couchant”, “mourant”) et la plasticité aspectuelle du présent de l’indicatif » (p. 85). L’enjeu semble clair : le mouvement inéluctable vers la mort se retourne en construction progressive du poème comme œuvre, et la mort du soleil couchant coïncide avec la naissance du poème intitulé « Soleil couchant ».

  • 1 C’est un groupe qui se positionne avant tout contre les dominants du champ littéraire au début des (...)

4Entièrement consacrée à Émile du Tiers, la troisième partie comprend également trois chapitres. Dans le premier, il est question des déplacements que du Tiers opère dans le champ littéraire. Maingueneau pose que les difficultés que rencontre ce poète dans le domaine littéraire ne sont pas seulement liées à sa psychologie ou à son talent individuel, mais qu’elles résultent pour une bonne part d’un certain nombre d’obstacles objectifs, « qui n’auraient été surmontables qu’au prix d’efforts surmontables : en particulier sa santé précaire, une entrée tardive en littérature et l’éloignement de Paris » (p. 100). Du Tiers peine à obtenir une certaine reconnaissance dans le monde littéraire. Pour se faire une place, il associe des dédicaces à ses recueils et à certains de ses poèmes. C’est le cas du poème « Jours perdus » (1891) qu’il dédie à la mémoire de Jules Sandeau (1811-1883) ou encore de « Derniers sillons » qu’il dédie à Sully Prudhomme (1839-1907), qui est alors au sommet de son art. Malgré ces stratégies de placement, l’œuvre de du Tiers demeure dans une perspective régionaliste. Maingueneau analyse dans le deuxième chapitre le poème « Derniers sillons » qui ouvre le recueil où il figure. Le poème se présente comme le monologue d’un laboureur qui s’adresse à ses bœufs. Toujours dans le poème, l’artiste et le bourgeois sont pris dans une lutte pour le pouvoir : le bourgeois « tient » de la société tandis que l’artiste prétend à l’autorité symbolique et entend dire le sens ultime du monde, aspirant à être ainsi le maître de celui qu’il juge à tort le maître. Maingueneau fait remarquer qu’au lieu d’opérer des choix qui pourraient l’engager dans la voie d’une paratopie créatrice, du Tiers « exploite des ressources diversifiées qui, certes, peuvent lui assurer l’estime de son entourage, mais l’excluent des positionnements innovants » (p. 142). Justement, Maingueneau s’intéresse au troisième chapitre à l’impossible appartenance de du Tiers. Le linguiste précise que du Tiers oscille entre ancrage provincial et demande d’adoubement par le milieu parisien. Il va même entreprendre une collaboration inattendue au mouvement de René Ghil, « l’idée évolutive »1. Du Tiers demeure tiraillé entre des injonctions contradictoires qui le font s’engager simultanément dans divers chemins, sans opter résolument pour aucun. Cela ne l’aidera toutefois pas à se faire une place dans le monde littéraire.

5La dernière partie de l’ouvrage s’efforce de faire la synthèse des deux précédentes et explore comment un écrivain doit s’y prendre pour trouver sa place dans le champ littéraire. Le principal problème de du Tiers, selon Maingueneau, est qu’il n’arrive pas à créer les conditions du développement d’une entreprise créatrice. Il ne parvient pas, par exemple, à se positionner par rapport à un courant littéraire précis. Ce qui n’est pas le cas de Hérédia qui a pu se façonner lui-même et dessiner sa trajectoire. À en croire le linguiste, se positionner, définir une identité énonciative, c’est au premier chef exhiber une marque de fabrique reconnaissable, « être associable à un certain nombre de traits typifiants » (p. 162).

6Cet ouvrage s’interroge sur la façon dont un écrivain doit procéder pour se faire un nom dans le champ littéraire. À partir du concept de paratopie, Maingueneau montre que tout se joue au niveau du paradoxe. Le linguiste français a donc introduit une notion susceptible de mieux expliquer la création littéraire qui se construit à partir d’une non-place sociale. Par ailleurs, Maingueneau recourt à des termes simples et compréhensibles pour expliquer sa pensée. Cet ouvrage est indispensable aux chercheurs et étudiants en linguistique et en littérature.

Haut de page

Notes

1 C’est un groupe qui se positionne avant tout contre les dominants du champ littéraire au début des années 1890, en l’occurrence le Parnasse, le symbolisme avec lesquels Ghil entretient des relations très polémiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bauvarie Mounga Ndounkeu, « Dominique Maingueneau, Trouver sa place dans le champ littéraire. Paratopie et création », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 23 novembre 2016, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21802

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page