Navigation – Plan du site

Xavier Vigna, L’espoir et l’effroi. Luttes d’écritures et luttes de classes en France au XXe siècle

Adeline Blaszkiewicz-Maison
L'espoir et l'effroi
Xavier Vigna, L'espoir et l'effroi. Luttes d’écritures et luttes de classes en France au XXe siècle, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2016, 250 p., ISBN : 9782707186898.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’auteur distingue sa démarche de celle de l’histoire littéraire des classes populaires, à l’instar (...)
  • 2 A. Faure & J. Rancière, La parole ouvrière, Paris, La Fabrique, 2007.

1L’espoir et l’effroi : voici les deux pôles entre lesquels oscille le « flot gigantesque d’écrits » (p. 7) qu’a suscité le monde ouvrier au XXe siècle. « En confrontant écritures de la classe ouvrière et écritures sur elle », le bel ouvrage de Xavier Vigna, tiré de son habilitation, s’attache à montrer qu’elles contribuent « à une centralité ouvrière » et « participent d’une lutte des classes » (p. 7). À rebours d’une histoire des intellectuels ou d’une histoire littéraire1, qui a « dévalué et jugé » l’écriture ouvrière, la plaçant dans une position d’éternelle subalterne, l’auteur a défini un corpus riche et protéiforme de textes portant sur la classe ouvrière afin de dévoiler les énoncés politiques qu’ils construisent. Il exclut donc logiquement les « grandes œuvres » (p. 11) pour se pencher sur 240 titres que l’historien présente comme les plus connus de l’écriture ouvrière (autobiographies, témoignages, textes et tracts) se plaçant dans la lignée de Jacques Rancière2. Ce corpus est complété par les principales enquêtes émanant des institutions policières, du patronat, des catholiques ou de sociologues qui, par leur position sociale, énoncent un discours politique sur les ouvriers. C’est donc une « histoire politique des écritures » (p. 11) qu’entreprend l’auteur à partir de cette documentation foisonnante, dont on peut cependant regretter les contours de sélection parfois larges. Cela ne retire cependant rien aux lourds enjeux que charrient ces « écritures », et que l’historien restitue avec brio : armes de lutte et d’émancipation pour les ouvriers, elles sont un outil de maintien de la domination, du côté du patronat ou des administrations, dont les descriptions prennent volontiers les atours d’un « orientalisme intérieur » (p. 14). Xavier Vigna déploie alors son analyse en deux parties : une première dresse la chronologie de ces écritures sur tout le XXe siècle, menant à l’effacement progressif de la centralité ouvrière. Une deuxième partie thématique analyse les logiques qui sous-tendent ces écritures, entre essentialisation de figures-types de la classe et stratégies de lutte et d’émancipation.

2L’auteur identifie d’abord cinq périodes qui structurent les débats et enquêtes sur les ouvriers à travers le siècle. La Grande Guerre inaugure le siècle de la centralité ouvrière. Cette période voit la multiplication des enquêtes pour évaluer la productivité de la classe ouvrière dans les usines de guerre, essentielle à la Défense nationale. Le nécessaire recours massif à des catégories jusque-là minoritaires de main d’œuvre, que sont les femmes, les étrangers et les coloniaux, implique aux yeux du Ministère de l’Armement, une évaluation de leur rendement. Xavier Vigna analyse brillamment les implications de ces catégorisations, qui « fix[ent] une ontologie des différentes catégories de main d’œuvre, qui perdure après-guerre » (p. 22), et donnent la primauté à l’ouvrier français blanc de sexe masculin. L’entre-deux-guerres rebat les cartes avec l’apparition de nouveaux épouvantails suscitant espoir et effroi : le communisme et le taylorisme. Les écritures du monde ouvrier se cristallisent alors sur fond de forts affrontements politiques et sociaux. La montée du communisme suscite l’effroi du patronat mais aussi des catholiques, qui dépeignent un monde ouvrier ayant perdu ses valeurs et sa foi. Cet effroi, parfois obsessionnel, est magnifiquement incarné par les enquêtes de Valdour, proche de l’Action française, qui se fait ouvrier pour éprouver sa démarche ethnographique (p. 48) et pourfend virulemment dans ses écrits la diffusion du bolchévisme auprès des ouvriers. L’effroi ne se mue pourtant pas systématiquement en terreur chez tous les enquêteurs catholiques, à l’instar de la JOC (jeunesse ouvrière chrétienne) qui mène des enquêtes collectives, ou des Équipes sociales de Robert Garric, qui cherchent, par l’éducation populaire, à agir en vue l’amélioration du sort des classes populaires devant servir de rempart à la menace communiste. Les conditions de travail des ouvriers et la rationalisation intéressent aussi les différents observateurs. Xavier Vigna analyse alors les textes produits par le patronat, qui accueille le taylorisme avec enthousiasme, mais aussi sur ceux des ouvriers dont le ton oscille entre « malédiction » et « espoir » (p. 63) : malédiction d’une organisation du travail qui ne serait autre qu’une « organisation du surmenage » sous la plume du syndicaliste Émile Pouget, ou espoir d’un dépassement de soi par le cadencement du travail chez Hyacinthe Dubreuil. Dans cette période, le Front populaire constitue un moment de multiplication d’écritures du monde ouvrier, notamment pour décrire les grèves. Il cristallise aussi les affrontements qui traversent le monde ouvrier, qui est alors sur le devant de la scène politique. Par sa véritable « centralité », dans le sens défini par Xavier Vigna, à savoir « le fait proprement politique que la question ouvrière, celle de la situation sociale et politique de la classe et de son devenir, est érigée en enjeu fondamental » (p. 7), la figure archétypale de l’ouvrier se fixe à cette époque comme celle de l’ouvrier de la grande industrie, français (mais parfois étranger), volontiers communiste. Or, l’entrée en Guerre froide opère un véritable basculement : l’anticommunisme d’État vire à « l’anti-ouvriérisme d’État » (p. 97), impulsant de nouvelles vagues d’enquêtes pour évaluer le potentiel subversif du PCF dans le monde ouvrier. Dès lors, c’est la capacité de cette figure ouvrière à s’intégrer dans la société française qui est sans cesse questionnée. S’opère alors une disjonction nette entre les écrits des administrations (ministères, préfets, police, etc.) qui dépeignent les expressions du monde ouvrier (grèves, manifestations) comme des menaces, et celles des catholiques ou des sociologues du travail qui analysent la condition ouvrière. Les enquêtes des catholiques qui renouent avec la pratique de l’enquête directe dans les quartiers ouvriers se rapprochent dans leurs fonctions de celles des communistes ou des syndicalistes qui luttent pour l’amélioration des conditions de vie. Au cours de cette période, la centralité ouvrière correspond à l’effroi d’une partie de la société française qui considère les ouvriers comme les « fourriers inconscients du communisme » (p. 119). L’épisode de mai 1968 entretient cette centralité ouvrière et entraîne, comme en 1936, une multiplication des écrits. Les différents acteurs y expriment leur vision du mouvement politique en cours. Se côtoient, voire se concurrencent, des écritures syndicales, cherchant à valoriser leur rôle propre, et des écritures militantes, surtout à partir des années 1970, qui veulent décrire la dimension agonistique de la grève, ou prendre leurs distances (voire régler leurs comptes) avec les instances syndicales. La parole ouvrière est parfois captée par des intellectuels politisés qui entendent donner la parole aux ouvriers en lutte ou par des écrivains qui veulent (d)écrire la vie de ceux qui n’écrivent pas, à l’instar d’une Annie Ernaux qui restitue les conditions matérielles de la vie de sa famille pour « venger sa race ». Les écritures qui procèdent de 1968 entretiennent les prises de parole rebelles. Mais dans cette floraison d’écritures, le parti communiste n’a plus le monopole du cœur et de l’espoir révolutionnaire. Au tournant des années 1980, le champ est désormais ouvert aux écritures de la déception (face aux organisations syndicales et partisanes ou face à la dégradation de la condition ouvrière). Avec l’hégémonie de l’idéologie libérale et l’étiolement de la conscience de classe qui accompagne celui de ses effectifs, « la centralité ouvrière sombre » (p. 150). Les publications oscillent alors entre le maintien de l’effroi, désormais alimenté par la figure de l’ouvrier passé du vote communiste au vote de l’extrême-droite, et un ton passéiste, nostalgique, voire « mémoriel » (p. 174), décrivant un monde perdu d’espoirs et de lutte. L’ouvrier ainsi dénié comme véritable sujet de ces écritures se trouve relégué au rang de première victime des maux de notre époque (capitalisme, mondialisation, montée des extrêmes, etc.). La fin de la centralité ouvrière s’accompagne d’une suspicion à l’égard de la figure ouvrière, aux yeux de la société et même de ses défenseurs « traditionnels ».

  • 3 A la manière de l’orientalisme étudié par Edward Saïd, émerge une science de la classe ouvrière qui (...)

3La deuxième partie de l’ouvrage analyse les grandes thématiques qui sont autant de « schèmes politiques » (p. 174) que font naître ces écritures. Du côté du patronat ou des enquêtes de police, le discours porté sur la classe ouvrière s’apparente, selon l’historien à une forme « d’orientalisme intérieur3 », à savoir une forme de racisme de classe qui cherche à prouver l’infériorité consubstantielle de l’ouvrier souvent apparenté à un barbare. Ces écrits glissent souvent vers la description d’une « race ouvrière » surtout quand elle concerne les étrangers et les coloniaux. Ce récit de l’altérité ou de l’infériorité aboutit à une hiérarchisation constante. Ainsi, conclut Xavier Vigna, « toute la classe ouvrière dans sa diversité fait l’objet d’essentialisations récurrentes, qui croisent les tempéraments régionaux, le genre, la qualité professionnelle, la moralité » (p. 199). Essentialisation va de pair avec stigmatisation : des archétypes professionnels se trouvent ainsi cristallisés dans les écrits des enquêteurs (sociologues ou policiers), comme le docker réputé alcoolique, violent, peu docile, ou encore le mineur (ou « gueule noire ») qui depuis Germinal est dépeint pour sa bravoure malgré la dureté de son labeur. Dans ce dernier cas, le glissement vers la condescendance et le mépris est vite effectué par les scripteurs, sur fond d’exotisme social. En retour, les récits militants traduisent l’antagonisme de classe et relatent la domination qui s’incarne dans quelques figures adverses omniprésentes dans leurs écrits (le patron, les chefs, les « chronos »). Ils renversent aussi volontiers ces stigmates, pour en faire des emblèmes, à l’instar des mains ouvrières qui deviennent des symboles du savoir-faire acquis mais aussi de la peur perpétuelle de l’accident du travail qui viendrait priver l’ouvrier de son principal instrument. Au travers de ces langages corporatifs, les ouvriers construisent l’unité de la classe, mue par ses valeurs et ses logiques propres. L’écriture est ainsi la voie de l’émancipation, individuelle ou collective. Le dernier chapitre analyse les enjeux de la prise d’écriture qui constitue, malgré la hausse constante de l’accès à la scolarité, un « immense obstacle dans le monde ouvrier » (p. 261). Or, quand cet obstacle est franchi, l’écriture ouvrière revêt des finalités aussi multiples que les voix qui les portent : volonté de lutter contre l’exploitation (tracts, pétitions), de témoigner (autobiographies, mémoires), auxquelles l’auteur redonne sa pleine ampleur.

4Le stimulant ouvrage de Xavier Vigna relève donc avec brio le défi initial de donner une consistance et une unité à un corpus presque infini. La finesse de l’analyse lui rend toute sa complexité et sa diversité, faisant revivre à nos oreilles ces voix discordantes, dissonantes, qui sont autant de voies de domination que d’émancipation. L’historien contribue ainsi à nourrir divers champs : il s’agit à la fois d’une histoire politique des enquêtes et du rapport de la France au communisme que d’une histoire sociale de la domination d’un monde subalterne par l’écrit. En retour, en faisant revivre ces écrits ouvriers, souvent soupçonnés d’illégitimité, l’auteur contribue à une sociohistoire des accommodements, résistances, et tentatives d’émancipation d’un monde ouvrier complexe dont les évolutions n’en finissent pas de questionner la société française.

Haut de page

Notes

1 L’auteur distingue sa démarche de celle de l’histoire littéraire des classes populaires, à l’instar des travaux de N. Wolf ou encore de C. Grenouillet et É. Reverzy (dir.), Les Voix du peuple dans la littérature des XIXe et XXe siècles, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2006.

2 A. Faure & J. Rancière, La parole ouvrière, Paris, La Fabrique, 2007.

3 A la manière de l’orientalisme étudié par Edward Saïd, émerge une science de la classe ouvrière qui vise à la décrire pour mieux la gouverner donc la dominer (p. 14).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adeline Blaszkiewicz-Maison, « Xavier Vigna, L’espoir et l’effroi. Luttes d’écritures et luttes de classes en France au XXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 23 novembre 2016, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21807

Haut de page

Rédacteur

Adeline Blaszkiewicz-Maison

Agrégée d’histoire, doctorante en histoire contemporaine (Paris 1 – Panthéon-Sorbonne).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page