Navigation – Plan du site

Alain Caillé, Frédéric Vandenberghe, Pour une nouvelle sociologie classique

Baptiste Bailly
Pour une nouvelle sociologie classique
Alain Caillé, Frédéric Vandenberghe, Pour une nouvelle sociologie classique, Lormont, Le Bord de l'eau, 2016, 250 p., ISBN : 9782356874719.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cours à l’Institut d’études sociales et politiques (IESP-UERJ) de l’université de l’État de Rio de (...)
  • 2 Une des forme d’anomie décrite par Durkheim dans De la division du travail social – 1893.

1L’ouvrage Pour une nouvelle sociologie classique est composé de deux livres : le premier écrit par Alain Caillé et Frédéric Vandenberghe, le second, plus bref, consiste dans la transcription d’un cours1 de Vandenberghe. En première partie, les deux auteurs posent le diagnostic d’une fragmentation actuelle des sciences sociales, faisant peser le risque d’une « perte d’unité de la science »2, et proposent pour y remédier une « nouvelle sociologie classique ». La spécialisation des études sociologiques dans des terrains de plus en plus spécifiques serait en effet dommageable à la pertinence scientifique de la discipline en l’absence d’une théorie unificatrice. D’un côté, la sociologie dériverait vers « un jargon obscur » (p. 15) et une mathématisation excessive afin de se donner des apparences de scientificité, quand de l’autre côté, les sociologues se contenteraient d’une « simple description sociographique » (p. 15), se distinguant peu du discours profane. La canonisation des classiques n’a pas empêché, selon eux, que les sociologues contemporains perdent de vue leur ambition d’une sociologie générale. Caillé et Vandenberghe cherchent alors une façon d’actualiser cette ambition des sociologues classiques d’élaborer une théorie générale des sociétés, notamment à travers une relecture du paradigme maussien du don. Dans une seconde partie Vandenberghe s’appuie sur les réflexions précédentes pour poursuivre le questionnement sur la place des sciences sociales dans la société, et il tente de faire de la sociologie une nouvelle philosophie pratique et morale.

  • 3 Les études interdisciplinaires en sciences humaines et sociales sur les problématiques coloniales, (...)

2Les auteurs identifient deux fractures internes à la sociologie : d’abord une tension entre l’abstrait (le culte des théories des classiques) et le concret (la formation à la pratique du terrain) parfois difficiles à relier ; ensuite une guerre des écoles (sociologie critique, pragmatique…) qui ne parviendraient pas à un consensus sur la définition de la sociologie. Ils mettent en évidence également deux fractures externes à la sociologie : en premier lieu le lien avec les studies3 : question de la coupure épistémologique et de l’engagement politique ; en second lieu, le lien avec la philosophie morale à qui la sociologie aurait tourné le dos.

  • 4 L’ordre social catallactique tel qu’il est défini par Hayek.
  • 5 Mauss, Essai sur le don. Formes et raisons de l'échange dans les sociétés archaïques, 1925.
  • 6 Ibid.

3Une théorie de l’action unifiée serait selon Caillé et Vandenberghe un remède possible à cette perte d’unité de la sociologie. Si la théorie des choix rationnels (proposée par des auteurs comme Gary Becker ou Raymond Boudon) en est un, il s’agit pour les auteurs d’aller contre cette théorie qu’ils taxent de réductionniste. Ils proposent à l’inverse la théorie maussienne du don (anti-utilitariste) pour restituer à l’action sociale sa complexité et ne pas la réduire à l’intérêt en prenant en compte normes, valeurs, idées qui sont autant de représentations au fondement de l’ordre social. Cette théorie va ainsi contre la fiction d’une société émergeant de la confrontation des intérêts individuels4. Les auteurs présentent leur vision d’une sociologie néoclassique comme « plateforme commune rendant possible la synthèse dialogique de la sociologie, des studies et de la philosophie sociale, morale et politique » (p. 32). Cette actualisation du paradigme du don permettrait de dépasser les dualismes marché/État, individualisme/holisme (même si les classiques de la sociologie ne s’y laissent jamais réduire). La démarche semble d’autant plus pertinente que Mauss identifie dans le don quelque chose d’universel, « un des rocs humains sur lesquels sont bâties nos sociétés »5, qui pourrait alors constituer une base tout à fait pertinente pour une théorie générale. Le paradigme du don, comme « prestation totale agonistique »6, permet à la fois de penser conflit et consensus, et la société sous la triple obligation de « donner, recevoir, rendre », comme reposant sur une réciprocité complexe entre une communauté d’individu. Ce paradigme pourrait ainsi compenser la spécialisation de la sociologie par une tendance renouvelée à la généralisation.

4Pour élaborer une théorie générale des sociétés et une interprétation systématique de l’évolution de celle-ci, les auteurs identifient trois moments dans la réflexion épistémologique. D’abord la métathéorie qui cartographie l’ensemble des prétentions de la théorie anti-utilitariste (qui n’interdit pas la théorie des choix rationnels mais refuse de s’y réduire), et offre un cadre logique d’analyse de l’action. La théorie sociale, qui formule un système théorique fédérateur via le paradigme du don, donne des réponses cohérentes et cumulatives aux questions de la nature de l’action sociale, des conditions de possibilités de l’ordre social et des déterminants du changement social. Enfin vient la théorie sociologique, qui tient par exemple aux recherches du MAUSS sur les associations ou l’économie solidaire, porterait sur la dynamique historique de la société, comme analyse réflexive.

5Le cœur de cette analyse systématique serait donc le don, analysé par Mauss comme « fait social total », regroupant des dimensions économiques, religieuses, morales, juridiques, artistiques, esthétiques et relatives à la morphologie sociale. Les auteurs identifient un certain héritage marxiste des sciences sociales, dans la critique du capitalisme, et dans l’idée d’une science libératrice du sujet, en cela qu’elle montre l’arbitraire de certains rapports de domination. Le paradigme du don se distingue des autres constellations par son potentiel totalisant. Pour justifier leur démarche, les auteurs se réfèrent aux classiques comme Marx, Weber, Durkheim, Tocqueville, Parsons et Bourdieu, qui mettent en évidence les luttes des sujets (individuels ou collectifs) pour la reconnaissance de leur valeur par la reconnaissance des dons qu’ils ont effectués. Dans la perspective du MAUSS, la constitution d’une nouvelle sociologie classique permettrait de redonner un contenu à l’interdisciplinarité via le paradigme du don au sein des sciences sociales.

  • 7 C'est ici ce que fait Weber dans L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme.

6Depuis la sociologie classique, la science sociale s’est, selon les auteurs, polarisée : d’un côté un pôle descriptif-empirique qui serait garant de scientificité, de l’autre une composante normative et politique. Proposer un paradigme d’unification de la science sociale nécessite d’interroger les liens entre la sociologie et la philosophie morale. Ce que propose Frédéric Vandenberghe dans son cours à l’Institut d’études sociales et politiques (IESP-UERJ) de l’université de l’État de Rio de Janeiro qui fait office de seconde partie de l’ouvrage : « La sociologie comme philosophie pratique et morale (et vice versa) ». D’après Vandenberghe la plupart des sociologues s’aligneraient politiquement sur quelque chose comme une vision communautarienne libérale avec des individus bien socialisés et intégrés, mais en refusant de poser les bases d’une telle philosophie morale. L’idée de Vandenberghe est que « la sociologie continue par d’autres moyens la vénérable tradition de la philosophie pratique et morale » (p. 84). Dans cette perspective la sociologie morale doit prendre place au sein d’un cadre d’action unifié pour montrer l’éthique là où elle agit sans se montrer comme telle7. L’auteur reprend la formule de Bourdieu et définit la morale comme une « structure structurée et structurante » pour les acteurs.

  • 8 On retrouve ici la sociologie de la critique.

7Vandenberghe propose d’étudier les conditions d’une sociologie morale comme suit : il faut d’abord retourner aux agents, et s’intéresser à leur science critique, puis se focaliser de façon empirique aux raisonnements des acteurs8 à travers une éthique descriptive. Selon lui, rapprocher sociologie et philosophie nécessite de faire des systèmes philosophiques des objets sociologiques en tant qu’ils sont des répertoires moraux pour les agents, en gardant à l’esprit que toute évaluation a un caractère normatif lorsqu’il est question de faits moraux. L’auteur pose de fait à nouveau la question de la neutralité axiologique, et démontre qu’elle ne peut être soutenue sans contradiction (affirmer qu’il faut être axiologiquement neutre c’est déjà défendre un système de valeurs). Se repose ici une question soulevée par les classiques, celle du relativisme à adopter, le sociologue est porteur de valeurs, et la construction des faits ne peut se faire indépendamment de celles-ci. Il faut dépasser le dualisme fait/valeur, en cela que les valeurs ont une fonction cognitive dans la construction des faits. Les faits sont toujours chargés de valeur : « les valeurs ne sont pas seulement régulatrices elles sont constitutives de ce qui est décrit » (p. 106). Vandenberghe défend l’idée qu’une sociologie comme philosophie pratique implique que celle-ci oscille entre descriptif et prescriptif, et propose que les conclusions de la sociologie influencent directement la pratique.

8De ce point de vue, la performativité du discours sociologique n’est pas complètement nouvelle - l’exemple canonique étant probablement les classes sociales chez Marx. Il reste que le diagnostic de perte d’unité de la science est peut être excessif, force étant de constater que la multiplicité des paradigmes et des écoles de sociologie repose davantage sur une complémentarité que sur une compétition. La volonté d’unification de la sociologie derrière une constellation théorique pourrait réduire les possibilités de développements scientifiques, notamment en imposant une lecture très particulière des classiques pour les y intégrer. Plus qu’un problème véritablement épistémologique, la spécialisation de la sociologie sur des domaines et des terrains trop spécifiques pour les auteurs (au détriment d’une théorie totalisante) repose peut-être davantage sur une organisation institutionnelle des recherches (échéances courtes et pressions à la publication). Durkheim par exemple, dans Le Suicide (1897) part de sociographies d’un terrain précis à partir desquelles il a induit une théorie plus générale de la société.

Haut de page

Notes

1 Cours à l’Institut d’études sociales et politiques (IESP-UERJ) de l’université de l’État de Rio de Janeiro.

2 Une des forme d’anomie décrite par Durkheim dans De la division du travail social – 1893.

3 Les études interdisciplinaires en sciences humaines et sociales sur les problématiques coloniales, de genres, culturelles… Elles ont la particularité de souvent remettre en question la coupure entre les savoirs scientifiques et les connaissances profanes.

4 L’ordre social catallactique tel qu’il est défini par Hayek.

5 Mauss, Essai sur le don. Formes et raisons de l'échange dans les sociétés archaïques, 1925.

6 Ibid.

7 C'est ici ce que fait Weber dans L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme.

8 On retrouve ici la sociologie de la critique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Baptiste Bailly, « Alain Caillé, Frédéric Vandenberghe, Pour une nouvelle sociologie classique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 24 novembre 2016, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21810

Haut de page

Rédacteur

Baptiste Bailly

ENS Lyon, département Sociologie, Première année.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page