Navigation – Plan du site

Camille Dupuy, Journalistes, des salariés comme les autres ? Représenter, participer, mobiliser

Corinne Delmas
Journalistes, des salariés comme les autres ?
Camille Dupuy, Journalistes, des salariés comme les autres ? Représenter, participer, mobiliser, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2016, 197 p., ISBN : 978-2-7535-5132-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Camille Dupuy, Dynamiques professionnelles et salariales des journalistes, thèse de sociologie sous (...)

1Issu d’une thèse de doctorat en sociologie1, cet ouvrage apporte un éclairage sur les journalistes professionnels en France, privilégiant leur position de salariés dans un système capitaliste. À cette fin, il oriente le regard sur leurs dynamiques collectives. Cette posture conduit à poser la question centrale de la tension entre la subordination juridique du salarié et l’autonomie professionnelle que nécessite le travail journalistique. Cette interrogation constitue le fil rouge de l’ouvrage dont l’argumentaire se déploie dans le cadre de six chapitres.

2Un premier chapitre évoque comment les journalistes sont passés de l’exercice d’une activité indépendante et temporaire à une profession reconnue. Il analyse l’unification d’une catégorie salariale autour de la carte d’identité du journaliste professionnel dont le statut dépend donc de l’existence d’un lien de subordination juridique. Selon le code du travail, le journaliste professionnel « a pour activité principale, régulière et rétribuée, l’exercice de sa profession dans une ou plusieurs entreprises de presse, publications quotidiennes et périodiques ou agences de presse et […] en tire le principal de ses ressources » (art. L. 7111-3, cité p. 28). Faisant passer les principes professionnels (pas d’amateur) avant le respect formel du texte, qui n’impose pas de minimum de rémunération, la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP) n’accorde la carte qu’à partir d’un niveau de revenu supérieur ou égal à un demi-SMIC et issu, souligne l’auteure, au moins pour moitié du journalisme. En 2006, le Conseil d’État a pour sa part confirmé la dimension salariale du statut, revendiquée par les syndicats de salariés et d’employeurs qui s’opposaient à l’attribution par la CCIJP de cartes à des auto-entrepreneurs ; seuls les salariés peuvent prétendre au statut de journaliste professionnel. La CCIJP et le Conseil d’État exigent, enfin, l’exercice d’une activité d’information, en relation avec l’actualité. Si la carte de presse est facultative, elle est, selon l’auteure, véritablement constitutive par sa fonction recognitive, et agit « comme un symbole de reconnaissance structurant le groupe professionnel des journalistes » (p. 38). Le chapitre se conclut par un panorama des journalistes encartés en France dont le nombre n’a cessé de s’accroître, pour atteindre aujourd’hui près de 36 000.

3Camille Dupuy estime que c’est à partir de ce groupe de journalistes salariés et encartés que la communauté d’intérêts se constitue. En tant que salariés, ces professionnels se regroupent dans des institutions représentatives du personnel (IRP). Mais, en raison de leur mission spécifique, ils créent aussi des structures originales. Les deux chapitres suivants évoquent l’ambivalence d’une double volonté, d’autonomie professionnelle et de protection salariale, perceptible tant au niveau de la branche professionnelle que des entreprises.

4Le deuxième chapitre évoque ainsi « les collectifs de journalistes entre salariat et profession ». Regroupés au sein de syndicats de métiers, les journalistes ont également fondé des collectifs pour réguler leur profession, sous la forme d’associations pouvant être appréhendées comme des formes alternatives d’organisation de l’action collective, complémentaires ou concurrentes. L’Association de préfiguration d’un conseil de presse (APCP) représenterait un cas exemplaire d’une telle instance collective alternative aux syndicats, cherchant à peser sur les régulations du secteur – en l’occurrence celles portant sur l’éthique et la déontologie –, en associant professionnels et non-professionnels, dont des représentants du public, et en bénéficiant d’une reconnaissance de l’État en tant que partenaire.

5Le chapitre 3 montre que cette double forme de représentation se retrouve au niveau des entreprises. S’ils participent aux IRP (délégation du personnel, comités d’entreprises, sections syndicales…) en matière de négociation des conditions de travail, les journalistes membres de la rédaction constituent également des sociétés intervenant plutôt sur la définition du produit et l’organisation de la production. Ces structures ont accédé à des reconnaissances variables, avec toutefois l’objectif commun de garantir aux journalistes une plus grande autonomie. Elles ont d’abord pris la voie de l’actionnariat salarié de manière à peser sur les décisions gestionnaires et managériales, actionnariat non dénué d’ambiguïtés chez des journalistes dont la plupart ne participe au capital que de façon très minoritaire. Ce mode d’organisation co-gestionnaire est susceptible d’entraîner des dysfonctionnements en cas de conflits ou de difficultés économiques, comme l’obligation pour les journalistes actionnaires de voter leurs propres licenciements, comme cela s’est produit lors de la restructuration du journal Le Monde en 2008-2009. Cette dynamique de cogestion s’est au final peu développée, et « n’a pas été probante pour offrir un réel pouvoir d’expression à ses salariés » (p. 93). Des associations de journalistes visant à un contrôle de leur entreprise non plus par la propriété, mais par la responsabilité, ont été créées depuis le début des années 1990, afin d’influencer la ligne éditoriale du média et de veiller aux orientations stratégiques de l’entreprise ainsi qu’à l’évolution du contenu du métier, i.e. de leurs attributions, dans un contexte d’hybridation croissante. Ces sociétés de journalistes, en mal de reconnaissance et faute de statut formel, mettent en œuvre des stratégies spécifiques pour se faire entendre.

6Les études de cas développées dans les trois chapitres suivants éclairent cette diversification des formes de représentation, de participation et de mobilisation des journalistes salariés. Le chapitre 4 évoque les réformes de l’Agence France Presse (AFP) qui se sont multipliées à la fin des années 2000 avec pour motif son autonomisation financière. Les salariés de l’AFP se rassemblent dans plusieurs structures collectives (syndicats, IRP, société de journalistes, association), toutes unies autour de la défense de l’indépendance de l’AFP. Leurs actions collectives et stratégies de défense ont pesé sur le cours des restructurations en s’opposant aux réformes et en élaborant des contre-propositions visant à garantir leur autonomie rédactionnelle.

7La deuxième monographie (chapitre 5) porte sur les mobilisations lors de la mise en vente du groupe de presse Le Monde en 2009-2010, au cours desquelles les journalistes ont accompagné la transition vers la normalisation de leur entreprise tout en l’ayant amendée quand ils l’ont pu, ce qui constitue une deuxième manière de peser sur ce processus. L’arrivée de nouveaux actionnaires majoritaires a remis en cause l’actionnariat, engageant ainsi un « processus de normalisation du salariat » (p. 138). Les journalistes sont redevenus des salariés comme les autres dont les possibilités d’opposition se trouvent dans le droit du travail. Cela leur permet « de faire l’expérience de la condition salariale qu’ils partagent avec les journalistes des autres titres mais aussi avec les autres catégories de personnels » (p. 154). Cette normalisation « leur assure le maintien d’une autonomie renouvelée, questionnant ainsi la pertinence d’instances spécifiques à la profession et à l’actionnariat salarié » (p. 153).

8Enfin, le chapitre 6 évoque la mobilisation de journalistes lors de l’introduction d’une nouvelle technologie éditoriale dans leur entreprise, « Le Monde interactif » qui, devenue en 1998 une filiale de la société éditrice du Monde, produit la version numérique de ce journal. Loin d’être neutres, les changements technologiques ont des conséquences substantielles sur les modalités de production, sur l’information elle-même et sur les frontières professionnelles, avec notamment l’injonction à la polyvalence. L’auteure analyse la manière dont les journalistes ont conquis une autonomie rédactionnelle par la technique, en s’engageant collectivement dans la restructuration. Ils se sont regroupés en dehors des IRP, dans une « logique de projet » mettant tout le monde à égalité et favorisant l’innovation. « Collectifs ouverts », ces groupes associant journalistes et informaticiens sont analysés comme de « nouveaux espaces de parole » pour les salariés, favorisant l’« unité autour d’une identité commune qui nuance les clivages classiques entre journalistes et non-journalistes. Les journalistes acquièrent des compétences techniques et deviennent ainsi de plus en plus polyvalents. Au plan collectif, ces évolutions permettent l’émergence d’une nouvelle conception de l’autonomie fondée sur la maîtrise de l’outil » (p. 177).

9L’ambition de l’ouvrage est de renouveler les études sur les journalistes, appréhendés en tant que salariés d’entreprises capitalistes d’un secteur en crise, soumis à des impératifs de rentabilité. Leur autonomie professionnelle et leur condition salariale sont conçues à partir de l’analyse des dynamiques salariales (défense du salariat) et professionnelles (sauvegarde de l’autonomie). Sans nier le caractère spécifique de l’information produite, cette perspective entend ainsi enrichir la sociologie du journalisme par une sociologie des relations professionnelles et des entreprises. L’ouvrage se démarque par ce positionnement conduisant d’une part à saisir les dynamiques salariales au sein desquelles se joue l’affirmation du journalisme comme catégorie professionnelle, et d’autre part à expliciter l’ambivalence d’un salariat indépendant. Il se recommande par l’actualité de son propos et le fait qu’il réhabilite les possibilités de propositions des salariés.

Haut de page

Notes

1 Camille Dupuy, Dynamiques professionnelles et salariales des journalistes, thèse de sociologie sous la direction de Claude Didry, soutenue le 29 novembre 2013, ENS Cachan, École doctorale sciences pratiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Camille Dupuy, Journalistes, des salariés comme les autres ? Représenter, participer, mobiliser », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 24 novembre 2016, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21817

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page