Navigation – Plan du site

Eric Schickler, Racial Realignment. The Transformation of American Liberalism (1932-1965)

Simon Ridley
Racial Realignment
Eric Schicker, Racial Realignment. The Transformation of American Liberalism, 1932-1965, Princeton, Oxford, Princeton University Press, 2016, 384 p., ISBN : 9780691153889.
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre d’Eric Schickler, professeur de sciences politiques à l’université de Californie (Berkeley), propose une thèse originale, mais somme toute logique : le « réalignement racial » du système des partis politiques étasuniens, c’est-à-dire la polarisation des Démocrates et des Républicains autour de la question des droits civiques, n’est pas le résultat d’un leadership des élites politiques de la scène nationale que l’opinion aurait simplement suivi dans les années 1960. Bien au contraire, cette polarisation est le fait d’une diversité d’acteurs politiques au niveau local ; les élites politiques nationales ne font en réalité que suivre et acter des changements de la base électorale, dont les racines se trouvent dans la coalition du New Deal formée au cours de la seconde moitié des années 1930.

  • 1 Cette partie du travail a été réalisée par Brian Feinstein, assistant de recherche remercié en débu (...)
  • 2 Ici encore, il existe une publication préalable. Cette fois-ci c’est Kathryn Pearsons, elle aussi m (...)

2Pour éclairer cette thèse, l’auteur se fonde sur une méthodologie quantitative et exploite des données statistiques considérables. Certaines sont des matériaux qui sont restés jusqu’alors inexploités, d’autres sont inédites et créées pour l’enquête. Trois sources de données importantes forment le corpus principal. Il y a d’abord, des données relatives aux politiques publiques raciales provenant des grandes enquêtes nationales étasuniennes menées entre janvier 1937 – c’est la première fois que de telles données sont incorporées aux enquêtes – et 1952 ; l’auteur complète ce volet avec des données issues des enquêtes des années 1950 et 1960, ce qui lui permet de se focaliser sur le déplacement progressif des opinions de la population afro-américaine vers le Parti démocrate. L’étude mobilise ensuite une « nouvelle base de données » construite ad hoc1 à partir des programmes des partis politiques des Démocrates et des Républicains au niveau étatique, du début des années 1920 à la fin des années 1960. Ceci permet de mettre en évidence les différences de dynamiques à la fois diachroniques et synchroniques entre les programmes respectifs de ces deux partis au niveau des États, par rapport aux programmes du niveau fédéral. Finalement, l’auteur utilise de « nouvelles données » concernant l’action du Congrès des États-Unis sur les droits civiques, inédites car elles intègrent une dimension inexploitée jusqu’alors2. À ces trois matériaux qui forment la véritable colonne vertébrale de l’ouvrage s’ajoutent des analyses du contenu de la presse des années 1930 et 1940 : principalement le New York Times, représentatif des opinions politiques dominantes, et le Chicago Defender, plus représentatif des opinions politiques afro-américaines.

3Structuré de manière classique en trois parties, le livre retrace la mutation du qualificatif « libéral » à partir de l’analyse de la presse. Cette analyse permet une contextualisation historique importante et lève d’emblée un préjugé de taille : historiquement, au sein du parti Démocrate, ce ne sont pas les représentants locaux des États du sud qui représentaient la plus grande barrière aux politiques progressistes des droits civiques, mais bien les hommes politiques professionnels du nord-est des États-Unis, conservateurs et favorables aux affaires. Les auteurs rappellent régulièrement que le libéralisme du New Deal de Franklin D. Roosevelt est justement critiqué en raison de la séparation idéologique des questions économiques et raciales, ainsi que pour son partenariat avec les Démocrates racistes qui maintiennent les lois Jim Crow dans le Sud. La transformation du terme « libéral » se fait alors progressivement, à l’occasion de la seconde guerre mondiale, grâce à l’élargissement de l’alliance entre la confédération syndicale du Congress of Industrial Organizations (CIO), les afro-américains et d’autres groupes politiques, permettant à certains activistes des droits civiques de devenir des membres importants de la coalition libérale et d’imposer clairement les questions raciales à l’agenda politique.

4La deuxième partie de l’ouvrage, plus dense que la première, s’appuie sur plus d’une quarantaine de tableaux et de graphiques. Elle cherche à démontrer que le nouvel alignement ne vient pas des élites politiques mais de la base. L’auteur montre que l’alliance idéologique des syndicats de travailleurs avec les groupes militants afro-américains, ainsi qu’avec la population urbaine du nord, a opéré une redéfinition du terme « libéral », tout en accélérant un processus de polarisation politique et spatiale dont les principales lignes sont fixées à la fin des années 1940.

5La troisième partie, plus courte que les deux précédentes – son troisième chapitre fait œuvre de conclusion générale –, se focalise sur les conséquences de ce réalignement pour les partis politiques au niveau national. L’auteur se tourne vers l’analyse des programmes politiques des élites politiques démocrates et républicaines, qu’il examine dans deux chapitres parallèles. Ainsi, l’explosion du mouvement des droits civiques a forcé les élites du parti Démocratique à clarifier une position jusqu’alors volontairement ambigüe, et parallèlement, a mené à la structuration du parti Républicain dans le Sud.

6Cette étude démontre que les élites politiques américaines, depuis les années 1930, sont loin d’être des meneuses du changement politique et social. Bien au contraire, elles ont quasi-systématiquement été parmi les dernières à se déclarer sur les mesures progressistes, conservant une position aussi ambigüe que possible et bloquant le changement sociétal. La transformation de la conception de « libéral » pour inclure la question des droits civiques, bien qu’enclenchée par les masses et dynamisée par les groupes militants dès les années 1930, dû faire face à la résistance de l’élite politique jusque dans les années 1960. Ce livre, écrit dans un style direct, intéressera tout particulièrement les historiens et les étudiants des divers aspects de l’histoire des droits civiques, en raison de l’originalité de sa thèse qui contribue incontestablement à bouleverser les prénotions sur les élites politiques. Il intéressera également les spécialistes des sciences politiques par la rigueur de sa méthodologie qui contribue à la force de son argumentation. Néanmoins, si ces deux aspects sont complémentaires, la deuxième partie de l’ouvrage vient rompre quelque peu l’unité d’ensemble. La multiplication des introductions et des conclusions – générales, puis à chaque partie, à chaque chapitre, mais aussi à chaque étape – sont autant de répétitions qui donnent souvent l’impression que l’auteur est en train de marteler son idée-force, qu’il devient impossible d’ignorer.

Haut de page

Notes

1 Cette partie du travail a été réalisée par Brian Feinstein, assistant de recherche remercié en début d’ouvrage. Ces recherches ont par ailleurs fait l’objet d’une publication préalable, voir : Feinstein Brian et Schickler, « Platforms and Partners : The Civil Rights Realignment Reconsidered », Studies in Americian Political Development, vol. 22, n° 1, 2008, p. 1-31.

2 Ici encore, il existe une publication préalable. Cette fois-ci c’est Kathryn Pearsons, elle aussi mentionnée dans les remerciements, qui a découvert les pétitions rejetées par le Congrès dans les Archives nationales des États-Unis. En regard des analyses se fondant uniquement sur les votes recensés, ces documents permettent de donner une compréhension plus dense du comportement de l’organe législatif fédéral concernant les droits civiques. Voir : Schickler Éric, Pearson Kathryn et Feinstein Brian, « Shifting Partisan Coalitions: Support for Civil Rights in Congress from 1933-1972 », Journal of Politics, vol. 72, n° 3, 2010, p. 672-689.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Ridley, « Eric Schickler, Racial Realignment. The Transformation of American Liberalism (1932-1965) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 26 novembre 2016, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21828

Haut de page

Rédacteur

Simon Ridley

Doctorant en sociologie à l’Université Paris Nanterre, laboratoire Sophiapol (EA 3932).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page