Navigation – Plan du site

« Anatomie du charisme », Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales, n° 1, 2016

Baptiste Pagnier
Anatomie du charisme
« Anatomie du charisme », Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales, n° 1, 2016, 165 p., Paris, Anamosa, ISBN : 979-10-95772-08-8.
Haut de page

Texte intégral

1Le premier numéro de la revue Sensibilités, éditée par la jeune maison d’édition Anamosa, s’attaque à l’un des objets canoniques de la sociologie, en se donnant pour projet de faire une « anatomie du charisme ». Portée par des historien-ne-s (Quentin Deluermoz, Christophe Granger, Hervé Mazurel et Clémentine Vidal-Naquet), mais faisant la part belle aux autres disciplines, la publication aborde la vie des affects comme une « démarche de connaissance » (p. 164) et non comme un objet. La rédaction affiche son ambition que la revue ne soit pas lue par les professionnel-le-s des sciences sociales ; en témoignent non seulement l’aspect de l’ouvrage – soulignons la qualité du papier et le grand soin qui apporté au graphisme –, mais aussi le choix éditorial de présenter en alternance des articles scientifiques de forme classique et des reportages photographiques, des bandes dessinées…

  • 1 On peut d’ailleurs regretter que d’autres articles de ce numéro reprennent la première traduction e (...)

2La première partie de ce numéro regroupe quatre articles universitaires. À Bourdieu qui critiquait le charisme wébérien comme étant « naturalisant », Isabelle Kalinowski répond en mobilisant les développements (trop méconnus) que Weber consacre à d’autres formes de charisme, dans ses écrits plus empiriques sur les religions orientales. Les charismes héréditaires et gentilices (propres à un clan, mais devant être éveillés par un enseignement pour se révéler), de fonction (séparés des qualités de la personne, par exemple le prêtre), ou encore personnels ou individuels (les plus instables, pouvant à tout instant cesser de fonctionner s’ils ne sont pas actualisés) viennent ainsi, par leurs propriétés, appuyer la définition du charisme donnée par Weber : « qualité considérée comme extraordinaire qui est attribuée à une personne »1. Manuel Schotté, lui, préfère au terme de charisme celui de grandeur, moins chargé de présupposés, et dessine des pistes de recherche autour de ce qui fait la grandeur d’un individu, d’une part (quelles dynamiques de valorisation, ensuite naturalisées, amènent un individu à être reconnu ?), et de ce que lui fait la grandeur, d’autre part (quelles sont les incidences d’un jugement sur la perception de lui-même et les capacités de celui qui le reçoit ?), en systématisant de nombreux travaux empiriques. Yves Cohen retrace ensuite l’histoire du terme de « charisme », dont l’acception religieuse est relativement récente, puis cherche à caractériser le charisme des chefs à partir de travaux historiques, avant de revenir sur les multiples usages contemporains du mot. Suit la traduction d’un texte de Nicole Woolsey Biggart sur la vente à domicile, qui date de 1988 mais n’en éclaire pas moins les formes les plus actuelles de management. Dans les entreprises de vente de tupperware ou de produits de beauté, le charisme du patron n’est pas le seul moteur de l’investissement au travail des vendeuses (qui restent formellement indépendantes) : l’auteure identifie trois formes de contrôle de l'implication des vendeuses par l’entreprise, « la construction d’un nouveau soi », « la célébration de l’appartenance au groupe » et « l’encouragement à l’implication personnelle » (p. 57). Si ce mode de fonctionnement se révèle en réalité peu efficace du fait du très fort turn-over des vendeuses, la vente à domicile n’en constitue pas moins « une manière de résoudre la tension qui existe entre une vie de travail routinière et la poursuite de l’individualisme économique » (p. 67). Dans le dernier article de cette partie « Recherche », Christophe Granger confronte les analyses de la sociologie aux textes où Proust exprime son incapacité à admirer le jeu théâtral de la Berma, alors qu’il s’attendait, assistant pour la première fois à une de ses représentations, à être touché par le talent de cette artiste sacralisée. C’est seulement lorsque son rapport scolaire à l’art, qui le portait à la compréhension de la pièce plutôt qu’à l’admiration du jeu de l’interprète, est éclipsé par l’impression sensible, c'est-à-dire une compréhension pratique, que Proust parvient enfin à admirer la virtuosité de la Berma. L’admiration naît donc d’une incorporation suffisamment poussée des règles de l’admirable qui, devenues une véritable seconde nature pour le romancier, parviennent à se faire oublier comme telles, et autorisent ainsi la rencontre entre les « conditions de possibilité de l’impression personnelle » et « la définition sociale de l’art comme expérience de l’ineffable » (p. 82).

  • 2 Voir notamment l’article de Pierre Bourdieu, « Le lecture de Marx ou quelques remarques critiques à (...)

3La seconde rubrique, « Expérience », compte deux articles photographiques : un reportage de Charlotte Krebbs, qui a cherché à saisir le charisme à l’œuvre dans un rituel Peul, et une fiction graphique d’Aurélien Giard, qui met en scène la domination impersonnelle du charisme, « faisant sentir […] l’absurdité de notre monde en objectivant la manière dont il est fait » (p. 111). En mêlant comics et manuel de développement personnel, Christophe Granger signe ensuite un article dont le ton et la forme ne sont pas sans rappeler ceux des premiers numéros des Actes de la recherche en sciences sociales2. Il y souligne les affinités qu’entretiennent le développement personnel et l’injonction du néo-management à développer son charisme : s’appuyant sur la psychologisation des rapports sociaux et sur les valeurs de la réforme de soi, la « révolution néolibérale des manières d’être » fait du charisme la « capacité à s’imposer à soi-même ce qu’on est » (p. 108), c’est-à-dire l’adaptation à l’ordre social existant. Catherine Renzi clôt la rubrique en rendant compte d’une recherche « embarquée avec » les acteurs d’un centre éducatif fermé. La mise en regard de l’analyse et des témoignages des éducateurs et des éducatrices souligne que ces professionnels tirent leur autorité du « travail émotionnel » effectué dans des situations d’écart à la norme où ils impliquent leur subjectivité et se mettent sur un pied d’égalité avec les jeunes qu’ils encadrent, dans une logique de don et de contre-don suscitant une confiance mutuelle et même un « enchantement affectif ». Se pose dès lors la question, symétrique, de l’implication émotionnelle du praticien-chercheur, et des difficultés qu’elle implique (sortie du terrain, conflit de loyauté).

  • 3 Repris dans Clifford Geertz, Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, trad. Denise Paulme, (...)

4Dans une rubrique de « discussion critique », « Dispute », Hervé Mazurel et Christophe Granger discutent de l’anthropologie interprétative de Geertz, autour de pages arrachées à « Centres, rois, et charisme : réflexion sur les symboliques du pouvoir » (1977)3. Ils soulignant les apports du tenant de l’anthropologie interprétative, sans pourtant négliger ses impasses (syllogismes, etc.). Le numéro se clôt par la rubrique « Comment ça s’écrit », où Arlette Farge raconte l’« intranquillité quotidienne » que suscite la rédaction de ses ouvrages.

  • 4 Voir Fransisco Roa Bastos, « En finir avec le charisme ? », in Vanessa Bernadou, Félix Blanc, Rapha (...)

5Si le concept de charisme peut apparaître désormais comme un « obstacle épistémologique » à l'analyse de la réalité qu’il est censé permettre4, ce premier numéro de Sensibilités prouve toutefois que le thème de charisme, lui, reste fécond, à condition de ne pas tenir ce terme pour explicatif par lui-même, mais de chercher derrière chaque phénomène charismatique les faits sociaux qui rendent possible la soumission enchantée à un homme.

Haut de page

Notes

1 On peut d’ailleurs regretter que d’autres articles de ce numéro reprennent la première traduction erronée de cette définition (« Nous appelons charisme la qualité extraordinaire d’un personnage »), alors que Kalinowski, dans ses Leçons wébériennes sur la science et la propagande (Agone, 2005, voir la note 1 de la p. 138) attirait déjà l’attention sur cette erreur que commet Éric de Dampierre lorsqu’il traduit dans Économie et société le verbe allemand « gelten als » par le verbe être, laissant ainsi penser que Weber voit dans le charisme un « don naturel ».

2 Voir notamment l’article de Pierre Bourdieu, « Le lecture de Marx ou quelques remarques critiques à propos de “Quelques remarques critiques à propos de Lire le Capital” », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 5-6, 1975.

3 Repris dans Clifford Geertz, Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, trad. Denise Paulme, Paris, PUF, 1986.

4 Voir Fransisco Roa Bastos, « En finir avec le charisme ? », in Vanessa Bernadou, Félix Blanc, Raphaëlle Laignoux et Francisco Roa Bastos (dir), Que faire du charisme ? Retours sur une notion de Max Weber, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Baptiste Pagnier, « « Anatomie du charisme », Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales, n° 1, 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 30 novembre 2016, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21844

Haut de page

Rédacteur

Baptiste Pagnier

Étudiant en troisième année de licence de sociologie à l'Université de Nanterre.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page