Navigation – Plan du site

Olivier Nay, Histoire des idées politiques

Igor Martinache
Histoire des idées politiques
Olivier Nay, Histoire des idées politiques. La pensée politique occidentale de l'Antiquité à nos jours, Paris, Armand Colin, coll. « U Science Politique », 2016, 672 p., ISBN : 978-2-200-61350-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dont témoigne le soutien appuyé que lui a apporté durant sa campagne « Sens commun », groupe de pre (...)
  • 2 On pourrait en dire de même du positionnement rhétorique du Front national dont les représentants l (...)
  • 3 Voir Arnault Skornicki et Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques, Paris, La Dé (...)

1Le candidat désigné à l’issue des « primaires de la droite et du centre », François Fillon, est fréquemment présenté comme le fer de lance d’un néolibéralisme thatchérien sur le plan économique et d’un conservatisme des plus stricts sur le plan des mœurs1, alors que lui-même se revendique de l’héritage gaulliste. Un tel attelage improbable témoigne à lui seul de la confusion certaine qui règne parmi nos concitoyen-ne-s en matière d’idées politiques2 et rend la lecture du manuel d’Olivier Nay précieuse, bien au-delà des rangs des seul-e-s étudiant-e-s en science politique. En un peu plus de 600 pages bien serrées, le professeur de l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne propose en effet un panorama de la « pensée politique occidentale de l’Antiquité à nos jours » comme le précise le sous-titre de l’ouvrage. Une entreprise à l’ambition évidemment titanesque, qui oblige à un certain nombre d’omissions et de simplifications qu’il serait aussi malvenu qu’absurde de critiquer, de même que le serait celle de tenter d’en résumer le contenu dans un tel compte rendu. On peut se réjouir a contrario du souci manifesté par l’auteur de tenir ensemble l’histoire des idées politiques – entendues comme « l’ensemble des connaissances relatives à la légitimité, à l’organisation et aux fins du pouvoir » (p. 1)- avec le contexte socio-historique dans lequel elles ont été énoncées, s’inscrivant en cela dans le sillage de la « nouvelle histoire des idées politiques »3 soucieuse de rompre avec une tendance traditionnelle à abstraire les écrits des conditions dans lesquelles ils ont été rédigés et à considérer que certaines notions conserveraient au-delà des époques et des lieux une signification quasi-universelle et stable. L’ouvrage s’ouvre sur une brève mais précieuse introduction précisant la démarche des pages à suivre, en particulier le souci de ne pas séparer l’histoire des idées politiques de l’histoire plus générale des connaissances, de concilier le temps long des transformations matérielles, sociales et intellectuelles avec l’arrêt sur certaines conjonctures ayant infléchi radicalement les manières de penser, et enfin une attention soutenue à l’articulation entre le cours des idées politiques et les pratiques du pouvoir concret, étant entendu que l’influence entre les deux est aussi forte que réciproque.

2Le manuel se découpe ensuite en huit grands chapitres, eux-mêmes subdivisés en plusieurs sections, paragraphes, parties et sous-parties précédées chaque fois d’une frise chronologique juxtaposant les principaux événements et auteurs évoqués et suivies d’une bibliographie ramassée permettant d’approfondir les théories balayées. Si, en dépit de son avertissement initial, l’auteur n’échappe pas à la tendance traditionnelle consistant à présenter les idées par le truchement des « grands » auteurs auxquels on les identifie, il n’empêche qu’il s’emploie néanmoins à brosser assidûment la toile de fond socio-politique dans lesquelles elles sont énoncées, le tout fournissant des repères bien utiles au lecteur et conférant au manuel une dimension supplémentaire.

  • 4 Jacques Le Goff, Un autre Moyen-Âge, Paris, Gallimard, 1999.
  • 5 Norbert Elias, La dynamique de l’Occident, Paris, Pocket, 1990 [1939].

3Le premier chapitre porte sur « l’invention de la raison politique dans le monde antique » et se concentre successivement sur la naissance de la philosophie dans les cités grecques antiques ainsi que sur l’invention à Rome d’une constitution juridique, tout en soulignant les legs intellectuels de cette époque, qui ne se situent pas nécessairement où on le croit. Le deuxième chapitre est pour sa part consacré à la pensée politique au Moyen-Âge. L’auteur, à la suite de plusieurs historiens, tels Jacques Le Goff4, s’emploie à réhabiliter une période souvent considéré comme un moment d’obscurantisme stérile, voire décadent. Tout en insistant sur le poids de l’Église catholique sur l’organisation politique féodale, Olivier Nay montre néanmoins que s’esquisse dès cette époque la théorisation d’une séparation entre pouvoirs spirituel et temporel, y compris de religieux eux-mêmes. Il analyse dans le chapitre suivant l’émergence de l’État moderne, dont la dynamique a été notamment résumée par Norbert Elias dans sa thèse aussi stimulante que discutée aujourd’hui du « procès de civilisation »5, en distinguant les différents éléments qui ont permis de le rendre pensable, telle que la distinction entre morale et politique amenée par Machiavel ou la lente émergence du concept de souveraineté, mais aussi celle de la doctrine absolutiste. Celles-ci ont elles-mêmes stimulé, guerres de religion aidant, les pensées libérales sur les nécessaires limites du pouvoir de l’État, traçant la voie vers le concept moderne État de droit. Commence aussi alors à émerger une pensée de l’individu affranchi de sa communauté d’appartenance qui va être au cœur de la « révolution silencieuse » qui se produit à la Renaissance et à laquelle est consacré le quatrième chapitre.

4Le cinquième chapitre traite quant à lui du moment singulier qu’a constitué la Révolution française, ainsi que des controverses historiographiques qu’elle continue de susciter jusqu’à aujourd’hui. Trois d’entre elles sont particulièrement développées par l’auteur, à savoir celle qui porte sur la spécificité de la Révolution française par rapport à son homologue étasunienne, celle qui entoure sa nature bourgeoise ou populaire, et enfin celle qui consiste à établir s’il s’agit d’une véritable rupture idéologique et institutionnelle ou si elle s’inscrit en fait dans une certaine continuité. L’auteur passe également en revue les intenses luttes idéologiques qui ont cours à l’époque, entre radicaux et modérés et en leur sein, ainsi que les pensées conservatrices qui se sont construites en réaction, tout en prenant soin là encore d’en distinguer les différents éléments et de ne pas mettre sur le même plan par exemple un Edmund Burke outre-Manche avec Bonald ou de Maistre dans l’Hexagone. Enfin, rappelant que le mouvement hétérogène des Lumières ne s’est pas cantonné à notre pays, Olivier Nay détaille aussi la pensée de deux représentants éminents des Aufklärungen allemandes, à savoir Kant et Hegel. Le sixième chapitre porte ensuite sur un autre moment d’ébullition intellectuelle, la révolution industrielle. L’auteur y détaille ainsi les doctrines accordant une foi littérale dans le progrès, en l’occurrence celles de Saint-Simon et de son secrétaire particulier Auguste Comte, auquel est, rappelons-le en passant, attribué la paternité du vocable de « sociologie », avant de passer en revue les multiples pensées utopiques et socialistes qui émergent à cette époque. À côté des incontournables Marx et Engels auxquels une place de choix est logiquement accordée, l’auteur revient aussi sur quelques figures largement oubliées aujourd’hui comme Pierre Leroux, Constantin Pecqueur ou Philippe Buchez, précurseur du catholicisme social, ainsi qu’aux individualistes radicaux qu’étaient Max Stirner et Friedrich Nietzsche et aux anarchistes révolutionnaires, sans oublier les multiples socialistes du XXe siècle.

5Le septième chapitre est quant à lui consacré aux « sentinelles de la liberté », autrement dit, dans la vision de l’auteur, les contempteurs du totalitarisme, Hanna Arendt en tête. Olivier Nay consacre notamment un développement substantiel au débat entourant l’équivalence entre nazisme et communisme. Puis, il revient sur le reflux et le retour des idées libérales après la Seconde guerre mondiale, sous la houlette des « apôtres du marché » comme Hayek ou Milton Friedman, mais aussi de pensées du pluralisme comme la défense de la « société ouverte » par Karl Popper et la distinction des deux libertés, positive et négative, d’Isaiah Berlin. Enfin, le huitième et dernier chapitre traite pour sa part de la « question démocratique au tournant du XXIe siècle » où l’auteur détaille entre autres l’approche de l’espace public délibératif propre à Jürgen Habermas, la théorie de la justice de John Rawls et les différentes approches du communautarisme et du multiculturalisme, aussi méconnues que caricaturées de ce côté de l’Atlantique. Il termine par une confrontation entre une approche libertarienne aveugle aux inégalités, portée notamment par Robert Nozick, et la dénonciation des impostures de la démocratie par le libertaire de gauche Noam Chomsky. Un bel exemple conclusif qui rappelle combien les concepts, tel qu’ici celui de liberté, ne sont pas porteurs en eux-mêmes d’un sens politique mais que celui-ci est le résultat toujours provisoire d’entreprises d’appropriations par différents camps en présence à un moment donné. Bref, que le maniement – et l’histoire – des idées politiques sont en eux-mêmes des enjeux de luttes éminemment politiques.

Haut de page

Notes

1 Dont témoigne le soutien appuyé que lui a apporté durant sa campagne « Sens commun », groupe de pression issu du mouvement de la « Manif’ pour tous » au sein du parti Les Républicains.

2 On pourrait en dire de même du positionnement rhétorique du Front national dont les représentants les plus en vue, à commencer par son numéro deux, Florian Philippot, récusent l’étiquette d’extrême-droite tout en se revendiquant d’un « gaullisme social » radicalement à rebours de l’histoire et la sociologie du parti fondé par le père de son actuelle cheffe de file. Voir notamment Sylvain Crépon, Alexandre Dézé et Nonna Mayer (dir.), Les faux-semblants du Front national, Paris, Presses de Sciences-po, 2015.

3 Voir Arnault Skornicki et Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques, Paris, La Découverte, 2015.

4 Jacques Le Goff, Un autre Moyen-Âge, Paris, Gallimard, 1999.

5 Norbert Elias, La dynamique de l’Occident, Paris, Pocket, 1990 [1939].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Olivier Nay, Histoire des idées politiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 30 novembre 2016, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21845

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page