Navigation – Plan du site

Daniel Mouchard (coord.), « Les altermondialismes », Critique internationale, n° 27, 2005

Christophe Nicoud
Les altermondialismes
Daniel Mouchard (dir.), « Les altermondialismes », Critique internationale, n° 27, 2005, 221 p., Les Presses de Sciences Po, EAN : 9782724630275.
Haut de page

Texte intégral

1Ce dossier de la revue Critique Internationale, dirigé par Daniel Mouchard, tente de montrer qu'il n'y a pas un altermondialisme mais des mouvements altermondialistes, constructions politiques dépendant de contextes sociaux, politiques et géographiques propres.

  • 1 Eric Agrikoliansky et Isabelle Sommier (dir.), Radiographie du mouvement altermondialiste. Le deuxi (...)

2Boris Gobille dissèque l'enquête1 menée sur le processus de préparation et le déroulement du deuxième forum social européen (FSE), qui s'est tenu à Paris et dans sa périphérie en novembre 2003. Cet examen montre que l'altermondialisme n'est pas un phénomène figé et homogène, mais plutôt un processus composé de publics hétérogènes. Premièrement, il semble que les militants altermondialistes interrogés au cours du FSE de 2003 ne sont pas des « perdants de la mondialisation », des désaffiliés dépossédés par la globalisation. Ce sont des cadres et actifs exerçant soit une profession intellectuelle supérieure (42%), soit une profession intermédiaire (44,1%), notamment dans le secteur public (46,1%), dans le respect de l'homogamie sociale. Ils ont un fort capital culturel (51,6% ont un diplôme supérieur à Bac+3) et sont en mobilité sociale ascendante. Deuxièmement, ces militants ne sont pas non plus des élites détachées des réalités nationales. Ils sont essentiellement français (84%) et maîtrisent au moins une langue étrangère (80% soit 2,5 fois plus que la moyenne des français de l'époque) à travers des liens professionnels, amicaux et/ou familiaux qu'ils développent en dehors de nos frontières. Ces militants ont donc une certaine connaissance des enjeux internationaux (environnement, inégalités Nord-Sud, construction européenne, illégitimité des organisations internationales) tout en restant très proches des enjeux nationaux (chômage, précarité, menace des services publics). Ils souhaitent sensibiliser l'opinion publique, agir en tant que médiateurs entre la société civile et les décideurs politiques.

3Le mouvement altermondialisme marocain, analysé par Eric Cheynis, se rapproche de ce constat. Attac Maroc, créée en 2000 dans un contexte de restructuration de l'extrême gauche et de répression politique, est composée de jeunes ayant un fort capital culturel. Ceux-ci n'arrivent guère à s'insérer dans des enjeux transnationaux. Le premier forum social au Maroc, en 2002, a confirmé cette impression. Les associations en présence agissent sur des enjeux principalement nationaux, dans le cadre fixé par les pouvoirs publics et en concurrence avec les ONG, à la différence de ce qui peut se passer dans des régimes moins autoritaires, plus ouverts.

  • 2 Charte des forums sociaux, 2001.

4La constitution du mouvement altermondialiste français n'a donc pas subi les mêmes conditions d'émergence. Selon Lilian Mathieu, le mouvement altermondialiste français proviendrait d'une recomposition de l'espace des mouvements sociaux français, lequel s'est autonomisé et consolidé. Tout d'abord, la décennie 90 a connue un retour de la question sociale avec la dénonciation de la précarité croissante de populations fragilisées (Act Up, DAL, AC !...), l'effondrement du Parti Communiste Français et l'ouverture de la gauche à l'économie de marché. C'est donc sur ce terreau enrichi par les apports des organisations militantes des années 1960 et 1970, écologistes et tiers-mondistes principalement, que le mouvement altermondialiste français s'est construit. Mais c'est aussi en parallèle à ces organisations que le mouvement s'est autonomisé, réifié. Constitué également de membres ayant un fort capital culturel, le mouvement s'est assis sur des réflexions scientifiques pour appuyer leurs visions du monde (Club Merlau-Ponty, RAI, Raisons d'Agir, Appel des économistes pour sortir de la pensée unique, Observatoire de la mondialisation, fondation Copernic). De plus, tout en restant indépendant (« espace pluriel et diversifié, non confessionnel, non gouvernemental et non partisan »2), ce mouvement a commencé à entretenir des liens avec les organisations syndicales (Union syndicale G10-Solidaires, CFDT) et politiques, ce qui peut remettre en cause, à terme, sa posture critique, tout en permettant le développement d'une réelle légitimité. Comme précédemment, le mouvement altermondialiste français a des préoccupations avant tout des préoccupations nationales. Cependant, il considère que le niveau adéquat de prise en compte des problèmes soulevés est transnational.

5C'est ainsi qu'il a investi/intégré le mouvement social européen, analysé par Elise Féron. Ce mouvement apparu dans les années 1980 et 1990 (Vilvoorde, 1997) et centré sur la critique du modèle néolibéral et la dénonciation d'un « déficit démocratique » européen, a participé à la constitution de l'altermondialisme (premier forum social européen à florence, 2002). Les critiques se sont peu à peu structurer idéologiquement et réticulairement, entrant directement en concurrence avec les organisations syndicales, notamment dans les démarches de lobbying et de communication institutionnelle. L'Union Européenne est devenue peu à peu, et plus particulièrement dans ce début de millénaire, un espace pertinent de mobilisation sur des questions propres à ce mouvement (mondialisation, paix, environnement). Paradoxalement, le mouvement altermondialiste n'agit que fort peu au niveau européen (actions minoritaires d'Attac par exemple) et souvent en décalé par rapport aux rencontres européennes officielles.

6Ces contributions montrent que l'altermondialisme n'existe pas en dehors des altermondialisme nationaux. Les conditions d'émergence de ces mouvements sont reliées à l'existence de mouvements antérieurs, à l'ouverture politique et institutionnelle des pays. Par contre, la composition des ces mouvements altermondialistes est stable, comprenant une population plutôt jeune ayant un fort capital culturel et étant surtout impliquée dans les débats nationaux. Le recours à l'altermondialisme par ces altermondialismes nationaux caractérise la consécration de l'échelon transnational dans le traitement de problèmes locaux.

Haut de page

Notes

1 Eric Agrikoliansky et Isabelle Sommier (dir.), Radiographie du mouvement altermondialiste. Le deuxième Forum social européen, Paris, La Dispute, 2005.

2 Charte des forums sociaux, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Nicoud, « Daniel Mouchard (coord.), « Les altermondialismes », Critique internationale, n° 27, 2005 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2005, mis en ligne le 01 novembre 2005, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/220

Haut de page

Rédacteur

Christophe Nicoud

Professeur de Sciences Economiques et Sociales, chef d'établissement Lycée Saint Louis Saint Bruno (Lyon 1er)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page