Navigation – Plan du site

Emily C. Nacol, An age of risk. Politics and economy in early modern Britain

Flore Guiffault
An Age of Risk
Emily Nacol, An Age of Risk. Politics and Economy in Early Modern Britain, Princeton & Oxford, Princeton University Press, 2016, 169 p., ISBN : 9780691165103.
Haut de page

Texte intégral

1Comment vivre dans un monde incertain ? Pour répondre à cette question, il a fallu concevoir le futur non plus comme une fatalité ou un effet de la providence, mais comme un espace de risque calculable. Dès lors, il a été possible de mesurer le risque et de le gérer à travers des organismes tels que les banques centrales et les compagnies d’assurance. Aujourd’hui, nous pensons les risques comme des composantes à part entière de nos vies. Mais cette pensée du risque a une histoire. Une partie de cette histoire remonte aux XVIIe et XVIIIe siècles, au début de l’ère moderne de la Grande-Bretagne. Emily C. Nacol revisite les écrits de quatre auteurs classiques en sciences politiques, Thomas Hobbes, John Locke, David Hume et Adam Smith, pour retracer l’émergence de la pensée du risque. À travers ces textes, se dessine une réflexion sur la pensée du risque comme moyen de gérer l’incertitude et de guider l’action, ainsi que sur les transformations qu’elle entraîne dans les modes d’acquisition des connaissances et les communautés politiques.

2Dans le chapitre 2, Emily C. Nacol discute les théories de la connaissance et de la science politique développées par Hobbes. Précurseur de la pensée du risque, il met en avant l’incertitude comme problème premier à penser en science politique. L’impossibilité de prévoir le futur serait la source des conflits, donc de l’insécurité et de la violence. L’idée d’un État souverain absolu développée par Hobbes dans le Léviathan trouverait ses racines dans la nécessité d’éliminer cette incertitude pour bâtir la paix. Une science politique construite sur l’expérience et la prudence semble trop incertaine à Hobbes qui lui oppose un modèle géométrique. Mais ce modèle ne fait que déplacer l’incertitude : pour produire une science exacte, il faut s’accorder sur les définitions préalables. Pour ce faire, il faudrait produire un langage commun monosémique, ce qui est utopique. En démontrant l’impossibilité de produire une science exacte, Hobbes va ouvrir la voie à ses successeurs vers la pensée probabiliste.

3Dans le chapitre 3, l’auteure analyse trois réflexions développées par John Locke, qui mettent la relation entre risque et confiance au cœur de la vie politique et économique. Premièrement, la confiance que les citoyens placent dans leur État pour s’organiser face à l’incertitude s’opère en dépit d’un calcul continu des risques représentés par cet État. Ce dernier doit en effet disposer de pouvoirs exceptionnels qu’il peut mobiliser pour contourner la loi et protéger l’intérêt général. Ces prérogatives représentent en elles-mêmes un risque d’abus vis-à-vis des citoyens et marquent l’asymétrie entre les deux parties. C’est pour cette raison que, deuxièmement, les citoyens doivent eux aussi avoir la possibilité d’agir en dehors de la loi pour renverser un pouvoir abusif ou qui tendrait à le devenir. Autrement dit, c’est leur capacité à faire la révolution qui est garante de la confiance entre l’État et les citoyens. Cependant, il est difficile pour les citoyens d’anticiper les abus d’un État qui deviendrait tyrannique puisque, dans un troisième temps, la confiance est souvent rendue visible au moment où elle est rompue. C’est ce que montre l’exemple de la crise monétaire des années 1690 et la perte de confiance dans la monnaie des pays du Commonwealth.

4Les essais de David Hume sur la morale, la politique et l’économie sont présentés dans le chapitre 4 comme une réflexion sur les effets des risques dans l’esprit des acteurs commerciaux. La permanence de l’incertitude produirait de l’anxiété même dans les cas où ces acteurs s’attendent à de bons résultats dans le futur. Ceci aurait comme conséquence de leur faire prendre davantage de risques en adoptant une vision à court terme, orientée vers le profit individuel. Après avoir démontré de quelle manière Hume parvient à cette conclusion, l’auteure interprète les essais comme une ressource que Hume a voulu mettre à disposition des acteurs commerciaux. Ces essais leur permettraient d’adopter une vision élargie de l’idée de profit, qui s’étendrait à l’ensemble de la société. Cette vision d’une société auto-régulatrice sur le long terme redonnerait de l’espoir aux acteurs commerciaux en leur faisant accepter plus facilement les pertes ponctuelles.

5Les réflexions d’Adam Smith sont présentées dans le chapitre 5 comme le prolongement des essais de son ami Hume. Elles mettent l’accent sur la dualité du risque, à la fois recherché car porteur d’espoir et évité à causes de la peur des pertes. De la manière dont ces deux penchants sont gérés dépend l’attitude – productive ou destructrice – que les acteurs vont adopter. Smith analyse la manière dont les individus sont amenés à déplacer les responsabilités en cas de pertes, notamment en créant des groupes qui prennent en charge collectivement le risque. Ces stratégies peuvent se révéler néfastes à long terme et tendent à privilégier certains groupes sociaux – par exemple les politiciens et les marchands plutôt que les travailleurs et les consommateurs, comme c’est le cas dans les monopoles. Après avoir analysé la difficulté de trouver des réponses collectives au risque, Smith propose un modèle de vigilance individuelle. La figure du marchant prudent, qui tisse des liens de confiance avec ses partenaires et les rassure en étant prévisible, relève selon Smith d’une approche saine du risque.

6En conclusion, Emily C. Nacol revient sur la pensée de Michel Foucault telle que développée dans ses plus récentes réflexions sur le libéralisme. Foucault verrait un tournant libéral au XIXe siècle porteur d’une pensée du « vivre dangereusement ». Mais pour Nacol, cette pensée est présente dès le XVIIe siècle en Grande-Bretagne chez les penseurs précurseurs de la pensée moderne. Dans les écrits de Smith et de Hume, le risque est à la fois vecteur d’espoir et de peur. En refusant d’embrasser ces deux côtés, les entreprises commerciales font des choix pathologiques, générateurs d’anxiété pour l’ensemble de la société. Pour Smith, l’homme prudent seul peut faire des choix sains mais il représente une goutte d’eau face à des pratiques systémiques massives et pathologiques. L’approche probabiliste développée par les précurseurs de la pensée moderne constitue selon l’auteure un outil qui permet d’affronter la condition de toute société humaine : la vulnérabilité face à un futur incertain. Mais elle ne permet pas d’effacer complètement l’incertitude et l’anxiété. On trouve parmi les écrits de ces précurseurs de la pensée moderne des clés pour affronter cette anxiété et lutter contre les pratiques pathologiques : des réseaux stables et relations de confiance qui permettent d’accorder du crédit à certains individus. En particulier, Hume propose à ses lecteurs de développer leur confiance dans le système commercial pour entretenir l’espoir d’un profit général. Il s’oppose ainsi à la vision de Foucault qui voit dans le projet libéral un stimulateur du danger.

7La lecture de An Age of Risk donne des clés pour comprendre certaines de nos expériences ordinaires. La peur et l’anxiété face à l’avenir, l’asymétrie entre les citoyens et les grands groupes commerciaux sont des constats que font les auteurs des textes réinterprétés par Emily C. Nacol dès les XVIIe et XVIIIe siècles. Ces symptômes de la société sont analysés dès cette époque comme des conséquences néfastes de la pensée du risque alors naissante. Les auteurs se penchent dès lors sur des mécanismes de défense. Hobbes s’intéresse à la construction de la paix et pose l’incertitude comme problème politique majeur à penser. Locke insiste sur la vigilance des citoyens pour lutter contre les abus de l’État et sur la nécessité de se préoccuper des abus qui ne concerneraient qu’une minorité de citoyens. Hume s’adresse aux groupes commerciaux en les invitant à adopter une vision plus large du profit afin de retrouver confiance et espoir dans le système commercial et l’avenir. Enfin, Smith place la confiance entre les acteurs comme un moyen modeste mais efficace de lutter contre ces symptômes. Ces idées sont encore d’actualité dans un monde fortement marqué par la pensée du risque décrit notamment par Foucault. Quiconque s’interroge sur les mécanismes de cette pensée et cherche à comprendre comment se défendre des conséquences néfastes qu’elle induit trouvera certainement des réponses dans cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Flore Guiffault, « Emily C. Nacol, An age of risk. Politics and economy in early modern Britain », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 03 janvier 2017, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/22024

Haut de page

Rédacteur

Flore Guiffault

Doctorante au Groupe de sociologie pragmatique et réflexive, EHESS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page