Navigation – Plan du site

François Denord, Paul Lagneau-Ymonet, Le concert des puissants

Agathe Foudi
Le concert des puissants
François Denord, Paul Lagneau-Ymonet, Le concert des puissants, Paris, Raisons d'agir, 2016, 139 p., ISBN : 978-2-912107-78-7.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Il n’est pas rare que la presse magazine établisse des classements des grandes fortunes ou des personnalités les plus influentes du moment. C’est à ces personnalités qui peuvent être considérées comme des « puissants » et aux mécanismes par lesquels elles le sont devenus que François Denord et Paul Lagneau-Ymonet ont consacré leur ouvrage. Les auteurs entendent en effet rendre compte de la structure des rapports de pouvoir qui s’établissent dans notre société entre la minorité dominante et les dominés et présenter les leviers permettant à cette minorité d’exercer sa domination.

2L’analyse menée par les auteurs est assise sur une conception multiforme du pouvoir. S’il constitue pour eux un invariant des sociétés humaines, ils considèrent aussi le pouvoir comme un produit socio-historique aux formes variables ; produit qui peut s’appréhender en se focalisant sur l’analyse des relations entre institutions. Dans ce cadre, les auteurs montrent comment l’arrangement entre les pouvoirs s’est modifié en France depuis les années 1970 au profit de l’ordre économique, entrainant dans le même temps des transformations dans la morphologie de l’élite dominante.

  • 1 Lewandowski Olgierd, « Différenciation et mécanismes d’intégration de la classe dirigeante : l’imag (...)

3Comprendre l’origine de la domination économique est ainsi au coeur du premier chapitre de l’ouvrage. Favorisé par des mesures politiques prises sous la IVe et la Ve République, le développement de l’idéologie néolibérale se serait traduit par « un moindre contrôle politique sur l’ordre économique » (p. 21). Il aurait abouti à une « sujétion du politique à l’économique » (p. 18), ainsi qu’à une sujétion de l’État et de ses politiques aux intérêts des grands actionnaires-propriétaires. De ce fait, comparativement au profil que le sociologue Olgierd Lewandowski avait pu en dresser en 19741, l’élite contemporaine serait plus largement constituée de membres de la bourgeoisie d’affaires, les places et carrières de la fonction publique connaissant une dévalorisation au profit de celles du secteur privé. Dans ce contexte de prééminence de l’ordre économique, Denord et Lagneau-Ymonet entendent dévoiler les principes de différenciation et de hiérarchisation entre ceux qui occupent des positions de pouvoir en empruntant le concept de « champ du pouvoir » à Pierre Bourdieu. L’analyse des correspondances multiples (ACM) sur laquelle repose leur investigation révèle l’existence de deux principes de classement des élites les unes relativement aux autres : le champ du pouvoir serait stratifié en premier lieu selon le degré d’intégration des élites à l’ordre économique, en second lieu selon leur ancienneté dans la classe dominante. Le premier axe distribuerait plus précisément les élites en fonction de leur degré d’intériorisation de la morale de l’entreprise. L’intériorisation inégale de cet ethos bien spécifique distinguerait ainsi par le haut les « fils de patron » ayant étudié dans une école de commerce prestigieuse, des « universitaires » ou des « artistes ». Concernant le second axe, il répartirait les membres du champ selon l’ancienneté de leur appartenance à l’élite. De ce point de vue, appartenir à une « grande famille » constituerait pour un individu un atout, indépendamment des éléments individuels faisant de lui un dominant. S’opposeraient alors, parmi les puissants, ceux dont le nom et le style de vie témoignent d’un ancrage immémorial et ceux qui ne sont encore que des « parvenus ». Au final, plus les dominants sont associés à la marche des affaires et plus leur « ancienneté » (en fait celle de leur famille) parmi leurs pairs est importante, plus ils disposent d’une position éminente dans le champ du pouvoir.

4Après avoir précisé les principes qui conditionnent le positionnement des puissants dans le champ du pouvoir français contemporain, les auteurs se focalisent sur les ressources et mécanismes par lesquels se fait l’accès aux positions de pouvoir. Sans surprise, le capital économique et le capital culturel ressortent comme ressources distinctives indispensables pour les atteindre. Mais les puissants ne doivent pas seulement leur position à l’accumulation et à la transmission de telles ressources : les auteurs de l’ouvrage mettent également en évidence le rôle crucial joué par l’appartenance à des groupes divers. En effet, être membre de certaines familles, de certains cercles ou clubs est en soi source d’avantages sociaux. La constitution d’un réseau de relations sociales utiles et valorisables (capital social) comme la reconnaissance et le prestige social liés aux titres, aux décorations obtenues, ou au patronyme (capital symbolique) apparaissent comme des leviers efficaces pour accéder au pouvoir. L’un comme l’autre induisent ou facilitent l’obtention de ressources économiques et/ou culturelles, voire décuplent les effets de leur détention. La conquête des positions dominantes apparaît ainsi, pour les gens « bien nés », comme une entreprise qui s’appuie sur un ensemble d’institutions concourrant à préserver, voire à accroître la dotation initiale en capital dont ils disposent.

5François Denord et Paul Lagneau-Ymonet défendent dans le dernier chapitre de leur ouvrage la thèse selon laquelle le maintien des dominants à leur position sociale relève en réalité d’un processus d’harmonisation et d’accord entre eux. Appartenant à un ordre où ils seraient en concurrence avec leurs semblables pour maintenir leur rang, les puissants devraient dans le même temps s’entendre avec les dominants des autres ordres afin que leur domination puisse perdurer. Cette thèse est originale en ce qu’elle se distingue de deux conceptions communes des élites : celle qui leur présuppose une absence d’intérêts communs, du fait de leur attachement à des domaines spécifiques, et celle qui présuppose au contraire l’absence de désaccords entre eux, du fait de leur forte similitude socio-culturelle. Pour les auteurs, les dominants partageraient une communauté profonde d’intérêts que l’appartenance à des domaines distincts éprouve peu, tant ils se connaissent et se reconnaissent. L’existence d’intérêts communs à « l’élite au pouvoir » s’actualiserait d’ailleurs au travers de stratégies permettant à ses membres de se maintenir dans leurs positions ; stratégies qui engageraient des dominants d’ordres différents mais enclins à se soutenir mutuellement dans la mesure où, donnant-donnant, l’aide octroyée peut toujours être rémunérée en retour sous des formes multiples. C’est pour cette raison que les auteurs dénoncent les stratégies d’entente économique mises en œuvre par certains dirigeants de grands groupes privés : leur succès serait tributaire de l’appui de puissants n’appartenant pas au champ économique mais qui espèrent, par leur concours, maintenir ou renforcer leur propre position sociale. Cette solidarité est finalement bien mise en exergue au travers de la présentation du Siècle. Institution donnant un visage à « l’élite au pouvoir », ce club constituerait en fait une instance de coordination permettant aux dominants de nombreux horizons (économie, politique, administration, journalisme, religion, armée...) de se rencontrer ou de discuter pour mieux renforcer la domination qu’ils exercent dans leurs champs respectif. En résumé, l’analyse menée par François Denord et Paul Lagneau-Ymonet vise ici à montrer que, s’appuyant sur les ressources que leur offre leurs positions respectives, les puissants s’organisent afin d’orienter à leur profit les prises de décisions et la construction de règles communes.

6En de nombreux points, l’ouvrage de François Denord et Paul Lagneau-Ymonet mérite d’être lu. C’est tout d’abord un travail très documenté et qui fourmille de faits d’actualité, d’éléments biographiques ou de données statistiques appuyant l’argumentation. À cela s’ajoute une bibliographie conséquente qui compile de nombreuses références susceptibles d’intéresser ceux qui travaillent sur les élites ou la stratification sociale. Du point de vue de l’écriture, l’ouvrage est entrainant. Le style, assez journalistique, se conjugue à un ton acerbe et incisif pour donner un opus doté d’une réelle dimension pamphlétaire. C’est pourquoi l’ouvrage a toute sa place aux éditions « Raison d’agir » et en séduira les afficionados.

  • 2 La démarche entreprise par les auteurs, présentée a minima dans un encadré (p. 8), pourra être mieu (...)

7Mais, si la manière qu’ont les auteurs d’appréhender les rapports de domination présente l’intérêt de renouer avec une approche de la stratification et de la domination sociales passablement oubliée – leur démonstration s’appuie sur une analyse structurale du champ du pouvoir ancrée dans la tradition bourdieusienne –, les clefs nécessaires à sa compréhension ne sont pas réellement données2 ; ce qui pourrait désarçonner le lecteur un peu novice dans la discipline. A contrario, de nombreux passages de l’ouvrage auront pour le lecteur confirmé un air de déjà-vu, voire de ressassé, et d’autres un air de simplicité, du fait d’un discours plus militant que scientifique. Enfin, à cause d’un recours assez systématique aux métaphores et aux adages, le ton caustique et pamphlétaire tend à affecter l’efficacité argumentative du propos tenu par les auteurs. Mais surtout, ce ton contribue à la création d’une mythologie des puissants ; création qui s’accorde peu avec une analyse objective du pouvoir et qui prend même le contrepied de la perspective dans laquelle les auteurs souhaitaient inscrire leur ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Lewandowski Olgierd, « Différenciation et mécanismes d’intégration de la classe dirigeante : l’image sociale de l’élite d’après le Who’s who en France », Revue française de sociologie, n° 1, janvier-mars 1974, p. 43-73.

2 La démarche entreprise par les auteurs, présentée a minima dans un encadré (p. 8), pourra être mieux appréciée en consultant notamment la référence suivante : Denord François, Lagneau-Ymonet Paul, Thine Sylvain, « Le champ du pouvoir en France », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 170, 2011, p. 24-57.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agathe Foudi, « François Denord, Paul Lagneau-Ymonet, Le concert des puissants », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 09 janvier 2017, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/22078

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page