Navigation – Plan du site

Florence Burgat, Christian Sommer (dir.), Le phénomène du vivant

Thibault De Meyer
Le phénomène du vivant
Florence Burgat, Christian Sommer (dir.), Le phénomène du vivant. Buytendijk et l'anthropologie philosophique, Genève, Métis Presses, 2016, 166 p., ISBN : 9782940563043.
Haut de page

Texte intégral

1Les cinq chapitres de ce livre offrent une très bonne introduction à la philosophie du vivant de Frederik Buytendijk (1887-1974). Chacun écrit par un auteur différent, ces chapitres abordent des thèmes qui se retrouvent d’ailleurs dans l’article de Buytendijk et Helmut Plessner intitulé « L’interprétation de l’expression mimique » et dont la traduction française inédite est publiée en fin d’ouvrage.

2Le premier chapitre de Florence Burgat retrace la vie et l’œuvre du savant néerlandais dont le parcours dessine le mouvement de sa pensée. Après ses études de médecine, Buytendijk (que l’on prononce en néerlandais /bœytəndεik/) devient en 1919 professeur de physiologie à l’Université libre d’Amsterdam où il aura l’occasion d’étudier expérimentalement les comportements des animaux. Parallèlement, il commence à s’intéresser à la psychologie et s’inspire des phénoménologues, notamment Max Scheler, Helmut Plessner et Maurice Merleau-Ponty. Son expertise en la matière étant reconnue, il devient professeur de psychologie en 1946 à Utrecht.

3On pourrait croire que ce passage de la physiologie à la phénoménologie marque une conversion rejetant l’objectivisme de la science pour s’intéresser à la subjectivité de l’expérience. Or, dans sa contribution, George Thinès (professeur à Louvain, décédé le 26 octobre 2016) souligne que l’intérêt pour la phénoménologie et la psychologie n’émerge pas chez Buytendijk comme une opposition à l’observation scientifique des comportements des organismes vivants, mais apparaît dans une continuité complémentaire à celle-ci. Thinès explique ainsi que « c’est précisément pour des raisons objectives d’ordre physiologique […] que [Buytendijk] se voit forcé de rejeter les modèles mécanistes dans l’interprétation des comportements » (p. 37). Pour expliquer adéquatement un comportement, le médecin néerlandais juge en effet qu’il ne suffit pas de décrire le plus précisément possible les mécanismes du corps, il faut en outre prendre en compte la subjectivité des organismes que l’on étudie.

4Ainsi, dans la pensée de Buytendijk, la phénoménologie ne se construit pas, comme c’est si souvent le cas chez les philosophes, à partir d’une épochè, une mise à distance des jugements mais, tout au contraire, à partir d’une étude minutieuse des données objectives. Ceci fait écho à un autre point qui oppose généralement le physiologiste à d’autres phénoménologues. Tandis que ces derniers confèrent souvent beaucoup d’importance à l’introspection, Buytendijk se méfie de cette méthode d’investigation, ceci probablement parce qu’il s’est tourné vers la phénoménologie en étudiant d’emblée le comportement des animaux alors que la plupart des phénoménologues ne se sont intéressés à la question animale que de manière exclusivement théorique et sans expérience préalable. Ainsi, Buytendijk a été très tôt confronté au problème de la généralisation des sentiments humains décrits par la phénoménologie aux sentiments des animaux.

5À ce sujet, au lieu d’une simple généralisation de l’expérience humaine aux animaux, Buytendijk proposait d’étudier les comportements des animaux comme des indices de leur existence subjective. Comme l’explique Emmanuel de Saint Aubert, selon Buytendijk, « nous ne pouvons pas percevoir sans nous exprimer » (p. 59). Ceci ressort notamment des expériences d’Albert Michotte auxquelles se réfère Buytendijk et qui montrent que nous attribuons des actions même à de petits points noirs sur un écran. Lorsque nous voyons ces points, nous nous projetons en eux pour interpréter leurs mouvements. De même, quand on voit des comportements similaires à ceux que l'on attache à l'amour maternel, il ne faut pas faire comme les béhavioristes et prendre le comportement comme une apparence sans réalité signifiante sous-jacente. Au contraire, il est impossible de comprendre un comportement sans nous projeter dans la situation de l’animal étudié. Le scientifique ne doit donc pas rejeter sa tendance naturelle à se projeter dans ce qu’il perçoit : comme le dit Burgat, « la psychologie doit exclure de ses guides ce qui est contre-intuitif » (p. 25).

6Néanmoins, même s’il faut prendre en considération cette expérience animale, il faut aussi tenter de la distinguer de l'expérience humaine. Dans le chapitre le plus critique par rapport à Buytendijk, Charles Martin-Fréville explique ce qui distingue l’humain de l’animal dans la pensée du physiologiste néerlandais. Pour cela, il commence par étudier l’intérêt de Buytendijk pour l’éthologue Jakob von Uexküll et son concept de milieu. Le milieu n’est pas l’environnement objectif où vit un animal, mais correspond à la manière dont cet environnement fait sens pour cet animal particulier. La notion de milieu donne ainsi beaucoup d’importance à la subjectivité de l’animal, ce qui rapproche Uexküll de Buytendijk. Ce dernier reproche cependant à Uexküll d’avoir appliqué le concept de milieu aux humains. Selon le physiologiste, les humains n’ont pas de milieu car, contrairement aux animaux, ils ont un monde dont ils savent se détacher. Martin-Fréville relie l’importance de la distinction ontologique chez Buytendijk à son attachement à l’idée d’une science objective, désintéressée, alors qu’Uexküll considérait que même la science était filtrée par des intérêts particuliers.

7Le chapitre de Christian Sommer se penche aussi sur le concept de milieu que Buytendijk met en rapport avec la notion d’intentionnalité. Lorsqu’on veut décrire le comportement d’un animal (un chien qui flaire, par exemple), il faut toujours se référer à l’intention de l’animal (le chien cherche de la nourriture), intention qui renvoie à son tour au milieu (des éléments dans l’environnement que le chien peut considérer comme des aliments). C’est pour cela que Buytendijk construit le concept de Untweltintentionalität, l’intentionnalité du milieu.

8En conclusion, nous pouvons dire que le livre remplit bien sa mission de présenter la philosophie du vivant de Buytendijk. Il met également en exergue des points de convergence et de divergence avec les phénoménologues de son époque (notons au passage que Martin Heidegger n’est pas mentionné par les auteurs du livre, ceci probablement pour participer à l’effort actuel de tenter de lire les phénoménologues de cette époque sans passer par la pensée heideggerienne).

9Il est curieux cependant que l’ouvrage ne propose aucune comparaison avec des philosophes antérieurs, alors même que Buytendijk cite régulièrement Aristote, Thomas d’Aquin, Descartes ou Kant. Dans ce sens, j’ai pour ma part été frappé par certaines convergences entre la pensée de Buytendijk et la philosophie de Leibniz. Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, Buytendijk répond aux tentatives de réduction de la nature à la mécanique en expliquant que « dans la nature organique il y a quelque chose de plus. Dans la nature, les machines sont admirablement frottées, élégantes, d’un bon goût infini » (cité p. 32). Cette citation fait immanquablement référence à certains passages de l’œuvre de Leibniz, notamment dans La monadologie §64 où il affirme que « les machines de la nature, c’est-à-dire les corps vivants, sont encore machines dans leurs moindres parties jusqu’à l’infini » (dans la section suivante, il parle de ces machines comme d’un artifice « infiniment merveilleux »).

  • 1 Voir notamment son dernier livre : Frans de Waal, Are we smart enough to know how smart animals are (...)

10Le livre ne propose pas non plus de comparaison avec des penseurs plus récents. Ainsi, Frans de Waal, un éthologue néerlandais actuel, aurait pu être cité dans la mesure où comme Buytendijk il propose de respecter le sens commun et de considérer des comportements animaux qui ressemblent aux nôtres comme des comportements signifiants pour les animaux1. De Waal retourne alors la charge de la preuve : c’est aux béhavioristes de prouver que les animaux ne confèrent aucun sens à leur situation et n’agissent que machinalement. Rapprocher ainsi Buytendijk de scientifiques actuels permettrait non seulement de souligner la prégnance et l’actualité de sa pensée, mais pourrait aussi rendre cette pensée plus accessible à des non-philosophes (p. 27, Burgat indique que l’approche phénoménologique est « très difficile à faire valoir auprès des éthologues »).

Haut de page

Notes

1 Voir notamment son dernier livre : Frans de Waal, Are we smart enough to know how smart animals are?, WW Norton & Co., 2016 (en particulier, au premier chapitre, la dernière section intitulée « Anthropodenial »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault De Meyer, « Florence Burgat, Christian Sommer (dir.), Le phénomène du vivant », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 10 janvier 2017, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/22090

Haut de page

Rédacteur

Thibault De Meyer

Doctorant dans le département des sciences sociales à l’Université libre de Bruxelles.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page