Navigation – Plan du site

Pierre Dardot et Christian Laval, Ce cauchemar qui n’en finit pas. Comment le néolibéralisme défait la démocratie

Martin Beddeleem
Ce cauchemar qui n'en finit pas
Pierre Dardot, Christian Laval, Ce cauchemar qui n'en finit pas. Comment le néolibéralisme défait la démocratie, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2016, 247 p., ISBN : 978-2-7071-8852-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 À tel point que certains parlent d’un peak neoliberalism (Simon Springer) ou bien qu’ils renient la (...)
  • 2 Colin Crouch, The Strange Non-Death of Neoliberalism, Londres, Polity, 2011 ; Philip Mirowski, Neve (...)
  • 3 Notamment dans La nouvelle raison du monde : essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte (...)

1Que peut-on dire de plus sur le néolibéralisme ? Après le déluge bibliographique des dernières années, le sujet a été quelque peu épuisé tant ses multiples facettes, ses ambiguïtés persistantes et ses effets cachés ou inattendus sont passés sous les fourches caudines d’essayistes de tous horizons1. La résilience du néolibéralisme face à la crise économique et sociale que ses propres principes ont engendrée a suscité le dépit de nombreux commentateurs, trop pressés d’en annoncer prématurément la dissolution2. Héritiers hétérodoxes de Michel Foucault, Pierre Dardot et Christian Laval ne proposent pas dans leur dernier opus une perspective inédite mais mettent à jour avec pédagogie et concision leurs principales thèses développées ces dix dernières années3, ce qui permettra au public curieux ou averti d’accéder à une analyse rigoureuse, quoique pessimiste, des maux de notre temps. Pour ce faire, ils ramassent les symptômes de la crise actuelle sous le signe d’une rationalité agissante unique – le néolibéralisme – définie comme une « raison-monde » visant à « étendre et imposer la logique du capital à toutes les relations sociales jusqu’à en faire la forme même de nos vies » (p. 10). Typique de Dardot et Laval, ce diagnostic marxiste d’un auto-renforcement de logiques structurelles est complété par une attention portée aux effets psychologiques et sociologiques de leur déploiement.

  • 4 Pour aller plus loin sur ce type d’analyse, voir Naomi Klein, The Shock Doctrine: the Rise of Disas (...)
  • 5 Pour un diagnostic similaire à celui de Dardot et Laval, voir Wendy Brown, Undoing the Demos: Neoli (...)
  • 6 C’est là l’enjeu de la polémique de Daniel Zamora envers les sympathies néolibérales de Foucault : (...)
  • 7 Il est dommage que les auteurs ne parlent pas à ce propos de Louis Rougier, figure cruciale du néol (...)

2L’essai s’ouvre sur le constat pessimiste d’une crise qui s’accélère et s’amplifie au gré des remèdes mis en place par les gouvernements néolibéraux de gauche comme de droite. Ces mécanismes « d’auto-aggravation » (p. 29) articulent le démantèlement de la sûreté garantie par les institutions de l’État de droit au déploiement d’une compétition débridée à l’échelle européenne, régimentée par des dispositifs sécuritaires qui circonscrivent sévèrement les moyens démocratiques. De prétexte, la « crise » devient ici le mode effectif de la « gouvernance néolibérale » au sein duquel « tous les obstacles lui sont des opportunités » (p. 33) afin d’aboutir in fine à une « société disciplinée par le risque » (p. 38)4. Rongeant peu à peu les mécanismes de solidarité, elle commande une rationalité politique œuvrant à la « désactivation de toute capacité d’action collective autonome de la société » (p. 42) située à l’extérieur du marché5. Cet antidémocratisme au cœur du projet néolibéral, les auteurs le déclinent aussi bien au niveau national qu’européen : la conversion de la gauche de gouvernement au néolibéralisme signant l’abandon de son programme égalitariste6. La méfiance antitotalitaire d’un Friedrich Hayek vis-à-vis de la souveraineté illimitée du peuple s’est traduite dans la pensée politique néolibérale par la nécessité de borner le pouvoir législatif par le pouvoir judiciaire, et ce grâce à la constitutionnalisation progressive du droit commercial ou privé sous l’impulsion de l’Union européenne. S’il s’agissait bien dans le néolibéralisme originel de soumettre le gouvernement des hommes au gouvernement des lois, cet « interventionnisme judiciaire »7 présume que la démocratie représentative mène inéluctablement à la démocratie sociale, à moins que les principes d’une économie libérale soient mis hors de portée des humeurs majoritaires.

3Les auteurs n’éludent pas l’écueil périlleux de démarquer néolibéralisme et capitalisme, ce qui débouche sur un exposé lucide et synthétique des écarts et concordances entre idéologie néolibérale et système de production capitaliste. Le « système » néolibéral y est présenté comme « l’effet global d’un ensemble de pratiques, de dispositifs, d’institutions qui ont progressivement encadré et limité les possibilités de choix et d’action des États, des organisations économiques et sociales et des individus eux-mêmes » (p. 77). Cette dimension hégémonique mène bien au-delà d’une mise en ordre symbolique permettant la reproduction du capital : elle vise à pervertir les fondements tacites de nos institutions contre leurs fonctions premières et à diffuser un imaginaire entrepreneurial comme régime dominant de subjectivité. Ainsi en est-il de la démocratie électorale désactivée par la corruption endémique et la professionnalisation de la politique ; ainsi des grandes entreprises devenues acteurs politiques à part entière et usurpant à leur profit les mécanismes réglementaires ; ainsi des autorités indépendantes de contrôle désormais en connivence avec les acteurs privés, contribuant elles-mêmes à légitimer la prédation économique. Ainsi en est-il, enfin, de la corruption insidieuse des médias et des institutions universitaires dont toute tentative de gestion hétérodoxe et indépendante est bornée par leur asservissement à la publicité ou au financement et par la course à la performance mesurée par le marché.

  • 8 Cf. François Denord et Antoine Schwartz, L’Europe sociale n’aura pas lieu, Paris, Raisons d’agir, 2 (...)

4Le néolibéralisme ne se résumant pas « à une marchandisation globalisée et à une financiarisation anonyme » (p. 178), cette dépossession progressive des lieux politiques démocratiques s’est déroulée sous les auspices de la construction d’un marché européen guidé par un « bloc oligarchique néolibéral », épris d’un éros d’accumulation illimitée. L’histoire de l’Union européenne possèderait ici pour point de fuite l’asservissement des peuples à la logique normative de la concurrence par l’élimination progressive des acquis sociaux et le musèlement des institutions démocratiques8. Les auteurs emploient l’exemple de la Grèce pour illustrer la cage d’airain asphyxiant toute velléité d’échapper à l’empire normatif européen qui emploie la gestion centralisée de la dette et de la monnaie comme outils disciplinaires. L’extorsion de réformes structurelles assorties aux prêts exploite cyniquement les effets d’une crise économique que la libéralisation financière avait elle-même provoquée.

  • 9 Comme dans la phrase : « Un tel processus [la construction européenne] ne pouvait s’accomplir pays (...)

5Il faut faire crédit aux auteurs d’avoir développé les intuitions foucaldiennes sur le néolibéralisme, en conférant à celui-ci une substance idéologique conforme à sa dimension : celle d’une transformation épistémique de notre univers symbolique menant à la création d’une nouvelle réalité. Le dispositif néolibéral y est décrit de manière sobre et soutenu, dans une prose parcimonieuse et circonstanciée. Souvent pleines d’à-propos, leurs conclusions relèvent toutefois de nombreuses tendances présentées comme lourdes ou inéluctables, contredisant leur souhait de restituer la contingence du néolibéralisme. Le chapitre sur l’Union européenne, en particulier, est coupable d’un unilatéralisme qui déforme a posteriori les enjeux idéologiques de la construction européenne ; l’ordolibéralisme allemand, malgré son poids, n’a pu à lui seul en prédéterminer le sens et les priorités9. Le souci de présenter le néolibéralisme comme réalité kafkaïenne occulte le patient labeur de ses instigateurs d’une maitrise des canaux de diffusion de la connaissance et de l’information, de compromis difficiles avec le conservatisme ou le syndicalisme, ou encore de captation intellectuelle de théories rivales, trois clés du succès néolibéral des dernières décennies. Trop souvent, le rôle dynamique des think tanks et forums comme instances d’une véritable sociologie néolibérale de la connaissance est négligé, alors que ceux-ci constituent le point d’ancrage le plus profond et le plus vulnérable du néolibéralisme.

  • 10 C’est la charge principale de Serge Audier contre la perspective foucaldienne de Dardot et Laval, d (...)
  • 11 Michel Foucault, Naissance de la biopolitique: Cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, Gallim (...)

6Problème classique de la littérature sociologique foucaldienne, le néolibéralisme se manifeste à la fois comme effet et comme acteur, parfois machinique, parfois anthropomorphe ; il se signale simultanément comme interface de nos représentations symboliques et comme bras armé d’une oligarchie assoiffée de pouvoir. Certes, les auteurs nous invitent à penser le néolibéralisme comme la conjonction fortuite et réussie de ces deux dimensions : une rationalité active capable d’enrôler d’autres idéologies (p. 11). Il faudrait alors apporter deux nuances à cette hypothèse déterminante : en premier lieu, justifier l’hétérogénéité historique des différents moments du néolibéralisme et leurs héritages distincts et contradictoires en place d’une rationalité unique. La force du néolibéralisme fût de contenir au sein du même cadre épistémique des divergences et contradictions qui rendirent ses ramifications mobiles et adaptatives. Ne pas pluraliser le néolibéralisme, c’est se condamner à ne retenir qu’un portrait trompeur de sa radicalité10. En second lieu, la transformation symbolique de notre réalité sociale – ce « faire-monde » néolibéral – repose sur des principes épistémologiques et scientifiques en rupture avec le naturalisme et le rationalisme, deux des assises traditionnelles du libéralisme classique, mais aussi du socialisme. Avant d’asservir nos subjectivités, le néolibéralisme se déploie essentiellement comme subversion épistémique et scientifique qui bouleverse les savoirs établis et les pratiques institutionnalisées. Foucault lui-même avait ouvert la voie d’une telle enquête, constatant que les néolibéraux ont rompu avec le libéralisme classique précisément sur la relation entre méthode scientifique, heuristique des sciences sociales, et champ d’intervention gouvernementale11.

  • 12 Voir note 3.

7Dans la foulée de leur Commun12, Dardot et Laval nous appelle en conclusion à réhabiliter l’expérimentation directe d’un commun politique contre sa confiscation par l’expertise (p. 226). Horizontale et empirique, cette forme politique sortirait des sentiers battus institutionnels de la politique de partis pour former des « coalitions démocratiques » solidaires à l’échelle locale, nationale et internationale fédérées en un « espace oppositionnel mondial » (p. 241). Animée par l’espoir qu’une politique populaire relance des processus autonomes d’émancipation, cette conclusion semble déjà obsolète tant cet espace est parasité aujourd’hui par des ténors nationalistes et tribalistes qui réactivent l’isolationnisme et la xénophobie contre lesquels le néolibéralisme s’était lui-même élevé. Paradoxalement, l’effondrement final du néolibéralisme signerait alors un avenir bien plus sombre pour les sycophantes qui en réclament la ruine.

Haut de page

Notes

1 À tel point que certains parlent d’un peak neoliberalism (Simon Springer) ou bien qu’ils renient la capacité heuristique du concept comme Kean Birch, We have never been neoliberal, Alresford, Zero Books, 2015. Ironiquement, ces deux auteurs ont publié l’année dernière, avec Julie MacLeavy, un volumineux Handbook of Neoliberalism, Londres, Routledge, 2016.

2 Colin Crouch, The Strange Non-Death of Neoliberalism, Londres, Polity, 2011 ; Philip Mirowski, Never Let a Serious Crisis Go to Waste: How Neoliberalism Survived the Financial Meltdown, Londres, Verso, 2013.

3 Notamment dans La nouvelle raison du monde : essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009; compte rendu de Corinne Delmas pour Lectures : http://lectures.revues.org/1194 ; et Commun : essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La Découverte, 2014 ; compte rendu de Paul Sereni pour Lectures : http://lectures.revues.org/14410.

4 Pour aller plus loin sur ce type d’analyse, voir Naomi Klein, The Shock Doctrine: the Rise of Disaster Capitalism, Toronto, Random House, 2007 ; et aussi Philip Mirowski, op. cit.

5 Pour un diagnostic similaire à celui de Dardot et Laval, voir Wendy Brown, Undoing the Demos: Neoliberalism’s Stealth Revolution, New York, Zone Books, 2015.

6 C’est là l’enjeu de la polémique de Daniel Zamora envers les sympathies néolibérales de Foucault : Daniel Zamora (dir.), Critiquer Foucault. Les années 1980 et la tentation néolibérale, Bruxelles, Éditions Aden, 2014.

7 Il est dommage que les auteurs ne parlent pas à ce propos de Louis Rougier, figure cruciale du néolibéralisme français. Cf. Serge Audier, Le Colloque Lippmann. Aux origines du néolibéralisme, Lormont, Le Bord de l’Eau, 2012.

8 Cf. François Denord et Antoine Schwartz, L’Europe sociale n’aura pas lieu, Paris, Raisons d’agir, 2009.

9 Comme dans la phrase : « Un tel processus [la construction européenne] ne pouvait s’accomplir pays par pays, mais par une stratégie supranationale d’imposition normative visant à créer une situation irréversible, hors de portée des citoyens nationaux. » (p. 124)

10 C’est la charge principale de Serge Audier contre la perspective foucaldienne de Dardot et Laval, dont on retrouvera la substance dans l’introduction de son Penser le « néolibéralisme » : Le moment néolibéral, Foucault et la crise du socialisme, Lormont, Le Bord de l’Eau, 2015, pp. 7-64 ; compte rendu de Martin Beddeleem pour Lectures : http://lectures.revues.org/18649.

11 Michel Foucault, Naissance de la biopolitique: Cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, Gallimard/Seuil, 2004; leçons du 21 février 1979 et du 14 mars 1979.

12 Voir note 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Beddeleem, « Pierre Dardot et Christian Laval, Ce cauchemar qui n’en finit pas. Comment le néolibéralisme défait la démocratie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 12 janvier 2017, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/22117

Haut de page

Rédacteur

Martin Beddeleem

Candidat au doctorat à l’Université de Montréal, ses recherches portent sur les fondations scientifiques et épistémologiques du néolibéralisme.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page