Navigation – Plan du site

Velvet Underground : une réponse de Stéphane Dorin à Patrick Cotelette

Stéphane Dorin
Velvet Underground
Stéphane Dorin, Velvet Underground. La Factory et l’invention de la bohème pop, Paris, Archives Contemporaines, 2016, 106 p., ISBN : 9782813002037.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1En tant qu’enseignant-chercheur en sociologie, j’incite mes étudiants, qu’ils soient en licence ou en master, à rédiger un compte rendu critique d’un ouvrage de sciences sociales. L’exercice n’est pas simple, car il vaut mieux être familier des thématiques et de la littérature existante sur le sujet pour ne pas risquer dérapages ou erreurs, tout en présentant de manière suffisamment précise l’ouvrage en question.

2Le compte rendu, publié par Lectures, de mon ouvrage sur le Velvet Underground, Andy Warhol et l’invention de la bohème pop présente ainsi de nombreux défauts, qui pourront éventuellement recéler une valeur pédagogique. Nous ne retiendrons ici que les plus saillants.

3La recension s’ouvre sur un parallèle musical, appuyé sur une citation de Lou Reed, entre ma carrière de chercheur et le fait de jouer sur « trois accords », parallèle repris en conclusion avec l’idée qu’on ne peut pas faire œuvre de sociologie « sans changer de partition ». La figure de style donne le ton, pamphlétaire, de la recension, qui dénonce ainsi, sans la nommer directement toutefois, une fraude qui serait au fondement de ma carrière de chercheur.

4Cette dénonciation se double d’une accusation : le lecteur-justicier avance que mon court livre – cette mention figure à quatre reprises dans le compte rendu sous diverses formes – ne serait que la reprise d’un de mes articles de 2005. Après avoir hésité sur l’ampleur de la reprise, il affirme que l’« on retrouve quasiment mot pour mot l’intégralité de cet article éclaté dans les cinq chapitres qui composent l’ouvrage », puis quelques lignes plus loin que ma reprise de l’article est « incomplète » et finit par dénoncer « la stratégie consistant à conserver 95% de son texte antérieur ». C’est un exemple presque parfait d’argument du chaudron emprunté mis en évidence par Freud.

5Pourtant, si l’auteur avait lu plus attentivement mon livre, il aurait pu discuter mon analyse, d’inspiration néo-institutionnaliste, du rôle du producteur dans la création d’un disque de pop, ou encore le lien que j’établis entre les trajectoires sociales et intellectuelles des membres de cette sous-culture et les positions conquises dans les mondes de l’art, en particulier pour Lou Reed, Andy Warhol et John Cale. Il aurait pu montrer comment la bohème pop de la Factory a pu héberger les prémices des revendications gay et transgenre mais aussi s’interroger sur le fait que les membres du Velvet Underground et Andy Warhol soient restés relativement en retrait sur ces questions. Le livre aurait pu aussi être resitué en regard des débats en sociologie historique des professions artistiques, autour de la notion de talent ou de carrière, de stratégie ou d’influence, en convoquant Pierre Bourdieu, Gisèle Sapiro, Howard Becker ou Pierre-Michel Menger, ou encore la théorie des subcultures. Ce sont autant de thématiques qui ne figurent pas dans mes écrits antérieurs. Dans la mesure où le rédacteur n’est pas spécialiste de ces questions de sociologie de l’art et de la culture, il ne parvient pas à replacer le livre dans son contexte scientifique. Mais, et c’est plus grave, le fait qu’il ne soit pas lui-même chercheur ne constitue en aucun cas une excuse pour ne pas lire les textes et en fournir une présentation aussi tronquée.

6Quant aux rares arguments critiques de ce compte rendu, ils s’effritent d’eux-mêmes à la lecture. Ainsi, l’auteur me reproche de partir du présupposé que le Velvet Underground serait un groupe mythique sans faire l’analyse de la réception de leurs œuvres. Mais lui-même qualifie, dès l’introduction, Lou Reed, Andy Warhol et le Velvet Underground de « figures cultes de la musique des années 60 ». Or, la question de la réception n’est pas l’objet principal de mon livre, même si, bien évidemment, j'étudie la réception des premiers concerts dans une sous-partie intitulée explicitement « l’avant-garde new yorkaise et ses publics ». Quant au statut de groupe culte ou mythique, je rappelle la tenue d’expositions d’art contemporain ayant mis le Velvet Underground à l’honneur – l’auteur du compte rendu aurait ainsi pu mentionner les expositions sur le groupe et Warhol au Centre Pompidou-Metz et à la Philharmonie de Paris rien qu’en 2016 – et je replace, dans la dernière sous-partie du livre, la phrase célèbre de Brian Eno concernant la postérité du premier album – « le premier album ne s’est vendu qu’à 30 000 exemplaires, mais chacun de ses acheteurs a fondé un groupe » – dans son contexte en regard des données disponibles sur les ventes discographiques du groupe.

7Par ailleurs, l’auteur du compte rendu expédie sans détour l’utilisation que je ferais de la notion, forgée par Rosen, de superstar. S’il avait mieux lu, il se serait rendu compte que je n’utilise pas cette notion, car c’est précisément le vocable choisi par Warhol pour désigner ses protégés à la Factory et dont je traite dans le chapitre 2. Mais il écrit tout de même : « Certains concepts sont employés avec peu de rigueur. On peut citer l’exemple de l’analyse du “marché des superstars”, que Stéphane Dorin applique sans précaution à l’ensemble des marchés (p. 35-36), reprenant ainsi une des thèses des économistes Frank et Cook sans avoir pris la peine de vérifier sa validité ». Hélas, je mentionne The Winner-Take-All Society de Frank et Cook en rappelant la thèse des auteurs (p. 35, dernier paragraphe) et je n’en retiens (p. 36) de manière explicite que les marchés de l’art et du sport et non l’ensemble des marchés : « Ce mécanisme s’observe ainsi dans les marchés artistiques et ceux du sport ». Le lecteur a donc, à nouveau, bien mal lu mon livre. N’en jetez plus.

8Pour finir son compte rendu, l’auteur donne un conseil à ses lecteurs : « retournez (…) surtout à vos platines. » À aucun moment le travail intellectuel ne peut déboucher sur une injonction à ne pas lire. Un enseignant ayant à cœur de former l’esprit critique de ses étudiants ne peut pas les exhorter à jeter des livres aux orties. Bien au contraire, je recommande toujours, que l’on se destine ou non à la recherche, de lire, certes de manière critique, mais avant tout de lire, pour éduquer et former son propre jugement. Ce sera la seule leçon à retenir de cette diatribe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Dorin, « Velvet Underground : une réponse de Stéphane Dorin à Patrick Cotelette », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 16 janvier 2017, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/22135

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page