Navigation – Plan du site

Jean-François Huchet, La crise environnementale en Chine

Maryvonne Dussaux
La crise environnementale en Chine
Jean-François Huchet, La crise environnementale en Chine. Évolutions et limites des politiques publiques, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Académique », 2016, 152 p., ISBN : 978-2-7246-1950-8.
Haut de page

Texte intégral

1« Air-pocalypse » est le nom donné aux épisodes de pollution de l’air que connaît Pékin depuis 2013. Comme le smog de Londres en 1952, il révèle les limites du modèle de développement économique et les conséquences des choix énergétiques. Le premier intérêt de cet ouvrage est de nous montrer la face cachée du modèle chinois qui fait encore rêver les partisans d’une croissance économique à tout prix. Jean-François Huchet, professeur des universités spécialisé dans l’économie chinoise et asiatique, s’appuie sur de nombreuses études chiffrées faites en particulier par la Banque mondiale, l’OCDE et les ONG pour décrire avec précision l’ampleur d’une crise environnementale qui ne peut désormais restée ignorée du fait de son impact sur les autres pays, en particulier les deux Corées, le Japon et Taïwan.

2Le livre débute par une description détaillée de la pollution de l’air, qui provoque 1,6 million de décès prématurés par an (selon une étude de Robert A. Rhode et de Richard A. Muller de l’université de Berkeley). Le phénomène existe depuis plus de 40 ans, mais il s’est aggravé à partir des années 2000 du fait de l’accélération d’une croissance économique orientée vers la construction et l’industrie lourde, de l’utilisation croissante du charbon et de l’augmentation rapide du parc de véhicules de transport routier. Un rapport de la Banque mondiale, publié en 2001, montre que parmi les 20 villes les plus polluées du monde, 16 sont chinoises. Quatre d’entre elles ont des niveaux de pollution huit fois supérieurs aux normes fixées par l’Organisation mondiale de la santé. Une étude du MIT (Massachusetts Institute of Technology) démontre que le coût de cette pollution représente entre 6% et 9% du PIB chaque année sur la période 1995-2005.

  • 1 Source : Courrier international n° 1942 du 29 août 2014.

3Mais, la qualité de l’air n’est pas seule en cause dans la dégradation générale de la santé de la population. Le manque d’eau, la détérioration des sols et la progression incontrôlée des déchets industriels et ménagers deviennent des problématiques vitales. La pénurie d’eau se généralise (440 grandes villes en souffrent) et le fleuve Jaune, sixième fleuve de la planète, connaît des périodes d’assèchement de plus en plus longues. Sous l’effet conjugué des facteurs climatiques et des activités humaines, la désertification progresse. Depuis 1949, la Chine a perdu 129 000 km2 (soit un cinquième de la superficie de la France) et le phénomène n’est pas maitrisé. Dans le nord-ouest et le nord, les éco-systèmes sont menacés : 24 000 villages ont dû être abandonnés entre 1980 et 2000. Au phénomène de desséchement des sols s’ajoute celui de leur pollution. Une étude faite sur 6 millions d’hectares montre que 20% des terres arables sont polluées ainsi que 10% des forêts et des plaines. Sont en cause des matières inorganiques telles que le cadmium, le nickel et l’arsenic. Toute la chaine alimentaire risque désormais d’être contaminée et des scandales éclatent comme à Canton où, lors d’une inspection dans les restaurants de la ville, on a découvert que 44% du riz consommé présenterait un taux de cadmium supérieur aux normes autorisées. De plus, l’utilisation massive d’engrais azoté et de pesticides se poursuit, en dépit de leurs effets destructeurs. Les scientifiques annoncent qu’en Manchourie, région qui était le grenier à blé de la Chine, la production agricole sera impossible d’ici une soixantaine d’années à cause de la calcification des sols1. Par ailleurs, un tiers des sols utilisés pour des activités industrielles et minières est pollué, et des opérations immobilières se font parfois sur ces sites sans décontamination préalable. L’absence d’une politique rigoureuse de traitement des déchets renforce la pollution généralisée de l’air, de l’eau et des sols. Trois quarts des déchets seulement sont collectés ; la majorité (110 millions de tonnes) est entreposée dans des décharges à ciel ouvert et les 180 incinérateurs existants ne répondent pas aux nouvelles normes de sécurité.

  • 2 En 2013, le gouvernement chinois a refusé de publier une étude sur les sols faire sur la période 20 (...)

4Les autorités chinoises tentent de minimiser la crise, par exemple en produisant des mesures incomplètes (les particules très fines ne sont pas comptabilisées), ou en classant secret d’État les études jugées trop alarmantes (étude sur les sols2). Mais, la classe moyenne naissante, les ONG et la Banque mondiale font pression sur les autorités chinoises pour mettre en place une politique publique de protection de l’environnement. L’auteur explique la montée en puissance des services de l’environnement qui n’ont eu rang de ministère qu’à partir de 2008 et qui rencontrent encore des difficultés à faire appliquer une réglementation pourtant peu contraignante et à coordonner les actions au niveau local

5Le deuxième intérêt de cet ouvrage est de faire le lien entre les spécificités du modèle chinois, l’ampleur de la crise environnementale et les difficultés de mise en place d’une politique de prévention réellement efficace. Même si la Chine subissait déjà des dégradations environnementales avant l’instauration du régime communiste, le modèle de développement imposé par Mao à partir de 1949 a été extrêmement destructeur. De plus, il a produit un cadre institutionnel et intellectuel conservé par Deng Xiaoping. L’auteur explique la crise par trois causes principales : croissance industrielle à tout prix, démographie galopante et addiction au charbon. Inspiré par Staline qui avait développé en URSS une industrie lourde très polluante, Mao a organisé le rattrapage de la Chine sans tenir compte de la nature. La politique isolationniste et le principe de l’autosuffisance alimentaire ont conduit en particulier à une normalisation de la production agricole et au détournement des fleuves. Les principaux dommages causés à cette époque sont aujourd’hui irréparables. À la fin de son règne, Mao a légué une organisation complexe : un système centralisé de type soviétique, qui représente seulement 30% de la production, et une myriade de systèmes économiques compartimentés à l’échelon local et caractérisés par une semi-planification et une semi-anarchie. Pour fonder sa politique de transformation de la société chinoise, Deng Xiaoping s’est appuyé sur cette bureaucratie locale qui restait toute puissante car elle percevait les taxes des entreprises et contrôlait les banques. Par conséquent, le développement économique s’est fait sans régulation, ce qui a conduit à une surproduction dans les secteurs non étatisés. À la fin des années 1990, on comptait par exemple 8 000 cimentiers, 123 producteurs automobiles, 125 producteurs de téléviseurs et 170 producteurs de cigarettes.

6La population chinoise, qui a augmenté de 75 millions d’habitants depuis 1953, se concentre sur l’est du pays. La densité atteint des niveaux comparables à celles de l’Inde et du Japon et pèse de façon extrême sur les ressources : déforestation, érosion des sols, surexploitation des ressources aquifères. L’urbanisation s’accélère. La population urbaine, qui pourrait atteindre un milliard d’habitant en 2030 (soit 65% de la population chinoise), accède de plus en plus à des niveaux de consommation de classe moyenne (taille des logements, consommation de viande), ce qui est un phénomène inconnu jusque là dans l’histoire économique. Quel sera par exemple l’impact environnemental des 400 millions de véhicules attendus pour 2030 ?

7Industrialisation et urbanisation massive ont fait exploser la consommation d’énergie, laquelle repose sur un mix énergétique dominé par le charbon. La consommation de charbon en Chine représente 50% de la consommation mondiale (4 200 tonnes). Or, le charbon est au centre des problèmes environnementaux. Les mauvaises conditions d’exploitation font du métier de mineur l’un des plus dangereux du monde : 7 600 morts par an entre 1996 et 2002 ; un million de personnes atteintes de silicose (à raison de 15 000 nouveaux cas par an). L’utilisation massive du charbon dans la production d’électricité et dans l’industrie lourde est la cause principale de la dégradation de la qualité de l’air, dans lequel on note la présence de radon, de poussière de suie, de dioxyde de soufre, d’oxydes d’azote, de métaux lourds (mercure, arsenic, sélénium, plomb) et de particules fines. Elle pèse également sur la consommation d’eau puisqu’il faut 2,5 tonnes d’eau pour laver une tonne de charbon et 2,45 kg d’eau pour produire un kWh d’électricité (refroidissement de la centrale thermique). La contrainte environnementale est peu prise en compte. Ainsi, les technologies permettant de réduire la consommation d’eau sont peu utilisée (elles n’interviennent que dans 17% de la production d’électricité). L’association Greenpeace a encore révélé que les stockages de poussière de suie se faisaient dans des espaces non confinés, ce qui provoque leur dissémination dans l’atmosphère.

8Dès lors, peut-on rester optimiste ? L’auteur apporte une réponse très nuancée. S’il reconnaît que les mesures prises semblent être plus radicales depuis la promulgation de nouvelles lois sur l’environnement (2015) et sur la pollution de l’air (2016), il montre que l’adaptation des politiques publiques a été tardive. Les énergies renouvelables, en particulier, sont encore insuffisamment développées. Il met également en relief les résistances des pouvoirs locaux qui agissent selon l’adage : « le ciel est haut et l’empereur est loin ». La priorité des régions reste le plein emploi, objectif qui demeure contradictoire avec celui de la protection de l’environnement si le mode de développement antérieur n’est pas questionné. Les régions ne souhaitent pas se coordonner entre elles, ce qui empêche la résolution de questions aussi graves que la surproduction industrielle ou de l’assèchement du fleuve Jaune. Par ailleurs, l’espoir ne peut naître d’une société civile qui reste embryonnaire. Si elle a réussi à s’opposer à de gigantesques projets, elle est encore très contrôlée et ne peut donner plus d’ampleur à son action. De plus, l’absence de séparation des pouvoirs lui interdit les recours judiciaires.

  • 3 Voici quelques références bibliographiques complémentaires concernant d’abord la Chine puis la cris (...)

9Reste une question non abordée dans cet ouvrage et qui va prendre une importance grandissante dans les politiques internationales : l’impact géopolitique de la crise environnementale chinoise. Si la Chine a compris l’intérêt des terres cultivables puisqu’elle en achète sur tous les continents, a-t-elle compris l’intérêt de leur protection ?3

Haut de page

Notes

1 Source : Courrier international n° 1942 du 29 août 2014.

2 En 2013, le gouvernement chinois a refusé de publier une étude sur les sols faire sur la période 2005-2013. Sous la pression des ONG et de la communauté scientifique, des résultats partiels ont été communiqués en 2014. Beaucoup d’informations ne sont encore pas divulguées.

3 Voici quelques références bibliographiques complémentaires concernant d’abord la Chine puis la crise environnementale. Jean-Louis Rocca, Sociologie de la Chine, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2010 ; compte rendu de Pauline Gandré pour Lectures : http://lectures.revues.org/1003. Tania Angeloff, Histoire de la société chinoise. 1949-2009, Paris, La Découverte, coll. « Repères Histoire », 2010 ; compte rendu de Pascale-Marie Milan pour Lectures : http://lectures.revues.org/1008. Chantal Aspe, Marie Jacqué, Environnement et société. Une analyse sociologique de la question environnementale, Maison des Sciences de l'Homme, Éditions Quae, coll. « Natures sociales », 2012 ; compte rendu de Corine Delmas pour Lectures : http://lectures.revues.org/8825. Olivier Godard, La justice climatique mondiale, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2015 ; compte rendu de Christophe Premat pour Lectures : http://lectures.revues.org/19947.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryvonne Dussaux, « Jean-François Huchet, La crise environnementale en Chine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 18 janvier 2017, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/22169

Haut de page

Rédacteur

Maryvonne Dussaux

Maître de conférences en sciences de l’éducation, Université de Paris-Est, laboratoire Lipha. Recherches sur la prise en compte des enjeux liés à la durabilité et à l’éducation dans les politiques territorialisées.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page