Navigation – Plan du site

Bernard Lahire, L'invention de l'illettrisme. Rhétorique publique, éthique et stigmates

Olivia Ferrand
L'invention de l'illettrisme
Bernard Lahire, L'invention de l'illettrisme. Rhétorique publique, éthique et stigmates, La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 2005, 370 p., EAN : 9782707145925.
Haut de page

Texte intégral

1A l'heure où sort une enquête de l'INSEE qui permet à Fabrice Murat d'affirmer que « 12 % des 18-65 ans sont dans une situation préoccupante face à l'écrit », « ("Les compétences des adultes à l'écrit, en calcul et en compréhension orale", INSEE Première n°1044, octobre 2005) la réédition du livre de Bernard Lahire permet de rappeler utilement que ce type d'observation pose plus de questions qu'il n'offre de réponses. En analysant la constitution de l'« illettrisme » en problème social, cet ouvrage nous met en garde contre la tentation d'appliquer au monde social une grille de lecture... scolaire.

2Rappelant les étapes de l'alphabétisation généralisée, Bernard Lahire montre comment celle-ci met en place progressivement un référent culturel commun, à partir duquel peuvent désormais se jauger spécificités, inégalités et différences. Mais ce travail d'unification culturelle et linguistique ne doit pas masquer que sous le lire/écrire, on regroupe une grande variété de pratiques hétérogènes : quoi de commun entre l'écriture à usage domestique et la rédaction d'une dissertation ? L'équivalence que nous établissons aujourd'hui spontanément entre lire et comprendre est elle-même en réalité un produit récent de l'histoire scolaire. Or une telle équivalence permet de reculer indéfiniment la frontière qui sépare ceux qui sont « compétents » en lecture de ceux qui ne le sont pas. Evaluer les inégalités dans ce domaine s'avère donc bien plus complexe que la lecture de l'enquête de l'INSEE ne le laisse penser, même s'il n'est pas question de nier les inégalités. Mais ce que la suite de l'ouvrage va montrer, c'est que l'« illettrisme » constitué en problème social s'attache moins à décrire ces inégalités ou ces diversités de pratiques qu'à construire autour d'elles un discours éthique dans lequel la culture lettrée apparaît comme la voie d'accès à une vie digne d'être vécue. Le corpus de textes - livres, articles de journaux, actes de colloques, de conférences, rapports publics - étudiés par l'auteur montre comment se constitue, puis se solidifie le « fond commun discursif » auquel puise la rhétorique publique sur l'« illettrisme ».

3Etudiant la fabrique d'un problème social, Bernard Lahire ne valide nullement la coupure entre réalité et discours : il s'agit bien de suivre une réalité sociale concrète qui est celle du travail - de pression, de médiatisation, de militantisme... - qui permettent d'instituer un ensemble cohérent d'habitudes discursives sur la question de l'« illettrisme ». C'est sous l'influence de l'association d'inspiration chrétienne ATD-Quart Monde qu'émerge le terme et l'essentiel des lieux communs rhétoriques qui l'accompagnent. Forgé sans doute aux alentours de 1978, le mot apparaît pour la première fois dans un rapport moral de l'association de 1979 intitulé « Le défi du quart monde », avec un succès certain puisque 6 ans plus tard il fait son apparition dans le Robert ! S'expliquant sur ce néologisme, les militants de l'association mettent en avant le refus du terme « analphabète » jugé péjoratif et impropre s'agissant de personnes ayant suivi une scolarité en France. Tandis qu'émerge le terme lui-même, la thématique de l'« illettrisme » va progressivement s'autonomiser par rapport à celle de la pauvreté dans les discours de l'association, qui tend de plus en plus à présenter son action comme un combat culturel. De même se mettent en place les thématiques qui vont par la suite constituer le fond de la rhétorique publique sur la question, en particulier le pouvoir exorbitant accordé à la lecture de permettre d'accéder à une vie épanouie, digne, autonome, bref une vie « digne d'être vécue », tandis que la misère, la dépendance, voire la délinquance et la violence sont tour à tour associé à la condition de l'illettré. Peu à peu cette rhétorique trouve sa consécration dans l'institutionnalisation de la lutte contre l'« illettrisme », dont le flambeau va progressivement être repris par l'Etat à travers des rapports publics, et la création en 1984 du Groupe Permanent de Lutte contre l'« illettrisme » : la question est ainsi passé des missionnaires, militants dévoués, aux fonctionnaires du culte... Cette consécration de l'illettrisme en problème public, relayée par la presse qui s'en fait largement l'écho, rencontre un succès d'autant plus grand que le flou sémantique même du terme devient une force, le muant en cause commune qui concerne un vaste ensemble d'acteurs, des pédagogues aux travailleurs sociaux en passant par les entreprises recrutant du personnel faiblement qualifié...

4Dans la seconde partie de l'ouvrage Bernard Lahire s'attache à décrire précisément l'ensemble des lieux communs de la rhétorique publique sur la question : flou et variabilité des définitions, qui constituent comme on l'a vu l'une des forces de la thématique en permettant à de nombreux acteurs sociaux d'y trouver leur compte, usage purement rhétorique de statistiques à géométrie très variables -selon les sources et les modalités de comptage on trouve entre 50 000 personnes concernées et... 70 % de la population française - et destinées à justifier un discours catastrophiste, évacuation des difficultés liées à la définition d'un savoir lire et savoir écrire minimal, glissement constant entre le registre de la rigueur scientifique et celui de l'émotion ou de l'indignation... Emerge progressivement la figure de l'illettré « honteux », dissimulant son « handicap », ce qui permet au passage de renforcer l'effet produit par les chiffres -nécessairement sous-estimés du fait de cette « honte » - et de glisser vers l'idée d'une déviance morale. A travers l'association de la thématique de l'« illettrisme » et de celle de la prison ou de la maladie mentale, cette « classe souffrante » est également potentiellement désignée comme « classe dangereuse »...

5La constitution de l'« illettrisme » en problème social passe également par le dialogue entre les deux figures - qui dans la pratique ne sont pas forcément clairement distinctes - du savant et de l'expert. La troisième partie de l'ouvrage montre ainsi comment chacun contribue au durcissement de la question publique, l'attitude critique du savant n'étant souvent que la marque de son extériorité par rapport au champ en cours de constitution. Les enquêtes statistiques , notamment celles de l'INSEE, permettent un durcissement statistique d'un problème flou et imposent un grille de lecture scolaire du monde social. Une parte importante du chapitre est consacrée à l'analyse, à travers les écrits d'Alain Bentolila, professeur de linguistique et figure très médiatisée de l'expert, d'un discours marqué par l'ethnocentrisme lettré. Diagnostiquant dans l'« illettrisme » une forme « d'autisme social » , Alain Bentolila, n'hésite pas à franchir le pas qui consiste à associer cette forme de déviance culturelle, parfois implicitement désignée comme un refus volontaire de la langue, à la déviance sociale et à la violence. La parole qui se réduit « à l'invective, à l'appellation, à la désignation », par opposition à « l'exégèse » ne différencie selon lui en rien l'homme de l'animal : les illettrés sont ici implicitement désignés comme infra-humains. Manipulables et sensibles aux thématiques simplistes les illettrés sont aussi montrés du doigt comme la proie facile des idéologies fascisantes.

6Ces associations entre « illettrisme » et violence, « illettrisme » et fascisme ont leur pendant littéraire que Bernard Lahire analyse à travers trois exemples : Le liseur, de Bernard Schlink (Gallimard, 1996), L'analphabète, de Ruth Rendell (Librairie des Champs-Elysés, 1995), et Le Procès de Jean-Marie Le Pen de Mathieu Lindon (POL, 1998).

7Sous ces figures de l'illettré violent, infra-humain, sensible aux discours fascisant se profile un discours éthique qui fait d'une culture lettrée la clef d'une vie digne d'être vécue. L'illettrisme devient ainsi un stigmate, et le soupçon pèse sur son humanité, sa citoyenneté, sa participation pleine et entière à la vie de la cité. Le discours libérateur qui veut amener l'illettré à être un citoyen comme les autres se retourne ainsi contre lui en en faisant un sous-citoyen selon le même principe qui conduit les révolutionnaires, au nom du principe progressiste de la nécessaire autonomie du citoyen, à exclure de la citoyenneté femmes, mineurs et domestiques. Aboutissement de l'œuvre civilisatrice des Lumières, qui font avec l'Abbé Grégoire des classes populaires l'enjeu d'une « mission » culturelle, l'illettré devient la nouvelle figure du dominé dans une société largement conquise par une lecture culturelle - et scolaire - du monde social. Ce chapitre s'achève par l'analyse du tournant qui nous a conduit depuis les années 60 d'une grille de lecture économique des rapports de domination à une interprétation culturelle du monde social. Et par ce paradoxe : en dénonçant la domination symbolique, Pierre Bourdieu a opéré une rupture critique par rapport l'état antérieur de la sociologie, mais cette rupture exerce finalement une fonction conservatrice par rapport à un nouvel ordre fondé sur la domination symbolique. Ainsi Bernard Lahire relève plusieurs fois sous la plume de Pierre Bourdieu l'idée selon laquelle la pleine humanité ne s' accomplit que dans la culture légitime.

8La conclusion de l'ouvrage ouvre ainsi la voie sur une réflexion autour de la sociologie critique. Dans un espace ouvert entre un « légitimisme » qui ne s'intéresserait qu'à ce qui est officiel dans le monde social et un « déconstructivisme positiviste qui laisserait le lecteur devant le néant après l'entreprise de déconstruction de la réalité sociale », la sociologie critique doit pour survivre réfléchir en permanence sur les conditions qui rendent possible la critique, sur la façon dont évoluent les configurations intellectuelles, sur la réappropriation par l'Etat et les dominants du discours critique, faute de quoi ce qui était au départ une posture critique peut se muer en instrument de conservation de l'ordre social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivia Ferrand, « Bernard Lahire, L'invention de l'illettrisme. Rhétorique publique, éthique et stigmates », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2005, mis en ligne le 31 octobre 2005, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/223

Haut de page

Rédacteur

Olivia Ferrand

Olivia Ferrand est professeur de sciences économiques et sociales et responsable du site internet SES-ENS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page