Navigation – Plan du site

Francis Lebon, Une politique de l'enfance. Du patronage au centre de loisirs

Muriel Darmon
Une politique de l'enfance
Francis Lebon, Une politique de l'enfance. Du patronage au centre de loisirs, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2005, 265 p., EAN : 9782747590020.
Haut de page

Texte intégral

1Les analyses sociologiques de la socialisation se sont surtout concentrées sur les dispositifs socialisateurs « évidents » que sont la famille, l'école, ou encore le monde du travail. Les instances socialisatrices sont pourtant loin de se réduire à ce seul triptyque, et l'on ne peut que déplorer la rareté relative de travaux permettant d'approcher leur diversité. Francis Lebon, dans ce livre issu de sa thèse de doctorat, propose une contribution à l'étude des instances de « la socialisation enfantine par les loisirs » et comble en partie ce manque.

2L'ouvrage examine en effet les évolutions qu'ont connues, depuis la fin du XIXème siècle à celle du XXème, les institutions périscolaires d'encadrement de la jeunesse par le loisir (d'abord « patronages », puis « centres aérés » et finalement « centres de loisirs ») et les transformations corrélées des agents encadrants (respectivement « surveillants », « moniteurs » puis « animateurs »), à partir d'un matériau mêlant analyse des dispositifs institutionnels, travail sur archives et enquête qualitative pour la période récente.

3Les chapitres du livre suivent la chronologie de cette double histoire des institutions et de leurs agents. Les patronages, qui fédèrent au début de la Troisième République toute une série d'initiatives plus anciennes, émergent en réponse à de nouveaux besoins d'encadrement de l'enfance, qui a été progressivement soustraite au monde du travail au bénéfice de l'institution scolaire. Dans le contexte des luttes entre Église et État, le jeudi est à son tour soustrait à la semaine scolaire pour laisser la possibilité d'une instruction religieuse. C'est ce temps libéré que vont occuper les patronages, prédécesseurs paroissiaux des activités éducatives et sportives. Très rapidement cependant, le camp laïque réagit à ce qui est perçu comme une main-mise de l'Eglise sur le temps non scolaire des jeunes dont il craint le pouvoir socialisateur, qu'un acteur de l'époque évalue comme dix fois plus puissant que celui de l'enseignement religieux (« je crains plus dix patronages [catholiques] que cent écoles [confessionnelles] ») : écoles laïques et mairies socialistes organisent à leur tour des patronages qui fonctionnent, comme les patronages catholiques animés par prêtres et religieuses, avec le concours des « agents de bonne volonté » que sont l'instituteur et l'élu local. Derrière cette rivalité entre camp religieux et camp laïque existent cependant bien des points communs dans les visées des patronages (moraliser la jeunesse populaire, soustraite au monde du travail, en la préservant de « la rue » et en lui offrant des modèles citoyens ou chrétiens de comportement), les méthodes employées (éduquer les corps au moyen d'une activité physique et sportive soutenue), et le partage d'un présupposé fondamental : l'idée que les loisirs forment la jeunesse, et donc qu'il s'agit de gagner la bataille de la socialisation par les loisirs pour acquérir le pouvoir de former les individus.

4Les rivalités idéologiques dont les patronages sont l'enjeu se poursuivent au lendemain de la Première Guerre mondiale. Ils se développent au niveau des communes, et ce sont désormais trois conceptions qui s'opposent, notamment dans les banlieues rouges, où les patronages d'éducation prolétarienne, destinés à former une contre-société enfantine par la socialisation politique, s'ajoutent aux patronages catholiques et républicains. Parallèlement, de nouvelles formes d'encadrement de la jeunesse s'institutionnalisent. Nées de préoccupations hygiénistes et médicales, les colonies de vacances sont souvent annexées aux patronages et visent à faire bénéficier les jeunes citadins des classes populaires (puis des classes moyennes à partir des années 1930) des bienfaits du grand air. Quant au scoutisme, il acquiert une légitimité forte et devient, dans les années 1920 et 1930, un modèle pour les patronages catholiques et laïques, qui lui empruntent uniformes, cris, fanions, et répartition en équipes.

5C'est à partir du Front Populaire que l'encadrement de la jeunesse par le loisir commence à se constituer véritablement en affaire d'État. Par son action législative et son soutien financier (les colonies de vacances, par exemple, sont réglementées et subventionnées par l'Etat, le mouvement des Auberges de Jeunesse est encouragé), le gouvernement du Front populaire fait du “ loisir ” , et plus spécifiquement du “ loisir populaire ” une catégorie de l'intervention publique. Le régime de Vichy accentue encore la construction de cet espace collectif de la jeunesse, encadré par l'Etat, aux marges de l'école, du travail et des sports, en définissant une politique spécifique en direction de la jeunesse qui favorise les mouvements catholiques et le scoutisme.

6Cette entrée de l'Etat sur la scène de l'encadrement périscolaire de l'enfance se traduit, à partir de la Libération, par l'institutionnalisation progressive d'une exigence de formation, qui devient obligatoire pour ceux que l'on appelle désormais les “ moniteurs ” (et non plus les surveillants) de colonies de vacances, et qui aboutit, dans les années 50, aux diplômes d'Etat de moniteur et de directeur de colonies de vacances.

7Cette formation spécifique distingue progressivement, au cours de la Vème République, les animateurs des « bénévoles » et des cadres « indemnisés » des périodes précédentes, et contribue ainsi à leur professionnalisation. L'évolution des conceptions de l'enfance et du loisir accompagne ce processus : la déclaration de l'ONU sur les Droits de l'enfant de 1959 reconnaît à ce dernier un droit au « loisir », aux « jeux », à des « activités récréatives qui doivent être orientées vers les fins visées par l'éducation ». La « civilisation du loisir » qui s'instaure atténue les lignes d'affrontement entre institutions laïques et catholiques et symbolise le ralliement des classes moyennes à cette forme d'encadrement des enfants. Tandis que les patronages, notamment paroissiaux, disparaissent, les « centres aérés », ou « colonies de vacances journalières », se développent. Le centre aéré des années 1960 se présente ainsi comme le produit des traditions du patronage (destiné aux classes populaires) et des colonies de vacances (fréquentées par les classes moyennes).

8A ce « centre aéré » succède, à partir des années 1970, la nouvelle appellation unifiante de « centre de loisirs sans hébergement » ou « centre de loisir », qui étend son champ d'intervention aux garderies et aux patronages, définissant de nouveaux temps (les mercredi, avant et après la classe) et de nouveaux agents. La professionnalisation des agents d'encadrement de la jeunesse par le loisir s'accentue nettement en même temps que se constitue le « champ de l'animation ». Une double transformation affecte les publics visés par les centres de loisirs (que le travail des femmes diplômées réoriente vers les classes moyennes et supérieures) et les agents d'encadrement, qui détiennent désormais un capital scolaire qui les amène à redéfinir leur métier, en accord avec les conceptions de l'enfance portées par ces mêmes classes moyennes et supérieures. L'extension de la professionnalisation s'opère par ailleurs dans un cadre de plus en plus souvent décentralisé et municipal à partir des années 1980.

9Enfin, l'enquête effectuée par Francis Lebon sur les centres de loisirs de cinq communes du Val-de-Marne fait apparaître les nouveaux clivages qui structurent depuis 1989 le groupe des animateurs des centres de loisirs, à partir de l'examen des différents profils d'animateurs qui sont autant de trajectoires et de modes d'occupation du poste différents. Une ligne de clivage forte distingue ceux pour qui l'animation constitue l'occupation principale de ceux pour qui elle n'est qu'un point de passage. Par rapport au XIXème siècle, le Centre de loisirs municipal s'est donc substitué au patronage associatif, et le couple vacataire/permanent au couple instituteur/curé.

10L'ouvrage retrace donc l'histoire des luttes menées, depuis le XIXème siècle, pour, sinon l'obtention du monopole, du moins la maîtrise de la socialisation enfantine par le loisir. Or on peut être frappé, à découvrir la virulence de ces luttes ainsi que l'énergie déployée par les acteurs du champ de l'animation en train de se constituer, par un présupposé jamais interrogé semble-t-il, qui est en outre partagé par les agents investis dans le champ de l'encadrement périscolaire de la jeunesse et les sociologues : l'existence même d'une socialisation - ni scolaire, ni familiale - par le loisir, d'un effet socialisateur réel produit par de telles structures d'encadrement. L'« enveloppement », pour reprendre un terme durkheimien, effectué par ces dispositifs est-il suffisant pour entraîner la formation et la transformation des enfants qui lui sont soumis ? Le patronage catholique, par exemple, a-t-il en lui-même produit des chrétiens qui n'y auraient pas déjà été prédisposés par ailleurs ?

11L'ouvrage, centré sur l'analyse des dispositifs et de leurs agents, ne répond bien évidemment pas à cette question - en ce sens, il s'agit moins d'une étude de la “ socialisation par le loisir ” qu'une analyse des luttes pour la délimitation et la maîtrise d'un espace enfantin périscolaire de socialisation potentielle. Mais la perspective historique choisie, qui montre la rémanence, période après période, des intérêts à occuper cet espace, ainsi que la mise en lumière de la diversité et de la concurrence des acteurs qui se mobilisent autour de cet objectif, incite à la poser. A voir la croyance ferme et jamais remise en question qui est celle des agents du champ de l'animation quant à l'existence d'un tel processus (qu'il s'agisse de former des chrétiens, des citoyens, des militants, des enfants épanouis...), on est conduit à le réinterroger, y compris en tant que schème scientifique élaboré par la sociologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Darmon, « Francis Lebon, Une politique de l'enfance. Du patronage au centre de loisirs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2005, mis en ligne le 23 novembre 2005, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/225

Haut de page

Rédacteur

Muriel Darmon

Muriel Darmon est sociologue, chargée de recherches au CNRS, membre du Centre Max Weber (équipe "Dispositions Pouvoirs Cultures Socialisations").

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page