Navigation – Plan du site

Florence Weber, Le sang, le nom, le quotidien. Une sociologie de la parenté pratique

Anne Lambert
Le sang, le nom, le quotidien
Florence Weber, Le sang, le nom, le quotidien. Une sociologie de la parenté pratique, Aux Lieux d'être, coll. « Mondes contemporains », 2005, 264 p., EAN : 9782916063034.
Haut de page

Texte intégral

1Face aux bouleversements de la famille contemporaine, mais aussi en partie en réaction aux opinions de sens commun sur une famille tantôt oppressante, tantôt protectrice et libératrice, Florence Weber se propose, autour de huit études de cas, de remobiliser les concepts de l'anthropologie pour redonner de l'épaisseur au lien de filiation, et surtout penser la complexité et la fragilité de la « parenté quotidienne ». Car le but de l'ouvrage est bien d'insister sur la dimension « pratique » du lien de filiation. Créée par le partage de la vie quotidienne et de l'économie domestique dans leurs aspects matériels et affectifs, où s'effectue un travail de socialisation largement inconscient et involontaire, cette dimension de la filiation est en effet largement négligée aujourd'hui au profit du lien biologique et juridique. Il n'est donc plus question ni de « famille » - qui renvoie à une norme familiale singulière, la famille nucléaire -, ni de « ménage » au sens du recensement (ensemble des personnes qui vivent sous le même toit) - qui apparaît trop restrictif pour penser l'ensemble des liens de parenté -, mais de « parentèle », de « lignée » et de « maisonnée ». Ces termes désignent en effet les trois principes de la filiation, renvoyant respectivement au droit, à la nature et à l'économie domestique : au sang, au nom, au quotidien. La « lignée » est un groupe de filiation symbolique unissant des vivants et des morts à travers la propriété collective de biens symboliques, parmi lesquels le patronyme. La « parentèle » renvoie au réseau égocentré des individus, fait de réciprocité restreinte. Quant à la « maisonnée », elle est faite de ce groupe instable de vivants unis autour d'un principe de fonctionnement solidaire, d'une cause commune (élever un enfant, par exemple).

2Les études de cas permettent alors de rappeler que ces liens ne sont pas toujours superposés mais se conjuguent au contraire selon les (re)configurations familiales et ne prennent sens que dans des contextes socio-historiques particuliers. Ainsi, Florence Weber recueille les récits de vie de huit femmes principalement, nées entre 1950 et 1970, qui ont fait l'expérience de la transition entre la norme de la famille nucléaire et la norme de l'épanouissement individuel dans des liens familiaux devenus électifs, modèle de la nouvelle famille bourgeoise par excellence. Les trois premiers chapitres explorent le lien de filiation autour de la prise en charge des jeunes enfants, en distinguant tour à tour les cas de « paternité dissocié » (où les trois dimensions de la filiation ne se superposent pas) et les cas de « maternité dissociée ». Le rapprochement entre ces situations permet de souligner l'asymétrie formelle qui existe entre paternité et maternité avec, d'un côté, la difficulté à nommer ces « pères » quotidiens (qu'on appelle parfois « papa ») qui ne sont ni les géniteurs (paternité de sang) ni les pères légaux (paternité de nom) et, de l'autre, l'impossibilité de penser la maternité légale, c'est-à-dire l'autorité maternelle dans ses dimensions symboliques et identitaires, alors que la maternité biologique, elle, s'impose avec tant d'évidence (l'Etat se substitue en effet très souvent aux pères défaillants, d'autant plus que les mères seules sont pauvres). Dans tous les cas, les liens de filiations apparaissent toujours complexes, variables, fragiles, tributaires des reconfigurations familiales que Florence Weber appelle « moments critiques ». Ces passages entre deux périodes où l'organisation de l'économie domestique est routinisée et stable, et repose sur une maisonnée dont les contours et les objectifs ne varient pas, sont en effet à chaque fois l'occasion de mettre au jour les reformulations juridiques des responsabilités et la réinterprétation des sentiments qui s'ensuit. On en veut pour exemple le cas de Bérénice, 29 ans, aujourd'hui sans père pour l'état civil. Bérénice perd en effet son père légal, Simon, en acceptant de perdre le procès en contestation de paternité qu'il a intenté. Et si son père biologique, Damien, amant éphémère de sa mère au début de son premier mariage, ne sait à peine que Bérénice existe, Nathan, son père quotidien pendant plus de 18 ans, celui qu'elle appelle « papa », deuxième mari de sa mère duquel elle a depuis divorcée, n'a jamais voulu l'adopter. Trois « moments critiques » décisifs ont donc suffi à lui retirer son (ses) père(s) : deux divorces et un procès.

3Les chapitres 4 et 5 envisagent ensuite les cas de prise en charge quotidienne des personnes âgées dépendantes, parents devenus malades ou vieux, dans quatre configurations familiales différentes. L'auteure cherche alors à voir quelles obligations et quels sentiments le lien de filiation, une fois établi, entraîne dans l'autre sens, des enfants vers les parents, avec une seule certitude, celle que décès et enterrements marquent très souvent, au final, la victoire de la parenté officielle sur la parenté quotidienne. Maladie et vieillesse sont donc l'occasion de mettre au jour ce qu'il advient quand on passe de la maisonnée à la lignée, en d'autres termes lorsque la prise en charge quotidienne (le care, ou caring) s'articule à l'héritage. Ainsi du cas de Teresa. Vieille et riche héritière sans enfant, autorisée par le droit successoral catalan à tester librement, Teresa a choisi de répartir son patrimoine entre une de ses cinq nièces consanguines, selon la logique du sang, et sa filleule, nièce par alliance, sur une logique de parenté pratique (la proximité résidentielle) et symbolique (lien de parrainage), écartant du même coup les autres héritiers réservataires. Le testament renforce ici les liens de parenté non officiels, puisque les deux héritières avaient été désignées comme représentantes de la famille de Teresa sous la pression du voisinage et des institutions médico-sociales d'un côté, des membres de leurs groupes de descendance respectifs de l'autre. Elles se partageaient alors la charge matérielle et physique de Teresa. C'est en ce sens que, selon l'auteure, la liberté testamentaire (ce qui n'est pas la cas en France) rend tout à la fois plus visibles, mais aussi plus efficaces et plus justes les liens de parenté non officiels.

4Enfin, le dernier chapitre donne un éclairage théorique d'ensemble et resitue la place des recherches sur l'économie domestique à la fois dans les champs économique, anthropologique et sociologique. Les recherches présentées ici, ainsi que celles menées au sein de l'équipe MEDIPS (modélisation de l'économie domestique et incidences des politiques sociales) dont l'ouvrage collectif sur Charges de famille (2003) est une émanation, entendent alors clairement se situer à la croisée de ces disciplines et renouveler les approches théoriques de la parenté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Lambert, « Florence Weber, Le sang, le nom, le quotidien. Une sociologie de la parenté pratique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2005, mis en ligne le 09 décembre 2005, consulté le 17 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/229

Haut de page

Rédacteur

Anne Lambert

Anne Lambert est élève de l'ENS Lettres & Sciences Humaines et agrégée de sciences économiques et sociales.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page