Navigation – Plan du site

Olivier Fillieule, Florence Haegel, Camille Hamidi, Vincent Tiberj (dir.), Sociologie plurielle des comportements politiques

Maxence Morel
Sociologie plurielle des comportements politiques
Olivier Fillieule, Florence Haegel, Camille Hamidi, Vincent Tiberj (dir.), Sociologie plurielle des comportements politiques. Je vote, tu contestes, elle cherche..., Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Académique », 2017, 395 p., ISBN : 978-2-7246-2015-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 À commencer par sa thèse : Mayer Nonna, La Boutique contre la Gauche, Paris, Presses de la Fondatio (...)

1Il est incontestable que nous sommes dans une période de forte intensité politique. Élections, mobilisations, extrême-droite… : autant d’objets qui sont au cœur des travaux que mène depuis des années Nonna Mayer1, à qui cet ouvrage rend hommage. Si, en dehors de l’introduction, aucune des quatorze contributions ne lui est directement consacrée, la politologue apparaît en filigrane tout au long du livre. En effet, à travers chacune des réflexions théoriques et des états de la recherche que ce livre propose, il est toujours possible de voir l’empreinte que Nonna Mayer a laissée.

  • 2 Gaxie Daniel, Le cens caché, Paris, Le Seuil, 1978.
  • 3 Ceci redonne un rôle à l’offre politique puisque certains partis se retrouvent en concurrence pour (...)

2Les premiers chapitres sur les comportements électoraux invitent à se demander dans quelle mesure les phénomènes politiques doivent être considérés comme le prolongement de phénomènes sociaux ou comme relevant d’une logique spécifique. Ainsi l’abstention peut aussi bien être décrite comme un geste de protestation contre l’offre électorale que comme la manifestation d’un sentiment d’incompétence politique2. Le lien entre dispositions sociales et participation est cependant loin d’être mécanique, comme le souligne Céline Braconnier, mais exige d’être activé par l’environnement social. Le « vote de classe » est un autre exemple de questionnement sur le lien entre phénomènes sociaux et politiques. Florent Gougou cherche d’abord à mettre de l’ordre dans ce champ de recherche, en présentant les différentes façons de définir le « vote de classe ». Selon que l’on s’intéresse aux bases sociales du vote des individus ou aux liens entre classes sociales et tendances politiques, les outils que l’on utilise et les résultats auxquels on aboutit ne sont en effet pas les mêmes. Une fois des alignements électoraux mis en valeur, les expliquer exige à nouveau de faire la part des choses entre les facteurs socio-économiques et leur activation par les organisations politiques. Dans cette perspective, Mark N. Franklin utilise les enjeux et les valeurs comme une variable intermédiaire qui traduit l’influence des clivages politiques. La socialisation politique ne lierait plus aujourd’hui les électeurs à un parti mais à un ensemble d’enjeux et de valeurs, partagés par plusieurs partis3.

  • 4 On peut en effet craindre que les réponses des enquêtés reposent sur une définition de la colère, d (...)

3Vincent Tiberj cherche, quant à lui, à concilier logiques collectives et individuelles. La sociologie et la psychologie politique ont d’abord souligné toutes les deux le décalage entre l’idéal du citoyen rationnel-actif et la réalité des comportements électoraux. Ainsi le modèle psychologique béhavioriste, dans lequel les choix électoraux reposent sur des raisonnements simplificateurs (idéologie, personnalité des candidats, etc.), est utilisé pour expliquer les régularités du comportement électoral observées par les sociologues. Mais, alors que les études électorales se sont ensuite intéressées à la volatilité électorale, le tournant cognitiviste de la psychologie politique a conduit cette dernière à se concentrer sur la façon dont les individus combinent des informations pour « bricoler » leurs jugements. Ce modèle du citoyen « raisonnant » n’est toutefois pas totalement incompatible avec une réflexion sociologique. Il convient en effet de prendre en compte la façon dont la réception des informations est socialement différenciée. Cette perspective est prolongée par le chapitre de Pavlos Vasilopoulos et George E. Marcus sur le rôle des émotions dans le vote d’extrême-droite. Les deux auteurs insistent sur le fait que les émotions ne doivent pas être comprises comme un synonyme d’irrationalité mais comme des processus cognitifs permettant d’évaluer une situation rapidement. La montée de l’extrême-droite pourrait ainsi s’expliquer par un double mouvement : d’une part, la montée du mécontentement des électeurs favorables à l’extrême-droite sur les questions d’immigration et de sécurité ; d’autre part, la montée de l’anxiété d’électeurs d’autres partis, qui les conduit à s’intéresser aux propositions de l’extrême-droite. On regrette cependant que les émotions soient ici uniquement mesurées à travers des enquêtes quantitatives4, ce qui invite à rester prudent face aux résultats avancés.

  • 5 Cofondé par Nonna Mayer et Olivier Fillieule en 1994 sous l’appellation initiale de Groupe d’étude (...)
  • 6 On en prend pour preuve le fait que lorsque des citations en anglais apparaissent dans cet ouvrage, (...)
  • 7 L’Allemagne, la France, l’Italie et les Pays-Bas.
  • 8 La sensibilité à l’idéologie, la recherche d’une identité valorisée, etc.
  • 9 Cette notion, utilisée notamment par Olivier Fillieule, désigne le maintien de l’engagement.
  • 10 L’adhésion aux mouvements d’extrême-droite est par exemple plus forte en Italie qu’en Allemagne car (...)

4Après la question des comportements électoraux vient celle des formes non-conventionnelles de participation politique. Le chapitre d’Olivier Fillieule retrace d’abord l’histoire de la recherche française sur le sujet. On retiendra notamment le rôle du Groupe d’étude et de recherche sur les mutations du militantisme (Germm)5. Si les travaux français se sont ouverts à des courants de recherche venant d’autres pays6, ils continuent à garder leur spécificité, notamment parce qu’ils ont fréquemment recours à des outils qualitatifs et parce qu’ils accordent une place centrale de la notion de « carrière » militante. C’est d’ailleurs à cette notion qu’Éric Agrikoliansky consacre un chapitre. Alors que les études quantitatives reposent sur une approche statique, qui permet de mettre en avant des facteurs influençant le militantisme mais non d’expliquer comment ces derniers pèsent sur les comportements, l’étude des « carrières militantes » ajoute une perspective dynamique et valorise le rôle des turning points et des croyances. Éric Agrikoliansky met cependant en garde contre un usage abusif de la notion de carrière. Le principal risque est de donner une place trop grande aux déclarations des enquêtés, au point de négliger le travail d’analyse sociologique et les efforts de « reconstruction du passé » opérés par les individus. Une illustration de l’usage des entretiens biographiques est ensuite donnée dans le chapitre de Bert Klandermans sur le militantisme d’extrême-droite dans plusieurs pays européens7. Ces entretiens permettent de dégager différents facteurs8 pesant sur l’adhésion et « l’adhérence »9 aux mouvements d’extrême-droite. Le coût de la réprobation sociale permet notamment d’expliquer les variations d’un pays à l’autre, selon le rapport au passé des mouvements d’extrême-droite10.

  • 11 Jusque récemment, ces mouvements étaient principalement décrits comme des mobilisations « immigrées (...)

5L’influence du contexte national sur les comportements politiques est aussi observable à travers l’état de la recherche sur les mobilisations des groupes minoritaires que réalise Soline Laplanche-Servigne. La conception de l’identité nationale dominante dans un pays influence aussi bien les revendications et les stratégies de ces mobilisations que la façon dont elles sont décrites par les acteurs politiques ou les chercheurs11. De façon plus large, Sophie Duchesne et Marie-Claire Lavabre exposent les différentes approches de l’identité nationale, ou plus exactement du « sentiment national », dans les recherches françaises. Cette question a été peu traitée par les sociologues et les politistes, si ce n’est avec une approche top-bottom – centrée sur la construction et les usages politiques de la « Nation » – ou lors de comparaisons internationales. À l’inverse, le sentiment national trouve une place plus importante dans les travaux d’historiens, à travers leur traitement de la « mémoire ». Face à ce décalage entre les deux disciplines, Sophie Duchesne et Marie-Claire Lavabre souhaitent le développement d’un programme de recherche sur la façon dont les individus construisent au quotidien leur rapport à la Nation. Cela pourrait notamment enrichir notre connaissance de la place de l’extrême-droite dans la société. En effet, si de nombreux ouvrages sont parus sur le Front national (FN), Alexandre Dézé montre qu’une majorité souffre d’une approche normative. Il en appelle ainsi à une « normalisation méthodologique » des recherches sur le FN, c’est-à-dire à adopter les mêmes exigences méthodologiques que dans les travaux sur les autres partis.

  • 12 Ce que reconnaissent explicitement Yves Deloye et Florence Haegel.
  • 13 Alors synonyme de socialisation politique.
  • 14 Putnam Robert, Bowling Alone: The Collapse and Revival of American Community, New York, Simon and S (...)
  • 15 Ainsi le rôle des entreprises dans le « buycott » ou la consommation « éthique » (biologique, équit (...)

6L’existence dans ce livre d’une partie sur la politisation peut surprendre dans la mesure où la notion n’apparaît pas directement dans le travail de Nonna Mayer12. La notion de politisation peut être un outil utile pour mieux comprendre d’autres objets, sous réserve qu’elle soit bien définie. Alors qu’on distingue traditionnellement politisation des problèmes sociaux et politisation des individus13, Yves Deloye et Florence Haegel montrent que certaines recherches ne se retrouvent dans aucune de ces deux conceptions. Ils défendent une typologie des approches de la politisation plus développée, selon la temporalité et l’échelle étudiées. Cela permet de prendre en compte aussi bien la différenciation de l’espace politique que l’intervention dans cet espace d’acteurs non politiques, ou encore le rôle des événements dans la socialisation politique. On comprend alors mieux qu’un même objet comme la relation des associations au politique, abordée par Camille Hamidi, sous-tende deux types de questionnements : quelle est l’influence des associations sur la socialisation politique et quelles sont les conséquences de la participation croissante des associations à l’action publique ? Camille Hamidi montre que la réponse à la première question est plus compliquée que ne le laisse penser le travail de Robert Putnam sur le capital social14. Quant aux mutations de l’action publique, il apparaît incontestable qu’elles ont provoqué des changements – différenciés – dans le fonctionnement des associations. La politisation apparaît aussi comme une notion utile pour aborder la question de la consommation engagée, évoquée par Philippe Balsiger. En effet, ce champ de recherche est dominé par les discussions sur le sens que les individus attribuent à ce genre de comportements : dans quelle mesure le boycott peut-il être considéré comme une forme d’action politique ? Cependant une place trop grande semble être donnée aux potentielles motivations politiques, au détriment des logiques pesant plus généralement sur les comportements de consommation15.

7À la lecture de ce livre, il apparaît clairement que les auteurs ont atteint leur but : rendre hommage à Nonna Mayer en reprenant aussi bien la variété des objets sur lesquels elle a travaillé que sa réflexion permanente sur les outils utilisés. De plus, cet ouvrage pouvait difficilement paraître à un meilleur moment, tant il permet de prendre de la hauteur par rapport à une actualité dense.

Haut de page

Notes

1 À commencer par sa thèse : Mayer Nonna, La Boutique contre la Gauche, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1986.

2 Gaxie Daniel, Le cens caché, Paris, Le Seuil, 1978.

3 Ceci redonne un rôle à l’offre politique puisque certains partis se retrouvent en concurrence pour attirer les voix des mêmes électeurs ou doivent se repositionner pour élargir leur base électorale.

4 On peut en effet craindre que les réponses des enquêtés reposent sur une définition de la colère, de l’anxiété ou de l’enthousiasme différente de celle des auteurs.

5 Cofondé par Nonna Mayer et Olivier Fillieule en 1994 sous l’appellation initiale de Groupe d’étude et de recherche sur le militantisme moral.

6 On en prend pour preuve le fait que lorsque des citations en anglais apparaissent dans cet ouvrage, elles ne sont pas traduites.

7 L’Allemagne, la France, l’Italie et les Pays-Bas.

8 La sensibilité à l’idéologie, la recherche d’une identité valorisée, etc.

9 Cette notion, utilisée notamment par Olivier Fillieule, désigne le maintien de l’engagement.

10 L’adhésion aux mouvements d’extrême-droite est par exemple plus forte en Italie qu’en Allemagne car le fascisme n’a pas été aussi condamné dans les mémoires nationales que le nazisme. Par conséquent, ces mouvements ne font pas face à une réprobation sociale et politique aussi forte.

11 Jusque récemment, ces mouvements étaient principalement décrits comme des mobilisations « immigrées » par les chercheurs français, alors que d’autres traditions de recherche évoquent plutôt des mobilisations « ethniques ».

12 Ce que reconnaissent explicitement Yves Deloye et Florence Haegel.

13 Alors synonyme de socialisation politique.

14 Putnam Robert, Bowling Alone: The Collapse and Revival of American Community, New York, Simon and Schuster, 2000.

15 Ainsi le rôle des entreprises dans le « buycott » ou la consommation « éthique » (biologique, équitable, etc.) n’est évoqué que de façon succincte, à la fin du chapitre, comme en guise d’ouverture. Plus d’attention devrait être accordée à la façon dont elles vont investir ce qu’elles perçoivent comme des marchés ou des étiquettes susceptibles d’augmenter leurs ventes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxence Morel, « Olivier Fillieule, Florence Haegel, Camille Hamidi, Vincent Tiberj (dir.), Sociologie plurielle des comportements politiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/22936

Haut de page

Rédacteur

Maxence Morel

Enseignant de sciences économiques et sociales (SES).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page