Navigation – Plan du site

Amin Allal, Nicolas Bué (dir.), (In)disciplines partisanes. Comment les partis politiques tiennent leurs militants

David Noël
(In)disciplines partisanes
Amin Allal, Nicolas Bué (dir.), (In)disciplines partisanes. Comment les partis politiques tiennent leurs militants, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Espaces politiques », 2016, 284 p., ISBN : 978-2-7574-1383-8.
Haut de page

Texte intégral

1L’actualité politique abonde en exemples d’indisciplines partisanes. Des « frondeurs » du Parti socialiste aux défections dans l’équipe de François Fillon à la suite des révélations du Canard Enchaîné, de l’exclusion de Jean-Marie Le Pen du Front national à l’appel de Manuel Valls à voter pour Emmanuel Macron, l’indiscipline partisane est devenue presque banale ces dernières années. Si elle est un sujet d’une actualité brûlante, l’indiscipline partisane est aussi un objet d’étude pour la science politique et c’est tout l’intérêt du recueil de contributions coordonné par Amin Allal et Nicolas Bué, à la suite d’un colloque organisé en juin 2011 à l’université de Nice, que d’essayer de mieux cerner, en s’appuyant sur des exemples variés dans le temps comme dans l’espace, la disciplinarisation et l’indiscipline en tant que processus.

2Dans la section introductive de l’ouvrage, Amin Allal et Nicolas Bué posent les balises scientifiques d’une question qui a souvent été traitée sous un angle psychologisant (celui du supposé besoin de chef), sous l’angle restreint de la discipline parlementaire, ou à partir de l’exemple assez particulier du Parti communiste. Pourtant, si l’on met de côté le contexte des régimes totalitaires, un parti politique est une institution dans laquelle l’individu peut rentrer et sortir librement. L’(in)discipline doit être analysée à la fois comme « un produit et un enjeu des luttes intra-partisanes, ainsi qu’une ressource mobilisable dans ces luttes » (p. 44) et elle doit toujours être replacée dans son contexte. C’est ce que s’efforcent de faire chacun des auteurs.

3La première partie de l’ouvrage s’intéresse à la manière dont les militants intègrent l’ordre partisan. Layla Baamara étudie ainsi le Front des forces socialistes (FFS) d’Algérie et les tensions qu’il a connues au moment des élections législatives de 2012. Le choix de la nouvelle direction du parti de ne plus boycotter les élections afin d’obtenir des moyens divise les militants et entraîne des réactions d’indiscipline de ceux qui étaient le plus attachés à l’ancienne ligne. Tolérés tant qu’ils restent internes, les actes d’indiscipline sont condamnés quand ils deviennent publics et médiatiques, dans la mesure où ils mettent en péril l’unité d’un parti régional et homogène qui se vit comme une force de résistance au pouvoir autoritaire. Dans leur majorité, les militants du FFS intériorisent des normes de comportement partisanes.

4Comme le montre Stéphanie Dechézelles, c’est également le cas des militants de la branche jeunesse du parti néofasciste italien Alliance nationale, engagé au début des années 2000 dans une stratégie de « dédiabolisation » et d’alliance à droite qui le mène au pouvoir. Dans un parti qui valorise un modèle d’obéissance militaire, la promotion des jeunes militants néofascistes est liée à l’intégration de normes et de valeurs et à l’acceptation des sanctions qui s’apparentent à une forme de « bizutage », ce qui permet aux cadres du parti de sélectionner les éléments les plus prometteurs de leur mouvement de jeunesse.

5La seconde partie de l’ouvrage s’intéresse à la manière dont l’ordre partisan peut être négocié en fonction du contexte et du rapport de forces entre acteurs politiques. Une première contribution, d’Aude Chamouard, revient sur le parti socialiste SFIO dans les années 1930. L’auteure montre comment la SFIO s’efforce de contrôler ses élus locaux et ses parlementaires, mais que ces derniers, pour peu qu’ils disposent de ressources locales, peuvent désobéir et engager un bras de fer avec leurs instances fédérales ou nationales. Ainsi, dans le Pas-de-Calais, des maires socialistes victorieux, après avoir refusé d’appliquer des consignes de désistement aux élections municipales de 1935, n’ont pas été sanctionnés.

6De fait, les sanctions sont toujours affaire de rapports de force. Inconstantes et contingentes, elles répriment des comportements déviants qui se révèlent notamment à l’occasion des élections et de la distribution des investitures électorales. Dans les rapports qui se jouent entre le « centre » et la « périphérie » d’une organisation politique, le centre est, parfois, amené à sanctionner la dissidence électorale d’un candidat non officiel, écarté pour des raisons diverses. Il arrive cependant qu’un candidat non officiel l’emporte. Dans ce cas, quand les déchirements n’ont pas été trop vifs, le « centre » a généralement le souci de réintégrer le vainqueur pour restaurer l’unité du parti. Ce sont ces éléments que développe Clément Desrumaux dans une contribution sur les investitures partisanes aux élections législatives pour le PS et l’UMP (Union pour un mouvement populaire) en 1997 et 2002, dans le Nord et en Alsace.

7La troisième partie de l’ouvrage se compose de trois contributions consacrées à la mobilisation de la discipline dans les luttes intra-partisanes. Anne-Sophie Petitfils a étudié les militants de l’UMP au début des années 2000. Elle démontre dans son article que la dissidence ne débouche pas nécessairement sur une sanction, pour peu qu’elle respecte des règles informelles et non écrites, comme de s’inscrire dans la même majorité ou encore d’appeler à voter pour un adversaire au second tour, en cas d’élimination du candidat du parti au premier tour. À l’inverse, des militants ayant scrupuleusement respecté les statuts et le règlement intérieur de leur parti peuvent être accusés d’indiscipline, à l’exemple d’une responsable des jeunes de l’UMP, « infidèle malgré elle » pour avoir réclamé publiquement que le responsable des Jeunes populaires soit élu dans les règles plutôt que nommé d’autorité par Nicolas Sarkozy. Les exemples retenus par Anne-Sophie Petitfils montrent que l’indiscipline ou la déloyauté constituent des étiquetages projetés par des adversaires dans le cadre des luttes internes à l’organisation politique.

8La contribution de Nicolas Bué s’intéresse à l’exemple de la ville de Calais. Dirigée par le Parti communiste français (PCF) et ses alliés de 1971 à 2008, Calais constitue un cas d’école des problèmes en période de coalition municipale. Les élus minoritaires se retrouvent déchirés par un conflit de loyauté entre le groupe d’union, auquel ils appartiennent et dont ils doivent se montrer solidaires, et leur organisation politique qui exige d’eux une forme d’autonomie vis-à-vis de leurs alliés majoritaires. C’est en ce sens qu’il faut comprendre les conflits qui agitent la section socialiste calaisienne à la fin des années 1970. Mais la mise en indiscipline affecte aussi le Parti communiste, pourtant majoritaire, avec une division au sein de la section entre élus « unionistes » et cadres attachés à l’autonomie du PCF, dans un contexte national d’affaiblissement continu de ce parti et de domination du Parti socialiste sur la gauche.

9Le procès en indiscipline est alors un moyen de maintenir l’unité de l’organisation face à ce que certains perçoivent comme une menace de l’intérieur contre l’identité et la cohésion du groupe. On retrouve ce même phénomène en Bolivie au sein du Mouvement vers le socialisme (MAS), étudié dans la contribution d’Hervé Do Alto. Fondé par des syndicalistes paysans pour être l’expression politique organisée du syndicalisme paysan bolivien, le MAS d’Evo Morales connaît une crise de croissance liée à son élargissement en direction de la société civile, avec la sélection de candidats urbains, avocats, journalistes, présentés comme « invités » du parti et dont la légitimité repose sur leur proximité personnelle avec Evo Morales. C’est dans ce contexte qu’est institué un « Tribunal d’honneur » formé pour sanctionner les faits de corruption, mais également l’indiscipline et la dissidence.

10Les contributions de la dernière partie de l’ouvrage coordonnée par Amin Allal et Nicolas Bué s’intéressent à la redéfinition des règles partisanes qui s’opère en contexte de crise. Vanessa Codaccioni s’intéresse tout d’abord aux dissidences qui affectent le PCF à partir de 1956 en raison des événements de Hongrie et de la guerre d’Algérie. Marine Poirier s’intéresse pour sa part au cas du Congrès populaire général (CPG) du Yémen, le parti hégémonique du président Ali Abdallah Saleh, au pouvoir depuis 1982. Les années 2008-2011 sont marquées par l’affirmation d’une opposition unifiée et par la multiplication des conflits régionaux. Marine Poirier montre que le CPG est une organisation hétéroclite, à la ligne politique évolutive et dont la fonction est de servir de relai à l’appareil d’État. Dans un tel parti, si les critiques contre le Président constituent une ligne rouge, de nombreux responsables ne se privent pas de s’attaquer aux ministres ou de dénoncer la corruption, sans que leurs prises de position ne soient sanctionnées. Pour un certain nombre d’acteurs locaux bénéficiant d’autres ressources politiques (celles de la solidarité tribale ou religieuse, en particulier), le passage dans l’opposition interne et la mise en indiscipline sont un moyen de se repositionner dans un pays en plein bouleversement.

11Dans une autre contribution, Edouard Sill étudie les volontaires français des Brigades internationales durant la guerre civile espagnole, soumis à une double discipline, partisane et militaire. Au plus grand étonnement de ces volontaires, qui avaient choisi de partir combattre et risquer leur vie, les mauvais comportements sanctionnés par les instances militaires (refus d’obéissance, lâcheté…) donnent lieu à des rapports transmis à leur organisation politique, qui peuvent entraîner des sanctions politiques. Même si les sanctions les moins graves ont pu être assouplies au retour des militants-combattants en France, les rapports rédigés contre les militants indisciplinés dans le contexte particulier d’un parti en guerre ont pu être réutilisés ultérieurement dans le cadre de procédures d’exclusion, plusieurs années après les événements d’Espagne.

12Il revient à Olivier Grojean, en conclusion, de faire la synthèse des apports de chacune des contributions, qui contribuent à une meilleure compréhension du phénomène de l’indiscipline partisane. Il montre ainsi que l’indiscipline se distingue de la déviance (qui peut rester cachée) par sa « nature plus éphémère, davantage publique et dès lors bien plus sanctionnable » (p. 266). Label posé par des adversaires, l’indiscipline s’inscrit dans des luttes internes aux partis politiques, qui sont des institutions où on peut librement entrer et dont on peut librement sortir. Dès lors, l’acceptation des procédures disciplinaires internes suppose une intériorisation et une légitimation des normes partisanes. L’autre apport des différentes contributions de cet ouvrage réside dans l’analyse du contexte dans lequel s’inscrivent les actes d’indiscipline. Le contexte explique la contingence des procédures disciplinaires et des sanctions, qui varient d’un pays à l’autre, d’un moment à l’autre.

13Les contributions rassemblées dans l’ouvrage (In)disciplines partisanes permettent de mieux cerner ce qu’est l’indiscipline et comment elle s’inscrit dans un contexte. À travers des exemples variés dans le temps et l’espace, les auteurs donnent à comprendre comment une organisation, en l’occurrence un parti politique, est amenée à fabriquer du consensus et à contrôler ses membres face au risque de déviance qui menace l’unité et la cohésion du groupe. Sans doute, pour aller plus loin, faudrait-t-il de nouvelles études permettant de mettre en évidence l’effet générationnel de même que la dimension amicale et affective qui entrent en jeu dans la fidélisation des militants d’une organisation politique et leur acceptation de la discipline.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Noël, « Amin Allal, Nicolas Bué (dir.), (In)disciplines partisanes. Comment les partis politiques tiennent leurs militants  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 22 mai 2017, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/22970

Haut de page

Rédacteur

David Noël

Professeur d’histoire-géographie au collège Paul Duez de Leforest, doctorant en histoire contemporaine, centre Georges Chevrier, UMR 7366, université de Bourgogne, membre du bureau de la régionale Nord-Pas-de-Calais de l’APHG.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page