Navigation – Plan du site

Philippe Robert, Renée Zauberman, Du sentiment d’insécurité à l’État sécuritaire

Simon Dutron
Du sentiment d'insécurité à l'État sécuritaire
Philippe Robert, Renée Zauberman, Du sentiment d'insécurité à l'État sécuritaire, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Clair & Net », 2017, 190 p., ISBN : 978-2-35687-504-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir spécialement les pages 27 à 29 pour l’ensemble des sources.

1Cet ouvrage se propose, en un peu plus d’une centaine de pages, d’analyser, sur base de données précises, les processus qui alimentent le sentiment d’insécurité que peuvent éprouver certaines couches de la population. Les données sont issues d’enquêtes françaises réalisées au cours des trente dernières années par de nombreux centres de recherches tels que le Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (Cesdip), l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) ou encore l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Île-de-France (IAU-Idf)1.Les deux auteurs partent tout d’abord du constat que « l’étude française de l’insécurité est aujourd’hui menacée par une inflation des idées : les essais dominent, mais l’empirie peine à suivre » (p. 12). À l’encontre de cette tendance, Philippe Robert et Renée Zauberman cherchent à explorer la notion d’insécurité en l’abordant sous trois aspects successifs : premièrement via l’analyse des différentes dimensions hétérogènes que peut recouvrir ce terme, ensuite en s’attachant à décrire ses inscriptions sociales au sein de la population française, et finalement en la situant par rapport à son traitement politique par les pouvoirs publics.

  • 2 The Challenge of Crime in a Free Society: A report by the President’s Commission on Law Enforcement (...)

2Dans la première partie, les deux chercheurs retracent l’évolution de l’intérêt porté par le monde politique à la question de l’insécurité depuis l’autre côté de l’Atlantique. C’est aux États-Unis que cette attention se manifeste en premier lieu. En effet, le président Johnson a institué au milieu des années 1960 une commission dédiée à ce thème, qui a publié en 1967 un rapport intitulé The Challenge of Crime in a Free Society2. Les auteurs soulignent la découverte principale issue des enquêtes faites dans le cadre de cette commission : le décalage (la dissonance) entre le risque encouru par une personne et sa perception de l’insécurité qui règne dans un espace. Comme le montrent les enquêtes de victimation d’alors, « on pouvait être victime et sans peur, on pouvait être indemne et pourtant angoissé à l’idée du crime » (p. 16). Cela signale que sous la bannière de l’insécurité se cachent le plus souvent des peurs du crime diverses et multiformes.

3C’est pourquoi la suite de l’analyse se centre sur ces diverses peurs et tente de dresser « une sorte de tableau d’ensemble de l’insécurité » (p. 30). Le dépouillement d’enquêtes régionales et locales françaises menées au cours des vingt dernières années révèle, entre autres, que les enquêtés ont peur avant tout pour autrui (particulièrement pour leurs enfants) et moins pour eux-mêmes ; que le sentiment d’insécurité se cristallise sur certains lieux, le principal étant les transports en commun (ceux qui les empruntent régulièrement, même sans expérience directe de victimation, se sentent plus en insécurité que ceux qui les empruntent peu) ; et encore que la proportion de personnes déclarant se sentir en insécurité dans leur quartier est éminemment variable en fonction de celui-ci – toutefois, 10% de la population ressent de la peur à son domicile, quel que soit son lieu d’habitation.

4Les auteurs démontrent ensuite (graphiques à l’appui) que la préoccupation sécuritaire, vécue comme problème de société par la population, varie beaucoup en fonction de l’actualité : ils parlent d’« accès de fièvre » à certaines périodes (par exemple, durant l’année suivant les attentats du 11 septembre 2001). Ils soulignent au passage que « la préoccupation sécuritaire ne va pas toute seule ; elle forme avec la punitivité et la xénophobie un trio étroitement uni » (p. 39). Cette première partie se clôture alors sur une typologie tripartite des personnes interrogées au travers des enquêtes, décrites comme « sécures », « insécures » et « obsédés de sécurité ».

5La deuxième partie, plus courte, vise à situer socialement le sentiment d’insécurité et à identifier les facteurs qui contribuent à éveiller ce sentiment et celui de la peur du crime auprès de la population. L’expérience directe d’une victimation pèse le plus lourd, mais il est souligné qu’elle survient plus souvent dans l’espace privé que dans l’espace public (intrusion d’un tiers au domicile ou violences commises par une personne proche). Une dimension de genre intervenant donc directement dans cette situation. Par ailleurs, les choix idéologiques surdéterminent nettement la sensibilité à la préoccupation sécuritaire : ainsi, le fait qu’un enquêté se déclare « de droite » quadruple sa probabilité d’être du type insécure par rapport à une personne se déclarant « de gauche ».

  • 3 Voir spécialement les pages 58 à 63.

6La question des liens entre sentiment d’insécurité, victimation et lieu de résidence est abordée à travers une analyse minutieuse en région Île-de-France. Celle-ci indique un clivage entre d’une part la ville de Paris et sa proche banlieue Nord, dans lesquelles l’exposition à la victimation est plus élevée et intervient dans le quartier de résidence, et d’autre part le reste de la région, où l’exposition est plus faible et concerne des lieux éloignés du quartier résidentiel. Cette découverte amène les auteurs à s’intéresser au « rang social » des habitants qui vivent sur les différents territoires de la région3. Les habitants de la proche banlieue Nord apparaissent comme les plus précaires sur le plan socio-économique, ce qui accentue chez eux les peurs concrètes et alimente une certaine xénophobie du proche. Se sentant en compétition pour l’accès à des ressources d’aide sociale dans une situation où les éligibles sont de plus en plus nombreux, leur regard tombe vite sur les derniers arrivés : les immigrants récents. Pour les habitants du périurbain, mieux pourvus sur le plan socio-économique (classes moyennes), l’environnement résidentiel immédiat est ressenti comme sécurisant, cependant que la concentration de la peur se fait sur les transports en commun. S’étant établis hors de la ville pour bénéficier d’un voisinage plus tranquille, ils doivent faire de longs déplacements jusqu’au centre de celle-ci pour bénéficier des équipements nécessaires à leur niveau de vie. Prompts à dénoncer la délinquance en général, ils expriment également une certaine xénophobie qui prend alors une figure plus abstraite : l’immigré est perçu comme menaçant les valeurs traditionnelles de l’autochtone. Finalement, pour les classes plus aisées de la capitale, l’exposition plus importante au risque de victimation est largement compensée par le prestige et les avantages de la résidence à Paris. Bien qu’ils habitent parfois dans une zone à forte composition migratoire, leurs stratégies de séparation douce (choix d’établissement scolaire, notamment) à l’égard des populations étrangères leur permettent de gérer cette situation comme un simple « résidu », inévitable à toute vie dans une capitale prestigieuse.

7La troisième et dernière partie du livre, qui est aussi la plus longue, s’intéresse au traitement politique de l’insécurité. Elle débute par un récapitulatif des grandes étapes de l’histoire des politiques criminelles menées par l’État français depuis deux siècles. Originairement centrée sur les auteurs d’infractions et sur leur « traitement » toujours relativement frustre (par rééducation/neutralisation), la politique criminelle s’élargit durant les dernières années de la décennie 1970 et se fait plus abstraite, visant à traiter le sentiment d’insécurité dans son ensemble : « c’est la manière dont la criminalité est vécue ou ressentie [par la population] qui devient centrale » (p. 67) aux yeux des autorités publiques.

8Parallèlement, les auteurs mettent en évidence l’augmentation continue, tout au long du XXe siècle, d’une délinquance d’appropriation. Ce phénomène s’est encore renforcé durant les dernières décennies, avec la mise sur le marché d’appareils électroniques que les citoyens peuvent facilement transporter avec eux (ordinateurs portables, GSM…) et qui sont susceptibles d’attirer plus fortement la convoitise de voleurs potentiels. Simultanément, nombre de métiers et d’activités de proximité (concierge, poinçonneur de métro, gardien…) ont disparu, affaiblissant d’autant le contrôle social communautaire si bien que la « société de consommation de masse [s’est transformée en] une société de vol de masse » (p. 79).

9Mais cette délinquance contre les particuliers est en fait assez peu traitée aujourd’hui par les institutions pénales. Les auteurs démontrent à quel point, pour diverses raisons (fonctionnement de la police, processus de financement des institutions…), le taux d’élucidation de ces petites affaires est bas. Par exemple, ils indiquent que la police est capable de présenter un suspect devant la Justice dans seulement 16% des agressions physiques, 4% à 6% des vols et dans moins de 4% des cambriolages (p. 88).

10Prenant ce bas taux d’élucidation comme point de départ de leur réflexion sur les moyens à mettre en œuvre pour faire baisser le sentiment d’insécurité (les débats récurrents autour de « l’impunité »), les gouvernements successifs des trente dernières années ont initié un nombre impressionnant de mesures législatives en vue d’atteindre cet objectif. Par-delà leur variété ces mesures n’ont semble-t-il pas réussi à garantir à la dimension préventive une véritable autonomie. En effet, jusqu’à présent, celle-ci est toujours restée mêlée à d’autres dimensions comme l’aide aux victimes ou la lutte contre la récidive et se trouve toujours, de fait, subordonnée aux initiatives prises sur le plan pénal par le ministère de l’Intérieur. Dressant un panorama détaillé des dispositifs de lutte contre l’insécurité et de leurs effets, les deux chercheurs observent une oscillation régulière des politiques de sécurité entre deux modèles : celui de la « gouvernance par le crime » (plutôt situé à droite de l’échiquier politique) et celui de l’« évitement de l’accusation de laxisme » (plutôt à gauche). Mais ils ajoutent, et les derniers paragraphes l’illustrent nettement, que les divers attentats commis récemment ont contribué à rapprocher dangereusement ces deux modalités, instituant de manière graduée un certain « État sécuritaire » pour le moins inquiétant (si l’on en croit l’intensité des débats récents autour de l’état d’urgence et de la déchéance de nationalité).

11Mobilisant de nombreuses données et références, ce livre dense propose une analyse serrée des processus par lesquels un sentiment d’insécurité peut se développer au sein de la population française. Grâce à son contenu riche, il permet d’informer sérieusement responsables politiques et citoyens, et de favoriser une réflexion sereine sur cette réalité contemporaine.

Haut de page

Notes

1 Voir spécialement les pages 27 à 29 pour l’ensemble des sources.

2 The Challenge of Crime in a Free Society: A report by the President’s Commission on Law Enforcement and Administration of Justice, Washington D.C., Government Printing Office, 1967, disponible en ligne : https://www.ncjrs.gov/pdffiles1/nij/42.pdf

3 Voir spécialement les pages 58 à 63.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Dutron, « Philippe Robert, Renée Zauberman, Du sentiment d’insécurité à l’État sécuritaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 22 mai 2017, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/22971

Haut de page

Rédacteur

Simon Dutron

Diplômé en sociologie de l’Université Catholique de Louvain (UCL), Belgique. Passionné par la lecture de tout type d’ouvrage de sciences sociales, du plus classique au plus contemporain.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page