Navigation – Plan du site

Emmanuel Henry, Ignorance scientifique et inaction publique. Les politiques de santé au travail

Giovanni Prete
Ignorance scientifique et inaction publique
Emmanuel Henry, Ignorance scientifique et inaction publique. Les politiques de santé au travail, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Domaine gouvernance », 2017, 256 p., ISBN : 978-2-7246-2045-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par exemple : Jean-Noël Jouzel, Des toxiques invisibles. Sociologie d'une affaire sanitaire oubliée(...)

1Depuis près d’un demi-siècle, en France comme dans d’autres sociétés démocratiques industrielles, l’orientation et la légitimation des politiques publiques s’est de plus en plus adossée à la mobilisation de savoirs scientifiques et experts. Emmanuel Henry explore les mécanismes et les implications de cette évolution sur le secteur de la santé au travail, un secteur souvent caractérisé1 – en France en particulier – par le recours discret à la négociation sociale. Il décrit, de manière à la fois détaillée et claire, comment les politiques de santé au travail sont « entrées » dans la santé publique et se sont appuyées de plus en plus sur une formalisation du recours à des savoirs scientifiques, en particulier la toxicologie et l’épidémiologie. S’inscrivant à la suite des approches politiques de la sociologie des sciences et de l’expertise, il met surtout en évidence que cette évolution invisibilise bien plus qu’elle ne neutralise l’asymétrie de pouvoir qui existe entre les acteurs industriels, capables de mobiliser des moyens humains, techniques et financiers importants, et les administrations et organisations syndicales. Résultat d’une longue enquête qualitative (entretiens, archives) menée depuis ses premiers travaux sur le scandale de l’amiante, la démonstration d’Emmanuel Henry s’appuie en particulier sur l’analyse de deux instruments utilisés pour prévenir et réparer la dégradation de la santé des travailleurs : les tableaux de maladie professionnelles et les valeurs limites d’exposition professionnelle (VLEP).

  • 2 Annie Thébaud-Mony, Travailler peut nuire gravement à votre santé. Sous-traitance des risques, Mise (...)
  • 3 Pascal Marichalar, Médecin du travail, médecin du patron ?, Paris, Presses de Sciences Po, coll. «  (...)

2L’auteur rappelle d’abord, comme d’autres observateurs avant lui2, l’ambiguïté de la notion de « maladie professionnelle » et décrit comment les tableaux qui leurs sont associés constituent un dispositif dont les propriétés concourent à une large sous-reconnaissance de ces maladies. Un chiffre résume ce constat : aujourd’hui en France, si l’on exclut les troubles musculo-squelettiques (TMS) et les cancers liés à l’amiante, moins de 900 malades par an sont reconnus atteints de maladies professionnelles. Surtout, son analyse pointe les effets d’une évolution récente, encore peu commentée, à savoir la place croissante de l’expertise scientifique dans la négociation des tableaux de maladies professionnelles, que traduit notamment le recours plus systématique aux experts de l’Institut national de santé publique (INVS, aujourd’hui intégré à Santé publique France). Emmanuel Henry suggère que si cette évolution a quelque peu rendu plus visible la nature négociée de l’établissement des tableaux, elle n’a eu au final qu’un impact limité, notamment parce que les acteurs scientifiques les plus proches des mouvements sociaux et des organisations syndicales restent dominés dans l’espace scientifique et n’ont pas réussi, dans un contexte français marqué par la faiblesse de l’hygiène industrielle comme discipline universitaire et la centralité de la figure du médecin du travail3, à imposer une définition de la « bonne science » qui ne perde pas de vue les objectifs d’amélioration des conditions de travail pour les salariés.

  • 4 Afsset : Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail.
  • 5 Anses : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.
  • 6 Arnaud Mias, Émilie Legrand, Danièle Carricaburu, François Féliu, Ludovic Jamet, Le travail de prév (...)

3La VLEP d’un produit toxique est la valeur qui indique le niveau au-dessus duquel les travailleurs ne devraient pas être exposés à ce produit. Emmanuel Henry décrit comment les VLEP ont circulé des États-Unis à la France, où elles tendent depuis les années 1980 à être de plus en plus utilisées dans la régulation de l’exposition des travailleurs à des produits toxiques sur leurs lieux de travail. Mais au fil de cette circulation, les VLEP ont été investies de différentes significations : pensées comme des valeurs indicatives imparfaites, élaborées pour accompagner la gestion pragmatique des risques dans les entreprises, elles peuvent être aujourd’hui mises en avant de manière inadéquate par certains acteurs comme délimitant des seuils de non-toxicité, voire comme des « permis d’exposer » (p. 141). Il souligne également que, à l’instar des tableaux de maladies professionnelles, l’élaboration des VLEP s’est faite en France, suite au scandale de l’amiante, dans un cadre de recours beaucoup plus systématique et formalisé à l’expertise scientifique (depuis 2005, au sein de l’Afsset4 puis de l’Anses5, les agences de sécurité sanitaire en charge des enjeux de santé au travail). Cette évolution n’a pas eu d’effets majeurs sur la protection des travailleurs dans la mesure où les autorités sanitaires n’ont pas les ressources pour élaborer des VLEP à un rythme qui permette de suivre les innovations industrielles, où elles restent largement dépendantes des savoirs métrologiques des industriels pour fixer ces VLEP et où, plus largement, elles ne se donnent pas les moyens de vérifier leur respect et leur usage dans les espaces de production, qui sont au mieux imparfaits et hétérogènes6.

  • 7 Soraya Boudia, Emmanuel Henry (dir.), La mondialisations des risques. Une histoire politique et tra (...)
  • 8 Annie Thébaud-Mony, La science asservie. Santé publique : les collusions mortifères entre industrie (...)

4L’analyse d’Emmanuel Henry est très convaincante. Elle constitue une belle réflexion sur les politiques contemporaines de santé au travail en France et sur leur évolution ces dernières années, suite au scandale de l’amiante et sous l’influence d’évolutions plus globales (délégation croissante de la régulation à des acteurs privés par l’État, transnationalisation de l’action publique7). Elle est surtout très stimulante en ce qu’elle permet d’enrichir les travaux8 qui tendent à interpréter la domination des acteurs industriels au prisme de leur capacité à faire pression intentionnellement sur les pouvoirs publics ou à manipuler les controverses scientifiques sur la dangerosité des produits qu’ils commercialisent pour produire de l’ignorance. Ces travaux, qui offrent des analyses bien documentées sur certains produits toxiques, sont importants ; ils tendent cependant à sous-estimer des mécanismes plus structurels et indirects de cette domination. Notons deux mécanismes qu’Emmanuel Henry souligne de manière particulièrement claire. D’une part, il met en évidence que ce n’est pas tant l’importation d’une science tronquée qui peut permettre aux industriels de faire prévaloir leur point de vue que la promotion de la simple logique scientifique dans des arènes d’expertise, par exemple lorsqu’elle valorise les faux négatifs sur les faux positifs et qu’elle organise le recours à des données et des compétences très inégalement réparties. D’autre part, l’auteur montre qu’une des manières les plus efficaces pour les industriels de faire prévaloir leur intérêt est de tenter retarder au maximum la dynamique de régulation des toxiques qu’ils produisent : leur objectif n’est pas tant d’empêcher cette régulation que de faire en sorte qu’elle ne perturbe pas trop le retour sur investissement de leurs innovations. Dans cette perspective, le temps joue « en faveur » de l’industrie (p. 183).

5Sur certains points, la lecture de l’ouvrage ouvre des pistes de réflexion qui mériteraient d’être approfondies. En particulier, l’auteur insistant sur le fait que le monde de la santé au travail est composé d’un faible nombre de personnes, on aurait pu s’attendre à ce qu’il s’engage plus avant dans la cartographie de ces acteurs, qui explorerait de manière systématique leurs propriétés sociales, leurs relations et leurs participations croisées aux multiples institutions de la santé au travail, au-delà des quelques figures les plus connues (comme Henri Pézerat et Marcel Goldberg). Par ailleurs, il aurait été intéressant de thématiser plus directement la question de la réflexivité des acteurs – syndicalistes, membres des administrations publiques et chercheurs mobilisés dans des processus d’expertise en particulier – par rapport aux mécanismes de domination pointés dans l’ouvrage. Plusieurs observations et citations d’entretiens reproduites montrent qu’au-delà du simple sentiment d’impuissance, certains de ces acteurs sont très conscients de quelques-uns des mécanismes présentés dans l’ouvrage. Sur les tableaux de maladies professionnelles par exemple, l’auteur note la « disproportion entre les moyens déployés pour évaluer » les limites du système en place et « l’absence de mise en œuvre de solutions à même d’améliorer le dispositif » (p. 72). Cette question, loin d’être anecdotique, soulève à la fois l’enjeu de la responsabilité des acteurs des politiques de santé au travail et de leur (in-)capacité collective à transformer des institutions au nom de l’intérêt collectif. À cet égard, il est à espérer que la diffusion de l’ouvrage d’Emmanuel Henry suscitera des débats dans les ministères et les agences d’expertise dont il sera intéressant d’observer les effets, et qu’elle permettra plus largement de réfléchir à des réformes centrées sur la protection de la santé des travailleurs. Montrant que la négociation sociale confinée et la scientifisation abstraite des processus de décision politique sont deux voies qui favorisent structurellement les intérêts privés plutôt que sur la santé des travailleurs, l’ouvrage d’Emmanuel Henry invite à réfléchir à d’autres formes de régulation qu’il reste à inventer et à expérimenter.

Haut de page

Notes

1 Par exemple : Jean-Noël Jouzel, Des toxiques invisibles. Sociologie d'une affaire sanitaire oubliée, EHESS, coll. « Cas de figure », 2013 ; compte rendu de Lilian Mathieu pour Lectures : http://lectures.revues.org/10413.

2 Annie Thébaud-Mony, Travailler peut nuire gravement à votre santé. Sous-traitance des risques, Mise en danger d'autrui, Atteintes à la dignité, Violences physiques et morales, Cancers professionnels, La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 2008 ; compte rendu d’Igor Martinache pour Lectures : http://lectures.revues.org/510.

3 Pascal Marichalar, Médecin du travail, médecin du patron ?, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Nouveaux débats », 2014 ; compte rendu de Virginie Bussat pour Lectures : http://lectures.revues.org/16305.

4 Afsset : Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail.

5 Anses : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

6 Arnaud Mias, Émilie Legrand, Danièle Carricaburu, François Féliu, Ludovic Jamet, Le travail de prévention. Les relations professionnelles face aux risques cancérogènes, Toulouse, Octarès Éditions, 2013 ; notre compte rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/12591.

7 Soraya Boudia, Emmanuel Henry (dir.), La mondialisations des risques. Une histoire politique et transnationale des risques sanitaires et environnementaux, PU Rennes, coll. « Res Publica », 2015 ; compte rendu d’Amandine Oullion pour Lectures : http://lectures.revues.org/19641.

8 Annie Thébaud-Mony, La science asservie. Santé publique : les collusions mortifères entre industriels et chercheurs, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2014 ; compte rendu de Christian Baudelot pour Lectures : http://lectures.revues.org/16460.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giovanni Prete, « Emmanuel Henry, Ignorance scientifique et inaction publique. Les politiques de santé au travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 30 mai 2017, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23029

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page