Navigation – Plan du site

Walter Badier, Alexandre Ribot et la République modérée

Olivier Cléach
Alexandre Ribot et la République modérée
Walter Badier, Alexandre Ribot et la République modérée. Formation et ascension d'un homme politique libéral (1858-1895), Paris, Fondation Varenne, coll. « Collection des thèses », 2016, 632 p., préface de Jean Garrigues, ISBN : 978-2-37032-097-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Thèse d’histoire politique soutenue à l’Université d’Orléans, sous la direction de Jean Garrigues, (...)

1Il existe deux principales manières de rendre compte de l’histoire d’une période, en l’occurrence cette partie de la Troisième République qui marque la fin de la République modérée (1858 à 1898-99) : soit de manière chronologique, en s’attachant aux événements (sociaux, politiques, économiques, culturels…), comme le font généralement les historiens ; soit de manière biographique, en s’intéressant à celles et ceux qui ont participé à faire l’histoire. C’est cette seconde perspective que l’historien Walter Badier a choisi de suivre dans sa thèse1 consacrée à la figure du républicain modéré et libéral Alexandre Ribot (1842-1923), préférant « l’analyse d’une tranche de vie » (p. 15) plutôt que la « chronique d’une vie » qui viserait à l’exhaustivité.

  • 2 Il existe une soixantaine de cartons d’archives.
  • 3 « Le delta que constitue la carrière politique d’Alexandre Ribot est si vaste que l'étude de ses di (...)

2Alexandre Ribot n’est certes pas le premier homme politique de cette période qu’on cite spontanément, les Ferry, Gambetta, Clemenceau, Jaurès… venant plus rapidement à l’esprit. La raison de cette méconnaissance par l’historiographie française n’est pas à chercher du côté d’une absence d’archives : il existe une grande quantité de sources2 (fonds publics et privés : discours, archives diplomatiques, articles, correspondance, notes personnelles…) que l’auteur exploite ici de manière efficiente. Dans sa préface, Jean Garrigues observe que « l’histoire des modérés n’a pas bonne presse » (p. XIII). De plus, contrairement à d’autres, Alexandre Ribot « n’a pas marqué de son nom une œuvre unique, parlant à l’imagination des foules » (p. 6) et il n’a pas eu d’« héritiers ». Comment éclaircir alors le choix de l’auteur de s’intéresser à ce personnage « austère et peu charismatique » ? D’abord, ce choix tient à une volonté de réparer, en quelque sorte, cette injustice. Il s’explique aussi par le fait que ce républicain convaincu a été au cœur d’un grand nombre d’événements (la propagation de la révolution industrielle, l’avènement de la Troisième République après la défaite de Sedan, les diverses crises politiques, notamment autour de l’école et des religions, de scandales comme celui des décorations ou celui de Panama, le boulangisme…) qui ont participé à installer et à façonner la République. Dresser le portrait de cet « homo parlementaris », c’est alors revenir sur ces événements mais aussi sur les idées et les institutions clés qui ont fait l’histoire de la vie parlementaire d’une époque. C’est là le principal objectif de l’auteur3. Pour le dire autrement, le personnage d’Alexandre Ribot apparaît, au sens sociologique, comme une sorte de « marqueur social ».

  • 4 Annick Percheron, La socialisation politique, Paris, Armand Colin, 1993.

3Pour dresser ce constat, le parti pris de l’auteur n’est pas de présenter aux lecteurs l’exhaustivité de la vie de Ribot, mais simplement de comprendre comment se construit une carrière de premier plan, depuis la formation de l’homme politique jusqu’à son accession aux plus hautes sphères du pouvoir, en passant par l’apprentissage d’un « métier » (sa socialisation politique, au sens d’Annick Percheron4).

  • 5 De 1895 à 1901.
  • 6 Occupant notamment la plupart des places prestigieuses qui ont participé à l’écarter du commun des (...)
  • 7 De 1909 à sa mort, en 1923.
  • 8 Des Affaires étrangères, de l’Intérieur, des Finances et de la Justice, soit une carrière gouvernem (...)
  • 9 À quatre reprises : du 6/12/1892 au 10/01/1893 ; du 11/01/1893 au 03/04/1893 ; du 17/01/1895 au 31/ (...)

4La difficulté pour nous de rendre compte de la richesse de cet ouvrage en quelques lignes tient à deux choses : l’érudition de Walter Badier (sa bonne connaissance de la période lui facilite l’entrée dans de nombreux méandres), mais aussi à la figure dont il est ici question. Avocat, fonctionnaire (magistrat, conseiller officieux et officiel, puis directeur des Affaires criminelles au ministère de la Justice en mars 1875 et enfin, début 1876, secrétaire général sous l’autorité de Jules Dufaure), enseignant (à l’École libre des sciences politiques, à partir de 1872), journaliste (notamment dans le journal quotidien Le Parlement qu’il a co-fondé en 1879), soldat, homme politique (conseiller général5, député6, sénateur7, ministre8 et président du Conseil9), Alexandre Ribot est aussi homme de lettres (membre de l’Institut, élu à l’Académie des sciences morales et politiques en 1903 et à l’Académie française en 1906)…

5Pour résumer et en suivant les trois parties de l’ouvrage, soulignons que l’auteur, à travers le parcours d’Alexandre Ribot, aborde à la fois les différents éléments qui permettent de « fabriquer » un homme politique, un homme d’État et, de manière plus générale, la question de la professionnalisation des personnels politiques, considérant que le parcours d’Alexandre Ribot est représentatif de celui des élites de l’époque.

  • 10 Il est inscrit également à la Faculté des lettres de la Sorbonne dont il sort diplômé en 1861. Alex (...)
  • 11 Il prête serment le 9 janvier 1864 au barreau de Paris, lieu d’opposition au Second Empire. Cette p (...)

6La première partie correspond à la période où Ribot se constitue une solide formation ainsi qu’un réseau d’amitiés et de soutiens. Cette période, de 1858 à 1875, est marquée par des expériences, des rencontres clés et différentes épreuves. En l’occurrence, Alexandre Ribot suit des études juridiques (à la Faculté de droit de Paris, de 1860 à 1863)10 qui l’amènent dans un premier temps à embrasser la carrière d’avocat11. À différentes étapes, il reçoit le soutien d’individus qui jouent, tour à tour, le rôle de « mentor » (Adolphe Thiers, Jules Dufaure, Prosper Duvergier de Hauranne), de conseiller, d’ami ou de confident, participant à la formation de sa culture politique et idéologique, à l’apprentissage de son métier, mais aussi à l’édification de son réseau professionnel et politique (capital social). Ces apprentissages culturels s’effectuent tant au niveau local (sous la houlette d’un personnage clé, le courtier maritime Georges Foissey qui lui met le pied à l’étrier et lui fait connaître les personnes clés de son fief) que national, à travers diverses institutions parisiennes considérées comme des passages obligés et des espaces de socialisation concourant à son éducation politique et à sa reconnaissance : différents salons ou cercles, la Conférence des stages, la Conférence d’éloquence « Molé », une fameuse « parlotte juridique », la Société de législation comparée, la Société générale des prisons (1877) et le Musée social (1894). .Enfin, il faut souligner la construction d’un entourage (familial et amical) qui le soutient dans les moments plus difficiles.

7Fort de ses apprentissages et rencontres, mais aussi de ses qualités propres, Alexandre Ribot apparaît comme une personnalité dotée d’une culture politique solide, de convictions affirmées et d’un ensemble de compétences. Son éloquence, son talent de débatteur, son sérieux (précision des idées, connaissance des dossiers et des codes du Parlement qui fait de lui un « technicien de la politique »), son érudition, ses habiletés, son pragmatisme empreint d’efficacité et son autorité sont quelques-unes des qualités qui lui sont reconnues, même par ses adversaires politiques, et qui lui permettant de sortir du lot. Ainsi l’ouvrage montre-t-il bien que ce personnage, par son caractère, par ses qualités et son idiosyncrasie, a toujours été reconnu comme exceptionnel par ses pairs (étudiants, avocats puis politiciens).

8La constitution d’un fief électoral et d’un ancrage territorial est également une étape incontournable dans l’apprentissage du métier d’élu de terrain. En l’occurrence, faute d’avoir édifié un tel fief un après sa première élection en 1878 et préférant donner la priorité à son ambition nationale, Alexandre Ribot perd trois élections législatives – entre 1885 et 1886 – avant de choisir le territoire de Saint-Omer, où les électeurs lui resteront fidèles, notamment parce qu’il y pratique une sorte de clientélisme (qu’il dénonçait par ailleurs), répondant à des sollicitations, à des demandes de service…, mais aussi faisant acte de présence ; bref il endosse le rôle de politicien local dans toutes ses dimensions.

9Enfin, l’inscription dans une carrière nécessite d’être identifié idéologiquement dans l’espace politique. En l’espèce, même si l’auteur insiste à plusieurs reprises sur l’ambivalence du positionnement de Ribot à certains moments, on peut dire que trois mots résument sa sensibilité politique : le libéralisme (plus politique qu’économique, l’homme étant un « libre échangiste de principe, mais sans dogmatisme » – p. 65 – prônant sans remords le protectionnisme), le modérantisme (centre gauche, sans cesse à la recherche du compromis) et le républicanisme (inspiré par l’orléanisme, il ne devient un fervent républicain qu’en 1878). Bien entendu, cette trajectoire n’est pas linéaire : dans son parcours, Alexandre Ribot a connu également des échecs, notamment électoraux, et des désaccords politiques (parfois avec des proches).

  • 12 Danilo Martuccelli, Grammaires de l’individu, Paris, Gallimard, 2002.

10Bien écrit et bien structuré, l’ouvrage nous inspire essentiellement des commentaires mineures sur la forme. Les développements portant sur le journal Le Parlement, qui s’étendent sur deux sections (p. 331 et suiv. et p. 345 et suiv.), auraient sans doute pu être rassemblés. Ensuite, certains éléments apparaissant en conclusion n’ont pas du tout été abordés dans l’exposé (par exemple le voyage de Ribot aux États-Unis après son échec aux législatives), donnant l’impression que l’auteur utilise les conclusions intermédiaires pour « placer » des informations supplémentaires. De plus, même si l’ouvrage reprend les grandes lignes d’une thèse d’histoire politique (travail académique), il vise de facto un public plus large que celui des historiens spécialistes de la question. Enfin, si, tout au long de l’ouvrage, on identifie ici ou là des velléités d’ouverture vers d’autres disciplines, il aurait été également profitable que Walter Badier mobilise, à propos de la notion de « rôle » qu’il aborde dans sa troisième partie, des travaux sociologiques (pensons par exemple à ceux de Danilo Martuccelli12) qui auraient apporté des dimensions et des perspectives explicatives supplémentaires.

  • 13 Même si l’auteur nous en dit quelques mots en conclusion.

11En refermant cet ouvrage, plusieurs questions restent en suspens et donnent envie de prolonger ce moment à travers d’autres lectures : comment Alexandre Ribot a-t-il abordé l’Affaire Dreyfus13 et, plus largement, le développement du nationalisme (au-delà des éléments apportés sur le boulangisme), comment s’est-il positionné par rapport aux événements qui allaient déboucher sur la Première Guerre mondiale, et enfin pourquoi, alors qu’il en possédait, semble-t-il, toutes les qualités et la légitimité nécessaires, n’a-t-il jamais postulé à la Présidence de la République ?

12Pour conclure, en ce moment de réflexion sur la politique, sur ses personnels et ses institutions à l’occasion des élections présidentielles et législatives, nous ne pouvons que recommander la lecture de cet ouvrage, notamment pour le recul sociohistorique qu’il permet et les éclairages qu’il apporte.

Haut de page

Notes

1 Thèse d’histoire politique soutenue à l’Université d’Orléans, sous la direction de Jean Garrigues, le 12 décembre 2015.

2 Il existe une soixantaine de cartons d’archives.

3 « Le delta que constitue la carrière politique d’Alexandre Ribot est si vaste que l'étude de ses différents bras peut nous permettre d'embrasser les structures et les dynamiques de la société française de son temps » (p. 9).

4 Annick Percheron, La socialisation politique, Paris, Armand Colin, 1993.

5 De 1895 à 1901.

6 Occupant notamment la plupart des places prestigieuses qui ont participé à l’écarter du commun des députés (rapporteur et président de commissions parlementaires, dont celle des Finances).

7 De 1909 à sa mort, en 1923.

8 Des Affaires étrangères, de l’Intérieur, des Finances et de la Justice, soit une carrière gouvernementale cumulée de 7 ans et 6 mois.

9 À quatre reprises : du 6/12/1892 au 10/01/1893 ; du 11/01/1893 au 03/04/1893 ; du 17/01/1895 au 31/10/1895 et du 09/06/1914 au 12/06/1914.

10 Il est inscrit également à la Faculté des lettres de la Sorbonne dont il sort diplômé en 1861. Alexandre Ribot est un lecteur hétéroclite qui s’intéresse à toutes les époques.

11 Il prête serment le 9 janvier 1864 au barreau de Paris, lieu d’opposition au Second Empire. Cette profession est très représentée au Parlement à l’époque.

12 Danilo Martuccelli, Grammaires de l’individu, Paris, Gallimard, 2002.

13 Même si l’auteur nous en dit quelques mots en conclusion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Cléach, « Walter Badier, Alexandre Ribot et la République modérée », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 30 mai 2017, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23030

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page