Navigation – Plan du site

Georges Corm, La nouvelle question d’Orient

Emilien Legendre
La nouvelle question d'Orient
Georges Corm, La nouvelle question d'Orient, Paris, La Découverte, 2017, 319 p., ISBN : 9782707193759.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir du même auteur : Orient-Occident. La fracture imaginaire, Paris, La Découverte, 2005 ; Pour (...)

1Ancien ministre de la République libanaise, Georges Corm est à la fois économiste et historien, ainsi que professeur en sciences politiques à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la géopolitique du monde arabe et son développement économique1, qui se définissent par une approche explicative « profane » des évènements. C’est dans cette continuité que s’inscrit La nouvelle question d’Orient.

  • 2 Terme d’origine grecque, qui renvoie à la démesure ou à un acte excessif, marqué par l’orgueil.

2Selon l’auteur, le chaos de violences au Moyen-Orient provient d’un « chaos mental » issu de la fin de la confrontation des deux blocs pendant la guerre froide. Après 1990, le semblant d’un ordre mondial unique aurait laissé libre cours à l’hubris2 des pays occidentaux, qui se sont mis à exercer un nouveau type d’impérialisme, un « impérialisme humanitaire » justifiant leur droit d’ingérence dans la région. C’est donc à une réflexion très critique que se livre l’auteur, tenant largement responsables les États-Unis et plus largement les membres de l’Otan des violences qui secouent le monde arabe. Dans cet ouvrage, il propose une remise en ordre conceptuelle et sémantique des travaux qu’il a lui-même effectués sur le Proche-Orient. Ceci afin de réintroduire de la rationalité dans un débat public qui lui semble dominé par des réactions émotionnelles.

  • 3 Arnold Toynbee, The Western Question in Greece and Turkey: A Study in the Contact of Civilizations, (...)

3Georges Corm ancre sa réflexion dans la perspective de l’ancienne « question d’Orient », qui désignait la rivalité entre les grandes puissances européennes dans la région des Balkans au XIXe siècle. Il interroge les continuités et les ruptures entre l’ancienne et la « nouvelle question d’Orient », qui se pose continûment depuis la seconde guerre mondiale. À la suite d’Arnold Toynbee3, il tente de montrer que cette question d’Orient relève finalement d’une « question d’Occident », et qu’elle ne dépend donc pas seulement des facteurs internes à la région. Il s’agit alors de ressaisir les conflits de la région dans un cadre plus global, qui prenne aussi en compte l’est de l’espace méditerranéen.

  • 4 Ce qui avait fait l’objet d’un précédent ouvrage de l’auteur : Pour une lecture profane des confl (...)
  • 5 Francis Fukuyama, The End of History and the Last Man, New York, The Free Press, 1992.
  • 6 Samuel P. Huntington, The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order, New York, Simon (...)

4Le premier chapitre étudie les transformations du cadre d’analyse des évènements géopolitiques, aujourd’hui dominé par la théorie du choc des civilisations. Il s’ouvre sur la dénonciation des concepts flous et autres essentialismes relayés par les médias, comme ceux d’« Orient » et d’« Occident ». La prégnance d’une anthropologie religieuse comme méthode interprétative des problématiques de la région au sein du champ académique est elle aussi critiquée, et ce de manière continue dans l’ouvrage4. Corm fait remonter cette lecture anthropologique au XIXe siècle, époque de l’opposition structurelle entre l’Orient sémite et l’Europe aryenne. Elle resurgit après 1990 sous la plume d’auteurs comme Francis Fukuyama5 et Samuel Huntington6. Les médias ainsi qu’un certain nombre de dirigeants politiques essentialisent alors les communautés de la région, qui sont renvoyées à des spécificités religieuses ou ethniques, que ce soit dans le traitement des conflits libanais et yougoslave ou dans celui entre sunnites et chiites qui s’est banalisé. Pour sa part, lorsqu’il évoque ces conflits, l’auteur préfère évacuer la notion de civilisation pour mettre en avant la coexistence de « mémoires historiques traumatiques », chacune ayant un cadre particulier de perception des conflits.

  • 7 L’Arabie Saoudite est ainsi considérée comme une puissance « modérée » dans la région, alors que po (...)
  • 8 Alors secrétaire d’État, Hillary Clinton avait été auditionnée en 2009 devant le Congrès et avait r (...)

5Les chapitres suivants dénoncent les clichés qui dominent cette lecture des évènements, et qui finissent par légitimer la violence dans le monde arabe. Au chapitre 2, l’auteur examine des « questions préjudicielles », en se demandant si les termes et les définitions utilisées dans l’analyse des conflits ne sont pas préalablement biaisés. Il observe tout d’abord une « théorie du complot à l’envers », formulée par les Occidentaux, qui consiste à dénoncer des acteurs ou des dirigeants du monde arabe qui conspirent contre leurs valeurs. Cette théorie aboutit à une division émotionnelle du monde entre « bons » et « méchants », « modérés » et « radicaux », et à l’utilisation d’expressions comme « l’axe du mal » (Iran, Corée du Nord et Irak, sous l’administration Bush), ou celle d’« États voyous ». Les dénominations fluctuent d’ailleurs selon les alliances7. Il interroge ensuite le lien existant entre religion et violence, avant de revenir sur la période modernisatrice des sociétés musulmanes à la fin du XIXe siècle, dont l’oubli favorise aujourd’hui la théorie d’une « exception islamique » loin de toute aspiration démocratique. La définition du terrorisme s’avère elle aussi problématique, étant donnée la position ambiguë des États-Unis vis-à-vis des groupes terroristes depuis l’utilisation des « combattants de la liberté » en Afghanistan, confirmée par des révélations comme celles d’Hillary Clinton ou de Zbigniew Brzezinski8.

6Le troisième chapitre se centre sur les « récits canoniques », répétitions constantes d’une version simplifiée des évènements, relayés par les médias et les autorités politiques. Divers clichés sont ainsi démontés. Le premier cliché est le lien supposé entre terrorisme islamique et dictatures laïques arabes : Corm affirme au contraire que le radicalisme de certains mouvements terroristes islamistes dépend de différentes doctrines, antérieures à l’indépendance de ces États (la doctrine wahhabite du XVIIIe siècle, ou celle créée par les Frères Musulmans en 1928 en Égypte). Le grand nombre de travaux de recherche consacrés à la montée de l’islam radical provoque un véritable « chaos intellectuel » en entretenant la thèse du « choc des civilisations ».

7Contre l’idée reçue que l’islam serait incapable de séparer le temporel du spirituel, Corm montre la plasticité de cette religion tout au long de l’histoire et des différents empires. D’autres clichés courants sont examinés, comme le rapport entre islam et violence, le traitement infamant des minorités religieuses qui serait dicté par l’islam, l’opposition des terroristes aux valeurs occidentales : autant de théories liées à l’idée d’une « civilisation arabo-islamique » constituée, qui nierait la diversité des cultures et des héritages au sein même de l’ensemble des pays musulmans.

8Parce que subsistent encore dans le débat public de « vieux démons intellectuels » issus du XIXe siècle, comme l’islamophobie, le chapitre 4 revient sur l’ancienne « question d’Orient » et en donne quelques repères historiques : la compétition pour la Méditerranée à partir de l’expédition d’Égypte de Bonaparte en 1798, les problèmes de la péninsule balkanique dans laquelle les puissances européennes installent leur influence et instrumentalisent les minorités (Arméniens, chrétiens maronites, ou Grecs orthodoxes) contre l’Empire ottoman, et le démembrement de cet empire suite à la Première guerre mondiale. C’est à ce moment-là que Français et Anglais se partagent la région dans son entier, malgré la promesse faite au nationalisme arabe : les accords de Sykes-Picot (1916) et le traité de Sèvres (1920) marquent en quelque sorte la transition entre l’ancienne et la nouvelle question d’Orient. Le Liban, l’Irak ou la Syrie deviennent alors de véritables mosaïques religieuses ou ethniques, tandis que les communautés arméniennes ou kurdes n’obtiennent pas d’autonomie. L’État d’Israël, également issu de ce partage, bénéficie quant à lui d’un traitement exceptionnel au sein des institutions internationales.

9La nouvelle « question d’Orient » est au centre du chapitre 5. Après la seconde guerre mondiale, les conflits de la décolonisation, l’aspiration à l’unité arabe et l’échec de cette unité provoquée par la guerre froide modifient les rapports de force au sein du Moyen Orient. Deux logiques s’opposent dans les années 1960 : une logique de solidarité islamique portée par l’Arabie Saoudite, alliée des États-Unis, et une logique anti-impérialiste des pays arabes, solidaires contre Israël.

  • 9 Portant à leur paroxysme les entreprises de démonisation envers Saddam Hussein et la division émo (...)

10Les interventions humanitaires des pays Occidentaux et de l’OTAN (le drame de la balkanisation rejoué en Yougoslavie, et la volonté de l’administration Bush de remodeler le Moyen-Orient9) apparaissent néfastes et démesurées. Corm dénonce les résultats absurdes de l’invasion en Irak, qui enferme le pays dans le communautarisme, mais aussi l’invention par les États-Unis d’un « triangle chiite » (Iran, Syrie, Hezbollah) qui menacerait de subvertir les pays sunnites.

  • 10 L’auteur va même jusqu’à évoquer une « complicité objective entre les mouvances islamistes armées e (...)

11Une grande partie de ce chapitre est consacrée aux révoltes arabes de 2011. Les changements politiques sont analysés pays par pays, ainsi que l’inégalité de leur traitement au niveau médiatique. Mais la réflexion de Georges Corm est assez originale : il considère que ces révoltes ont été détournées au profit de mouvements islamistes soutenus par les diplomaties occidentales, comme cela a pu être le cas en Égypte ou en Tunisie10. Encore une fois donc, il y aurait eu une instrumentalisation de la religion afin de freiner le mouvement libertaire dans plusieurs pays.

  • 11 Shlomo Sand, Comment le peuple juif fut inventé. De la Bible au sionisme, Paris, Fayard, 2008.

12Le sixième chapitre, consacré au sort des chrétiens d’Orient, change de focale et interroge plus largement le pluralisme religieux dans la région du Levant et à l’intérieur du monde musulman. Décrivant la diversité des communautés orientales, Corm critique d’emblée la dénomination de « chrétiens d’Orient », qui consacre l’éminence de l’identité religieuse sur toute autre identité (nationale, socio-économique, culturelle, etc.). Il cite à ce titre les travaux de l’intellectuel israélien Shlomo Sand qui tente de déconstruire le mythe du « peuple juif »11, ou les engagements politiques pour l’unité arabe de certaines figures libanaises et syriennes, comme Antoun Saadé et Michel Aflak. Il en appelle à un « front commun » de toutes les églises présentes au Levant, ainsi que leurs contreparties européennes et américaines, contre les radicalismes musulman et juif et en faveur du pluralisme religieux.

13Les dimensions économiques et sociales sont au cœur du septième chapitre, l’auteur déplorant leur absence dans les travaux universitaires. Il regrette d’abord le peu d’intérêt accordé aux thématiques liées à la croissance, à la justice sociale, aux politiques publiques locales ou à l’analphabétisme, loin des attentes des experts économiques internationaux. L’échec économique du monde arabe est lié aux ravages de l’économie de rente pétrolière, qui a eu diverses conséquences : néo-patrimonialisation des familles royales et princières, corruption généralisée, renforcement de l’autoritarisme. Les revenus du pétrole permettent aux dirigeants de la région de se constituer de grandes clientèles, d’investir en Europe ou dans d’autres pays arabes, sans déployer de réel effort productif au niveau local. Ce « mal-développement » est ainsi une des principales causes des printemps de 2011.

  • 12 Voir Samuel Huntington, op. cit., note 6.

14Le chapitre huit, enfin, est une réfutation systématique de la thèse du choc des civilisations de Samuel Huntington12 qui sert de clé d’interprétation courante du terrorisme dit « islamique » et qui légitimerait les interventions des pays de l’Otan dans la région. Outre les critiques généralement adressées à Huntington (caractère flou du concept de civilisation, surinvestissement du facteur religieux, existence de conflits entre pays d’une même civilisation), c’est ici l’incohérence entre le caractère abstrait d’une civilisation et la nécessité concrète d’une force armée étatique pour faire la guerre qui est démontrée. Pour cette même raison, Corm critique l’utilisation du terme de « guerre » contre le terrorisme, lui préférant celui de « lutte ». La théorie d’Huntington ne serait finalement qu’une « vieille reprise du racisme virulent du XIXe siècle européen » qui permettrait aux États-Unis et aux pays alliés de l’Otan de défendre leur suprématie. Il faudrait alors déconstruire le « Moi » occidental et le « Moi » arabo-musulman, l’un conquérant, l’autre nostalgique d’une civilisation glorieuse disparue.

15C’est avec la volonté de redonner une « santé mentale » aux acteurs liés ou intéressés par le monde arabe que l’auteur conclut cet ouvrage. Pour ce faire, il envisage diverses solutions comme le recentrement des discussions sur les questions socio-économiques, l’arrêt de l’instrumentalisation des religions et la réfutation catégorique de la théorie du choc des civilisations qui favorise le repli identitaire. Il plaide également pour le rétablissement du principe de non-ingérence au niveau international, contre l’hubris des dirigeants occidentaux. L’ingérence devrait être combattue, en parallèle, par l’opinion publique des pays concernés, qui devrait demander des comptes à ses gouvernants au nom de ses principes démocratiques souvent bafoués.

  • 13 Burgat François, L’Islamisme en face, Paris, La Découverte, 2007.
  • 14 Kepel Gilles, Les Banlieues de l’Islam, Paris, Seuil, 1987 ; La Revanche de Dieu. Chrétiens, juifs (...)

16Georges Corm se démarque ainsi des analyses de plusieurs politologues comme François Burgat13 ou Gilles Kepel14 qui, en se concentrant sur l’islamisme radical contemporain, renouent selon lui avec une méthode anthropologique néfaste, et « alimentent l’air du temps ». Néanmoins on peut se demander si la visée critique de Georges Corm ne va pas trop loin, notamment parce qu’elle essentialise souvent un bloc « occidental » caractérisé par la démesure.

Haut de page

Notes

1 Voir du même auteur : Orient-Occident. La fracture imaginaire, Paris, La Découverte, 2005 ; Pour une lecture profane des conflits. Sur le retour du religieux dans les conflits contemporains du Moyen-Orient, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2012 ; Le Proche-Orient éclaté. 1956-2012, 7e édition mise à jour et augmentée, Paris, Gallimard, 2012.

2 Terme d’origine grecque, qui renvoie à la démesure ou à un acte excessif, marqué par l’orgueil.

3 Arnold Toynbee, The Western Question in Greece and Turkey: A Study in the Contact of Civilizations, Londres, Constable, 1922.

4 Ce qui avait fait l’objet d’un précédent ouvrage de l’auteur : Pour une lecture profane des conflits, op. cit.

5 Francis Fukuyama, The End of History and the Last Man, New York, The Free Press, 1992.

6 Samuel P. Huntington, The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order, New York, Simon & Schuster, 1996. Ouvrage qui prolonge l’article : « The Clash of Civilizations ? », Foreign Affairs, numéro d’été 1993.

7 L’Arabie Saoudite est ainsi considérée comme une puissance « modérée » dans la région, alors que pour l’auteur elle est une « terrible dictature religieuse ».

8 Alors secrétaire d’État, Hillary Clinton avait été auditionnée en 2009 devant le Congrès et avait reconnu le soutien des États-Unis aux Talibans pakistanais. Brzezinski, quant à lui ancien conseiller à la sécurité nationale du président Carter (1977-1981), a révélé dans de nombreux médias (Le Nouvel Observateur, 15 janvier 1998) que les États-Unis avaient aidé les moudjahidines afghans dès juillet 1979 dans leur lutte contre l’URSS.

9 Portant à leur paroxysme les entreprises de démonisation envers Saddam Hussein et la division émotionnelle des acteurs selon des critères moraux, Georges W. Bush est allé jusqu’à employer le terme de « croisade » pour évoquer la guerre contre le terrorisme, dans la semaine qui a suivi les attentats du 11 septembre 2001.

10 L’auteur va même jusqu’à évoquer une « complicité objective entre les mouvances islamistes armées et la politique atlantiste au Moyen-Orient » (p. 177).

11 Shlomo Sand, Comment le peuple juif fut inventé. De la Bible au sionisme, Paris, Fayard, 2008.

12 Voir Samuel Huntington, op. cit., note 6.

13 Burgat François, L’Islamisme en face, Paris, La Découverte, 2007.

14 Kepel Gilles, Les Banlieues de l’Islam, Paris, Seuil, 1987 ; La Revanche de Dieu. Chrétiens, juifs et musulmans à la reconquête du monde, Paris, Seuil, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emilien Legendre, « Georges Corm, La nouvelle question d’Orient », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 06 juin 2017, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23059

Haut de page

Rédacteur

Emilien Legendre

Élève de première année à l’ENS de Lyon, département de sciences sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page