Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2017Simon Lemoine, Micro-violences. L...

Simon Lemoine, Micro-violences. Le régime du pouvoir au quotidien

Manon Walin
Micro-violences
Simon Lemoine, Micro-violences. Le régime du pouvoir au quotidien, Paris, CNRS, 2017, 176 p., ISBN : 978-2-271-09343-1.
Haut de page

Texte intégral

1« Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, n’en sont que les acteurs. Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles » (William Shakespeare, Comme il vous plaira). C’est l’un des objectifs de cet ouvrage que de comprendre comment chacun d’entre nous, endossant des rôles en partie prédéfinis, participe à l’élaboration d’une « fiction générale » (p. 23) qui ne fonctionne, dans son ensemble, ni à l’avantage de tous, ni à l’avantage de chacun. Pourquoi et comment en arrive-t-on à jouer un rôle même quand ce rôle ne nous convient pas, même quand il nous fait souffrir ? Quels mécanismes nous font « jouer le jeu » (p. 24), parfois même jusqu’à nous assujettir ? Les réponses à ces questions anciennes, Simon Lemoine va les chercher dans l’exploration de la violence. Mais au lieu des violences spectaculaires et visibles qui structurent nos fictions et nos actualités, l’auteur de cet ouvrage pointe les violences diffuses et imperceptibles qui nous poussent à agir d’une certaine façon : les « micro-violences ». Invisibles, ce sont des contraintes dont la violence réside dans leur propension à instrumentaliser sans consentement les personnes sur lesquelles elles s’exercent.

  • 1 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 2002.

2Cette thèse prend la suite des réflexions de Foucault autour des « dispositifs » et de la « microphysique du pouvoir »1. Défini par Simon Lemoine, le dispositif « est un assemblage, composé d’éléments divers (matériels et immatériels), ayant pour effet, plus ou moins conscient et attendu, de faire faire des actions dans un cadre préétabli » (p. 60). La microphysique du pouvoir étudie cet assemblage d’éléments à l’échelle locale : c’est l’action discrète de micro-surveillances, de « petites actions, de petits aménagements, de petits rituels, de petites règles » (p. 22), qui pousse à faire faire, qui contraint les individus de manière quasi imperceptible. Ce cadre foucaldien est utilisé comme point de départ d’une analyse qui se situe entre philosophie et sociologie. Un autre cadre de pensée mobilisé plusieurs fois au cours de l’ouvrage est celui de Pierre Bourdieu, dont l’auteur se sert notamment pour construire la théorie des « marges de manœuvre ». À l’instar de la ligne théorique, la méthode elle-même est pensée à la confluence de la philosophie et de la sociologie. Pour explorer l’échelle micro, c’est la voie de l’observation participante qui a été choisie par l’auteur, qui utilise ses propres expériences professionnelles pour approcher au plus près les mécanismes d’appropriation des rôles sociaux. Des ouvrages sociologiques de terrain liés au monde du travail (usine, supermarché, forces de l’ordre…) sont également mobilisés. Cette méthodologie est justifiée dans le cadre philosophique de l’empirisme, qui permet de se focaliser sur l’expérience du sujet, et dont le risque de l’induction imprudente est déjoué par le choix d’exemples paradigmatiques.

3De la microphysique du pouvoir de Foucault, Simon Lemoine tire deux concepts. Le premier est celui de « micro-action » qui désigne les éléments imperceptibles– discours, aménagements spatiaux ou architecturaux, règles, surveillances – qui peuvent être combinés pour faire faire. Le second est celui de micro-violence qui ajoute au premier l’instrumentalisation et l’absence de consentement de la personne contrainte. Les dispositifs dans lesquels on évolue au quotidien – école, lieu de travail, prison, supermarché… – sont parcourus de micro-violences qui nous conduisent à endosser des rôles prédéfinis. Ces micro-violences s’exercent de multiple façon : dans la pensée (la pensée par catégorie notamment, qui produit des assignations violentes à des rôles dans lesquels on peut se sentir mal et dont on ne s’échappe que difficilement) ; dans les discours (discrédit de la personne qui parle, du sujet dont on parle, de la façon dont on parle…) ; par des micro-surveillances (en prison, sous l’œil de la caméra d’un supermarché, ou dans un open-space, nos actions sont dictées par une surveillance latente et omniprésente) ; par des aménagements (la salle de classe met en scène la différence professeur-élève et filtre la parole…). C’est le plus souvent une action combinée de ces micro-violences qui nous pousse à entrer dans des rôles et à agir comme le dispositif voudrait qu’on le fasse. Malgré tout, les dispositifs laissent aux individus des « marges de manœuvre », qui représentent la liberté que l’on conserve dans l’interprétation des rôles qu’on endosse. On peut ainsi être un électricien zélé, consciencieux, détendu ou paresseux : la question qui se pose ici est la façon dont on va transformer notre « rôle général » en « rôle particulier ». Si les marges de manœuvre peuvent servir à s’adapter de manière heureuse au rôle qui nous est assigné, il faut noter que les micro-violences peuvent agir également sur elles. En effet, les dispositifs peuvent chercher à nous faire faire les choses d’une certaine manière, celle qui est plus avantageuse pour eux.

  • 2 Désignant ici les capitaux économique, culturel, social et symbolique définis par Pierre Bourdieu a (...)

4Pour l’auteur, la micro-action en soi n’est pas forcément un problème : on peut être poussé à faire quelque chose dans notre propre intérêt, le reconnaître comme tel et accepter de se soumettre à un rôle pour progresser. Le problème posé par les micro-violences réside d’abord dans l’absence de consentement : dans ce cas-là, nous n’avons même pas l’occasion de nous poser la question de notre intérêt à nous soumettre puisque notre consentement n’est pas sollicité. Souvent même, le dispositif nous pousse vers un rôle et vers une interprétation pour favoriser son intérêt propre et non le nôtre (instrumentalisation) : c’est dans l’intérêt du supermarché de pousser ses clients à la consommation tout en leur déléguant une partie du travail gratuitement, comme la recherche et le transport des produits. Le second problème, c’est le fait que les micro-violences produisent un sujet insuffisant et en souffrance. Elles créent en effet un individu discipliné, qui intériorise les injonctions dictées par ces formes de violence : il se sent alors responsable de ses échecs quand il n’arrive pas à faire ce qu’on attend de lui, et coupable de ne pas correspondre à l’idéal que les micro-violences cherchent à lui faire atteindre. C’est particulièrement visible dans le cadre du harcèlement moral, où l’individu harcelé subit mille petites humiliations qui ne se voient pas, et qu’il n’arrive souvent pas à interpréter comme telles. Il les intériorise alors en pensant qu’il mérite les reproches qu’on lui fait et que le problème vient de son manque de travail et non pas du fait qu’on lui en demande trop ou que les attaques qu’il subit ne sont pas fondées. Ces micro-violences sont en général produites par les individus qui cherchent à accroître leur marge de manœuvre. Chacun d’entre nous peut avoir une bonne raison d’endosser un rôle : par intérêt parfois, mais la plupart du temps par commodité. On cherche alors à adapter ce rôle pour y être plus à l’aise, en tentant d’accroître nos marges de manœuvre. Malheureusement, l’accroissement de nos marges de manœuvre se fait au détriment de celles de quelqu’un d’autre (engager une personne pour faire le ménage chez soi par exemple) et nous conduit à produire nous-mêmes des micro-violences. On se retrouve alors face à un système auto-entretenu de production de souffrance mutuelle. Il faut noter en outre que nous ne sommes pas tous égaux dans ce système : les plus dotés en capitaux2 ont en général les marges de manœuvre les plus larges et une meilleure capacité à les accroître. Ce système auto-entretenu tend alors à être de plus en plus inégalitaire : le confort des uns s’améliore au prix d’une plus grande souffrance des autres.

5Comment alors lutter contre les micro-violences ? Ce livre est une première étape, puisqu’il contribue à la prise de conscience, essentielle, de leur existence et de leur fonctionnement. La question est alors non seulement de prendre, mais également de « garder conscience » (p. 126). Une fois la prise de conscience établie, une stratégie de lutte peut tout simplement consister à se retirer d’un dispositif : lorsque celui-ci ne fonctionne pas à notre avantage et qu’il nous est impossible d’obtenir de l’aide des autres membres de ce dispositif parce qu’ils ne voient pas ce que l’on voit, il faut savoir se retirer pour se protéger soi-même et tenter de rebattre les cartes. Plus généralement, une stratégie de lutte durable ne peut pas consister à tenter, chacun de son côté, d’accroître ses marges de manœuvre : au contraire, c’est cela qui maintient les dispositifs en place. Il faut justement s’attaquer aux dispositifs eux-mêmes : les identifier, comprendre ce qu’ils nous poussent à faire, et par quel moyens (par quelles micro-violences) ils agissent. Cela permet ensuite de les modifier, d’en faire changer les règles. On peut également créer de nouveaux dispositifs, dont les buts et les moyens sont discutés ensemble pour qu’ils fonctionnent le plus possible au profit de tous et de chacun.

6Cet ouvrage présente le double avantage d’être très intéressant et bien construit théoriquement, et très opératoire sur le terrain, au quotidien. Un regret se présente cependant à partir de la seconde partie (« Expliquer et contrer la micro-violence ») : le manque d’exemples concrets, notamment tirés des milieux militants qui se sont parfois déjà lancés dans cette lutte, sans forcément l’avoir théorisée de cette façon. On pourrait lire par exemple l’action de certaines organisations LGBT+++ et queer comme une lutte contre le dispositif binaire de compréhension du genre, qui ne laisse aux individus que deux rôles à adopter (homme et femme) et peu de marges de manœuvre pour les interpréter. De la même manière, la théorie des micro-violences présentée ici pourrait être croisée avec les études de genre et féministes qui réfléchissent sur des notions proches de certaines présentées dans cet ouvrage. Le chapitre 4 (« Les positions dominantes individuelles font converger les micro-violences ») présente des mécanismes qui pourraient être discutés au prisme des concepts de « privilège » et « d’intersectionnalité ». Le privilège intervient quand on peut tirer, grâce à sa position, un avantage d’une situation inégalitaire (sans forcément en être conscient) : « les individus qui tiennent une position dominante tirent de cette position des avantages qui précisément leur permettent de garder cette position » (p. 119). L’intersectionnalité permet de décrire la multiplicité des dominations et des privilèges, et de contribuer à l’idée selon laquelle les micro-violences convergent vers certains individus, ceux qui interprètent les rôles les moins favorables socialement (être à la fois dans une position de travail subalterne, femme, noire, de classe populaire, etc.).

Haut de page

Notes

1 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 2002.

2 Désignant ici les capitaux économique, culturel, social et symbolique définis par Pierre Bourdieu au cours de sa carrière. Voir notamment La distinction, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979 et « Le capital social », Actes de la recherche en sciences sociales, no 31, 1980.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manon Walin, « Simon Lemoine, Micro-violences. Le régime du pouvoir au quotidien », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 juin 2017, consulté le 27 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23062 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.23062

Haut de page

Rédacteur

Manon Walin

Agrégée d’histoire, en préparation d’une thèse autour des conséquences de la mort des combattants français pendant la guerre d’Algérie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search