Navigation – Plan du site

Pascal Perrineau, Luc Rouban (dir.), La démocratie de l’entre-soi

Tatiana Fauconnet
La démocratie de l'entre-soi
Pascal Perrineau, Luc Rouban (dir.), La démocratie de l'entre-soi, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2017, ISBN : 978-2-7246-2050-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Habermas Jürgen, L’Espace public, Paris, Payot, 1978 [1962]. Dans le système philosophique habermas (...)

1Cet ouvrage collectif dirigé par Pascal Perrineau et Luc Rouban est l’aboutissement d’un programme de recherche lancé en 2013 par le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) et portant sur les mutations de la démocratie française. L’ouvrage est publié dans le contexte particulier des élections présidentielles de 2017, marqué par la baisse de la confiance des citoyens dans le personnel politique, par le taux historique de l’abstentionnisme et par la forte percée des partis situés aux extrêmes de l’échiquier politique. L’objectif de la démarche du collectif d’auteurs est de déterminer l’origine du malaise démocratique actuel de la France. L’ouvrage propose alors d’examiner les conditions pratiques dans lesquelles se développe la vie démocratique hexagonale en analysant les modalités de la formation d’univers communautaires de différentes natures. La thèse générale défendue dans cet ouvrage consiste à affirmer l’existence d’un « entre-soi », formé par une élite sociale dans un espace public devenu fragmenté et privatisé. L’expression de cette critique de la démocratie représentative est remarquable lorsqu'elle constate l’échec du projet républicain français à générer une communauté de citoyens évoluant dans un espace public unifié et homogène. Le développement de la thèse générale s’effectue à partir de l’opposition habermassienne entre les sphères publique et privée1. À partir de cette grille d’analyse théorique, les auteurs déterminent la nature de cet « entre-soi » en dégageant les différents registres du phénomène de privatisation de l’espace public. C’est alors une multitude de thèses originales que les auteurs proposent afin de comprendre les réactions de rejet et d’enfermement des univers communautaires, responsables de la fragilisation de la démocratie actuelle.

  • 2 Cette thèse repose sur les travaux de Thomas Piketty présentés dans Le Capital au XXIe siècle, Pari (...)
  • 3 Voir surtout à ce propos Martial Foucault, Richard Nadeau et Michael Lewis-Beck, « La persistance d (...)

2Les trois premières contributions de l’ouvrage tendent à valider la thèse oligarchique qui consiste à affirmer que le dirigeant sert son propre intérêt ou celui de ses proches. Dans ce sens, Alexandre Escudier s’intéresse aux différentes facettes du phénomène d’oligarchisation et passe en revue les différentes thèses montrant la persistance structurelle des oligarchies au sein des démocraties. C’est en mobilisant les travaux empiriques et théoriques de Vilfredo Pareto, Roberto Michels, Moïseï Ostrogorksi et surtout Gaetano Mosca qu’il explique l’invariabilité du paradoxe oligarchique de la démocratie. Revenant sur la controverse entre « monistes » et « pluralistes » au sein de la sociologie des élites, le chercheur offre des conclusions tout à fait originales sur les principales lignes d’argumentation des critiques anti-oligarchiques actuelles en démontrant la vitalité des thèses monistes qui affirment la convergence des élites militaires, économiques et politiques (p. 27-29). Les deux contributions suivantes viennent conforter la thèse oligarchique : la première, celle de Luc Rouban, permet de préciser le paysage et le fonctionnement actuel de l’oligarchie. À partir de recherches prosopographiques sur les élus de différents types, Luc Rouban donne une définition de la composition de l’« entre-soi » actuel, qui serait composé d’« élites professionnalisées, formant des alliances mais séparées, exigeant des parcours initiatiques précis et des savoir-faire réels » (p. 42). La seconde, celle de Martial Foucault pointe la concentration du patrimoine entre les mains d’une minorité de Français2. Le chercheur propose une analyse fine de la distribution des actifs patrimoniaux en France métropolitaine en introduisant quatre variables de la proximité partisane, « gauche », « centre », « droite », « Front national », ce qui lui permet d’interroger l’existence de différences idéologiques dans les formes d’accumulation de patrimoine. Par exemple, la lecture du tableau 4 indique que les sympathisants du centre et de la droite cumulent plus d’actifs patrimoniaux que les sympathisants de gauche et du Front national (p. 53). Cette analyse empirique rejoint la conclusion d’autres travaux sur ce sujet en démontrant la prédisposition des « possédants » à voter à droite lors d’élections nationales3.

  • 4 La chercheuse situe ce « tournant participatif » dans la décennie 1980, marquée par la transformati (...)

3Deux autres contributions démontrent que les phénomènes de privatisation et d’« entre-soi » ne se réduisent pas à la fermeture oligarchique du pouvoir mais qu’ils touchent tous les domaines de l’action publique et qu’ils sont renforcés par l’explosion des nouvelles technologies. Virginie Tournay démontre que l’appel à la démocratie participative ne s’est pas soldé par un regain d’intérêt de la société civile vis-à-vis des enjeux collectifs et que, paradoxalement, la défiance des gouvernés s’est renforcée depuis ce « tournant participatif »4. Elle explique ce phénomène par l’incapacité des communautés scientifiques à livrer des informations objectives, en s’appuyant notamment sur l’exemple emblématique des dispositifs publics d’évaluation des organismes génétiquement modifiés (OGM). Thierry Vedel revient quant à lui sur l’illusion du caractère démocratique de la sphère virtuelle en montrant que l’explosion des nouvelles technologies n’a pas permis de pallier les carences de la démocratie représentative. Au contraire, il démontre que l’irruption de l’espace virtuel a conduit à renvoyer le débat politique dans la sphère privée en rétrécissant dans le même temps la sphère de l’intime.

  • 5 Pour entrer dans le détail de cette thèse, voir Janie Pélabay, « Privatiser les valeurs publiques : (...)

4Les trois contributions suivantes s’intéressent au double mouvement de la privatisation : celui de l’irruption de l’intime dans le politique et celui de la politisation de la vie privée. Le traitement de la question de l’égalité entre les femmes et les hommes est pour Janine Mossuz-Lavau et Réjane Sénac symptomatique de l’irruption de l’intime dans le politique. Les chercheuses questionnent ici le registre de l’intime à travers différentes controverses portant sur la remise en cause de l’idée d’égalité des sexes. Dans la contribution suivante, Anne Muxel offre un cadrage théorique et philosophique à cette question du registre de l’intime et propose une définition de l’intime : « L’intime en matière politique est au point de jonction entre les deux espaces de la vie publique et de la vie privée. Dans la vie publique, il circonscrit de nouveaux usages impliquant des transformations significatives dans la façon dont le politique se montre et se gouverne, ainsi que dans les configurations du pouvoir. Dans la vie privée, il est un terrain d’arbitrage et d’expression des opinions politiques et des convictions de chacun. Dans les deux espaces, il interfère sur les usages comme sur les représentations propres à la gouvernance démocratique, au cœur du pouvoir et de l’exercice de l’État comme au cœur des familles et des relations interpersonnelles » (p. 104). Anne Muxel démontre alors que « l’intimisation » de l’espace public a fait naître une « démocratie du sensible » où les individus agissent selon un arbitrage de type émotionnel, généré par la mise en scène médiatique de la vie privée des politiques. Elle en conclu que la modification de la grille de lecture du politique par l’intervention de l’émotion dans l’arbitrage individuel conduit nécessairement à individualiser les comportements vis-à-vis du politique et accroît ainsi la difficulté à produire du commun. Cette conclusion trouve un prolongement pertinent dans la contribution suivante qui, en partant du débat relancé par le gouvernement dans le contexte post-attentats de janvier et de novembre 2015, propose de s’intéresser aux « valeurs communes » capables a priori de forger une « citoyenneté républicaine ». Avec acuité, Janie Pélabay revient sur les difficultés posées par les processus d’hybridation entre l’intime et la politique et montre l’impossibilité du politique à créer un nouvel espace public forgé autour d’un socle commun de valeurs républicaines. Le sensible, signifié par l’irruption de l’intime dans le politique, rend alors difficile le partage de « valeurs communes » et fait de la citoyenneté républicaine une « affaire de conviction intime »5.

5La dernière partie de l’ouvrage comporte cinq contributions qui s’intéressent aux effets de ce phénomène de privatisation de l’espace public. D’abord, Pascal Perrineau aborde le vote Front national (FN) comme une réaction directe à ce phénomène. En étudiant l’évolution de l’argumentaire FN et en identifiant les lignes de l’argumentaire souverainiste, le chercheur démontre qu’il existe une attente spécifique de l’électorat FN dans la recherche d’un commun, entendu comme substance culturelle capable de fonder une identité. Élaborée à partir d’une méthode historique comparative, la thèse de Gil Delannoi permet quant à elle de préciser théoriquement le visage des nationalismes et de montrer les variations de ces derniers au cours du temps et en fonction de l’espace géographique. La contribution suivante interroge la place de l’Europe dans l’imaginaire politique actuel et questionne la possibilité de créer du commun autour de cette entité supranationale. En effet, Bruno Cautrès démontre que l’Europe ne parvient pas à créer ce commun et que cette entité accentue au contraire les clivages politiques. S’interrogeant sur l’identité actuelle du socialisme et du libéralisme, Henri Rey démontre de la même façon l’incapacité de ces deux courants de pensée à offrir un commun capable de réunir une communauté d’individus. Enfin, la contribution de Lucien Jaume pose la question qui se situe à l’arrière-plan de toutes les réflexions de l’ouvrage : la fin du commun annonce-t-elle pour autant le triomphe de l’individualisme ? En démontrant un effritement des normes coutumières de la politique en France, le chercheur ne conclut pas pour autant à une révolution de l’individu sur le collectif et avance l’idée que la France se situe actuellement dans un « entre-deux » dangereux, cet espace où « les “individus émancipés” pourraient aussi se convertir en suiveurs du tribun de la plèbe » (p. 205).

6En somme, l’ouvrage présente l’intérêt de passer en revue de multiples propositions d’analyse sur le malaise de la démocratie française et possède la qualité de mêler des analyses empiriques poussées à des analyses exclusivement théoriques. Dans sa conclusion, il met en garde le citoyen sur les nouvelles rhétoriques démagogiques qui en appellent au « peuple » et il insiste sur le danger du populisme politique, qui reste le grand gagnant de cette confusion des registres entre le public et le privé. Si l’ouvrage tend à questionner le lecteur sur les différentes possibilités de refondation de l’espace public, il invite surtout à une relecture de la thèse habermassienne conduite cette fois avec le souci d’une application pratique de l’éthique de la discussion à la démocratie française.

Haut de page

Notes

1 Habermas Jürgen, L’Espace public, Paris, Payot, 1978 [1962]. Dans le système philosophique habermassien, l’opposition entre l’espace public et l’espace privé occupe une place centrale et se définit notamment par une autonomie relative de l’un par rapport à l’autre. Cette relation d’interdépendance entre les deux sphères permet d’expliquer les fondements de la thèse défendue par le collectif d’auteurs, à savoir l’appropriation du bien commun en tant que bien privé par une élite sociale.

2 Cette thèse repose sur les travaux de Thomas Piketty présentés dans Le Capital au XXIe siècle, Paris, Seuil, 2014, où l’auteur montre l’importance du patrimoine dans les inégalités économiques actuelles.

3 Voir surtout à ce propos Martial Foucault, Richard Nadeau et Michael Lewis-Beck, « La persistance de l’effet patrimoine dans les élections présidentielles », Revue française de science politique, vol.  61, n° 4, 2011, p. 659-680.

4 La chercheuse situe ce « tournant participatif » dans la décennie 1980, marquée par la transformation des relations entre les institutions et leurs publics (p. 59).

5 Pour entrer dans le détail de cette thèse, voir Janie Pélabay, « Privatiser les valeurs publiques : la citoyenneté comme intime conviction ? », in Anne Muxel (dir.), La vie privée des convictions. Politique, affectivité, intimité, Paris, Presses de Sciences Po, 2014, p. 39-60.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tatiana Fauconnet, « Pascal Perrineau, Luc Rouban (dir.), La démocratie de l’entre-soi », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 06 juin 2017, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23066

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page