Navigation – Plan du site

Fabrice Mouthon, Le sourire de Prométhée. L’homme et la nature au Moyen Âge

Florian Besson
Le sourire de Prométhée
Fabrice Mouthon, Le sourire de Prométhée. L'homme et la nature au Moyen Âge, Paris, La Découverte, 2017, 317 p., ISBN : 9782707190970.
Haut de page

Texte intégral

1« L’homme et la nature » : d’un (mauvais) sujet de bac philo, Fabrice Mouthon, médiéviste spécialiste des communautés rurales alpines, fait un (très bon) objet d’histoire. L’auteur se penche sur le rapport que les sociétés humaines du IVe au XVIe siècle ont entretenu avec la nature, entendue dans le sens le plus large possible : animaux, climat, ressources, microbes, rivières, forêts, paysages, etc. Il développe son analyse du rapport à la nature en trois parties : penser la nature, utiliser les ressources naturelles et aménager le milieu naturel. Il serait trop long de revenir sur toutes les richesses de ce livre, qui arrive à point nommé dans une histoire environnementale médiévale en plein développement, aussi me contenterai-je plutôt de souligner trois points forts de l’ouvrage.

2Le premier est la façon dont Fabrice Mouthon analyse la progressive invention d’une idée de la nature durant les temps médiévaux, surtout à partir du xiie siècle. Cette invention se fait d’abord dans les textes, la redécouverte du corpus aristotélicien venant nourrir un nouvel intérêt pour le cosmos, qui aboutit à l’élaboration de la Nature, création divine mais distincte de Dieu. Cette invention passe également par une conscience croissante de la capacité des hommes à modifier leur environnement, ainsi que par un nouveau regard porté sur le paysage, qui pousse Pétrarque à escalader le Mont Ventoux par pure curiosité et les artistes du milieu du XIXe siècle à dessiner pour la première fois des paysages réalistes.

3Le second point fort est l’image globale de la période qui se dégage de l’ouvrage. L’auteur profite de l’enquête pour dénoncer des poncifs persistants dans les imaginaires collectifs : non, le Moyen Âge n’est pas un monde couvert de forêts, tant les défrichements sont, très tôt, importants. Non, le Moyen Âge n’est pas une période primitive où des paysans vivoteraient péniblement en grattant la terre : les rendements progressent, les surfaces cultivées s’étendent, on coupe des tonnes de bois par an et on pêche des millions de poissons dans des entreprises qui fonctionnent déjà d’une façon industrielle. Les hommes de l’époque ne sont pas passifs face à une nature dont on ne comprendrait pas les mécanismes : non seulement les savants proposent des schémas d’interprétation permettant de comprendre, voire de prévoir les catastrophes et les variations climatiques, mais surtout les populations ne cessent d’aménager et de transformer le milieu. Fabrice Mouthon souligne ainsi les façons dont les médiévaux tentent de régler les problèmes de la pollution urbaine, de la déforestation ou encore de la possession en commun des ressources naturelles. L’auteur utilise très bien les récents apports de l’archéologie, comme les fouilles du lac de Paladru, du castrum de Montfélix, du village de Durfort, des mines d’Argentière, et bien d’autres, qui montrent à quel point l’on ne peut plus aujourd’hui faire d’histoire (médiévale) sans archéologie. Il insiste notamment sur les nombreuses inventions qui ponctuent la période : un nouveau soc de charrue, un nouveau collier d’épaules pour les attelages, de nouvelles espèces animales ou végétales – le lapin et la vigne se diffusent progressivement du sud vers le nord. Ce faisant, l’ouvrage s’inscrit dans l’actualité de la recherche, ce dont témoigne également la grande exposition organisée cette année à la Cité des Sciences intitulée « quoi de neuf au Moyen Âge ? »1.

4Enfin, Fabrice Mouthon sait souligner le haut degré de réflexivité de ces recherches, qui permettent de penser des notions au cœur des débats politiques contemporains : ainsi de la notion d’anthropisation – impact de l’homme sur son milieu naturel – ou de celle de crise climatique. L’auteur revient sur les célèbres thèses de Jared Diamond, selon lequel les sociétés peuvent s’effondrer faute d’avoir su gérer leur environnement, ou de Lynn White, pour qui le christianisme aurait conduit à une désacralisation du monde naturel directement responsable de la crise écologique contemporaine. Dans ces débats, souvent très controversés, l’auteur sait rester mesuré en appelant à une saine prudence face aux reconstitutions à grands traits du passé.

5Le sujet est vaste et le risque de se perdre était réel, dans la mesure où toutes les sources existantes peuvent être exploitées sur un tel objet d’étude. L’auteur procède donc à un double resserrement extrêmement judicieux. Le premier est géographique : même si l’ouvrage couvre l’ensemble de l’Europe médiévale, de la Scandinavie à l’Italie, la plupart des exemples sont centrés sur les Hautes-Alpes et la Savoie, qui sont l’espace que l’auteur connaît le mieux et sur lequel il travaille par ailleurs. Cela lui permet notamment de présenter des exemples inédits, tirés des archives locales – comme l’inondation de la vallée de Champoléon en 1448 ou cet exceptionnel partage d’eau de la vallée de la Maurienne, daté de 1492 –, qui viennent utilement compléter des sources mieux connues. Le deuxième resserrement est documentaire : l’auteur revient fréquemment à la même source – les Annales du monastère de Colmar – qui lui sert en quelque sorte de fil rouge dans un labyrinthe de références. Ce double choix donne une vraie cohérence à l’ouvrage.

  • 2 Boris V. Schmid, Ulf Büntgen, William Easterday, Christian Ginzler, Lars Walløe, Barbara Bramanti, (...)

6On aurait souhaité que le plan soit davantage explicité, dès l’introduction, car il est parfois un peu difficile de suivre l’auteur. Le chapitre sur l’anthropisation du milieu naturel, qui couvre notamment toute la croissance démographique, aurait à notre avis gagné à être déplacé en tête de l’ouvrage tant il conditionne le reste. Certains passages sont un peu plus rapides, comme les pages sur les épidémies ou les catastrophes naturelles, mais il fallait bien faire un choix et on se consolera avec des chapitres excellents, notamment ceux consacrés à l’énergie ou à la progressive fabrication des droits sur la nature. Quelques images en couleurs, rassemblées dans un cahier central, complètent utilement l’argumentaire, l’auteur prenant soin tout au long du livre d’analyser de nombreux documents iconographiques. La bibliographie finale est très complète, même si certains points gagneraient à être actualisés avec les apports les plus récents de la recherche : l’auteur mentionne ainsi le rat noir comme vecteur de la diffusion de la peste, alors qu’il semble bien que la coupable soit la gerbille2. Enfin, on aurait apprécié que l’auteur s’ouvre davantage à des espaces extra-européens : les États latins d’Orient, en particulier, auraient pu lui fournir de beaux exemples d’adaptation à un milieu naturel exigeant, et conduire à une comparaison avec le rapport à la nature dans le monde musulman médiéval.

7Ces quelques remarques de détail n’enlèvent rien au fait que l’ouvrage est, dans l’ensemble, un travail impressionnant. Il est clairement écrit pour un public de non-spécialistes, dans un style agréable et avec peu de notes de bas de pages, mais avec une exigence de précision et de technicité qui le rend tout autant appréciable pour les connaisseurs. Ceux-ci apprécieront en particulier la maîtrise de l’historiographie, qui permet à l’auteur de contextualiser chaque référence en rappelant rapidement les débats qui entourent telle ou telle thèse. L’introduction inscrit l’ouvrage dans le courant de l’histoire environnementale, et rappelle l’importance de cette démarche.

8À la pointe de l’actualité historiographique et scientifique, l’ouvrage de Fabrice Mouthon devrait d’autant plus faire date que les questions auxquelles se confrontaient déjà les médiévaux sur la place de la nature se posent avec encore plus d'acuité à nos sociétés contemporaines.

Haut de page

Notes

1 http://www.cite-sciences.fr/fr/au-programme/expos-temporaires/quoi-de-neuf-au-moyen-age/.

2 Boris V. Schmid, Ulf Büntgen, William Easterday, Christian Ginzler, Lars Walløe, Barbara Bramanti, Nils Stenseth, « Climate-driven Introduction of the Black Death and successive Plague Reintroductions into Europe », Proc Natl Acad Sci USA., vol. 112, n° 10,‎ 2015, p. 3020-3025, disponible en ligne : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4364181/ (consulté le 27 avril 2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Besson, « Fabrice Mouthon, Le sourire de Prométhée. L’homme et la nature au Moyen Âge », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 06 juin 2017, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23068

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page