Navigation – Plan du site

Éric Fourneret, Un philosophe à l’hôpital

Alexandre Klein
Un philosophe à l'hôpital
Eric Fourneret, Un philosophe à l'hôpital, Paris, Lemieux Editeur, 2017, 216 p., ISBN : 978-2-37344-064-5.
Haut de page

Texte intégral

1Les ouvrages philosophiques consacrés à la santé et au soin se sont multipliés ces dernières années en France, à mesure que grandissaient tant l’intérêt du grand public pour ces questions que le champ de la philosophie de la médecine sur le territoire. Pourtant, rares sont encore ceux qui abordent avec clarté, rigueur et surtout pondération, les problématiques philosophiques liées à la maladie et à sa prise en charge médicale. Le dernier ouvrage d’Éric Fourneret est de ceux-ci.

  • 1 Éric Fourneret, Choisir sa mort. Les débats sur l’euthanasie, Paris, PUF, 2012.

2Connu pour ses travaux sur la mort et l’euthanasie, notamment son livre de 2012 intitulé Choisir sa mort. Les débats sur l’euthanasie1, le philosophe, aujourd’hui rattaché à l’université Grenoble Alpes, nous propose dans ce nouvel opus une expérience philosophique originale. Un philosophe à l’hôpital est en effet le fruit de son immersion au sein de plusieurs hôpitaux français. L’ouvrage propose de ce fait une réflexion philosophique particulièrement ancrée dans le terrain du soin, s’appuyant notamment sur de nombreuses entrevues réalisées tant avec des soignants qu’avec des malades et leurs proches.

3Son objectif est d’offrir des outils accessibles pour penser l’expérience, toujours disruptive, qu’est la maladie et ainsi de « définir les conditions d’une relation de soins en harmonie avec celles d’une vie bonne » (p. 13). Autrement dit, c’est une éthique de la relation de soin que le philosophe entend ici dessiner. Une éthique à l’attention de tous, et surtout des non-philosophes, qu’ils soient soignants, malades ou citoyens car, au fond, la santé est, d’autant plus aujourd’hui qu’elle est devenue un enjeu social majeur, le problème de chacun. L’ouvrage de Fourneret se veut donc accessible tant dans sa langue que dans son contenu, et cela sans rien céder, ni à la qualité, ni à la pertinence de la réflexion menée. Tel un guide éthique du soin contemporain, il s’attache donc à préciser des concepts importants et à éclairer des problématiques éthiques propres à la prise en charge de la maladie.

4L’auteur commence tout d’abord par préciser le sens pluriel de la notion de vulnérabilité afin de rappeler l’importance de sa reconnaissance dans le monde du soin. Il détaille ensuite les différences qui existent entre les concepts de norme, de règle et de valeur. Il s’agit pour lui de défendre ainsi la nécessité d’une éthique qui, au-delà de la simple déontologie ou du respect du droit, s’incarne dans une relation de confiance où les valeurs propres au sujet se trouvent respectées. L’étude de la notion aristotélicienne de prudence lui permet ensuite de donner corps à cette éthique du soin dont il souhaite tracer les contours. L’exigence de prise en compte de la singularité de l’individu est notamment une de ses composantes, même si les philosophes, à l’image de Martha Nussbaum et Ruwen Ogien, ne se sont pas toujours entendus sur la possibilité de construire une éthique sur la base du particulier, comme le rapporte l’auteur. C’est d’ailleurs là tout le débat, et donc toute la complexité de cette éthique que souhaite construire Fourneret : comment penser une éthique qui se veut universaliste, mais qui entend respecter les situations particulières ? D’autant que l’éthique du soin est souvent urgence et que lorsqu’il faut rapidement prendre des décisions, la pluralité des voix à entendre est souvent mise de côté au profit d’un déontologisme moral plus facilement utilisable, ainsi qu’il le démontre à partir d’exemples cliniques nombreux. Reste que le principe majeur qu’il entend fixer est que le respect de la règle ne doit pas engendrer de conflits de valeurs car, sinon, c’est la relation de soin qui se dégrade et la cohérence même du geste du soin qui se disloque. En effet, affirme Fourneret, c’est tout notre « rapport-avec-autrui dans le monde », au sens le plus phénoménologique du terme, qui est ici en balance. Et si les idéaux sont divers, il importe de ne pas céder pour autant aux sirènes du relativisme en laissant chacun établir les normes de sa propre morale. Au contraire, face au pluralisme s’imposent la collaboration et la discussion, plutôt que le repli. L’éthique de la discussion d’Habermas s’impose ici comme un modèle pour Fourneret, dans la mesure où elle peut prendre en compte les spécificités, les attentes et les valeurs des individus qui s’y impliquent, tout en offrant des espaces de dialogue commun. C’est pour cette raison que le philosophe a produit son ouvrage et s’est attaché à détailler le sens des normes, règles, concepts, principes et valeurs qui organisent le monde du soin. Et c’est pour cette même raison qu’il consacre ses derniers chapitres à clarifier les sources classiques de la morale avant de rappeler la nécessité de renforcer la formation des soignants en sciences humaines et sociales, ou plus exactement d’intégrer ces approches essentielles au sein des formations soignantes. Car au final, tel est bien l’objet du livre : fournir à chacun les outils, mais aussi les bases pour comprendre et participer à la constitution de la relation de soin de demain, celle dont on voit déjà depuis plusieurs années la nécessité, mais qui peine encore à s’instaurer : une relation de soin qui, loin du paternalisme qui règne encore trop souvent en maître dans les hôpitaux, laisse une place de choix au malade et à ses proches, ainsi qu’à leur expertise et leurs représentations propres.

5De ce point de vue, l’absence, remarquable, de parti pris de l’auteur contribue pleinement à sa volonté d’instaurer un dialogue entre les différents acteurs du soin. Les soignants sont ici constamment traités avec le respect qui leur revient, tandis que les malades sont toujours pris en considération, l’auteur abordant de manière juste et équilibrée les apports autant que les excès des uns comme des autres. Il est pourtant si courant dans ce genre de littérature de lire des analyses se contentant de justifier des approches déterminées au préalable ou des points de vue proprement idéologiques. Mais, ici, rien de tout cela. Et c’est là la véritable force de l’ouvrage, car en posant clairement et sans enjeux partisans le débat de l’amélioration de la relation de soin, Fourneret peut s’adresser aussi bien aux soignants qu’aux malades ou aux citoyens, participant ainsi de l’engagement de tous dans le processus.

6Au final, en offrant une réflexion à la fois accessible et particulièrement pertinente sur le monde du soin et sur les relations dont il est tissé, ce livre s’impose comme un outil indispensable pour tous ceux que la santé intéresse, et notamment les formateurs de futurs soignants. Car, et on ne peut que le regretter, si la place des sciences humaines et sociales comme de la philosophie au sein des facultés de médecine ou des instituts de formation en sciences infirmières est encore marginale, ou en tout cas toujours accessoire, alors cet essai s’impose d’autant plus comme une référence à conseiller à tout futur soignant, tant il comble les lacunes de ces formations centrées sur les gestes techniques et les savoirs biomédicaux. Il faut néanmoins souhaiter, avec l’auteur, que tout citoyen – et non seulement les soignants confirmés ou en devenir – s’en empare également afin que, à l’avenir, l’ensemble des problématiques qui touchent à la santé, et qui sont au cœur de nos démocraties, puisse faire l’objet de débat éclairé dans lequel tout le monde aura sa voix et sa place. Le soin est en effet une question aussi politique et sociale qu’elle est médicale, et c’est ce que nous rappelle avec clarté et justesse cette immersion philosophique dans le monde hospitalier français.

Haut de page

Notes

1 Éric Fourneret, Choisir sa mort. Les débats sur l’euthanasie, Paris, PUF, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Klein, « Éric Fourneret, Un philosophe à l’hôpital », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 12 juin 2017, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23089

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page