Navigation – Plan du site

Jeanne Teboul, Corps combattant. La production du soldat

Anne-Lise Dall’Agnola
Corps combattant
Jeanne Teboul, Corps combattant. La production du soldat, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Ethnologie de la France », 2017, 260 p., ISBN : 978-2-7351-2345-2.
Haut de page

Texte intégral

1C’est par la description d’un défilé du 14 juillet, avec ses corps spectaculaires, impeccables et marchant d’un même pas, que Jeanne Teboul introduit son ouvrage. Elle y relève l’apparente contradiction entre cette identité projetée de l’armée – ostensible, suscitant désir et admiration par sa beauté – et la discrétion nécessaire à sa fonction guerrière qui justifie le choix du camouflage comme uniforme. Afin de comprendre comment cohabitent ces deux corps du soldat, celui de la parade et celui du combat, l’auteure entreprend l’analyse des conditions de production du soldat français contemporain. Elle répond à une question simple et pourtant négligée jusque-là : « Comment procède-t-on pour transformer des civil-e-s en soldats ? » (p. 12).

  • 1 Pour un panorama plus complet de l’histoire de la sociologie militaire française, voir Bardiès Laur (...)
  • 2 Weber Claude, À genou les hommes. Debout les officiers. La socialisation des Saint-Cyriens, Rennes, (...)
  • 3 Coton Christel, Officiers. Des classes en lutte sous l’uniforme, Marseille, Éditions Agone, coll. « (...)

2Cet ouvrage, issu de la thèse d’anthropologie que Jeanne Teboul a soutenue en 2013, s’inscrit dans un renouveau des études françaises sur l’armée. Depuis la fin des années 2000, quelques travaux se distinguent en effet de leurs prédécesseurs en s’intéressant à l’armée, non plus seulement dans une perspective historique ou à des fins stratégiques, mais en tant qu’institution qui façonne les individus par corps1. Parmi ces travaux, ceux de Claude Weber2, Christel Coton3, ou encore Mathias Thura figurent dans la bibliographie de l’ouvrage, qui couvre à la fois le champ de la sociologie militaire contemporaine, celui de la sociologie des professions et celui de l’engagement physique.

  • 4 Teboul Jeanne, « Combattre et parader. Des masculinités militaires plurielles », Terrains & travaux(...)

3L’auteure a mené une ethnographie dans un centre de formation de parachutistes de l’armée de Terre, principalement auprès d’hommes, les femmes étant extrêmement minoritaires dans les régiments parachutistes en France (p. 16). Elle présente ses résultats en six chapitres. Les quatre premiers suivent la chronologie de la production du soldat : la promesse initiale de la révélation à soi (« (Trans)former »), les changements physiques qui marquent l’entrée dans l’institution (« Entrer. Marquer les apparences »), le réapprentissage des moindres gestes (« Produire les corps ») et l’incorporation dans un groupe de pairs (« Reproduire le corps »). Les deux derniers chapitres et l’épilogue rompent avec le rythme initial de l’ouvrage. Le chapitre cinq (« Signes distinctifs ») vient nuancer l’uniformité de cette production en soulignant des stratégies de distinction et de résistance au sein de l’institution. Le chapitre final (« Combattre et parader ») – qui a par ailleurs déjà fait l’objet d’un excellent article4 – résout le paradoxe initial de la cohabitation des deux corps du soldat. Enfin, l’épilogue (« Rompre ») esquisse les portraits de celles et ceux parmi ses enquêté-e-s qui faillissent à sortir transformé-e-s de cette entreprise de production, à défaut d’avoir pu adhérer aux valeurs de l’institution.

  • 5 Ce phénomène est d’autant plus marqué que l’auteure a mené son enquête au sein d’un régiment de par (...)

4Pour Jeanne Teboul, l’armée transforme les civils en soldats en suivant le schéma des rites de passage. Elle crée un avant et un après en commençant par séparer les recrues de leurs groupes familiaux, souvent décrits comme des univers féminins (celui de la mère comme celui de la petite-copine), pour les faire accéder progressivement à une virilité guerrière5. L’auteure décrit les premiers jours d’incorporation comme une période en marge, durant laquelle les jeunes sont tenus à l’écart et qui s’achève par la remise des uniformes et le passage chez le coiffeur. La tonte, qu’elle analyse comme un dépouillement de leur identité précédente, est présentée comme une épreuve. C’est, semble-t-il, en abandonnant ainsi leur ancienne identité que les jeunes recrues acquièrent le droit de revêtir le treillis. C’est ce que l’auteure qualifie de « double mouvement de désaffiliation / réaffiliation » (p. 91). L’uniforme, parce qu’il agit en métonymie de la fonction de soldat, leur permet de sortir de la liminalité et d’intégrer leur nouvelle communauté de pairs. Ce n’est cependant que le début des rites d’intégration, souligne Jeanne Teboul : cette première étape ne les rend pas parachutistes, puisqu’ils ne gagneront le droit d’en porter les attributs qu’au terme des trois mois de leur formation initiale, lors d’une cérémonie les autorisant à coiffer le fameux béret rouge.

  • 6 Detrez Christine, La construction sociale du corps, Paris, Éditions du Seuil, 2002.
  • 7 L’auteure liste les oppositions des deux corps dans un tableau synthétique bien utile p. 222.
  • 8 L’auteure fait référence ici aux conséquences du procès de civilisation décrit par Norbert Elias et (...)

5En acquérant le droit de ressembler à des soldats, les recrues sont aussi investies du devoir d’agir comme tels. Ils suivent alors un long apprentissage qui leur permet d’incorporer une hexis guerrière, une façon d’être par corps qui incarne les valeurs du soldat : droiture, maîtrise de soi, discipline, courage et virilité. À tout instant, les soldats sont soumis à des corrections réitérées jusqu’à ce que cette hexis devienne une « seconde nature »6 (p. 123). Mais cet apprentissage recouvre des injonctions en apparence contraires : s’ils doivent être discrets, efficaces, prêts à se salir et économes de leurs forces au combat, il leur faut aussi être spectaculaires, beaux, protocolaires et puissants en parade7. Afin de comprendre la fonction du soin porté à l’apparence dans la formation du soldat, l’auteure relève les scansions de ces moments de parade. D’une part, chaque tâche salissante et/ou violente est suivie d’une remise en condition – une injonction à se faire de nouveau propres et beaux et à revenir se mettre en rang serré – qui agit selon l’auteure comme une forme de « réparation » (p. 226). En effet, parce que les tâches guerrières sont symboliquement impropres aux sociétés à « haut niveau de pacification »8 (p. 227), elles nécessitent des « stratégies de compensation » (p. 226) pour devenir acceptables : le corps de parade permettrait de rétablir l’intégrité symbolique du corps combattant exposé à la violence en le rendant de nouveau « beau ». D’autre part, la parade est la façon dont les soldats se donnent à voir aux civil-e-s : ils se font beaux car ils doivent représenter la Nation, attirer de potentielles recrues et séduire « les filles » pour renforcer leur virilité. Mais la parade est avant tout une démonstration de violence maîtrisée et une occupation ostensible de l’espace – prérogative masculine – qui vient renforcer leur image virile. Le recours au beau quand il s’agit du corps du soldat est donc une stratégie qui rend la violence acceptable, pour lui et pour les autres.

6En soumettant les soldats aux mêmes rites de passage, et en leur faisant partager les mêmes efforts, voire la même souffrance, lors des entraînements répétitifs – les drills –, l’armée leur inculque davantage qu’une hexis commune : un esprit de corps. Cette communauté d’expérience est ensuite entérinée par le recours à des symboles (drapeaux, uniformes, ...), des discours (devises, chants de troupe, parrainages qui inscrivent dans une lignée de « héros », ...) et des lieux réservés à l’entre-soi (la popote), qui viennent renforcer une vision traditionnelle de la virilité guerrière basée sur de prouesses physiques (prouver son endurance, y compris à l’alcool) et sexuelles (séduire les femmes).

  • 9 L’auteure affirme qu’il est interdit d’être visiblement tatoué lors de l’incorporation, mais qu’il (...)

7Après quatre chapitres exposant les modes de production du soldat comme des modes de reproduction d’une virilité guerrière, l’auteure nuance le caractère total de cette production. D’une part, elle décrit des stratégies de distinction au sein même de l’institution, en notant, par exemple, que malgré l’uniformisation apparente de l’armée, les militaires sont très attachés aux symboles distinctifs de leurs régiments (les parachutistes et leur béret), de leurs compagnies (devises, chants, surnoms…), et de leurs carrières individuelles (insignes, médailles, brevets...). D’autre part, elle relève des stratégies de réappropriation de leurs corps par les soldats, voire de « résistance » à l’entreprise d’uniformisation mise en place par l'institution (p. 207). Par exemple, les recrues se font souvent tatouer9 pendant ou au terme de leur formation. Pour l’auteure, il n’est pas anodin que ce recours au tatouage ait lieu au moment où leur identité est renégociée et uniformisée. C’est une façon de se réapproprier leurs corps. Parmi les motifs, on observe quelques symboles relatifs à leur expérience militaire, mais surtout des dessins choisis pour leur esthétique, soulignant encore un intérêt pour le « beau ». Enfin, Jeanne Teboul aborde dans l’épilogue des exemples de « revers de la fabrique du corps militaire » (p. 230) : les difficultés des femmes à s’intégrer dans un univers qui fait face par le recours systématique à la virilité, mais aussi des exemples d’échecs de l’institution à transformer des civil-e-s en soldats. Si les conditions sociales de ces échecs n’ont pas pu être analysées, l’auteure n’ayant pas la possibilité d’interviewer les recrues sortantes, cet épilogue montre toutefois les limites de l’adhésion à un système qui paraît pourtant bien rôdé.

8Dans son introduction, Jeanne Teboul annonçait avoir recours à Erving Goffman et Michel Foucault pour analyser l’effet de l’armée, en tant qu’institution totale, sur les corps de ses recrues. Dans sa conclusion, elle montre que, malgré une forte adhésion de l’institution à la notion de « spécificité militaire » (p. 13l), l’armée ne transforme pas complètement ses soldats, mais vient renforcer des habitus préexistants. Cependant, si elle décrit avec brio comment les recrues sont transformées de civil-e-s à soldats, nous aurions souhaité qu’elle analyse aussi pourquoi ce processus est efficace chez certains mais pas chez d’autres, en incluant par exemple des facteurs sociographiques dans son analyse. Des éléments de réponse sont néanmoins apportés au fil de l’ouvrage. L’auteure montre par exemple que la production du corps combattant passe par la reproduction d’une virilité guerrière, ce qui sous-entend que la souscription préalable à une certaine vision de la virilité peut être un facteur d’adhésion, et inversement. Par ailleurs, le plan de l’ouvrage suggère la poursuite en parallèle de deux thèses qui devraient se rejoindre dans une explicitation de ce que la formation militaire fait à l’identité masculine, mais la trop brève conclusion (à peine plus de deux pages) empêche la démonstration d’aboutir complètement. Ce Corps combattant n’en demeure pas moins un ouvrage de qualité : son travail ethnographique présente un grand intérêt et sa réflexivité méthodologique y est exemplaire. Quant au chapitre final sur la cohabitation de deux corps du soldat, c’est une contribution majeure qui ne manquera pas de retenir l’attention. Il questionne le recours à l’esthétique comme moyen de faire face à la violence du métier des armes, et la finesse de son analyse nous fait attendre avec impatience la suite des travaux de Jeanne Teboul.

Haut de page

Notes

1 Pour un panorama plus complet de l’histoire de la sociologie militaire française, voir Bardiès Laure, Deux siècles de sociologie militaire (1815-1991). Sociologie d’une sociologie, Thèse de doctorat soutenue à l’université Toulouse 1, 2015, et Thura Mathias, « Armer le lecteur. Pour une relecture de la sociologie militaire française à partir de ses conditions institutionnelles de production », Dynamiques Internationales, n° 11, 2015, p. 1-24, disponible en ligne : http://dynamiques-internationales.com/publications/numero-11-decembre-2015/.

2 Weber Claude, À genou les hommes. Debout les officiers. La socialisation des Saint-Cyriens, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Essais », 2012 ; compte rendu de Mathieu Thura pour Lectures : https://lectures.revues.org/9241

3 Coton Christel, Officiers. Des classes en lutte sous l’uniforme, Marseille, Éditions Agone, coll. « L’ordre des choses », 2017.

4 Teboul Jeanne, « Combattre et parader. Des masculinités militaires plurielles », Terrains & travaux, n° 27, 2015, p. 99-115.

5 Ce phénomène est d’autant plus marqué que l’auteure a mené son enquête au sein d’un régiment de parachutistes, corps réputés pour être particulièrement porté sur une tradition militaire hétéronormative et viriliste. Voir aussi : Audoin-Rouzeau Stéphane, « La Grande Guerre et l’histoire de la virilité », in Histoire de la virilité. 2. Le triomphe de la virilité, le XIXe siècle, Paris, Seuil, 2011, p. 403-410.

6 Detrez Christine, La construction sociale du corps, Paris, Éditions du Seuil, 2002.

7 L’auteure liste les oppositions des deux corps dans un tableau synthétique bien utile p. 222.

8 L’auteure fait référence ici aux conséquences du procès de civilisation décrit par Norbert Elias et cite notamment : Elias Norbert et Dunning Éric, Sport et civilisation: la violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1998.

9 L’auteure affirme qu’il est interdit d’être visiblement tatoué lors de l’incorporation, mais qu’il existe une plus grande tolérance pour les tatouages faits pendant la carrière du soldat. Elle note aussi que les parachutistes semblent plus enclins que d’autres à se faire tatouer (p. 203).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Lise Dall’Agnola, « Jeanne Teboul, Corps combattant. La production du soldat », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 21 juin 2017, consulté le 23 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23130

Haut de page

Rédacteur

Anne-Lise Dall’Agnola

Doctorante en sociologie, Université Paris 8 / CRESPPA-CSU. Allocataire de thèse Université Paris Lumières 2015-2018.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page