Navigation – Plan du site

Patrick Cingolani, La précarité

Cédric Frétigné
La précarité
Patrick Cingolani, La précarité, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2006, 126 p., EAN : 9782130554912.
Haut de page

Texte intégral

1Patrick Cingolani livre un « Que sais-je ? » sur la précarité au ton résolument offensif. S'affranchissant des grilles de lecture misérabilistes, il propose de traiter des conditions sociales qui contraignent souvent (et qui inclinent parfois) à la précarité et des expériences vécues par les précaires. Trois chapitres circonscrivent les relations entre emploi et travail précaires (chapitre I), pratiques et tactiques précaires (chapitre II), précarités et pauvretés (chapitre III).

2En préambule, l'auteur met l'accent sur la pluralité des réalités qu'embrassent les substantifs « précaire » et « précarité ». De leurs diverses manifestations phénoménologiques, il retient finalement celle de l'intermittence qui exprime le mieux, selon lui, la variété de leurs connotations (le caractère aléatoire, instable, incertain, fugitif, fragile).

3Au chapitre I, l'auteur montre que l'emploi précaire se caractérise principalement par une double discontinuité : des temps travaillés d'une part, des revenus et des protections associées de l'autre. Le travail précaire, quant à lui, se présente comme une variable d'ajustement dans les politiques d'entreprise et renforce la subordination déjà constitutive du contrat de travail. En une belle formule, Patrick Cingolani observe que « le travailleur précaire se redouble souvent d'un travailleur à tout faire » (p.53-54).

4Le chapitre II développe une approche compréhensive de la précarité, saisie sous l'angle de l'« expérience subjective » (p.57). À s'en tenir à cet exemple, les pratiques du temps partiel sont bien plus des « pratiques aliénées » (p.64) que l'expression d'un libre-arbitre. Cependant, de nombreuses « tactiques de la pauvreté » corrigent l'hétéronomie de la condition précaire. « La discontinuité, précise le sociologue, devient alors un élément de construction de soi où s'affirme parfois, sans que celui-ci soit formulé explicitement comme tel, un non-consentement et une résistance expressive à la normativité sociale du travail avec son mode d'imposition disciplinaire. » (p.72)

5Le dernier chapitre fait retour sur les pauvretés et les précarités que l'analyste du social a décrites. Très clairement, Patrick Cingolani pose les inégalités comme le principal schème explicatif des situations observées. Et, dans la mesure où le « processus d'individualisation » (p.95) sape l'assise des solidarités de proximité (familiales, de voisinage), les effets dirimants des inégalités sociales jouent de manière croissante. Désormais l'individu est laissé « plus violemment en proie au dénuement » (p.95).

6La conclusion de l'auteur est particulièrement volontariste. Il livre un plaidoyer en faveur d'un régime d'intermittence professionnelle juridiquement encadré. On ne peut mieux faire ici que le citer in extenso : « Sortir de la précarité en donnant droit aux discontinuités, telle est la thèse qui vient et revient tout au long de ce livre, et, dans une certaine mesure, seule une sociologie des pratiques et des tactiques nous a permis de la saisir, en nous faisant comprendre combien les discontinuités ne sont pas seulement des conséquences de la flexibilité et de l'instabilisation de l'emploi, mais proprement un fait social de notre temps : une caractéristique de la socialisation. » (p.109)

7L'ouvrage de Patrick Cingolani offre une introduction parfaitement suggestive à l'univers polymorphe de la précarité. La complexité de l'objet d'étude est respectée et le livre invite à dépasser les lieux communs qui affleurent fréquemment lorsque l'on aborde le continent de la précarité. En un mot, « la précarité est une contradiction » (p.76). Les pratiques et les tactiques visant tantôt à la conjurer, tantôt à la sublimer en fournissent de nombreuses illustrations.

  • 1 La dispute, 2003.

8On regrettera que le « Que sais-je ? » de Patrick Cingolani ignore certains auteurs d'importance. On pense notamment à Robert Castel dont les travaux sur la « question sociale » font autorité (sinon unanimité) dans l'espace académique. Certes, l'auteur a déjà discuté l'approche castelienne dans son ouvrage La république, les sociologues et la question politique1. Dans une collection « généraliste », grand public, cette impasse est néanmoins préjudiciable. Robert Castel absent, Pierre Rosanvallon et Serge Paugam sont à peine mieux traités dans l'ouvrage. La présentation de la littérature sociologique consacrée aux problèmes de la précarité s'en trouve quelque peu tronquée.

9Il demeure que le livre de Patrick Cingolani ouvre judicieusement à « une réflexion sur les mutations culturelles et comportementales quant aux relations au travail et aux autres régimes d'activité et quant aux formes de subordination inhérentes au salariat » (p.15). Il contribue à l'intelligibilité des évolutions contemporaines du rapport au travail et du rapport à l'emploi observées dans différents groupes sociaux.

Haut de page

Notes

1 La dispute, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Frétigné, « Patrick Cingolani, La précarité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2005, mis en ligne le 16 décembre 2005, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/233

Haut de page

Rédacteur

Cédric Frétigné

Cédric Frétigné est maître de conférences en sciences de l'éducation à l'Université Paris-XII Val-de-Marne, et membre du laboratoire Genre, Travail et Mobilités (Université Paris-X Nanterre).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page