Navigation – Plan du site

Erik Olin Wright, Utopies réelles

Florian Besson
Utopies réelles
Erik Olin Wright, Utopies réelles, Paris, La Découverte, coll. « L'horizon des possibles », 2017, 613 p., ISBN : 978-2-7071-9107-6.
Haut de page

Texte intégral

1Autant le dire d’emblée – l’auteur d’ailleurs ne s’en cache nullement –, Utopies réelles n’est pas d’un livre neutre, mais d’un véritable manuel de stratégie enraciné dans une vision agonistique du social : il s’agit de « combattre », de « lutter contre » les structures économiques et politiques du capitalisme. Ou, plus exactement, d’éroder ce dernier : si la social-démocratie cherchait à domestiquer le capitalisme et les différents mouvements révolutionnaires à le briser, il convient désormais de le fissurer de l’intérieur, ce que l’auteur appelle une « transformation interstitielle » (qui s’oppose donc à la « transformation symbiotique » de la démocratie sociale et à la « transformation par la rupture » des mouvements révolutionnaires). Erik Olin Wright a ainsi à cœur de proposer une perspective plus riche, volontairement axée sur ce que l’on peut construire et pas uniquement sur ce qu’il est souhaitable de refuser. Il s’agit en effet d’inventer des « utopies réelles », en tenant fermement reliés les deux termes, apparemment opposés : des « utopies », autrement dit des sociétés meilleures, dont les fondements seraient une plus grande justice sociale et politique, mais des utopies « réelles » parce qu’à la fois désirables, viables et faisables, pour reprendre les trois critères qu’utilise l’auteur.

2Cette stratégie s’articule sur deux plans, déclinés dans trois parties. Sur le plan théorique, l’auteur en appelle d’abord à la création d’une « science sociale émancipatrice », objet du premier chapitre de la première partie : tout comme Bourdieu a travaillé sur les mécanismes de la distinction sociale, il conviendrait de travailler – en sociologues, anthropologues, philosophes et historiens – sur toutes les failles et les fragilités des constructions sociales, institutionnelles et politiques afin d’apprendre à les renverser. Le deuxième chapitre, un peu long, cherche à poser un diagnostic en revenant sur toutes les facettes de la nocivité du capitalisme, tandis que le troisième chapitre analyse les différents avatars – historiques et théoriques – du socialisme. La troisième partie répond à la première puisqu'elle revient sur le plan théorique en proposant cette fois l’élaboration d’une « théorie de la transformation », qui étudierait en même temps la reproduction sociale, ses limites et contradictions, les dynamiques du changement social et enfin les stratégies de l’action collective.

  • 1 Voir Gil Delannoi, Le Retour du tirage au sort en politique, Paris, Fondapol, 2010.

3Sur le plan pratique, l’auteur passe en revue dans la seconde partie un grand nombre d’expériences d’utopies réelles, sociales, politiques et économiques, qui ont toutes en commun « d’augmenter le pouvoir d’agir social » (p. 240) et de chercher à dépasser le capitalisme plus qu’à l’affronter. Sont ainsi convoquées plusieurs modalités d’économie participative : des coopératives d’entreprises gérées par les travailleurs, comme Mondragón, la gestion participative du budget municipal de Porto Allegre, des associations autogérées comme Wikipédia, modèle d’économie sociale et de démocratie directe horizontale. Erik Olin Wright explore également diverses propositions. Certaines sont bien connues, comme l’idée d’une élection au hasard des députés, qui a récemment fait un retour remarqué dans le débat public1, ou plus encore celle d’un revenu universel, au cœur de la dernière campagne présidentielle. D’autres propositions sont un peu moins connues, en particulier pour le lectorat français : c’est par exemple le cas de la « carte démocratique » qui permettrait de refondre complètement le système de financement des campagnes électorales en confiant aux électeurs les moyens de soutenir les candidats de leur choix. Cette seconde partie est celle qui se lit le mieux (précisons d’ailleurs qu’elle peut tout à fait se lire de façon indépendante), car l’auteur détaille avec précision chacune des expériences abordées, en donne des illustrations concrètes et nourrit sa réflexion des références critiques les plus récentes. Wright a en outre l’honnêteté de ne jamais cacher les difficultés de ces propositions. Le tirage au sort des parlementaires, par exemple, pose un ensemble de problèmes et nécessiterait, pour être véritablement fonctionnel, que les responsables ainsi désignés soient formés à la prise de décision ; et la grave crise que connaît actuellement le Wikipédia français rappelle pour sa part que ces nouveaux modèles de fonctionnement politique et économique ne sont pas des solutions miracles.

  • 2 Conférence prononcée par Michel Foucault le 27 mai 1978 intitulée « Qu’est-ce que la critique ? Cri (...)

4L’ouvrage étant politiquement engagé, il n’y aurait aucun sens à critiquer ses partis-pris idéologiques, assumés par l’auteur et clairement explicités dès les premières pages du livre. On peut par contre émettre deux critiques, l’une théorique et l’autre pratique. Au niveau théorique, on regrette la lecture ultra-rapide, pour ne pas dire expédiée, que l’auteur fait de Michel Foucault (p. 55 puis p. 466) : il avance en effet que le philosophe nie le potentiel transformateur des mouvements sociaux de résistance, ce qui est au mieux un raccourci et au pire une erreur de lecture assez flagrante. Pensons à ce texte justement célèbre dans lequel Foucault définit la critique comme « l’art de n’être pas tellement gouverné »2, et souligne que l’enjeu est moins de résister aux techniques de gouvernement que de réussir à les « déplacer » ; Erik Olin Wright ne dit pas autre chose en invitant à « dépasser » le capitalisme plutôt qu’à le briser, et il y a là une parenté intellectuelle profonde qui ne gagne rien à être tue.

5Sur le plan pratique, on peut se questionner sur l’utilité concrète d’un tel ouvrage, dont la taille conséquente et le prix élevé pourraient être de nature à décourager bon nombre de ceux qui partagent les idées de l’auteur, d’autant plus que la partie la plus directement appliquée, à savoir la seconde, ne représente finalement qu’un petit tiers de l’ouvrage. La construction de celui-ci, avec deux longues parties théoriques encadrant la partie pratique, tend à obscurcir et à complexifier le propos. Le style de l’auteur ne facilite pas non plus la lecture, car il est assez dense, parfois même un peu touffu ; de longues notes de bas de page viennent en outre souvent interrompre la lecture et l’on se demande plusieurs fois pourquoi certaines, longues et argumentées, ne sont pas tout bonnement intégrées dans le corps du texte. Les graphiques proposés dans la troisième partie semblent également très abscons et peuvent déconcerter un lecteur non familier. Signalons enfin que l’absence d’index et de bibliographie finale n’aident pas à la navigation dans l’ouvrage. C'est pourquoi l’on peut légitimement interroger la pertinence de l’objet livre, et se demander s’il s’agit bien du média adapté pour diffuser ces idées-là ; l’auteur a d’ailleurs tellement conscience de cette limite qu’il a passé les huit années suivant la publication initiale de l’ouvrage en anglais (en 2010) à multiplier les conférences pour en diffuser le plus largement possible les idées. Heureusement, la conclusion rappelle clairement les grandes lignes des analyses, proposant en quelque sorte un « mode d’emploi » de ces utopies réelles. Saluons encore la grande prudence de l’auteur, qui rappelle qu’il n’existe pas de lois de l’histoire et qu’il nous est donc impossible de savoir ce que donneront ces utopies réelles si elles sont mises en œuvre.

6Au-delà de nos deux petites réserves, il demeure qu’Utopies réelles est un livre important. Non seulement parce qu’il joue comme une véritable banque d’idées et d’expériences, dans laquelle peuvent venir puiser toutes les forces vives aspirant à changer en profondeur le système économique et politique, mais surtout parce qu’il rappelle efficacement que ces expériences existent et qu’un certain nombre en sont déjà à un stade avancé de réalisation. On sait, depuis Margaret Thatcher et son fameux « there is no alternative », que le simple fait d’affirmer qu’il existe bel et bien d’autres solutions est en lui-même un geste politique fort, un vrai acte de résistance qui vise à faire sauter le verrou de l’inéluctable trop souvent apposé par les thuriféraires du système en place. Ce livre réaffirme donc puissamment qu’il existe des alternatives et qu’elles sont réalisables... pour peu qu’on le veuille.

Haut de page

Notes

1 Voir Gil Delannoi, Le Retour du tirage au sort en politique, Paris, Fondapol, 2010.

2 Conférence prononcée par Michel Foucault le 27 mai 1978 intitulée « Qu’est-ce que la critique ? Critique et Aufklärung » ; accessible en ligne http://www.vacarme.org/article1388.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Besson, « Erik Olin Wright, Utopies réelles », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 28 septembre 2017, consulté le 22 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23343

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page