Navigation – Plan du site
Le goût de l'observation

Le goût de l'observation

Comprendre et pratiquer l'observation participante en sciences sociales
Jean Peneff, Le goût de l'observation. Comprendre et pratiquer l'observation participante en sciences sociales, La Découverte, coll. « Grands Repères », 2009, 250 p., EAN : 9782707156631.
Notice publiée le 14 octobre 2009

Présentation de l'éditeur

L'observation participante a cent ans : Park, Znaniecki, les élèves de Van Genepp l'ont pratiquée dès 1910. Ce livre retrace son histoire européenne et américaine. L'auteur montre ce qu'elle doit aussi bien à des écrivains, à des historiens, à des journalistes du judiciaire qu'à des militants et des déportés. Le xxe siècle a été un grand moment d'ouverture et l'occasion d'une forte mobilité sociale qui la rendirent possible. Afin de comprendre pourquoi elle a été négligée par la sociologie française, il faut comparer les modes d'éducation, les formations scolaires et surtout extra-scolaires au cours des enfances des protagonistes de cette histoire complexe : Balandier, Bourdieu, Mendras, ainsi que Becker, qui offre ici un texte autobiographique inédit : " Grandir et observer à Chicago ". Occasion d'une plus grande curiosité sociale, d'une meilleure " objectivation de soi ", possible ouverture sur son propre univers, l'observation participante concerne tout le monde. Plus qu'une technique sociologique, c'est un style de vie pour lequel l'auteur propose une série d'exercices destinés aussi bien aux profanes qu'aux spécialistes, tirés de quarante ans de pratique et d'enseignement.

Haut de page