Skip to navigation – Site map
1989, année de mobilisations politiques en Asie centrale

1989, année de mobilisations politiques en Asie centrale

Olivier Ferrando (dir.), « 1989, année de mobilisations politiques en Asie centrale », Cahiers d'Asie centrale, n° 26, 2016, 302 p., Paris, Editions Pétra, ISBN : 978-2-84743-161-2.
Notice published 02 February 2018

Publisher's presentation

L'année 1989 symbolise, dans la mémoire collective, la fin du communisme en Europe, mais il faudra attendre plus de deux ans pour assister à la dissolution de l’Union soviétique et à l’accès des cinq républiques d’Asie centrale à leur indépendance.
Pourtant, dès le début de l’année 1989, avant-même la chute du mur de Berlin, la région fut le siège de plusieurs signes avant-coureurs : le retrait de l’Armée Rouge en Afghanistan ; l’arrêt des essais nucléaires soviétiques au Kazakhstan ; l’apparition des premières tensions interethniques dans la vallée du Ferghana ; l’adoption par chaque réStructurepublique d’une loi sur la langue. Autant de moments qui montrent combien l’année 1989 a marqué l’histoire récente de l’Asie centrale.
Ce nouveau numéro des Cahiers d’Asie centrale est donc consacré à l’étude des transformations sociales et politiques survenues au cours de l’année 1989 afin de comprendre à quel point cette année constitue un moment fondateur des mobilisations politiques en Asie centrale. Couvrant un large spectre disciplinaire (histoire, anthropologie, sociologie, science politique), ce numéro est composé de dix articles écrits à parité égale par des auteurs centrasiatiques et occidentaux, apportant ainsi à la fois des analyses objectives et des témoignages de terrain de chercheurs ayant vécu les événement présentés ici.
Découpé en trois parties, l’ouvrage traite d’abord des nouvelles formes de culture et de discours politiques qui se sont développées en Asie centrale à la fin des années quatre-vingt à la faveur de la politique de reconstruction (perestroïka) et de transparence (glasnost) voulue par Mikhaïl Gorbatchev. Il explore ensuite les mobilisations politiques à l’oeuvre en Asie centrale en 1989, en réponse au mécontentement social, économique et culturel de la population. Enfin, la dernière partie aborde le processus d’ethnicisation de l’action collective, en revenant sur trois exemples tragiques d’escalade violente des mobilisations politiques.

 

Sommaire: 

Introduction
Olivier Ferrando

Perestroïka et glasnost : les nouvelles formes de culture et de discours politiques à la fin des années quatre-vingt en Asie centrale

- Turkmenistan at the Last Stage of Perestroika. Determinants of an Authoritarian Path
Slavomir Horak

- L’année 1989 : politique mémorielle et recherche scientifique sur les répressions politiques au Kazakhstan
Arajlym Musagalieva et Ulbolsyn Sandybaeva

- “And Our Words Must be Constructive!” On the Discordances of Glasnost’ in the Central Asian Press at a Time of Conflict
Madeleine Reeves

Un mécontentement social, économique et culturel à l'origine des mobilisations politiques

- Tajikistan and the Ambiguous Impact of the Soviet-Afghan War. The Political Mobilisation of Former Participants of the Soviet-Afghan War in 1989
Markus Goransson

- From February to February and From Ru ba Ru to Rastokhez: Political Mobilisation in Late Soviet Tajikistan (1989-1990)
Isaac Scarborough

- L’accaparement des terres comme forme de révolution sociale. Le cas du Kirghizstan en 1989
Ajdarbek Kockunov

- L’ethnicisation des mobilisations collectives en Asie centrale depuis 1989
Olivier Ferrando

Un mécontentement social, économique et culturel à l’origine des mobilisations politiques

- Novy Uzen Riots in 1989: Ethnic Conflict or Economic Nationalism?
Gulnara dadabayeva & Dina sHaripova

- February 1990 Riots in Tajikistan. Who Was Behind the Scenes? Review of the Main Existing Versions
Parviz Mullojanov​

- Une historiographie du conflit de 1990 dans le sud du Kirghizstan
Zajraš galieva

Top of page

Author

Olivier Ferrando (dir.)

Docteur en science politique et chercheur associé au Cenre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po, Olivier Ferrando a dirigé l'Institut français d'études sur l'Asie centrale (IFEAC) à Bichkek de 2013 à 2016. Ses recherches portent sur les minorités ethniques en Asie centrale, les mobilisations identitaires et les transformations sociales de la région depuis la fin de l'URSS.

Top of page