Navigation – Plan du site

Philippe Masson, Les enquêtes sociologiques en France depuis 1945

Laurine Thizy
Les enquêtes sociologiques en France depuis 1945
Philippe Masson, Les enquêtes sociologiques en France depuis 1945, Paris, La Découverte, coll. « Grands Repères », 2017, 260 p., édition revue et augmentée, 1re éd. 2008, ISBN : 978-2-7071-9697-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Michel Chapoulie, « La seconde fondation de la sociologie française, les États-Unis et la clas (...)

1« L’histoire de la sociologie n’est pas seulement celle de ses théories, mais aussi celle de ses enquêtes et de ses formules de recherche » : telle est l’affirmation forte de l’ouvrage de Philippe Masson, qui ouvre son texte et vient également le conclure (p. 228). L’objectif, par une analyse historiographique et épistémologique des pratiques d’investigation en sociologie, est d’étudier les différentes « formules de recherche » mises en œuvre par les sociologues français depuis 1945. L’expression, empruntée à Chapoulie1, désigne l’ensemble constitué par un mode de recueil des données, un mode d’analyse de ces données et un mode de rédaction pour en rendre compte. Chacune des neuf « grandes enquêtes » sur lesquelles se focalise l’ouvrage (une enquête, un chapitre) est ainsi présentée comme représentative – du moins, illustrative – d’une formule de recherche spécifique, inscrite à une époque donnée dans un contexte intellectuel, politique, économique, institutionnel et social particulier qui la détermine.

2La sélection s’est portée sur Paris et l’agglomération parisienne de Paul-Henri Chombart de Lauwe (1951), Le travail ouvrier aux usines Renault d’Alain Touraine (1955), Le phénomène bureaucratique de Michel Crozier (1963), Les Héritiers de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron (1964), Les cadres de Luc Boltanski (1982), La Galère de François Dubet (1987), La vie de laboratoire de Bruno Latour et Steeve Woolgar (1988, pour la traduction française), L’hôpital en urgence de Jean Peneff (1992) et Retour sur la condition ouvrière de Stéphane Beaud et Michel Pialoux (1999). L’auteur, s’il montre parfois la fécondité d’un ouvrage pour l’analyse d’un objet particulier, ne se focalise pourtant pas exclusivement sur l’œuvre : il restitue de grandes tendances de la pratique d’enquête, en mettant en relation l’enquête choisie avec d’autres qui la précèdent, l’accompagnent ou la suivent, pour souligner la spécificité de chaque « formule de recherche ». D’une sociologie de terrain qui faisait « feu de tout bois » mais se cantonnait à des descriptions, dans l’après-guerre, on passe ainsi à une sociologie plus structuraliste et fonctionnaliste qui s’appuie sur de grandes enquêtes par questionnaire dans les années 1960 et 1970, avant que les transformations structurelles de la recherche – en particulier les mutations de l’université et le partage des tâches entre les grands instituts statistiques et les laboratoire de recherche – ne contribuent à faire advenir une sociologie qu’on dit davantage « qualitative », fondée sur des méthodes ethnographiques, et portant sur de nouveaux objets.

  • 2 Aucun travail de Boudon n’est présenté dans l’ouvrage, alors même que l’auteur souligne combien il (...)

3L’enquête de Chombart de Lauwe constitue une des premières enquêtes de ce que l’on commence à nommer « sociologie urbaine » : financée par contrat en vue de faire face à la montée des problèmes de logement, elle s’attache à identifier les phénomènes de ségrégation urbaine, en utilisant à la fois la cartographie et la description monographique ; mais cette formule demeure une exception, l’analyse du territoire urbain étant bientôt laissée aux géographes. La recherche de Touraine aux usines Renault caractérise alors une nouvelle formule de recherche qui s’implante au début des années 1960 et qui, appuyée par des moyens financiers importants et des équipes nombreuses, peut pratiquer une sociologie quantitative fondée sur des questionnaires, mais aussi sur des observations directes et un travail d’archives. Elle prend pour objet le travail ouvrier et analyse l’effet du progrès technique sur les conditions de travail, ainsi que l’évolution professionnelle des ouvriers dans l’entreprise. Le travail de Crozier, quant à lui, qui critique le modèle bureaucratique, analyse une forme de « modernisation » de la société française et le passage d’un réformisme autoritaire à un réformisme négocié. Il est perçu alors comme une quatrième voie, intermédiaire entre les travaux de Touraine, de Boudon2, et ceux de Bourdieu.

4Les recherches de Bourdieu, en particulier les Héritiers (1964), puis La Reproduction (1970) et La Distinction (1979), initient à leur tour une recomposition de la sociologie française, en systématisant des analyses structuralistes qui tendent à mettre en évidence, de façon statistique, les déterminismes sociaux. Bourdieu et Passeron proposent en fait une nouvelle façon de faire de la sociologie, en utilisant la démarche statistique comme instrument de la preuve, tout en prenant conscience du fait qu’il n’y a pas de « question neutre ». Les Héritiers est la première enquête qui associe les perspectives durkheimienne, marxienne et weberienne, trilogie analytique devenue par la suite une référence.

5Cependant, l’analyse multivariée, alors hégémonique, subit à partir des années 1970 une double critique, issue à la fois des ethnométhodologues aux États-Unis (en particulier Cicourel, Garfinkel et Roth) et de chercheurs qui, à l’instar de Daniel Bertaux, tentent en France d’établir la méthode biographique comme nouvelle formule de recherche. Les cadres de Boltanski, qui s’appuie surtout sur des entretiens et des analyses d’archives, marque cette transition, en s’attachant non plus au contenu du travail mais à la façon dont se produit une catégorie, dans une perspective davantage constructiviste qui s’éloigne du structuralisme bourdieusien.

6Le travail de Dubet remet également en cause cette tradition sociologique. En s’intéressant à la marginalisation des « jeunes de banlieue », il reprend la méthode de l’intervention sociologique inventée par Touraine et transforme le mandat de la sociologie, lui conférant dès lors un rôle à jouer dans l’analyse et la résolution des problèmes sociaux. La recherche de Latour, qui analyse la construction des vérités scientifiques en s’inspirant des méthodes par observation non participante de l’anthropologie classique, marque un nouveau déplacement tant dans les méthodes que dans les objets – les uns contribuant à définir les autres. Enfin, les travaux de Peneff puis de Beaud et Pialoux signent un renouveau de l’analyse ethnographique. L’Hôpital en urgence propose ainsi une enquête fondée exclusivement sur l’observation participante, alors que le travail sur « la condition ouvrière » à Sochaux développe la nouvelle méthode de l’entretien ethnographique.

7En s’attachant à la sociologie comme recherche empirique davantage que comme théorisation du social, l’objectif de l’ouvrage est ainsi de réinscrire la sociologie dans ses conditions de production. On peut s’interroger : qu’est-ce donc que cette sociologie qui se regarde elle-même et s’autoanalyse avec les outils qu’elle a contribué à forger ? Pourquoi pratiquer la réflexivité non plus à l’échelle individuelle des sociologues qui enquêtent, mais bien à l’échelle de la discipline elle-même ? La réponse est donnée dès l’introduction : parce que les « comptes rendus d’enquête ne prennent sens que replacés dans leur contexte (social, politique, intellectuel) généralement oublié » (p. 7). Elle est développée à travers chaque exemple : « ce n’est pas d’abord ou uniquement la problématique ou les hypothèses qui définissent le résultat de la recherche. C’est un ensemble qui renvoie à la formule de recherche adoptée, de façon plus ou moins combinée, aux conditions d’enquête et à ses financement » (p. 133). S’intéresser aux conditions de production des enquêtes, c’est donc mieux en comprendre les résultats et les perspectives.

  • 3 Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon et Jean-Claude Passeron, Le métier de sociologue, Paris ; (...)

8Plus profondément, l’auteur repose la question que d’autres se sont posés avant lui3 : qu’est-ce que la sociologie et à quelle validité scientifique peut-elle prétendre ? Mais, au lieu d’envisager la question du point de vue de l’épistémologie ou de la philosophie des sciences, il la pose depuis la perspective empirique des sciences sociales. La question devient alors : qu’est-ce que cette activité de recherche – et, en réalité, cette pratique sociale – qu’on nomme « sociologie » ? Ainsi l’auteur n’hésite-il pas à affirmer en conclusion que « ce ne sont que des déterminations sociales, économiques, politiques, biographiques très ordinaires qui définissent les recherches empiriques » (p. 232) – notons que ce qui vaut ici pour les recherches empiriques pourrait aussi valoir pour nombre d’autres pratiques sociales. Philippe Masson démontre ainsi qu’« il n’y a pas […] d’homogénéité dans les manières de faire de la sociologie. Plus encore, la sociologie recouvre des activités très variées et la pratique de l’enquête empirique n’en est qu’une parmi d’autres. […] Il n’y a pas de formule de recherche qui se soit continûment imposée » (p. 230). Il est donc vain de chercher une unité ou une constante de la discipline : le savoir auquel on peut prétendre est localement situé, dans le temps et dans l’espace.

  • 4 Il serait trop long de citer tous les travaux venant éclairer cette perspective, mais on trouvera u (...)
  • 5 Philippe Masson, Faire de la sociologie. Les grandes enquêtes françaises depuis 1945, La Découverte (...)

9L’auteur ne le dit pas, mais il semble qu’une telle conclusion plaide pour une épistémologie du point de vue telle qu’ont pu la définir les théoriciennes féministes4. On peut d’ailleurs, plus généralement, regretter la faible utilisation des études de genre, ainsi que l’absence, dans la sélection mise en avant, de toute enquête menée par une chercheuse française, quand les travaux de Françoise Héritier ou Florence Weber – certes issues de l’anthropologie – ou ceux plus récents ceux de Muriel Darmon s’imposent comme des références : simple constat que la discipline a été construite par les hommes, ou renouveau d’une forme d’invisibilisation de la recherche pratiquée par des femmes ? Il n’en demeure pas moins que cette réédition, sous un nouveau titre – ce qui ne laisse pas de surprendre –, de l’ouvrage initialement publié en 20085, propose dans un langage clair, précis et informé une réflexion globale sur la pratique de la sociologie, en retraçant l’histoire de la discipline bien au-delà des seules enquêtes qui donnent leur nom aux chapitres.

Haut de page

Notes

1 Jean-Michel Chapoulie, « La seconde fondation de la sociologie française, les États-Unis et la classe ouvrière », Revue française de sociologie, vol. 32, no 3, 1991, p. 321-364.

2 Aucun travail de Boudon n’est présenté dans l’ouvrage, alors même que l’auteur souligne combien il est vu, dans les années 1970-1980, comme une référence en sociologie : la faible attention que les travaux de Boudon accordent à l’enquête de terrain, privilégiant des analyses théoriques à leur exploration empirique, explique son passage au second plan ici puisque l’on s’intéresse aux pratiques d’enquête.

3 Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon et Jean-Claude Passeron, Le métier de sociologue, Paris ; La Haye, Mouton, 1973 ; Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique : Un espace non poppérien de l’argumentation, (édition revue et augmentée), Paris, Éditions Albin Michel, 2006.

4 Il serait trop long de citer tous les travaux venant éclairer cette perspective, mais on trouvera une présentation synthétique des épistémologies féministes, et en particulier de « l’objectivité forte » de Sandra Harding, dans l’ouvrage : Elsa Dorlin, Sexe, genre et sexualités, Paris, Presses Universitaires de France, 2008.

5 Philippe Masson, Faire de la sociologie. Les grandes enquêtes françaises depuis 1945, La Découverte, coll. « Grands Repères », 2008 ; compte rendu de Jennifer Bidet pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/728.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurine Thizy, « Philippe Masson, Les enquêtes sociologiques en France depuis 1945 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 08 décembre 2017, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23921

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page