Navigation – Plan du site

Jennifer Bidet et Elsa Devienne (dir.), « Plages, territoires contestés », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 218, 2017

Élias Burgel
Plages, territoires contestés
Jennifer Bidet, Elsa Devienne (dir.), « Plages, territoires contestés », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 218, juin 2017, 104 p., Paris, Seuil, ISBN : 9782021340587.
Haut de page

Texte intégral

1Dans son numéro estival de juin 2017, la revue des Actes de la recherche en sciences sociales choisit de consacrer un dossier à un objet qui, de prime abord, peut sembler relever du domaine de compétence de la géographie. En effet, c’est sans doute dans cette dernière discipline que la construction des plages comme objet d’études a été la plus poussée, l’approche ayant globalement évolué, comme le champ disciplinaire dans son ensemble, d’une analyse matérialiste des littoraux, considérés comme des milieux naturels dynamiques à intégrer aux systèmes productifs par des aménagements, à une analyse sociale et culturelle des territoires balnéaires dédiés aux pratiques ludo-touristiques. Cependant, puisqu’elle s’accompagne d’une attention croissante aux acteurs et à leurs pratiques, cette trajectoire semble aller dans le sens d’une convergence avec la sociologie. Dans ce dernier champ disciplinaire, si l’étude des plages est demeurée secondaire – comme, d’une manière générale, les entrées analytiques par l’espace –, l’objet a cependant été investi, à la marge du champ, par des approches postulant une tendance à l’affaiblissement des appartenances de classe ou « moyennisation » depuis les Trente Glorieuses. Pour les tenants de ce postulat, la plage a pu apparaître comme le lieu par excellence de l’effacement, au moins temporaire, des identités sociales, territoire de la « vacance des grandes valeurs », selon l’expression d’Edgar Morin, emblématique de la culture dite « de masse ». A contrario, Jennifer Bidet, sociologue, et Elsa Devienne, historienne, directrices du numéro, entendent précisément « se garder d’une vision rose de la plage comme espace de liberté, où enjeux de pouvoir et hiérarchies sociales […] se dissoudraient au contact de l’air iodé » (p. 12). Fidèle à l’esprit bourdieusien, le propos s’inscrit ainsi dans une perspective résolument critique, attentive aux stratifications sociales, qui conduit à placer la focale sur les « plages de la discorde » ou plages comme « territoires contestés ». En mettant l’accent sur l’« enjeu de luttes politiques et économiques » (p. 5), les contributions aspirent à contrecarrer le récit historique linéaire qui dépeint un « processus [irrésistible et irénique] de diffusion des usages ludiques des rivages », montrant que l’« histoire des luttes pour l’appropriation des plages [est] continue » (p. 6) – l’appropriation spatiale (des plages) étant entendue au double sens de « s’attribuer la propriété de quelque chose » et de « rendre propre à un usage » (p. 28).

2Le recueil débute par deux articles qui se penchent sur des processus d’instauration d’une « paix des plages » (Christophe Granger) par des groupes sociaux dominants, qui tendent à assurer leur présence exclusive en imposant des usages qu’ils jugent légitimes. L’étude d’Elsa Devienne propose une analyse des interactions entre autorités et usagers des plages du comté de Los Angeles entre les années 1910 et les années 1970, à partir d’une documentation plurielle (archives municipales, archives de presse et écrits de journalistes et d’anthropologues contemporains à la période étudiée). Au début du XXe siècle, alors que la ville se situe à une vingtaine de kilomètres du littoral, les plages apparaissent comme un lieu de relâchement des contraintes sociales, du fait d’un faible encadrement policier et d’un régime législatif souple qui favorisent des appropriations plurielles du rivage et confèrent aux usagers une importante « marge de manœuvre » (p. 14). Dans les années 1920-1930, une croissance démographique vertigineuse provoque une résidentialisation du littoral, synonyme de normativité croissante pesant sur les plages. Comme les résidents cossus des villes littorales estiment désormais que les plages sont « leur arrière-cour, sur laquelle ils [possèdent] un droit de regard » (p. 15), ils obtiennent l’interdiction légale de nombreuses pratiques (promener un chien, boire de l’alcool ou encore faire un feu). Cependant, parce que l’encadrement policier demeure réduit dans un contexte de morcellement administratif entre différentes communes littorales, la « mise en ordre » des plages demeure « imparfaite » (p. 16). Cela donne lieu à un « traitement différencié des baigneurs » (p. 18), au nom d’une supposée souplesse entre police et usagers, qui favorise le ciblage de certaines populations, selon des critères sexuels (homosexuels de Crystal Beach à Santa Monica), d’âge (étudiants pratiquant le Spring Break) ou encore de race (Afro-Américains puis Mexicains). Cette logique de nettoyage des populations indésirables, qui repose sur l’opposition entre pratiques légitimes et pratiques illégitimes du rivage, s’intensifie après la Seconde Guerre mondiale. L’article d’Isabelle Bruno et Grégory Salle, qui évoque le cas de la plage de Pampelonne dans la commune varoise de Ramatuelle, près de Saint-Tropez, se focalise quant à lui sur un conflit juridique – toujours en cours – relatif à l’aménagement du site, dont l’exploitation commerciale, assurée par une petite trentaine d’établissements regroupés au sein de l’Association des exploitants des plages de Pampelonne (AEPP), représente, dans les dernières années, plus de 40 millions d’euros de chiffre d’affaires pour environ 800 salariés. Dans le contexte de la mise en application de la loi Littoral (1986) qui, depuis plusieurs années, contraint en droit ces établissements à quitter un espace public maritime occupé illégalement par des constructions en dur qui n’ont de « paillottes » que le nom, les auteurs déconstruisent la stratégie rhétorique consistant à défendre l’« “esprit” du lieu » (p. 44), dont usent les défenseurs d’un exceptionnalisme local, qui mettent en garde contre la fragilisation du tissu économique. Par une étude documentaire, Isabelle Bruno et Grégory Salle rappellent combien la présence de ces établissements de plage doit à un effet d’aubaine dans les années 1960, ayant permis à leurs propriétaires de profiter d’un « flou sinon d’un vide juridique », avant que les pouvoirs politiques locaux ne plébiscitent un « rapport marchand » à la plage dans les années 1970 (p. 31-32). Le versant ethnographique de l’étude démontre que ces établissements de plage sont indissociables de pratiques distinctives qui en font de véritables espaces privés sur l’espace public, « qui segmentent la plage entre lieux ouverts et lieux fermés », les seconds étant réservés à des catégories sociales supérieures cultivant un « entre-soi élitaire » (p. 39-40).

3Le recueil se poursuit avec deux études de cas qui s’intéressent à la coprésence de différents groupes sociaux sur l’espace de la plage, marquée par des processus de différenciation sociale qui, cette fois-ci, ne vont pas jusqu’à l’éviction. Évoquant le terrain de sa thèse d’anthropologie sociale soutenue en 2015, Tristan Loloum revient, dans une perspective diachronique, sur le processus tardif de mise en tourisme de la station balnéaire de Pipa dans le Nordeste (Brésil). Si ce haut-lieu du surf sud-américain échappe, dans les années 1950-1960, à l’essor d’un tourisme balnéaire d’enclave, c’est, selon l’auteur, en raison d’une forte indépendance des « habitants du littoral » à l’égard des « grands propriétaires fonciers de l’arrière-pays » (p. 49), notamment liée aux régimes de propriété, qui empêche les seconds d’investir les surplus dégagés de la culture de canne à sucre dans des infrastructures d’envergure. Rappelant le rôle initiateur joué par de jeunes urbains des classes aisées dans les années 1970-1980, à la recherche de modes de vie alternatifs, l’auteur démontre que ceux-ci ne réussissent à s’installer sur place qu’en développant une « proximité avec les locaux » (p. 56), allant jusqu’à l’alliance matrimoniale. Identifiant de nombreux héritiers de l’aristocratie sucrière au sein de ce groupe social, lesquels voient le tourisme comme une manière de « réaffecter le capital familial », il constate une indéniable « complémentarité entre les carrières agricoles et touristiques parmi l’élite régionale » (p. 57-58). En parallèle, la modernisation des activités halieutiques brésiliennes à partir des années 1960 favorise toutefois l’émergence d’une « élite autochtone » parmi les paysans-pêcheurs selon l’expression de Tristan Loloum – expression qui nous semble discutable parce que porteuse d’un risque d’essentialisation. Cette « élite » en vient également à investir dans les activités touristiques, à la faveur d’une mainmise stratégique sur les institutions municipales. S’appuyant sur des données ethnographiques recueillies en Algérie entre 2008 et 2011, Jennifer Bidet, évoque, quant à elle, l’étonnante confrontation de « styles de vie » entre jeunes Français des classes populaires issus de l’immigration et membres des classes sociales supérieures algériennes dans le comptoir touristique de Capritour – complexe balnéaire adossé à une plage privée, construit à la fin des années 1990 sous forme de copropriété –, à environ 80 km de Sétif. Tandis que l’accession à la propriété est un « attribut important du statut social des Algériens aisés » (p.  81), qui leur permet de passer leurs vacances dans un cadre privilégié à des fins distinctives, les jeunes « immigrés », dont les ascendants relèvent bien souvent d’une Algérie rurale modeste, jouent temporairement du « différentiel économique entre la France et l’Algérie » (p. 67) pour fréquenter Capritour et ses aménités en période de vacances, afin d’échapper momentanément à l’« infériorisation sociale » (p. 78) vécue dans l’Hexagone. Ils « accèdent [ainsi] à des lieux de consommation et des espaces de loisirs payants, réservés aux fractions les plus dotées économiquement de la société algérienne » (p. 67), en se permettant une « parenthèse enchantée » (p. 79). Dans ce contexte, l’auteure dépeint de fines « luttes symboliques de classement » (p. 66) via des « pratiques classantes socialement » (p. 73) comme le bronzage et le bilinguisme.

4Enfin, le recueil se clôt sur l’article d’Altaïr Despres, qui évoque, à partir du cas de Zanzibar, la plage comme lieu de rencontre entre acteurs que tout oppose sociologiquement, à savoir des « femmes occidentales, plutôt favorisées socialement, et des hommes africains quant à eux souvent issus de milieux modestes » (p. 84), « histoires avec lendemains » qui engendrent des « processus de mobilité sociale par l’intimité » (p. 83) en faveur des seconds.

5En définitive, par la variété et la complémentarité des études de cas, les contributions démontrent avec réussite que les activités sociales liées aux plages participent à la « production de rapports sociaux de classe, de sexe et de race inédits » (p. 9), la plage ne pouvant absolument pas être considérée comme un isolat socio-spatial où les hiérarchies sociales seraient conduites à se dissoudre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élias Burgel, « Jennifer Bidet et Elsa Devienne (dir.), « Plages, territoires contestés », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 218, 2017 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 12 décembre 2017, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23935

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page