Navigation – Plan du site

Christine Pina, Éric Savarese (dir.), Le politique par l’image. Iconographie politique et sciences sociales

François Cardi
Le politique par l'image
Christine Pina, Éric Savarese (dir.), Le politique par l'image. Iconographie politique et sciences sociales, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques politiques », 2017, 300 p., ISBN : 978-2-343-12509-1.
Haut de page

Texte intégral

1Dans une très dense introduction, Christine Pina et Éric Savarese définissent l’objectif de l’ouvrage qu’ils ont dirigé : il s’agit, en soulignant le retard de la science politique dans l’utilisation de l’iconographie, et de la photographie en particulier, de faire un bilan des acquis, des lacunes et des espaces faiblement explorés. Aussi est-il question de préciser les conditions méthodologiques de la saisie du politique à partir des images.

  • 1 Voir Gervereau Laurent, Voir, comprendre, analyser les images, Paris, La Découverte, 2004.

2Pour eux, les historiens ont depuis longtemps franchi la frontière qui sépare l’image illustration de l’image corpus, source de connaissance1. Quant aux anthropologues, ils ont donné à la photographie une place ambiguë et induit une certaine méfiance – qui s’ajoute en quelque sorte à la primauté qu’accordent les sociologues à l’écrit, habitus scientifique difficile à combattre. Même avec les commodités offertes par la technologie numérique, l’image ne cesse de se heurter à des réticences quant à son statut de preuve et à la difficulté de définir une science du visuel.

  • 2 Voir Durkheim Émile, Les Règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 2007 [1984] ; compte rendu (...)

3L’analyse des images constitue donc un enjeu méthodologique. Pour Christine Pina et Éric Savarese, il faut admettre l’égale légitimité des images et des autres données d’enquête, écarter la suspicion de mensonge ou de dissimulation et considérer le document iconographique comme structure de signification et de preuve. Il faut aussi renoncer à la seule analyse interne de documents et se livrer à une analyse sociologique des producteurs et des récepteurs de ces documents. La banalisation des usages de l’iconographie se justifie donc d’autant plus qu’elle ne pose pas de problèmes insurmontables – et que ces usages ne conduisent pas à renoncer à l’exigence durkheimienne de l’administration de la preuve2.

4Selon les auteurs de cette introduction, l’iconographie intéresse la science politique en tant qu’elle ressortit à la régulation de la conflictualité sociale : les images parlent non seulement des représentations, mais aussi des pratiques sociales. Si bien que in fine ce sont les usages sociopolitiques des images et la diversité des dispositifs de régulation sociale qui forment et transforment le sens des images – bien plus que leur contenu lui-même.

5La première partie du livre est consacrée à l’analyse des liens entre pouvoir et iconographie. Marc Ortolani s’attache, en prenant appui sur de nombreuses reproductions, à analyser les représentations du pouvoir monarchique à travers l’enluminure médiévale. Pour lui, l’enjeu est de se faire voir, de « faire naître l’adhésion ». Dans un contexte où la « politique » n’existe pas, il faut montrer aux élites la continuité de la royauté et l’assise religieuse du pouvoir. D’autre part, il faut aussi présenter la royauté en action, y compris guerrière, conduite par un souverain directement armé par Dieu, et dans ses rapports avec ses officiers, avec les pauvres ou avec les malades. L’enluminure médiévale porte la représentation d’un homme prenant conseil, puissant et juste.

6Au deuxième chapitre, c’est la peinture de batailles au XIXe siècle qui offre à Sylvain Antichan un terrain d’analyse de la construction de la légitimation artistique d’une œuvre, au croisement de l’artistique, du politique et du militaire, dans un contexte dominé par la fabrication d’un sentiment national. Les œuvres exposées au musée historique du château de Versailles et au Salon concourent ainsi à la production picturale de la nation et à l’autorité des chefs, qui s’établit sur la diversité des individus et des groupes, que la peinture intègre dans un ordre légitime. Mais cette esthétique du politique ne procède pourtant pas d’une injonction émanant de l’État ou d’« entrepreneurs de mémoire ». Les peintres se trouvent pris dans des relations sociales et des dépendances mutuelles, voire des rapports de subordination politique encastrés dans le social, comme invisibles, et qui façonnent leurs productions et leur carrière.

7Ouvrant la deuxième partie du livre, Yvan Gastaut s’intéresse aux images d’« Arabes » dans la période des Trente Glorieuses, ceci sous l’angle de la genèse et de la diffusion des stéréotypes qu’elles portent. Par la photographie, l’exaltation de la conquête, la valorisation de l’armée dans sa mission civilisatrice et les portraits des glorieux conquérants deviennent d’autant plus légitimes qu’en miroir l’indigène est montré sauvage et violent et les femmes faciles et offertes. À partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale, le courant humaniste (Almásy, Boulat, Doisneau, Bloncourt, Dityvon) produit quant à lui des clichés généralement empathiques et souvent dénonciateurs de la situation des travailleurs exilés ou immigrés. Puis la Guerre d’Algérie marque le retour d’une iconographie raciste, même si les clichés d’Élie Kagan montrent la répression du 17 octobre 1961 qui coûta la vie à des dizaines voire des centaines d’Algériens au cœur de Paris. Après l’indépendance, une autre typologie visuelle se met en place : « voitures-cathédrales », sacs et valises mal ficelées, marteau-piqueur, auxquels succèdent la babouche et la basket, sans qu’aient disparu pour autant les images racistes de l’envahisseur et de la fille au tchador.

8La « Marianne de 68 » – photographie (non reproduite dans l’ouvrage) d’une jeune fille qui, juchée sur les épaules d’un manifestant, agite un drapeau vietnamien – permet à Audrey Leblanc de plonger dans le ventre de la fabrique à icônes. D’un cliché réalisé le 13 mai 1968, la presse de tous bords a fait un usage à la fois politique et culturel, mais toujours paradoxal : s’il occupe une place modeste dans une publication de gauche, il prend toute la une d’un magazine de droite qui fait jouer l’image à front renversé. D’où l’exigence de connaître les sources d’une image afin de pouvoir juger de sa valeur de document pour la recherche. Car c’est l’ensemble du processus médiatique qui fait du document une icône et non l’image par elle-même.

9Alexandre Dézé s’intéresse quant à lui à l’affiche d’extrême droite. Et sa recherche est féconde : grâce à l’analyse de plusieurs affiches, il montre que la genèse du Front national doit bien plus à une stratégie de dirigeants d’Ordre nouveau et d’Occident, mouvements plus anciens et plus radicaux, qu’à une initiative de Jean-Marie Le Pen. En repérant dans les affiches de différents mouvements combien les dessins et la typographie se répondent, se contrarient ou se combinent, il met au jour bon nombre de divergences internes à l’extrême droite qui ont fait de la fondation du Front national un processus long et incertain.

10La troisième partie de l’ouvrage change de point de vue. Il est question cette fois de l’utilisation de l’image comme témoin ou comme support d’une enquête par entretiens. Christine Pina et Éric Savarese s’interrogent sur la pertinence scientifique des images utilisées lorsqu’on recueille les discours qu’elles suscitent au cours d’entretiens. Ce procédé – appelé « photo elicitation » – possède l’avantage de limiter les malentendus liés à la formulation des questions, et donne un caractère naturel à la situation d’entretien. Il provoque une mobilisation de la mémoire historique des enquêtés et invite la thématique de la recherche plus qu’il ne l’impose. Mais cette technique n’est pas un simple artifice méthodologique, car elle n’élimine pas le risque de la « bonne » réponse – donnée au chercheur par l’enquêté qui fournit la réponse qu’il pense intéressante pour l’enquêteur. Elle pose en outre la question du choix du corpus iconographie (photographies, affiches, etc.) par lequel le chercheur peut imposer ses propres représentations.

11Marie-Claire Lavabre et Irène Dos Santos se donnent ensuite pour objet d’analyse les rapports ordinaires au passé en tant que catégorie d’action publique et ressource politique, utilisant l’iconographie comme « aide-mémoire » dans le cadre d’une méthode « projective ». À l’aide de nombreux extraits d’entretiens et d’encadrés, les auteures mettent en relief les avantages de l’iconographie : de cette façon, « les individus abordent généralement l’histoire collective et le savoir historique à partir d’expériences dont ils se sentent proches » (p. 255).

12Dans le dernier chapitre, Nicolas Bué et Christine Pina font état d’une enquête qui n’a pas tenu ses promesses, consacrée à l’iconographie des tracts électoraux, en collaboration avec Laura Giraud. Ils s’y sont heurtés au défaut de définition du tract et à la difficulté d’appréhender l’iconographie dans ces documents particuliers. Tout se passe comme si le contenu des tracts, pourtant soigneusement élaborés par les partis, n’avait finalement qu’une importance secondaire pour les candidats comme pour les électeurs. C’est une des conclusions tirées par les auteur-es d’une enquête valant finalement surtout par son caractère exploratoire.

13Le livre apporte une réflexion importante et intéressante, que les sociologues – en retard sur ce point – pourraient également mener de façon systématique. Toutefois, on peut regretter que les ressources iconographiques relatives à plusieurs chapitres ne soient pas reproduites dans ce livre qui est pourtant consacré à l’iconographie.

Haut de page

Notes

1 Voir Gervereau Laurent, Voir, comprendre, analyser les images, Paris, La Découverte, 2004.

2 Voir Durkheim Émile, Les Règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 2007 [1984] ; compte rendu d’Igor Martinache pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/558.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Cardi, « Christine Pina, Éric Savarese (dir.), Le politique par l’image. Iconographie politique et sciences sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 12 décembre 2017, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23939

Haut de page

Rédacteur

François Cardi

Professeur de sociologie à l’Université d’Évry. Ses recherches récentes portent sur l’utilisation de la photographie dans les sciences humaines.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page