Navigation – Plan du site

Erri De Luca, Pétros Márkaris, Kim Thúy, Boualem Sansal, Fictions. Penser le monde par la littérature

Baptiste Pizzinat
Fictions
Erri De Luca, Petros Markaris, Kim Thuny, Boualem Sansal, Fictions. Penser le monde par la littérature, Chêne-Bourg, Georg Éditeur, 2017, 96 p., ISBN : 9782825710661.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour plus d’informations concernant la genèse de ces rencontres, on pourra se reporter au site de l (...)
  • 2 Erri De Luca, Italie ; Pétros Márkaris, Grèce ; Kim Thúy, Québec ; Boualem Sansal, Algérie.
  • 3 Voir notamment à ce propos le dossier coordonné par Laé Jean-François, Madec Annick et Murard Numa  (...)

1Issu de la 49e session des Rencontres internationales de Genève (RIG)1, ce petit ouvrage rassemble les conférences données à cette occasion par quatre écrivain·e·s d’origines géographiques diverses2. Ces textes sont précédés d’un préambule de Michel Porret, président des RIG depuis 2015 et professeur d’histoire moderne à l’Université de Genève, dans lequel il rappelle notamment l’objectif de cette 49e session : « penser et discuter les rapports que l’imaginaire de la fiction littéraire entretient avec les bouleversements du monde contemporain » (p. 12). En filigrane, l’auteur du préambule attire notre attention sur l’intérêt heuristique que pourrait avoir une alliance « poétique et cognitive » (p. 11) entre la fiction et les sciences humaines et sociales, ainsi que le suggèrent également un certain nombre de réflexions récentes sur le sujet3. L’ouvrage n’offrira toutefois sur ce point que ce rappel liminaire. Son intérêt se trouve ailleurs : précisément dans la capacité qu’a la littérature à s’emparer de ces bouleversements du monde qu’évoque Michel Porret. L’ouvrage engage aussi la fonction même de la littérature, que les auteur·trice·s considèrent à la fois de critique et d’apaisement.

2C’est l’écrivain italien Erri De Luca, né à Naples en 1950, qui ouvre le recueil, avec un texte intitulé « La chute comme expérience de salut ». Explorant la métaphore de la chute dans un certain nombre de récits fondateurs – de la chute d’Icare à celle de Saint Paul, en passant par le roman d’Albert Camus, mais aussi par l’histoire de la manne (cette nourriture tombant du ciel pour nourrir le peuple affamé) selon le Livre de l’Exode dans l’Ancien Testament –, l’auteur de La Parole contraire (2015) cherche à tâtons les mots qui pourraient nous aider à retrouver un certain équilibre, dans un monde où l’état d’urgence décrété par les élites ne ferait que masquer les profondes injustices dont elles se rendent chaque jour un peu plus responsables. Si urgence il y a, elle se situe sur un autre plan : « pouvoir donner généreusement et paisiblement l’indispensable à ceux qui en sont privés » (p. 32). Mais encore faudrait-il commencer par regarder la réalité en face : l’état d’urgence n’est peut-être qu’une fiction parmi d’autres, une astuce politique créée de toutes pièces pour que nos yeux regardent ailleurs.

  • 4 Comme le rappelle Pétros Márkaris tout au long de son texte : retour des Grecs de la diaspora, nota (...)

3Il en est de même pour le problème des réfugiés, auquel s’attaque l’écrivain grec Pétros Márkaris, né à Istanbul en 1937, dans un texte intitulé « Aller ailleurs et regarder ailleurs ». L’auteur revient notamment sur l’histoire de la Grèce au XXe siècle du point de vue de ses différentes vagues migratoires et de leurs conséquences. Si la Grèce est une terre d’immigration et d’émigration, y compris et peut-être avant tout pour les Grecs eux-mêmes4, elle n’est aujourd’hui pour la plupart des réfugiés « que la porte d’entrée de l’Europe » (p. 45). Contrairement aux immigrés des années 1990 (principalement albanais, bulgares et roumains), qui profitèrent d’une relative accalmie économique, les réfugiés de ce début de XXIe siècle débarquent dans un pays profondément marqué par la crise. D’après l’auteur, ils n’ont d’autre objectif que de poursuivre leur chemin vers un ailleurs qui, certes, ne ressemble en rien à l’enfer du départ, mais n’en demeure pas moins la fiction d’un paradis. Si aller ailleurs est partie prenante de l’histoire de la Grèce, regarder ailleurs est désormais la piste que semblent privilégier la plupart des pays européens face au problème des réfugiés. Selon Pétros Márkaris, c’est là sans doute, « entre départs et détournements de regard », que la littérature « pourrait jouer un rôle fondamental » (p. 46), ne serait-ce qu’en tâchant de repousser toujours plus loin les frontières de la pensée et de l’imagination.

  • 5 Page Martin, Manuel d’écriture et de survie, Paris, Seuil, coll. « Points », 2015, p. 159.

4Pour l’écrivaine québécoise Kim Thúy, née à Saigon en 1968, réfugiée du Vietnam à l’âge de dix ans avec ses parents comme boat-people, voilà qui ne fait aucun doute : la fiction est une réalité sans frontières nous offrant « la possibilité d’ignorer les lignes du temps et de l’espace pour créer un univers où toutes les vies s’entremêlent » (p. 54). Afin de nourrir son propos, l’autrice de Ru (2010) a profité d’une visite à l’Ohio State University pour inviter un groupe de doctorant·e·s aux origines diverses à mélanger leurs voix à la sienne. Il en résulte une série de cinq petits textes faisant écho à son travail et soulignant chacun à leur manière le caractère potentiellement salvateur de la fiction, sans laquelle « l’indicible nous engouffrerait » (p. 57). C’est que l’art peut être aussi une pharmacopée5 : si la littérature est capable de poser un diagnostic sur le monde, elle permet parfois d’en apaiser les blessures. Ainsi en est-il de Ru, ce « petit roman québécois-vietnamien » à la lecture duquel la doctorante Xinyi Tan a trouvé un « terrain commun où le bonheur, le chagrin, la douleur, et la misère apparaissaient dans une berceuse d’amour » (p. 61).

  • 6 Ibid., p. 185.

5Alors que se dressent un peu partout des discours de haine, avec le lot de murs et de barrières qui les accompagnent, la littérature pourrait nous aider à revêtir ce manteau d’amour dont nous avons besoin, en donnant « quelques idées pour échapper à l’attrait de la mort et retrouver le chemin de la vie » (p. 89), ainsi que le suggère l’écrivain algérien Boualem Sansal dans un texte intitulé « Écrire dans la violence du monde ». L’auteur de 2084. La fin du monde (2015), né à Theniet El Had en 1949, a choisi pour sa part de vivre et d’écrire dans son pays d’origine, où il entend défendre une « littérature de l’urgence », capable de mettre un peu de doute et de critique dans l’ordre ronronnant de la tradition. Il fustige notamment ce qu’il appelle la culture de la haine, qui ronge en profondeur depuis longtemps l’ensemble de la société. En effet, pour l’auteur, la guerre n’est jamais qu’un épiphénomène : « la véritable affaire est la haine, elle est une culture, une histoire longue, une structure lourde d’une pensée malade » (p. 89-90). Parmi les figures de prédilection de la haine se trouvent « la femme » (la pécheresse) et « l’étranger » (l’impie), « formidables carburants [offrant] aux foules de belles occasions de délire, en toute tranquillité d’âme » (p. 91). L’auteur refuse ainsi l’argument selon lequel le mal viendrait uniquement de l’extérieur, notamment de l’impérialisme et du néocolonialisme. Si la littérature a un rôle à jouer, c’est celui d’établir un diagnostic exhaustif qui ne permette aucune complaisance. La violence du monde est d’abord et avant tout la violence qu’il y a en chacun de nous. Le rôle de la littérature est aussi de nous rappeler qu’il existe « une internationale de l’insatisfaction qui devrait nous permettre de dédramatiser notre rapport à notre propre pays »6. Car c’est bien le monde qu’il s’agit de penser au bout du compte par la littérature, comme en témoigne pleinement chacune des contributions de ce recueil.

6En conclusion, même si l’on pourra regretter l’absence d’une brève présentation biographique des auteur·trice·s de ce volume, ce petit ouvrage a l’intérêt de nous rappeler non seulement que la littérature n’est plus un luxe, mais qu’elle a plus que jamais son mot à dire dans un monde où d’autres fictions (politiques, religieuses ou encore médiatiques) tentent d’accaparer le monopole du réel. C’est peut-être là que la littérature se rapproche le plus des sciences humaines et sociales, en ce qu’elle s’efforce elle aussi de montrer que le réel est une fiction sans cesse rejouée, une mise en scène au sens goffmanien, dont la compréhension nécessite de rompre avec ce « présentisme qui écrase le temps long de la pensée » (p. 11) et du travail de recherche. Car dans l’un et l’autre cas, il s’agit au fond de donner du sens à l’histoire. De ce point de vue, cette « coalition » entre les sciences humaines et sociales et la littérature que semble appeler de ses vœux l’historien Michel Porret est sans doute possible autant que souhaitable. Mais peut-être ce dernier point mériterait-il de faire l’objet d’une prochaine session des Rencontres internationales de Genève ?

Haut de page

Notes

1 Pour plus d’informations concernant la genèse de ces rencontres, on pourra se reporter au site de l’association : http://www.rencontres-int-geneve.ch/a-propos/.

2 Erri De Luca, Italie ; Pétros Márkaris, Grèce ; Kim Thúy, Québec ; Boualem Sansal, Algérie.

3 Voir notamment à ce propos le dossier coordonné par Laé Jean-François, Madec Annick et Murard Numa : « Sociologie narrative : le pouvoir du récit », Sociologie et Sociétés, vol. 48, n° 2, automne 2016, p. 5-332. Voir aussi : Jablonka Ivan, L’Histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, Paris, Seuil, coll. « La Librairie du XXIsiècle », 2014 ; Bensa Alban et Pouillon François (dir.), Terrains d’écrivains. Littérature et ethnographie, Toulouse, Anacharsis, 2012 ; Lang Luc, Délit de fiction. La littérature, pourquoi ?, Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais », 2011.

4 Comme le rappelle Pétros Márkaris tout au long de son texte : retour des Grecs de la diaspora, notamment d’Asie Mineure, au début du XXe siècle, vague d’émigration de travailleurs au sortir de la Seconde Guerre mondiale, puis départ des jeunes générations en quête d’un meilleur avenir.

5 Page Martin, Manuel d’écriture et de survie, Paris, Seuil, coll. « Points », 2015, p. 159.

6 Ibid., p. 185.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Baptiste Pizzinat, « Erri De Luca, Pétros Márkaris, Kim Thúy, Boualem Sansal, Fictions. Penser le monde par la littérature », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23947

Haut de page

Rédacteur

Baptiste Pizzinat

Docteur en sociologie de l’EHESS. Chercheur associé au centre Imaginaire et socio-anthropologie de l’Université Grenoble Alpes (UMR 5316 LITT&ARTS).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page