Navigation – Plan du site

Michel Feher, Le temps des investis. Essai sur la nouvelle question sociale

Pascal Marichalar
Le temps des investis
Michel Feher, Le temps des investis. Essai sur la nouvelle question sociale, Paris, La Découverte, 2017, 184 p., ISBN : 9782707197429.
Haut de page

Texte intégral

1Michel Feher est un philosophe, et également ce qu’on appellerait aux États-Unis un critical theorist, c’est-à-dire un producteur d’argumentations critiques destinées à mieux appréhender l’évolution de la société. Il est connu pour la maison d’édition new-yorkaise de gauche qu’il a fondée, Zone Books, ainsi que pour son rôle dans le collectif Cette France-là, qui s’était chargé de tenir le journal des effets de la politique migratoire de l’ère Sarkozy. Son dernier ouvrage est hybride, à la fois synthèse de sciences sociales décrivant avec précision la dynamique du capitalisme depuis les années 1970 et essai politique proposant des solutions pour enrayer cette dynamique, ou du moins la réorienter vers des lendemains plus enviables.

2En une introduction synthétique et trois chapitres centrés successivement sur les entreprises, les États et les individus, Michel Feher décrit l’évolution de l’organisation économique mondiale vers un capitalisme organisé autour de la distinction entre « investisseurs » et « investis ». Que nous soyons un individu en demande de prestations sociales, une entreprise en quête de financement, ou un État au bord de la faillite, nous serions tous devenus des « investis », c’est-à-dire « des projets qui tentent de se faire apprécier » (p. 38), afin d’attirer les bonnes grâces d’investisseurs devenus tout-puissants. L’auteur déroule sa démonstration en se fondant sur une constellation de références pluridisciplinaires : Wendy Brown, Wolfgang Streeck, Benjamin Lemoine, Pierre Dardot et Christian Laval, Chantal Mouffe et Ernesto Laclau, Philippe Askenazy, David Graeber, Andrew Ross ou encore Maurizio Lazzarato. Cette idée de l’importance de la relation d’investissement peut sembler assez évidente dans le cas des États-Unis, où chaque individu est obnubilé par son « credit score », indicateur proportionnel à la fois à son goût pour l’endettement (ne pas s’endetter est suspect) et à la régularité de ses remboursements. Elle l’est aussi dans le cas de l’État grec, avec la spectaculaire volte-face d’Alexis Tsipras face aux créanciers institutionnels en 2015. Mais, à bien y regarder, ce comportement se retrouve également au-delà de ces cas extrêmes, du fait de la diffusion de l’ethos entrepreneurial à toutes les sphères de la société, comme l’avaient voulu en leur temps certains des économistes théoriciens de l’ordre néolibéral : dans bien des situations, chacun de nous agit comme un petit chef d’entreprise, tentant de vendre son projet à des financeurs tout-puissants.

  • 1 Becker Gary S., Human Capital. A Theoretical and Empirical Analysis, with Special Reference to Educ (...)

3Étudier le rapport entre investisseurs et investis ne revient pas, selon Michel Feher, à suggérer que le travail serait aujourd’hui moins exploité qu’avant. Si l’auteur ne nie pas que le transfert de revenus du travail vers le capital s’est encore accentué dans les trois dernières décennies, il soutient cependant la thèse selon laquelle « la question de l’accréditation, soit de l’évaluation du capital, mérite [...] d’être appréhendée pour elle-même, et non pas seulement au travers de ses conséquences sur le plan de la distribution, c’est-à-dire de la répartition des revenus » (p. 31). À l’heure où les managers sont choisis par les actionnaires, et où les bailleurs de fonds jouent un rôle important dans le choix des dirigeants politiques (notamment aux États-Unis, du fait de lois sur le financement électoral particulièrement permissives), il importe de décrire la société autrement qu’avec les seules catégories héritées de l’analyse marxienne (travail, capital, exploitation, plus-value). La synthèse proposée par Michel Feher est de ce point de vue très pédagogique, constituant de fait une bonne introduction aux auteurs mobilisés. On peut néanmoins regretter que l’auteur ne précise pas le statut qu’il donne aux termes qu’il emprunte à l’analyse économique orthodoxe. Ainsi, dans quelle mesure l’auteur « croit-il » au « capital humain », concept théorisé en économie par Gary Becker1 ? Le considère-t-il comme une fiction performative, une croyance partagée qui régule la relation d’accréditation entre investisseurs et individus ?

4Le livre suggère l’importance des paris sur l’avenir dans l’explication des dynamiques économiques. L’auteur fait également ses propres paris, sur l’avenir politique cette fois-ci. Chacun des trois chapitres propose une stratégie de lutte pour la gauche, fondée sur l’intuition que le schème qui a pu offrir des victoires lors du stade précédent du capitalisme – lorsque les questions majeures étaient le conflit entre travail et capital, salariés et employeurs – doit pouvoir être transposé au « temps des investis ». Michel Feher rappelle que, dans la critique du rapport salarial, les conquêtes les plus importantes ont été faites par des femmes et des hommes qui ont accepté d’endosser au moins temporairement leur identité de travailleur salarié, en se réunissant dans des collectifs syndicaux afin de peser sur la négociation de la valeur de leur force de travail – quand bien même ils récusaient, sur le fond, le fonctionnement de la société capitaliste.

5Ce schème est fondamentalement réformiste : Michel Feher suggère à la gauche de jouer au plus fin avec les règles du jeu actuel, en attendant de pouvoir renverser la table. Pour l’auteur, il est difficile, à l’époque contemporaine, de refuser tout net le principe d’une société fondée sur le rapport de pouvoir entre investisseurs et investis : abolir les relations de crédit et s’en tenir au rapport salarial tant critiqué pendant le siècle et demi qui a précédé ? La perspective est politiquement peu réjouissante. C’est pourquoi Michel Feher imagine des transpositions contemporaines de la figure du syndicat : « même si le travail n’est pas la substance politique susceptible d’être mobilisée pour contester l’hégémonie des investisseurs, la démarche et les méthodes jadis élaborées par le mouvement ouvrier, à la fois pour comprendre et pour combattre le pouvoir des employeurs, demeurent pertinentes pour relever le défi auquel les mouvements sociaux sont actuellement confrontés » (p. 31).

  • 2 Helaoua Yona, « Dans le Dakota du Nord, la bataille reprend contre l’oléoduc voulu par Trump », Rep (...)

6Premièrement, l’auteur propose aux mouvements sociaux de s’ériger en agences de notation alternatives, en utilisant l’idée de « responsabilité sociale des entreprises » comme moyen plutôt que comme fin : les investisseurs confrontés à une campagne mettant en lumière les entorses à ces valeurs peuvent être amenés à réorienter leurs capitaux, non pas par souci éthique, mais parce qu’ils craignent d’y perdre de l’argent. C’est l’objectif du mouvement actuel Defund Dakota Access Pipeline, du nom d’un projet de pipeline controversé qui a défrayé la chronique aux États-Unis depuis l’élection de Donald Trump2.

7Deuxièmement, Michel Feher souligne que les particuliers sont les « prêteurs en dernier ressort » qui permettent à l’État de renflouer les banques lorsque celles-ci tombent sous l’effet de paris hasardeux (par exemple sur les crédits « pourris » de type subprime, en 2008). Il estime qu’ils doivent dès lors « [empiéter] sur le pouvoir d’accréditation dont l’exercice est aujourd’hui réservé aux investisseurs institutionnels » (p. 104). Cette revendication peut être associée à d’autres actions collectives, comme la menace de non-remboursement d’une dette (par un collectif de débiteurs), ou encore l’affirmation que, dans ce monde fondé sur le crédit, les prestations sociales et services publics seraient également des créances que l’État serait tenu d’honorer.

8Troisièmement, l’auteur cite le cas des livreurs « ubérisés » qui demandent la requalification de leur emploi en tant que travail salarié, non pas parce qu’ils aspirent au salariat mais pour mettre en faillite les entreprises dont ils dépendent et pouvoir ensuite se constituer en coopératives dans l’espace laissé libre. Ces coopératives pourraient se développer sur la base d’un droit d’accès aux « communs » qui réduirait l’importance du capital de départ nécessaire pour un projet.

  • 3 Wacquant Loïc, Punir les pauvres. Le nouveau gouvernement de l'insécurité sociale, Marseille, Agone (...)

9L’analyse développée par Michel Feher est d’abord une remarquable synthèse des travaux existants sur l’importance croissante de la relation d’investissement dans l’existence des individus, des entreprises et des États. On peut regretter néanmoins que le livre fasse peu mention du versant punitif de l’État, en dépit de pages excellentes sur l’offre de sécurité (par la fermeture des frontières et l’antiterrorisme) proposée aux citoyens en réponse à leur sentiment d’insécurité économique. Loïc Wacquant a montré dans le cas américain l’imbrication entre la gestion des inégalités causées par le capitalisme et la politique punitive3. Que peut-on faire, par exemple, si le non-paiement d’une dette est traité comme un comportement criminel ? L’évolution des sociétés occidentales à laquelle nous assistons aujourd’hui n’est, en effet, pas simplement un glissement vers un capitalisme financier dérégulé (ou plutôt régulé de telle sorte que le pouvoir revienne en dernier ressort aux investisseurs), mais aussi une érosion des mécanismes démocratiques et de l’habeas corpus, à laquelle toute proposition politique alternative est désormais contrainte de s’affronter.

Haut de page

Notes

1 Becker Gary S., Human Capital. A Theoretical and Empirical Analysis, with Special Reference to Education, Chicago, University of Chicago Press, 1993 [1964].

2 Helaoua Yona, « Dans le Dakota du Nord, la bataille reprend contre l’oléoduc voulu par Trump », Reporterre, 11 février 2017, en ligne : https://reporterre.net/Dans-le-Dakota-du-Nord-la-bataille-reprend-contre-l-oleoduc-voulu-par-Trump.

3 Wacquant Loïc, Punir les pauvres. Le nouveau gouvernement de l'insécurité sociale, Marseille, Agone, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Marichalar, « Michel Feher, Le temps des investis. Essai sur la nouvelle question sociale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 17 décembre 2017, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23950

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page