Navigation – Plan du site

Pascal Marichalar, Qui a tué les verriers de Givors ? Une enquête de sciences sociales

Sébastien Zerilli
Qui a tué les verriers de Givors ?
Pascal Marichalar, Qui a tué les verriers de Givors ? Une enquête de sciences sociales, Paris, La Découverte, coll. « L'envers des faits », 2017, 256 p., ISBN : 9782707192578.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Annie Thébaut-Mony, Travailler peut nuire gravement à vôtre santé, Paris, La découverte, coll. « Ca (...)
  • 2 Stéphane Beaud et Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière, Paris, UGE, coll. « 10/18-Fait (...)

1La question de la santé des ouvriers au travail est en quelque sorte un double angle mort, si l’on considère avec Annie Thébaud-Mony que « les travailleurs sont de moins en moins reconnus comme sujet de leur propre histoire et de celle des sociétés contemporaines »1, et que l’on observe avec Stéphane Beaud et Michel Pialoux que cette catégorie d’actifs « [a] quitté l’horizon mental des faiseurs d’opinions »2. C’est sur cette thématique que se penche Pascal Marichalar, en s’intéressant à la lutte menée par les anciens verriers de l’usine de Givors (dans le Rhône) et leurs proches pour la reconnaissance du caractère professionnel des pathologies qu’une grande partie d’entre eux ont contractées, à cause des manquements de leur employeur.

2Ce combat n’est pas le premier mené par ces ouvriers. Il succède à une action de protestation entreprise pour éviter la fermeture, motivée par des logiques financières, de ce site pourtant rentable de la banlieue lyonnaise. Les différents motifs de mobilisation révèlent d’ailleurs toute l’ambiguïté du rapport des verriers à leur ancienne activité : si le travail éprouvant d’une matière dont la transparence évoque la pureté a permis aux salariés d’entretenir parfois pendant des décennies une fierté virile, il a aussi très gravement mis leur vie en danger.

3La complexité, la longueur et la dureté de cette lutte pourtant légitime justifient la formulation de la principale question de cette étude : pourquoi semble-t-on s’accommoder de la mise en danger délibérée de travailleurs (ici des ouvriers) sur le lieu d’exercice de leur activité professionnelle ? Le sociologue y répond remarquablement bien en étudiant « la production routinière de l’irresponsabilité dans l’exposition aux conditions de travail dangereuses » (p. 19).

  • 3 Pascal Marichalar, « “C’est gênant de se mettre à dos son médecin, parce qu’on en a besoin”. Ouvrie (...)
  • 4 Pascal Marichalar, Médecin du travail, médecin du patron ?, Paris, Presses de Sciences Po, coll. «  (...)

4L’enquête de Pascal Marichalar centre la focale sur les démarches que Christian Cervantes et son épouse ont entreprises pour faire reconnaitre l’origine professionnelle des deux cancers contractés par le verrier depuis la fermeture de l’usine en 2003. Pour l’auteur, les errements du couple révèlent l’existence d’un « système français de non-reconnaissance [des maladies professionnelles] fondé sur l’individualisation et la complexité des démarches, le soupçon permanent de fraude, la dissymétrie des moyens, les visées budgétaires à courte vue, les conflits d’intérêts et l’ignorance des résultats de la recherche scientifique »3. Ce système peut être considéré comme l’émanation d’un « complexe politico-scientifique de gestion des risques professionnels »4, dont le fonctionnement s’explique par l’état des rapports de force entre différents acteurs aux intérêts antagonistes (salariés, employeurs, élites politiques et scientifiques…).

5Plusieurs des collègues de Christian Cervantes souffrent de problèmes liés à l’exposition à l’amiante, ce que confirme le « certificat d’exposition » fourni par les responsables de la verrerie. Ces pathologies sont reconnues par l’Assurance maladie. Ceux qui en sont atteints ont droit à une indemnisation forfaitaire et à un remboursement intégral de leurs frais médicaux. La détérioration de la santé de l’époux de Mercedes Cervantes, et de beaucoup d’autres salariés, s’explique quant à elle par le contact avec plusieurs produits cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques (toxiques pour la reproduction). Or, les cancers causés par ces substances nocives ne sont pas inscrits au Tableau des maladies professionnelles.

6Pour enclencher le dispositif de reconnaissance de maladie professionnelle, les Cervantes doivent d’abord trouver un médecin acceptant de fournir un « certificat médical initial ». La rédaction d’un tel document, qui atteste de la légitimité de la démarche, indispose pourtant plusieurs soignants. En effet, elle révèle potentiellement les fautes de l’employeur concernant l’organisation du travail. Le couple et sa fille font ensuite face au refus de l’Assurance maladie. Il leur faut également supporter les réponses négatives de plusieurs de ces institutions de recours que sont les Comités régionaux de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP). Entamé en 2008, la démarche des époux se clôt en 2014. Les conclusions favorables du Tribunal des Affaires de la Sécurité sociale sont finalement rendues deux ans après le décès du malade. Scandaleusement longue, ce processus est doublement compliqué : puisque le verrier était atteint de deux cancers, il aura fallu instruire deux dossiers…

7La lenteur du processus s’explique en partie par le télescopage de deux modes de raisonnement : l’un causaliste, l’autre probabiliste. Lorsqu’un travailleur voit sa demande de reconnaissance en maladie professionnelle refusée par l’Assurance maladie et qu’il sollicite les CRRMP, il lui faut démontrer la relation entre le déclenchement de sa pathologie et l’exercice de son activité professionnelle. À la « présomption d’imputabilité » dont bénéficie chaque demandeur au début du processus succède ainsi la nécessité d’établir une relation de causalité, lorsque des voies de recours sont exploitées après un refus initial. Or, les différents éléments de preuve apportés par les requérants sont souvent minorés par les médecins membres des comités de reconnaissance. Ces experts jugent souvent que l’exposition à des substances nocives sur le lieu de travail est un élément parmi d’autres qui peuvent expliquer le déclenchement de pathologies plurifactorielles (tabagisme, consommation d’alcool, etc.).

8La reconnaissance du caractère professionnel d’une pathologie donne plus de poids à l’enclenchement d’une procédure pénale. Christian Cervantes décide de porter plainte contre X pour « blessures » en 2009, avant que la démarche entamée auprès de l’Assurance maladie n’aboutisse. Le plaignant doit faire face à des blocages identiques : « La loi et ses serviteurs, des officiers de police judiciaire aux juges, ont une fâcheuse tendance à se focaliser sur la démonstration du lien causal entre le travail et la maladie, plutôt que sur la mise en évidence d’une exposition frauduleuse [à des produits toxiques] », avance l’auteur (p. 158). À ce jour, et malgré les nombreuses péripéties dont rend bien compte l’ouvrage, la procédure pénale n’a toujours pas abouti. Et d’ailleurs, malgré l’accumulation des preuves réunies par les verriers, au gré de la mobilisation, qui accablent les responsables de l’usine, qui s’agit-il exactement de condamner ? En effet, plusieurs dirigeants se sont succédé à la tête du site avant sa fermeture, à la faveur des ventes, des rachats et de l’élaboration de subtils montages financiers réalisés par des géants de l’industrie.

9« [L]’invention de l’inspection du travail au xixe siècle, puis la mise en place de systèmes d’indemnisation des accidents du travail et maladies professionnelles dans la première moitié du XXe ont, paradoxalement, contribué à extraire [la question de la mise en danger des actifs sur le lieu d’exercice de leur activité professionnelle] du domaine du crime », conclut l’auteur (p. 217). L’inachèvement de la lutte menée par les anciens ouvriers en est malheureusement la preuve.

10Si elle n’est pas victorieuse, la mobilisation des verriers est pourtant remarquable. C’est grâce à elle que s’échafaude une véritable « Contre-expertise » (chapitre V, p 117-143), permettant de répondre à la question Qui a tué les verriers de Givors ? et de pointer la responsabilité de l’employeur. La mise au point d’une enquête d’« épidémiologie populaire » par un particulier, sans compétences scientifiques certifiées, aura permis de démontrer la surmortalité liée à des cancers spécifiques parmi les anciens travailleur de l’usine. La réalisation par des sociologues de « curricula laboris » aura été essentielle pour documenter les conditions précises d’exposition aux substances nocives ainsi que les conséquences de l’apparition et de l’évolution des pathologies chez chacun des malades. Grâce à la détermination du collectif, les carences des dirigeants quant à la communication d’informations sur la composition des produits chimiques manipulés ont été établies. Ses membres ont aussi révélé les manquements des responsables, qui n’ont pas délivré de certificats d’exposition à des substances autres que l’amiante. Ils ont également prouvé la rétention de certaines données contenues dans le dossier médical professionnel des anciens travailleurs… Depuis l’entretien d’une solidarité ouvrière grâce au rendez-vous de l’association des anciens verriers, jusqu’à la pugnacité d’avocats spécialisés, en passant par la sollicitation de médecins indignés, on observe dans cette lutte les effets de la conjugaison singulière d’actions militantes et de compétences professionnelles diverses, d’expertises profanes et d’analyses savantes.

11Le travail de l’auteur n’est pourtant pas qu’une investigation en abyme (une enquête à propos de l’enquête entreprise par un collectif pour comprendre la multiplication de nombreux décès et en tirer les conséquences). Il participe aussi de cette mobilisation. Le sociologue ne fait pas mystère de sa proximité avec les verriers et leurs proches. On ne saurait lui en faire le grief : dans leur lutte contre leur ancien employeur, dans leurs échanges avec les autorités judiciaires, comme dans leurs contacts avec les experts médicaux, ceux-ci subissent effectivement des relations de domination qui semblent nettement calquées sur des rapports de classes.

  • 5 Voir Gérald Bronner et Étienne Géhin, Le danger sociologique, Paris, PUF, 2017. Sous la plume des a (...)
  • 6 Charles Wright Mills, L’Imagination sociologique, Paris, La découverte, coll. « Poche », 2006 [1997 (...)

12Pascal Marichalar livre ici les réflexions et les conclusions d’une sociologie engagée qui fait actuellement débat5. Il nous semble que la réalisation de ce travail, comme le déroulement de la mobilisation plurielle et singulière des verriers à laquelle il s’intègre, font remarquablement échos à la définition que Charles Wright Mills donnait de cette discipline : « une sorte d’appareil de renseignement collectif, par où passent les enjeux collectifs et les épreuves personnelles, ainsi que les lignes de force structurelles qui les sous-entendent tous deux »6.

Haut de page

Notes

1 Annie Thébaut-Mony, Travailler peut nuire gravement à vôtre santé, Paris, La découverte, coll. « Cahiers Libres », 2007, p. 11.

2 Stéphane Beaud et Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière, Paris, UGE, coll. « 10/18-Fait et cause », 2005 [1999], p. 16.

3 Pascal Marichalar, « “C’est gênant de se mettre à dos son médecin, parce qu’on en a besoin”. Ouvriers malades de leur travail face à la médecine », Agone, n° 58, 2016, p. 121-122, disponible en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01406923/document.

4 Pascal Marichalar, Médecin du travail, médecin du patron ?, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Nouveaux débats », 2014, p. 99 ; compte rendu de Virginie Bussat pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/16305.

5 Voir Gérald Bronner et Étienne Géhin, Le danger sociologique, Paris, PUF, 2017. Sous la plume des auteurs, une enquête de ce genre est qualifiée d’« hyperculturaliste » (p. 129), parce qu’elle exaspère selon eux le poids des déterminismes sociaux qui entravent la liberté des individus et les déresponsabilisent.

6 Charles Wright Mills, L’Imagination sociologique, Paris, La découverte, coll. « Poche », 2006 [1997], p. 185.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Pascal Marichalar, Qui a tué les verriers de Givors ? Une enquête de sciences sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 20 décembre 2017, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23965

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page