Skip to navigation – Site map

Jan-Werner Müller, What is populism?

Laura Chazel
What is Populism?
Jan-Werner Müller, What is Populism?, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2017, 123 p., ISBN : 978-0-8122-4898-2.
Top of page

Full text

  • 1 Tarragoni Federico, « La science du populisme au crible de la critique sociologique. Archéologie d’ (...)

1Comment ne pas constater qu’aujourd'hui, le monde académique se divise sur le sens et la place à donner au concept de « populisme » dans le débat scientifique ? Ce terme si présent dans les médias peut-il être considéré comme un concept scientifique ? Comme le remarque le politiste Federico Tarragoni, en Europe et en Amérique du nord, l’étude du populisme – ce qu’il nomme la « populologie » – se cantonne aujourd’hui le plus souvent à une mise en garde contre un phénomène souvent défini comme « illibéral », « anti-démocratique » et« pathologique »1. Une autre ligne, dont Ernesto Laclau et Chantal Mouffe représentent les principales figures, défend pourtant l’existence d’un « populisme démocratique » qui est envisagé comme un « remède » permettant de soigner des démocraties malades. C’est dans le cadre de la lutte académique pour la définition de ce signifiant si médiatique que le livre What is populism? de Jan-Werner Müller doit être compris et analysé. Dès l’introduction, Müller affirme que le populisme serait par essence « anti-pluraliste » (p. 3) et représenterait le « [véritable] danger pour la démocratie » (p. 6) ; il se place ainsi du côté des auteurs qui tentent de définir le terme pour combattre radicalement le phénomène ainsi défini.

2Dans un premier chapitre, l’auteur pose les bases de son analyse du populisme. Ce terme est défini à partir de sa logique interne qui opposerait un peuple « moralement pur et entièrement uni » à une « élite corrompue et moralement inférieure » (p. 20). Müller distingue, tout au long de son ouvrage, les « populistes » des « démocrates » et comprend le populisme comme « l’ombre permanente de la démocratie représentative » (p. 11). Les partis populistes seraient, par essence, anti-démocratiques, en témoigneraient l’importance accordée au « leader » et les tendances à l’autoritarisme perceptibles dans leurs organisations partisanes. Pourtant, l’auteur souligne que ces critères ne sauraient être suffisants pour identifier un parti comme « populiste ». Les populistes se présenteraient comme les uniques représentants légitimes d’un « peuple » homogène et c’est précisément cette logique, qu’il nomme « pars pro toto », qui leur procurerait une spécificité au regard des autres partis politiques. Pour Müller, le populisme et l’anti-pluralisme seraient donc intrinsèquement liés. Pour renforcer son argument, l’auteur s’appuie sur l’opposition entre l’empirique et le symbolique : alors que les « démocrates » revendiqueraient la représentation d’une partie du peuple (une majorité) à partir de résultats électoraux légitimes (car empiriques), les « populistes » s’appuieraient, au contraire, sur des représentations symboliques et morales d’un « peuple » imaginaire.

  • 2 À ce sujet, voir : Mouffe Chantal, Agonistique. Penser politiquement le monde, Paris, Beaux-Arts de (...)

3Dans le deuxième chapitre de l’ouvrage, l’auteur montre que les populistes, bien que se présentant comme anti-élitistes, ne sont pas condamnés à rester dans le rôle de l’opposition. Ils sont en effet capables de gouverner sans perdre en crédibilité. Une fois arrivés au pouvoir, ils peuvent continuer à exploiter la dichotomie entre « peuple pur » et « élite corrompue ». L’auteur donne ici les exemples d’Hugo Chávez et de Nicolas Máduro qui mobilisent l’argument de la « guerre économique » menée par les impérialistes pour justifier le chaos au Venezuela. De manière plus générale, Müller explique que les populistes au pouvoir reproduiraient trois schémas : ils exerceraient une forme de « colonisation de l’État », ils s’engageraient dans le « clientélisme de masse » et auraient tendance à vouloir supprimer la société civile (comme le fait par exemple Vladimir Poutine lorsqu’il accuse les ONG d’être des « agents étrangers »). Plus loin, Müller revient sur la notion de « démocratie illibérale », qu’il rejette en bloc. Alors que nombre de chercheurs dénoncent l’« illibéralisme » du populisme, l’auteur refuse pourtant l’utilisation de cet adjectif car le populisme ne mettrait pas seulement en péril la démocratie libérale mais la démocratie tout court. Des auteurs comme Chantal Mouffe adoptent une démarche radicalement différente et considèrent que les libéraux, par leur incapacité à reconnaître la dimension inévitablement conflictuelle de toute société, nieraient, de fait, la politique elle-même2. La logique populiste qu’elle promeut serait, au contraire, capable de tracer une frontière agonistique entre un « nous » et un « eux » sans pour autant rejeter le pluralisme. Müller revient brièvement sur la théorie de la philosophe belge, qu’il présente d’emblée comme une « théoricienne de gauche », lui assignant ainsi implicitement une posture avant tout politique, mais sans réellement prendre la peine de discuter son analyse.

4Dans un troisième et dernier chapitre, Müller explique le succès des populismes à partir de trois grands facteurs : les « promesses rompues » de la démocratie qui ne pourrait jamais faire gouverner le « peuple » (une entité imaginaire), mais qui se contenterait de faire gouverner une « majorité » ; l’effondrement des systèmes partisans et l’incapacité des partis politiques à jouer leur rôle de médiateur entre une société pluraliste et hétérogène et un système politique appliquant les décisions d’une majorité ; la prépondérance de la technocratie dans les démocraties contemporaines. Sur ce troisième point, Müller dresse un parallèle entre la technocratie et le populisme : d’un côté, les technocrates revendiquent une expertise qui ne peut être remise en cause car supposément scientifique, rationnelle ; de l’autre, les populistes revendiquent la représentation légitime d’un peuple uni et homogène. La technocratie et le populisme seraient incapables d’ouvrir un dialogue démocratique et pluriel et seraient donc, par essence, « apolitiques ». Ici encore, on peut regretter le manque de mise en perspective de l’analyse de l’auteur qui ne discute pas les théories qui, au contraire, considèrent le populisme comme l’activité politique par excellence. De même, peut-on vraiment dire que le populisme et la technocratie dépolitisent de la même manière ? Et n’est-ce pas là une façon d’introduire de la confusion en rompant avec l’histoire même du terme de populisme, particulièrement en Amérique latine où, justement, pour ses critiques, le populisme représente une gestion économique aberrante du point de vue de la raison technocratique qu’ils défendent ?

5Tout au long de l’ouvrage, Jan-Werner Müller définit et analyse donc le populisme à partir de la logique interne qui, selon lui, le structure ; il fait ainsi le choix de mettre de côté le contenu politique des différents mouvements qu’il étudie. Il s’inscrit ainsi dans la lignée des politistes qui définissent le populisme comme une thin ideology (opposant deux groupes homogènes : le peuple et l’élite) se combinant avec une thick ideology capable de balayer tout le spectre politique. Cette approche lui permet de mettre sur le même plan des figures contemporaines aussi diverses Evo Morales, Viktor Orbán, Rafael Correa, Donald Trump, Nigel Farage, Recep Tayyip Erdoğan et Hugo Chávez mais aussi d’assimiler le nazisme et le fascisme italien. Si l’analyse du populisme en tant que thin ideology peut permettre de s’extraire du cadre analytique traditionnel gauche/droite et de saisir au mieux les logiques de ce phénomène, les exemples choisis par l’auteur dans son ouvrage nous paraissent néanmoins tout à fait contestables. Il nous semble que la définition restrictive qu’il donne au populisme ne lui permet pas de construire un cadre théorique apte à analyser les nouveaux « populismes de gauche » européens, nés de la crise économique et financière de 2008. En effet, lorsqu’il mobilise des exemples européens, Müller se concentre exclusivement sur les populismes de droite et fait l’impasse sur la vague populiste progressiste qui traverse l’Europe depuis quelques années. Bien que reconnaissant l’existence de « populismes de gauche », l’auteur considère néanmoins que cette appellation ne peut s’appliquer en dehors du continent latino-américain. De Podemos, de Syriza, de Jeremy Corbyn ou de Jean-Luc Mélenchon, Müller ne dit donc rien et cela sans même prendre la peine de justifier cette absence d’analyse. Pourtant, de nombreux commentateurs associent à ces partis et à ces figures politiques les notions de « populisme démocratique » ou de « populisme progressiste ». L’auteur ne prend malheureusement pas le temps, dans cet ouvrage, de discuter ces termes et leur application à ces forces politiques.

  • 3 À ce sujet, voir : Kioupkiolis Alexandros, « Podemos: the ambiguous promises of left-wing populism (...)

6Il semble particulièrement regrettable que l’auteur se dispense d’une analyse de la stratégie populiste de Podemos car le jeune parti espagnol se présente aujourd’hui comme un cas unique compte tenu du haut degré de réflexivité sur le populisme développé par ses leaders dans l’élaboration de leur stratégie. En effet, la stratégie de Podemos a souvent été analysée comme une tentative de mise en application de la théorie du populisme d’Ernesto Laclau et de Chantal Mouffe, et cette pratique réflexive ne connaît pas d’équivalent dans l’histoire des partis populistes3. Müller aborde extrêmement brièvement cette question lorsque, à la dernière page de son livre, il critique l’influence de la théorie laclauienne sur la gauche européenne sans mentionner explicitement de parti politique : cette stratégie populiste serait, selon ses propres mots, « redondante » (une fade tentative de mettre en place une social-démocratie 2.0) voire « dangereuse » (si elle défend un peuple homogène moralement pur). Pourtant dans la logique populiste de Podemos, telle que les dirigeants de ce parti la théorisent et prétendent la pratiquer, il ne s’agit pas de défendre l’idée d’un peuple « homogène » et « déjà là », mais de construire de nouvelles identités politiques à partir d’une pluralité de demandes sociales hétérogènes progressistes et radicalement démocrates. Mais à l’adage « construire un peuple » de Podemos, Müller privilégie l’idée de « construire une majorité ». En 2017, une analyse scientifique du populisme ne peut à notre avis se contenter de survoler cette question et de faire l’impasse sur le cas Podemos car la posture réflexive du parti, faisant dialoguer théorie politique et pratique concrète, impacte directement l’objet même de la « populologie ». En effet, la circulation de cette réflexivité peut déjà être mesurée. D’abord dans le champ académique, où l’on constate une floraison d’analyses discutant la notion de « populisme » en se basant sur les écrits de Laclau et Mouffe. Ensuite dans le champ politique, où l’on peut clairement observer un impact direct de la stratégie populiste de Podemos sur les autres partis de gauche européens.

  • 4 À ce sujet, voir le dossier :« Populisme / contre-populisme », Actuel Marx, n° 54, 2013, disponible (...)

7De manière générale, on peut aujourd’hui regretter l’absence de véritable analyse du populisme. Comme l’ont souligné nombre de commentateurs, la « populologie » semble se résumer à une simple « théorie prescriptive »4 indiquant une série de remèdes pouvant soigner la supposée « pathologie » que serait le populisme. C’est précisément la logique dans laquelle s’inscrit Jan-Werner Müller qui, dans le chapitre 3 de l’ouvrage, encourage, par exemple, les « partis démocrates » à engager le débat avec les partis populistes pour pouvoir les combattre ; il les met ainsi en garde contre la tentation de former un cordon sanitaire qui permettrait in fine de renforcer l’argumentaire populiste selon lequel il existerait une réelle conspiration oligarchique à leur encontre. Cette approche normative peut être questionnée, d’autant plus que ses défenseurs ont le moyen d’user d’un argument d’autorité, celui de leur statut de chercheurs en science politique, et d’affirmer, en ce nom, que le populisme – qualificatif qui est souvent simplement utilisé pour désigner un nouveau parti ayant du succès électoral – doit être combattu, sans pour autant s’attarder à analyser en profondeur les ressorts de ce phénomène.

Top of page

Notes

1 Tarragoni Federico, « La science du populisme au crible de la critique sociologique. Archéologie d’un mépris savant du peuple », Actuel Marx, n° 54, 2013, p. 56-70.

2 À ce sujet, voir : Mouffe Chantal, Agonistique. Penser politiquement le monde, Paris, Beaux-Arts de Paris éditions, 2014 ; Mouffe Chantal, L’illusion du consensus, Paris, Albin Michel, 2016.

3 À ce sujet, voir : Kioupkiolis Alexandros, « Podemos: the ambiguous promises of left-wing populism in contemporary Spain », Journal Of Political Ideologies, vol. 21, n° 2, 2016, disponible en ligne : https://doi.org/10.1080/13569317.2016.1150136.

4 À ce sujet, voir le dossier :« Populisme / contre-populisme », Actuel Marx, n° 54, 2013, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-actuel-marx-2013-2.htm.

Top of page

References

Electronic reference

Laura Chazel, « Jan-Werner Müller, What is populism? », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 21 December 2017, connection on 23 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23966

Top of page

About the author

Laura Chazel

Doctorante en science politique (Sciences po Grenoble et Université Complutense de Madrid).

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page