Navigation – Plan du site

Antonio Casilli, Paola Tubaro, Le phénomène « pro-ana ». Troubles alimentaires et réseaux sociaux

Samuel Lézé
Le phénomène "pro-ana"
Antonio Casilli, Paola Tubaro, Le phénomène "pro-ana". Troubles alimentaires et réseaux sociaux, Paris, Presses des Mines, coll. « i3 », 2016, 207 p., Postface : Cécile Méadel, ISBN : 978-2-35671-385-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Programme ANR-09-ALIA-001 Anamia : « La sociabilité “ana-mia” : une approche des troubles alimentai (...)
  • 2 Répertoires, forums de discussion en ligne, blogs et pages perso.

1Antonio A. Casilli, maître de conférences en sociologie (Télécom Paritech) et Paola Tubaro, chargée de recherche au CNRS (Laboratoire de recherche informatique de Paris Sud), mobilisent une recherche passée1, sur l’usage des sites internet2 consacrés aux troubles alimentaires en France, pour questionner le statut politique ambivalent du numérique aujourd’hui, présenté tantôt comme une source de risque pour les internautes, tantôt comme une panacée contemporaine pour régler tous les problèmes. À cet égard, les sites internet étudiés par les auteurs forment un cas paradigmatique : les sites personnels des jeunes filles ou femmes atteintes d’anorexie mentale peuvent-ils être suspectés de promouvoir une maladie ou, pire, de provoquer une épidémie ? La solution numérique la plus efficace est-elle d’interdire et de bloquer ces sites ? La question est polémique, mais l’enjeu de l’ouvrage est de démontrer que l’ensemble des acteurs impliqué dans le débat sur les troubles alimentaires a tout intérêt à connaître les pratiques effectives au fondement de cette culture numérique : comment se forme la sociabilité de ces jeunes femmes ? Qui sont-elles ? Que font-elles ?

2Le premier chapitre dresse le décor polémique des troubles alimentaires. La question prend d’abord la forme d’un « phénomène » numérique nouveau provenant initialement d’Amérique du Nord. En 2001, un article du New York Post lance l’alerte. L’émoi s’amplifie avec des chiffres du Times qui tentent de comptabiliser un ensemble de sites web appartenant à de jeunes femmes suspectées de former une subculture de malades refusant le soin et se consacrant uniquement à diffuser un message faisant l’apologie (pro-) de l’anorexie mentale (ana). Dans ce cadre, les lanceurs d’alertes réclament une fermeture des sites et une punition pénale des auteurs, en raison du risque qui pèserait sur les adolescentes lors de la consultation. Les auteurs indiquent dans la dernière note du chapitre que la désignation polémique de ces sites ne rend pas compte des usages effectifs. D’une part, la galaxie des usager(e)s de ces sites n’est pas principalement « pro » anorexie, puisque la critique et la réflexivité est centrale sur les forums. D’autre part, elle n’est pas non plus formée exclusivement d’« ana », puisque la majorité des usager(e)s ne sont pas des personnes atteintes d’anorexie mentale.

3Le deuxième chapitre veut montrer que les troubles alimentaires relèvent d’un fait social total qu’il ne faut pas compartimenter ou focaliser sur l’anorexie mentale. Pour les auteurs, tout un chacun évolue désormais dans un contexte d’incertitude sur la valeur, la motivation et la signification de ses choix nutritionnels. De ce fait, les sites habituellement incriminés s’inscrivent dans un paysage cacophonique, effet de ce contexte plutôt que cause. Les auteurs observent en outre que les politiques d’information et d’étiquetage alimentaire en matière de promotion de la santé de la population générale peuvent elles-mêmes avoir des effets paradoxaux sur le public : par exemple, le dégoût pour la graisse ou la surconsommation d’aliments diététiques.

  • 3 Le néologisme désigne une démarche de modélisation informatique des données empiriques qualitatives (...)
  • 4 Des conseils, des photos, des récits de vie et des témoignages, des discussions par cycle de questi (...)

4Le chapitre 3 résume la méthodologie de l’enquête initiale que les auteurs nomment « ethno-computationnelle »3 (p. 60), ainsi que l’importance à accorder aux données empiriques pour aborder une question vive. L’idée est de se focaliser sur les usages des sites dans une perspective de « réseaux sociaux », en articulant les données d’une cartographie des sites web incluant leur durée de vie et en établissant une typologie du contenu4, un questionnaire auto-administré en ligne et des entretiens semi-directifs. Il y avait aussi un volet comparatif avec la Grande-Bretagne, que les auteurs ne mobilisent pas ici. En faisant une cartographie à trois moments distincts dans le temps (2010, 2012, 2014), ils montrent qu’il n’y a pas de prolifération des sites et qu’ils forment un réseau de faible densité. C’est pourquoi ils plaident contre la censure, pointant le fait qu’elle a justement pour effet paradoxal de créer ce qui est craint, les personnes visées répliquant en déplaçant et en multipliant les contenus censurés. Enfin, l’étude a permis aux auteurs d’affiner les caractéristiques des utilisatrices de ces sites, faisant apparaître qu’il s’agit essentiellement de jeunes femmes de plus de 21 ans et non d’adolescentes.

5Le chapitre 4 démontre que les sites n’isolent pas les jeunes femmes, mais leur permettent au contraire de maintenir des liens forts préexistants et/ou de créer de nouveaux liens pour accéder à des ressources : informations et soutiens. À partir des entretiens qu’ils ont eus avec des jeunes femmes qui fréquentent des sites « pro-ana », les auteurs analysent leurs interactions en quatre phases : tout d’abord, une phase de recherche d’information, suivie d’une phase de consultation passive des pages web ; éventuellement, une phase de participation active aux échanges ; enfin, une phase de sortie ou d’abandon des sites. Il apparaît donc que ces jeunes femmes sont à la recherche d’informations et de soutien social pour appréhender et faire cesser leur mal-être.

  • 5 Les auteurs parlent de « mythe » du rejet des institutions médicales (p. 128).

6Le chapitre 5 donne des éléments pour consolider cette interprétation. D’abord, le contenu des sites web ne tend pas à l’imposition ou à la valorisation d’une nouvelle norme corporelle (la maigreur) : il est bien plutôt l’expression « d’un besoin de guérison et d’apprivoisement du mal-être » (p. 103). Ensuite, la moitié des réponses à l’enquête provient d’usagères de sites localisées dans les « déserts médicaux » en France (p. 136). Enfin, le comportement de ces jeunes femmes montre qu’elles appartiennent à une génération qui a incorporé l’autonomie que la médecine exige désormais des patient(e)s : elles étendent le système de santé aux « pairs-aidants », c’est-à-dire à des patientes ou ex-patientes qui peuvent offrir une expertise et un soutien utiles en raison de leur expérience. C’est pourquoi, dans le chapitre 6, les auteurs soulignent que le système de santé est toujours présent en creux : les utilisatrices partagent leurs expériences de la médecine (la moitié des participantes ont ou ont eu un suivi médical), non pour s’y opposer5 et promouvoir une nouvelle norme du corps fondée sur la maigreur extrême, mais pour pallier le manque d’information médicale à leur disposition.

  • 6 Souligné par les auteurs.

7La force principale de cet ouvrage est de contribuer à une sociologie des troubles alimentaires en réintégrant l’objet dans une sociologie de l’alimentation, c’est-à-dire en se démarquant de la question du genre et de la déviance. Plus largement, cette stratégie de recherche permet de déconstruire un objet initialement polémique en opposant à la panique morale une véritable réflexion mobilisant des données empiriques. La conclusion principale de l’ouvrage se ramasse dans une formule limpide : « on ne tombe pas malade en fréquentant des sites web, on fréquente des sites web car on est malade »6 (p. 152). Puisque c’est l’absence d’information et de « pairs-aidants » qui est responsable du développement de ce réseau de sites, Antonio Casilli et Paola Tubaro plaident en faveur de services en ligne (parfois rangés sous la rubrique hétéroclite de « e-santé ») pour améliorer le système de santé (p. 158).

8N’est-ce pas alors retomber dans la facilité et les solutions politiques palliatives à base de numérique, que les auteurs moquaient dans leur préface ? Faut-il faire des préconisations « pratiques » ou bien renvoyer le système de santé publique à ses contradictions internes ? À cet égard, le livre indique, mais ne souligne pas suffisamment à notre avis, les paradoxes qui pèsent désormais sur les malades. La loi Kouchner de 2002 fait en effet de chaque citoyen un usager autonome libre d’exercer son droit d’accès à l’information médicale ; mais les tentatives de la santé publique de réguler les services en ligne ne cessent de reconduire les idéaux du modèle que voulait pourtant combattre cette loi : le paternalisme médical fondé dans l’expertise univoque du médecin et l’infantilisation des malades. D’où vient la faiblesse de l’ouvrage ? Peut-être d’une forme d’indécision quant au genre de l’écriture : entre le « rapport » diplomatique invoquant des données et l’« essai » critique qui s’installe dans un débat pour lutter contre les idées reçues. Ainsi, un fil directeur plus simple et un peu d’élagage auraient certainement rendu le texte plus tranchant, et sa lecture plus agréable à un large public.

Haut de page

Notes

1 Programme ANR-09-ALIA-001 Anamia : « La sociabilité “ana-mia” : une approche des troubles alimentaires par les réseaux sociaux en ligne et hors-ligne », de janvier 2010 à décembre 2012. http://www.anamia.fr.

2 Répertoires, forums de discussion en ligne, blogs et pages perso.

3 Le néologisme désigne une démarche de modélisation informatique des données empiriques qualitatives et quantitatives.

4 Des conseils, des photos, des récits de vie et des témoignages, des discussions par cycle de questions-réponses, la personnification d’Ana, des statistiques individuelles de poids, des carnets alimentaires (p. 63-67).

5 Les auteurs parlent de « mythe » du rejet des institutions médicales (p. 128).

6 Souligné par les auteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Lézé, « Antonio Casilli, Paola Tubaro, Le phénomène « pro-ana ». Troubles alimentaires et réseaux sociaux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 21 décembre 2017, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23975

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page