Navigation – Plan du site

Françoise Thébaud, Une traversée du siècle. Marguerite Thibert femme engagée et fonctionnaire internationale

Amélie Puche
Une traversée du siècle
Françoise Thébaud, Une traversée du siècle. Marguerite Thibert, femme engagée et fonctionnaire internationale, Paris, Belin, coll. « Histoire », 2017, 685 p., ISBN : 978-2-410-00549-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Françoise Thébaud, Quand nos grand-mères donnaient la vie. La maternité en France dans l'entre-deux (...)
  • 2 Françoise Thébaud, Les femmes au temps de la guerre de 14, Paris, Petit Bibliothèque Payot, 2013.

1Françoise Thébaud est professeure émérite de l’université d’Avignon, spécialiste d’histoire des femmes. Durant sa carrière, elle s’est autant intéressée à la maternité1 qu’à la participation des femmes aux crises et conflits, aussi bien français avec une étude de la Révolution, qu’internationaux, notamment la Première Guerre mondiale2. Dans cet ouvrage, c’est la première fois qu’elle se livre à cet exercice qu’est la biographie en se concentrant sur Marguerite Thibert (1886-1982), militante féministe et haute fonctionnaire au Bureau international du travail (BIT). Elle n’a pas cherché à en faire un portrait global et intime mais plutôt à faire « découvrir des facettes du personnage et des moments d’une trajectoires… » (p. 14). C’est un portrait par touches que délivre Françoise Thébaud, construit grâce à un travail archivistique minutieux, qui évite de se perdre en conjecture sur l’intimité du personnage. Pour ce travail, l’historienne a consulté le dossier personnel de Marguerite Thibert au BIT, des documents ayant été conservés par cette dernière, tels que des brouillons et une importante correspondance. L’auteure apporte, de plus, un éclairage nécessaire et parfois nouveau sur le contexte des années 1885 à 1980, ainsi que sur le fonctionnement de certaines institutions, comme le BIT. L’ouvrage est construit en trois parties, mettant en avant trois moments clefs de la vie de Marguerite Thibert, mais aussi trois facettes de sa personnalité. Dans un premier temps, c’est sa formation intellectuelle et son recrutement au BIT qui sont étudiés, puis François Thébaud s’intéresse en détail à ses activités au sein de cette institution, avant de dresser un bilan de ses engagements politiques et idéologiques.

  • 3 Rogers Rebecca, Les bourgeoises au pensionnat, l'éducation féminine au XIXe siècle, Presses univers (...)
  • 4 Mayeur Françoise, L'enseignement secondaire des jeunes filles sous la Troisième République, Presses (...)

2Marguerite Thibert est née en 1886. Bien qu’issue d’une famille bourgeoise très catholique de Chalon-sur-Saône, elle fût toujours très indépendante d’esprit. Elle fît ses études au pensionnat3 puis, conformément aux attentes bourgeoises du temps, se maria en 1912. C’était une union d’amour, rapidement brisée par le décès de son époux en 1915, atteint de la tuberculose. La jeune femme se retrouva seule avec sa fille. Elle reprit alors ses études, décrocha son baccalauréat en 1916 et réussît sa licence de lettres à la Sorbonne l’année suivante. .Munie de ces diplômes, elle enseigna au lycée de jeunes filles Sévigné à Paris4, tout en commençant à préparer un doctorat de lettres avec le professeur Bouglé, sociologue et socialiste. Ils convinrent d’un sujet autour du saint-simonisme et des femmes. Grâce à son entre-gens, Marguerite accéda à différents cercles socialistes et féministes. Ce fut dans ce cadre qu’elle rencontra le couple Puech, avec lequel elle tissa d’indissolubles liens d’amitiés. Tous deux militants, ils l’ont aidée à définir les contours de ses engagements. Quelques mois avant la soutenance de sa thèse en mai 1925, elle fut embauchée comme vacataire à Genève, au sein de la Société des Nations (SDN), afin d’effectuer un travail sur l’immigration. Ce statut précaire, elle le conserva trois ans, malgré l’obtention de son doctorat de lettres. Il lui fallut menacer de quitter la SDN pour que sa situation évolue. Elle fut alors mutée au service d’étude du travail des femmes du BIT.

3Après deux années et la publication d’un recueil de réglementations concernant le travail des femmes, elle devint titulaire de son poste. Dès 1933 elle fut nommée cheffe de service, bien que ses convictions, dont elle ne faisait nul secret, ne fussent pas toujours en phase avec la réglementation du BIT. Elle s’opposait notamment à la loi sur l’interdiction du travail de nuit pour les femmes, arguant que cette loi les assignait au même statut que les enfants. Avant-guerre, l’objectif du Bureau était de promouvoir l’égalité salariale. Aussi, Marguerite Thibert, experte sur cette question, paraissait particulièrement apte à représenter son service lors des différents congrès sur le sujet. Toutefois, à l’entrée en guerre, elle fut suspendue de ses fonctions, puis réintégrée en 1942 afin de plaider la cause du BIT, et en règle générale de l’Organisation internationale du travail (OIT), auprès de l’ONU. Le succès rencontré dans sa mission lui permit de conserver son travail, désormais exercé depuis Montréal. Après-guerre, la nouvelle mission du BIT était de développer le droit au travail féminin dans le tiers monde. De ce fait, Marguerite Thibert sillonna la planète, missionnée sur tous les continents, jusqu’à l’âge avancé de quatre-vingt ans, soit pratiquement vingt ans après avoir pris sa retraite.

4Retraitée à partir de 1947 mais en mission pour le BIT jusqu’en 1966, Marguerite Thibert rentra en France en 1956 pour s’investir dans la vie publique de son pays. Socialiste depuis son enfance et adhérente de la SFIO dès 1916, elle milita pour un renouveau de la gauche et soutînt François Mitterrand dans ses campagnes. Ce dernier lui rendit hommage, organisant une journée en son honneur et en celui de son travail, en 1982. Elle refusa toutefois la légion d’honneur qui lui fut proposée plusieurs fois. Bien que toujours engagée dans la cause du droit des femmes, Marguerite Thibert se tint à distance du féminisme des années 1970, ne comprenant pas que celui-ci abandonne la lutte du travail pour celle de la sexualité. Sa fin de vie fut assombrie par le décès de plusieurs de ses amis ou proches : le couple Puech mais aussi des membres de sa famille ; la disparition de son frère l’a tout particulièrement marquée. Ce fut également une période propice aux vacances avec ses petits-enfants, qu’elle emmenait skier, sport qu’elle pratiqua jusqu’à 80 ans. Elle s’éteignit le 31 janvier 1886, à 97 ans.

5Personnage atypique dont le travail fut en de nombreux points précurseurs, Marguerite Thibert demeure pourtant une figure fort méconnue, tant des historiens que du grand public. À travers un récit clair, très bien structuré et sans jugement, Françoise Thébaud met enfin en lumière le destin de cette femme qui contribua à l’évolution de la condition féminine.

Haut de page

Notes

1 Françoise Thébaud, Quand nos grand-mères donnaient la vie. La maternité en France dans l'entre-deux-guerres, Presses universitaires de Lyon, coll. « Médecine et société » 1986.

2 Françoise Thébaud, Les femmes au temps de la guerre de 14, Paris, Petit Bibliothèque Payot, 2013.

3 Rogers Rebecca, Les bourgeoises au pensionnat, l'éducation féminine au XIXe siècle, Presses universitaires de Rennes, 2007.

4 Mayeur Françoise, L'enseignement secondaire des jeunes filles sous la Troisième République, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Puche, « Françoise Thébaud, Une traversée du siècle. Marguerite Thibert femme engagée et fonctionnaire internationale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 21 décembre 2017, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23982

Haut de page

Rédacteur

Amélie Puche

Doctorante en histoire contemporaine à l’université d’Artois, rattachée au laboratoire CREHS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page